MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

FIV et Surpoids = incompatibilité

49 ans les yvelines 19
Bonjour à toutes,

Voilà plusieurs mois que je navigue dans les différents forums du site, et j’y ai déniché un tas de trucs très sympa aussi bien au niveau des conseils,  
que des témoignages, des idées fringues, etc bref de quoi améliorer l’ordinaire parfois pas toujours joyeux.
Mais aujourd’hui je me décide à écrire car je viens d’avoir les résultats de ma cinquième FIV et encore une fois pas de grossesse… Il va falloir que je retourne chez mon gynéco et je voudrais pouvoir lui FERMER SA MOUILLE !!!! Parce que sans être grossophobe, ce monsieur est persuadé que tous mes problèmes et les siens sont liés à mon poids.
Je m’explique mes problèmes sont des règles complètement anarchiques avec parfois absence d’ovulation et des cycles qui durent trois mois et une difficulté manifeste à « tomber enceinte ».
Mais comme je l’ai expliqué plus haut mon poids lui pose problème dans son travail et c’est pourquoi j’écris car j’aimerai avoir vos témoignages. Car monsieur à des difficultés pour prélever les ovocytes (3 en moyenne pour moi) mon gras au niveau de l’abdomen fait que son aiguille pour prélever est trop courte !!!! Résultat il farfouille là dedans et je vous dis pas les douleurs au réveil, des douleurs de règles puissance 10 !
En fait ce que j’aimerais c’est que celles d’entre vous qui sont passées par les FIV me disent si leur gynéco ont rencontré ce genre de problèmes, combien avez-vous eu d’ovocytes en moyenne par prélèvement, est-ce que cela a été douloureux ?
C’est vrai qu’idéalement il faudrait pour que je sois persuadé qu’il cache son incompétence derrière mon poids, que vous vous trouviez dans les même ou au dessus des tranches poids / taille que moi, sachant que je fais 1m63 pour 110 kgs.
Je n’en ai pas envie car j’ai déjà changé de gynéco, mais si vous connaissez un centre ou un gynéco dans la région parisienne qui pratique les FIV et avec qui vous avez eu de bons contacts n’hésitez pas à m’en parler. Personnellement on m'a parlé de l'hôpital Américain...
Merci pour vos témoignages, car je suis lasse, je ne sais combien de FIV il va falloir que je fasse pour qu’enfin ça marche, je ne sais pas même si un jour cela marchera, mais je ne peux envisager ma vie sans enfant, alors j’ai juste besoin d’encouragement et être persuadé que ça peut marcher…
Maryline
7404
bonjour et bienvenue parmi nous ;)

je ne sais malheureusement pas t'aider, j'ai au la chance de ne pas avoir besoin de FIV mais il y a ici pas mal de femmes qui vont pouvoir t'aider ;)

en attendant...un peu de lecture ;) nous avons organisé une soirée spéciale sur le tchat de vivelesrondes avec pour thème les CIV au mois de mars dernier. En voici le résumé:

Citation:
Résumé soirée tchat du 2 amrs
Sujet : FIV et autres méthodes d’aide à la procréation

FIV et maladie génétique

Quand un des parents est atteint d’une maladie génétique, la FIV avec donneur peut être une solution pour avoir la certitude de ne pas transmettre la maladie au bébé mais alors se pose la question de l’acceptation du donneur et devant cette question papa et maman ne semblent pas égaux . il semble de l’avis général que les mamans ont plus facile à penser à un donneur puisqu’elles portent le bébé alors que pour le papa du coup la grossesse semble encore plus complexe à vivre. De plus en cas de maladie dégénérescente du papa la décision d’un bébé est difficile à prendre pour la maman qui doit assumer le papa et les enfants. Notre intervenant a alors évoqué la possibilité du diagnostic préimplantatoire mais dans le cas de la maladie évoquée celui-ci ne pouvait être utile étant donné la rareté de la maladie

FIV avec donneur quand on a des enfants naturels

Les différences sont-elles difficiles à gérer ?

