Le 27.01.12 Par Anne

“Cette grosse qui remue me révulse : je ne supporte pas la pub Castaluna”

Le texte en bas de cet article, rédigé par la chroniqueuse Marie Sigaud, a été publié aujourd’hui à 13h par le nouvel obs, puis retiré très vite devant le taulé qu’il a déclenché.

Évidement nombreux sont écoeurés par ce vomissement de haine anti “pas mince”. Les réactions sont très vives ! Il y a même un groupe facebook t’as vu ta tronche Marie Sigaud

En fait moi je remercierais presque cette chroniqueuse d’avoir eu l’inconscience d’avouer ouvertement ce que beaucoup pensent tout bas. Et l’équipe du très rodé et institué nouvel obs d’avoir joyeusement validé ça sans voir ce qui n’allait pas dedans.

Parce que même si habituellement personne ne le dit comme ça franco, (sauf sur internet protégé par l’anonymat), ce dégout, cette haine du “pas mince” sont très répandus et sous-jacents dans beaucoup de choses.

Les petites moues, les regards en coin en disent long, quand on a le malheur de respirer dans le même espace qu’une de ces personnes, ici on connait bien.
Certaines publicités, et tous ces «spécial rondes» des mags féminins, ou une bande de péronnelles super “in” vous racontent qu’il faut vous porter du noir, du très large, ou des couleurs très flashy parce qu’au moins sur les grosses ça fait pas clown, et surtout éviter les slims oulala ! (on peut presque les entendre pouffer de rire derrière), c’est la même chose !
La même chose en plus hypocrite, en moins frontale, le même sentiment qu’on retrouve derrière; mais banalisé, accepté, admis.


Moi j’ai des amis qui ne veulent pas croire que ça existe des gens qui te font une réflexion parce que tu manges un sandwich dans la rue à l’heure du déjeuner, des gens, des adultes qui refusent de te parler juste parce que tu es grosse, qui ne comprennent pas qu’à force de stigmatiser le poids et l’obésité, les pouvoirs publics et les médias ont délivré une sorte de “permis de taper” sur les gros et par extension tout ce qui n’est pas mince.

Alors peut être faut il des chocs, des gens qui révèlent violemment le fond noir de leur pensée pour que plus de monde prenne conscience que le gros est un peu trop un bouc émissaire dans nos contrées, que ce n’est pas l’argument de la santé qui donne ce dégout, mais des problèmes personnels qui puisent leur source dans 40 ans de culture minceur et de culpabilisation du poids
C’est aussi élégant qu’un éclatage de bouton purulent, mais peut être que c’est salutaire !

Et si tous les gens qui comme cette chroniqueuse sont révulsés par “une grosse qui remue” le disaient ouvertement au lieu de faire des petits pics mesquins, peut être qu’on pourrait commencer à débattre sérieusement sur le sujet du poids et d’obésité dans nos sociétés.

Note : face au buzz, le nouvel obs a annoncé qu’il n’allait pas “passer sous silence le débat” et qu’un nouvel article était en préparation sur le sujet. À suivre…

“Cette grosse qui remue me révulse : je ne supporte pas la pub Castaluna

En ces temps aseptisés, il convient d’aimer tout le monde et de respecter les différences. Mais là trop, c’est trop… de kilos. Je déteste la pub de Castaluna.

Si vous ne l’avez pas vue, vous ne connaissez pas votre bonheur. C’est un clip qui met en scène une femme trop grosse, pardon, bien en chair, ou mieux présentant une surcharge pondérale. Et elle danse.

À la limite, elle ne bougerait pas, ce serait encore tolérable. Mais non, elle remue. Et ses formes plus que plantureuses aussi. Bien que corsetées, contenues par tous les moyens textiles modernes, ses chairs flottent et le résultat me révulse.

Alors je comprends bien que durant des années, les femmes qui font plus que du 44 ont été rejetées, brimées, moquées, raillées, limite persécutées. Il était temps qu’elles prennent leur revanche, puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses. La faute à une alimentation excessive, mais ça chut, il ne faut pas le dire trop fort.

Toutefois, de là à imposer sur les écrans une femme qui se donne pratiquement en ridicule, il y a une marge.

Certes, il est difficile pour une femme qui pèse plus de 100 kilos de se représenter comment serait, sur elle, une robe présentée par une femme de 40 kilos. Mais les “vraies” femmes, comme elles aiment se faire appeler, ne sont plus vraiment à plaindre.

En quelques années, les “rondes” ont réussi à faire passer dans le langage courant qu’une femme normale, mince donc, est une “anorexique”. Comme si faire attention à sa ligne était une maladie.

Autre affirmation véhiculée par les défenseurs des autoproclamées “vraies” femmes : elles plairaient davantage aux hommes que ces brindilles qui les narguent.

Chacun le répète pour faire plaisir, mais il est battu en brèche chaque jour. Voyez-vous Brad Pitt ou David Beckham au bras de “rondes” ? Non. Dès qu’un homme a le choix, il préfère être vu en compagnie d’une femme mince.

Alors, je le sais, c’est très méchant. Mais voilà je n’aime pas cette pub.”

La pub Castaluna qui est visée


Partager cette page
Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Clicky