Le 24.01.12 Par Anne

Le sport : plaisir ou torture ?

Après plusieurs mois sans activité physique, je reviens d’une ballade en vélo et je me sens bien.
Ça m’a fait un mini break, mes problèmes se sont momentanément écartés comme des petits nuages et ce soir je vais dormir comme un ange.

Dehors 25 minutes et puis hop un moment de bien-être, la détente, une forme de sérénité que je n’avais pas ressentie ça depuis un moment. Du coup je me dis que je vais surement reprendre la nage et continuer le vélo par-ci par-là, sans me mettre la pression.

Pourtant quand on entend parler de sport ça sonne souvent comme une “obligation médicale”, quelque chose de déprimant plus que comme quelque chose de fun, facile avec un rapport effort/bénéfice intéressant.

“Il faut/on doit” faire du sport pour “se maintenir en forme/en bonne santé/mince/musclé”. Ensuite, il faut “persévérer” et faire preuve de “volonté” si on veut des “résultats”. Ainsi on part “brûler des calories” alors qu’on aurait peut-être juste pu partir prendre un bol d’air et se défouler.


Partager