Un enfant FIV…comment lui apprendre ses origines ? Eve a alors évoqué un livre pour enfants nommé « graine de bébé » de Thierry Lenain aux éditions Nathan qui, en mots simples, explique aux enfants les différentes façons de concevoir un bébé

FIV…les réussites et les échecs

Une des intervenantes venait d’apprendre que sa FIV avait échoué et avait envie d’en parler, de savoir comment accepter cet échec et comment reprendre courage et espoir. Elle voulait également savoir si une prise de sang était utile malgré l’arrivée de ses menstruations. Notre intervenant (biologiste et papa d’un enfant né par FIV) a souligné l’importance de cette prise de sang et du fait que l’arrivée de saignements ne signifiait pas forcément l’échec de la fécondation. Il a clairement décrit le processus d’implantation qui compte toujours plusieurs embryons et donc que la perte d’un embryon pouvait entraîner des saignements sans pour autant signifier l’échec de l’implantation en entier, sans compter qu’il ya toujours aussi le risque (faible mais existant) d’une grossesse extra-utérine à diagnostiquer et traiter ou encore d’une muqueuse utérine trop fragile entraînant l’apparition de saignements. En bref ne pas rester sur un doute mais faire appel à une confirmation médicale par prise de sang semble être le meilleur conseil

Parcours FIV et réflexions au sujet de l’adoption et des mères porteuses

Est-on plus parent quand on est biologiquement les parents ou au moins l’un des deux ou l’adoption est-elle aussi une forme de parentalité ? les avis étaient partagés…mais un point commun entre FIV et adoption, reconnu par tous : la complexité du parcours. Nous avons également abordé la question de l’insémination artificielle, avec donneur ou conjoint, qui est souvent préliminaire au parcours FIV et la question des mères porteuses que certaines se sont posé à un moment difficile de leur parcours.





FIV…résussites, échecs, et suivi psychologique

Nous avons abordé la question de la psychologie du couple devant ces épreuves physiques et morales ainsi que des échecs. Nous avons également abordé la question des réaction de l’entourage devant l’annonce du problème de stérilité, devant les tentatives et échecs de procréation assistée. De l’avis général les réactions des proches vont de l’indifférence à la méchanceté en passant par la maladresse, ce qui n’aide pas non plus. Malheureusement force est de constater que du côté du personnel médical ce n’’est pas toujours mieux….
La question aussi de la culpabilité du parent déficient est aussi abordée. Culpabilité par rapport à soi même, mais aussi face à l’autre . certaines intervenantes ont avoué en être arrivés à penser que leur conjoint devrait rencontrer quelqu’un d’autre, quelqu’un qui soit « capable » de leur donner un enfant…On voit là tout le travail psychologique si difficile, d’autant qu’il n’est pas souvent soutenu médicalement. Un des intervenants a alors souligné l’importante aide qui lui a été apporté par un groupe de parole de patients en traitement FIV au sein de leur centre de procréation médicalement assistée.Enfin nous avons abordé la question des femmes enceintes et bébé dans l’entourage immédiat des couples en difficulté de procréation et leur tendance parfois à se protéger (en évitant tout ce qui a un rapport avec la maternité) en s’isolant, ce qui n’est évidemment pas une solution, même si au moment même ça peut les soulager d’une douleur trop forte.
Nous avons également abordé la psychologique des hommes qui sont parfois pris de panique pour leur compagne, parfois à peine ménagés lors de leur passage au centre de pma

FIV….pas toujours sans danger physique

Nous avons abordé les questions des « ratés » et des hésitations médicales, des diagnostics vite posés, des refus pas toujours justifiés. Nous avons ainsi abordé la question de l’hyperstimulation ovarienne avec les conséquences dangereuses qu’elle peut engendrer (allant même jusqu’à pleurésie, problème cardiaque, risque de rupture des ovaires)

Choisir son centre de procréation médicalement assistée selon le taux de réussite ?

Ça semble être en général le cas et parfois ça peut pousser les médecins à refuser des cas qu’ils n’estiment pas assez « sûrs » pour ne pas faire baisser ce taux…A ce propos notre intervenant a souligné que les taux des cpma tournaient autour de 25% alors que dans la nature le taux des rapports fécondants étaient de l’ordre de 33%. La différence n’est donc pas aussi grande qu’on peut l’imaginer….

