Le 25.07.17 Par Anne

Zinteta transforme les vergetures en oeuvre d’art

Qui a décrété que les marques de vergetures étaient un truc honteux ?
En tout cas pas la jeune artiste Cinta Tort Cartró de Zinteta Art

À tout juste 21 ans, elle souhaite lutter contre le sexisme et éduquer sur le féminisme grâce à son art. Les femmes reprennent le pouvoir aves des vergetures arc en ciel, des règles multicolores, des fleurs qui couvrent la poitrine pour soutenir le mouvement #freethenipple, une vision de la beauté personnel et vibrante pour normaliser des situations féminines qui ne devraient juste pas être honteux.

La série sur les règles se nomme #manchoynomedoyasco ce qui pourrait se traduire pas “Je me suis salie et cela ne m’écoeure pas”.


Premiers coups de pinceau sur un projet si spécial. Nouveaux cadre : ma propre peau. De belles stries. Plus d’amour propre et moins de pression esthétique. Ton corps, ta maison, tu décides. #zintetaart

L’artiste confie avoir grandi en ayant la sensation de ne pas être à sa place, ce qui a fait naître son envie de créer et célébrer tous les choses que la société montre du doigt comme honteux et imparfaits dans le corps de la femme.
Les défauts n’en sont pas … Ils nous rendent unique et spéciale

Chacun d’entre est différent et, à fois, chaque corps d’une façon ou une autre a sa propre essence et énergie. Il y a de nombreux types de corps, comme il y a de nombreuses formes de vergetures. Je m’en suis rendue compte le jour où j’ai fait ces photos. En peignant le corps de Yacine, et Mònica et Roser j’ai observé les détails de leurs peaux,
la délicatesse qu’il y a en elle, et en même temps, la beauté et l’essence qui s’y cache

#estrías 💜💖❤💛💚💙 Cada unx de nosotrxs es diferente y, a la vez, cada cuerpo es de una forma u otra y tiene su propia esencia y energía. Hay muchos tipos de cuerpos, igual que hay muchos tipos de estrías. De eso me dí sobre todo cuenta el día que hice estas producciones. Pintando a Yacine, a Mònica y a Roser observé detalladamente su piel, la delicadeza que había en ella y, a la vez, la belleza y la esencia que estas escondían. Hay personas con más o menos estrías, con estrías muy gruesas, menos, o más o menos marcadas, y en esto, en la diversidad, hay la riqueza. Las estrías de Yacine me llamaron mucho la atención, pequeñitas, poco palpables a primera vista y verticales, era la aventura de descifrar todo lo que ellas escondían. Todos los cuerpos tienen (más o menos) manchas, pelos, pecas, estrías, curvas, rectas, heridas, arrugas… y todos son igual de válidos. Ya es hora de que empezemos a amar el nuestro porque, al fin y al cabo, esta es nuestra herramienta de comunicación con el mundo. Y si no nos gusta la herramienta que utilizamos para ello, dificilmente podremos sentirnos libres. Una vez más: quererse es un acto revolucionario. 💜

Une publication partagée par ¿ CINTA (@zinteta) le

Son prochain projet porte le nom de #pliegues , ce qui se traduit vous l’aurait devinez pas “plis”. Une ode à l’estime de soi, pour stopper la pression esthétique. Pour Zinteta, s’aimer est un acte révolutionnaire

À suivre … sur instagram


?>