Après les tentatives…

Vient parfois le travail du deuil de l’enfant qu’on n’aura pas mais aussi les questions délicates comme la décision en ce qui concerne les embryons restant…les donner ? les donner à la science ? consentir à leur destruction ?les laisser congelés ? autant de questions qui font mal et que l’administration pose sans ménagement….


Et quand on a enfin l’enfant tant désiré n’a-t-on pas tendance à le surprotéger, comme si on avait peur que ce nouveau bonheur s’échappe ? de l’avis général…oui, sans doute, même si on veille au contraire…
1276
Bienvenue brassens,
franchement je n'y connais rien en FIV et tout ce qui concerne les methodes de conception mais je te souhaite beaucoup de courage et j'espère de tout coeur que tu auras ton p'ti bout de chou très vite.

BIZZZZ :lol:
B
38 ans CHARLEVILLE MEZIERES 59
je ne peux pas te renseigner mais je te souhaite bon courage

Je me marie en aout et mon ami est dingue d'enfants et rêve d'en avoir plusieurs et moi j'ai une peur bleue de ne pas pouvoir en avoir. Pourquoi? je ne sait pas trop certainement à cause de mon poid

Enfin, on verra bien


kisss
53 ans 91 25731
J'ai été suivie à l'Hôpital Américain (si tu veux je te donne les coordonnées du gynéco en mp). Ca n'a pas marché mais pas à cause de leurs équipes, c'est la cause de ma stérilité qui faisait de moi un "mauvais pronostic".

Jamais je n'ai eu de réflexions sur mon poids. Pour la ponction, j'avais choisi l'anesthésie locale et par voie vaginale et je mentirais si je disais que j'ai eu mal. Je ressentais au plus des douleurs comme celles des règles. Et puis le médecin a fait ça en qq minutes. (comme il a vu que je ne souffrais pas, il m'a même montré sur l'échographe comment il faisait pour ponctionner un follicule).

J'ai eu 18 follicules ponctionnés, 13 ovocytes mûrs ont été isolés et 8 embryons ont été obtenus après ICSI. Toutefois, le nombre de follicules dépend des femmes et du dosage employé pour la stimulation (dans mon cas j'ai eu une grave hyperstimulation, mais ce n'était pas la faute du médecin. Mais je n'ai pas pu refaire de tentative, c'était trop dangereux pour moi).

Toutefois si tu choisis l'Hôpital américain, il faut savoir qu'ils pratiquent des dépassements d'honoraires exhorbitants, non remboursés par la sécu et pas souvent par les mutuelles non plus. (par exemple - je te le fais en francs parce qu'à l'époque où je l'ai fait c'était en francs - 500 Francs la consultation, 600 francs l'échographie, 1500 francs le test génétique, 3000 francs de dépassement pour la ponction avec anesthésie locale et 4500 francs avec anesthésie générale, 6000 francs pour l'ICSI qui n'était pas remboursée par la sécu à l'époque où je l'ai faite). En plus ils ne pratiquent pas le tiers payant. Il faut donc avancer tous les frais (à ma ponction j'ai du payer à peu près 13 000 francs, je crois que c'est ce qui a été le plus douloureux ! :lol: ).

Est-ce qu'on sait vraiment pourquoi tu es stérile ? T'as-t-on fait tous les examens ? Parce que suivant les causes les traitements ne sont pas forcément les mêmes... As tu toujours été suivie par le même gynéco ? Fait-il partie d'un centre de PMA agréé ?
L
68 ans 7508
Citation:
mon gras au niveau de l’abdomen fait que son aiguille pour prélever est trop courte !!!!

Je la trouve bizarre son excuse.
A la limite que ça pèse sur la cavité je comprends mais que ça la rallonge!!! :shock:
Remarquez je suis pas expert mais ça me semble bizarde.
Puis il a qu'à prendre une aiguille plus grande ce *****.

C'est vrai que moi je changerai de gyneco direct même si c'est lassant.

Je ne peux que te souhaiter du courage :)
49 ans les yvelines 19
Patty a écrit:
J'ai été suivie à l'Hôpital Américain (si tu veux je te donne les coordonnées du gynéco en mp).

Est-ce qu'on sait vraiment pourquoi tu es stérile ? T'as-t-on fait tous les examens ? Parce que suivant les causes les traitements ne sont pas forcément les mêmes... As tu toujours été suivie par le même gynéco ? Fait-il partie d'un centre de PMA agréé ?


Merci oui Patty je veux bien les coordonnées (mon email natoth@tiscali.fr), moi perso je sais qu'un médecin dans ma ville travaille avec l'hôpital américain, je ne sais pas si c'est lui, mais il s'appelle Dr Thébaut je suis pas sûre de l'orthographe... :oops:

En fait je ne suis pas stérile, mais j'ai un ovaire imponctionnable car complètement caché derrière l'utérus, des ovaires de toutes les façons un peu fainéantes et un copain qui lui aussi a des problèmes.
Sinon j'ai fais un tas d'examen mais rien d'anormal n'a été découvert.
Oui c'est un centre de PMA agrée, il marche assez bien, en tout les cas ça a marché pour ma copine et au deuxième coup ! Le seul truc que je trouve un peu juste au niveau suivi c'est que justement tu n'est pas forcement suivi par le même gynéco, car il sont 4 est pas toujours là lorsque tu viens pour une écho, ils ne sont pas forcement au courant de ton traitement, de tes antécédents, etc...
Tu me dis que tu n'a pas eu de reflexion sur ton poids mais est il aussi important que le mien ?
Merci pour tout
49 ans 9075
J'étais déjà considérée en "obésité morbide" quand j'ai démarré ma FIV.
Il me semble que l'on m'avait ponctionné une dizaine de follicules et ils ont obtenus 7 embryons. Jamais le doc m'a dit que l'aiguille était trop petite. J'ai été anesthésiée totalement pour la ponction et au réveil je ne sentais absolument rien.
On m'a transféré 3 embryons et après 9 mois d'attente j'ai pu serrer dans mes bras une belle poupette qui va fêter ses 10 ans cet été...
Les 4 autres embryons ont été réimplantés quelques années après mais cette fois ci, malheureusement, ils n'ont pas tenu 9 mois....

Sincèrement, concernant ton problème, je ne comprends pas cette excuse d'aiguille trop petite. Des aiguilles il en existe de toutes les longueurs non ?
Tu devrais essayer ailleurs. A l'hopital Américain ou ailleurs...il n'y a pas que trois centres en France !
Pour ma part j'habite en Haute Savoie et je suis allée en premier à Lyon (ou après 2 rendez vous catastrophiques j'ai tout arreté) puis ensuite Grenoble. Ce n'était pas la porte d'à côté (plus de 2 heures de route) mais je ne regrette pas !
G
50 ans 5
MarylineB a écrit:
Bonjour à toutes,

Voilà plusieurs mois que je navigue dans les différents forums du site, et j’y ai déniché un tas de trucs très sympa aussi bien au niveau des conseils, que des témoignages, des idées fringues, etc bref de quoi améliorer l’ordinaire parfois pas toujours joyeux.
Mais aujourd’hui je me décide à écrire car je viens d’avoir les résultats de ma cinquième FIV et encore une fois pas de grossesse… Il va falloir que je retourne chez mon gynéco et je voudrais pouvoir lui FERMER SA MOUILLE !!!! Parce que sans être grossophobe, ce monsieur est persuadé que tous mes problèmes et les siens sont liés à mon poids.
Je m’explique mes problèmes sont des règles complètement anarchiques avec parfois absence d’ovulation et des cycles qui durent trois mois et une difficulté manifeste à « tomber enceinte ».
Mais comme je l’ai expliqué plus haut mon poids lui pose problème dans son travail et c’est pourquoi j’écris car j’aimerai avoir vos témoignages. Car monsieur à des difficultés pour prélever les ovocytes (3 en moyenne pour moi) mon gras au niveau de l’abdomen fait que son aiguille pour prélever est trop courte !!!! Résultat il farfouille là dedans et je vous dis pas les douleurs au réveil, des douleurs de règles puissance 10 !
En fait ce que j’aimerais c’est que celles d’entre vous qui sont passées par les FIV me disent si leur gynéco ont rencontré ce genre de problèmes, combien avez-vous eu d’ovocytes en moyenne par prélèvement, est-ce que cela a été douloureux ?
C’est vrai qu’idéalement il faudrait pour que je sois persuadé qu’il cache son incompétence derrière mon poids, que vous vous trouviez dans les même ou au dessus des tranches poids / taille que moi, sachant que je fais 1m63 pour 110 kgs.
Je n’en ai pas envie car j’ai déjà changé de gynéco, mais si vous connaissez un centre ou un gynéco dans la région parisienne qui pratique les FIV et avec qui vous avez eu de bons contacts n’hésitez pas à m’en parler. Personnellement on m'a parlé de l'hôpital Américain...
Merci pour vos témoignages, car je suis lasse, je ne sais combien de FIV il va falloir que je fasse pour qu’enfin ça marche, je ne sais pas même si un jour cela marchera, mais je ne peux envisager ma vie sans enfant, alors j’ai juste besoin d’encouragement et être persuadé que ça peut marcher…
Maryline
hello suis nouvelle sur ce post mais peut te donne mon experienve je mesure 1m63 et pese 85kg je suis loin d etre mince ,mais quand j ai commencer fiv il y a 5 ans pesais 65kg et il m en a fallut 8 fiv pour que l annee passee le4-8-2007 mon petit hugo vienne au monde au fait j ai 41ans donc je pense que le fait que les gyne te dise cela c est pour cacher leur echec :evil: et c est vraiment nul ne perd pas espoir sa marche mais il faut etre patient moi je recomence fiv a la fin du mois et se seras la 10eme bonn chance a toute
I
40 ans NANCY 5017
Bon je ne suis pas une pro de la fiv .
Je n'en ai fait qu'une ( enfin une ponction ) et je ne sais pas si c'est à cause de l'anesthésie générale , mais le médecin n'a pas du tout parlé de problèmes pour ponctionner . ( IMC à 41 , 1m 73 et 123 kgs et gros ventre au moment de la ponction )

Le résultat de ma ponction étant très mauvais , il m'a demandé de perdre du poids pour améliorer la réponse ovarienne et il l'a demandé en me parlant correctement ( ce qui n'est pas le cas de beaucoup de médecins qui pourraient traiter leurs patients obéses correctement ! ) .

Je n'ai eu aucune douleur après : je n'ai pas pris toute la cargaison d'anti douleurs qu'il m'avait prescrit .

Je te conseille vivement de changer de gynéco et je te souhaite un joli +
D
35 ans 1
bonjour je viens vers vous car je me retrouve dans une impasse et besoin d'aide. Cela fait 5 ans et demi qu'avec mon mari on essaie d'avoir un enfant mais en vain. 1er gynécologue m'a seulement donné un traitement d'hormones pendant 2 ans mis à part une prise de poids rien d'autre. 2nd gynéco "je peux rien faire pour vous a cause de votre surpoids" eh oui petite précision je fais 1m63 pour 136kg. Donc pour ce gynéco surpoids = pas le droit à de l'aide pour devenir maman !!! 3ème gynécologue ca fait bientôt 2 ans que nous sommes avec lui il fait tout pour nous aider, traitement stimulation qui fonctionne très bien mais n'aboutissent pas. Pour lui une insémination intra-utérine serait peut être la solution. Le problème est qui va accepter de me la faire ??? Le mans ? refus, Tours en attente de décision mais mal parti le médecin du centre pma m'a dit il faudrait une parte de poids significative. Mon gynécologue veut ensuite essayé angers mais rien de sûre !!! Avez-vous été dans mon cas ? Et est-ce que certaine clinique accepte ???
C
36 ans liège 81
je vous donne mon expérience
imc au départ à 42 ; arrêt de la pilule mais bébé ne vient toujours pas après 3 ou 4 mois sans règles je vais voir gygy qui me dit faut perdre 30 k , je sais qu'il a raison je doit perdre
alors avec une meilleur alimentation et beaucoup de volonté je perd 40k en 1 an
mais après un an d'essais après toujours rien ,on fait des examens et il s'avère que le probleme vient de monsieur , donc on passe direct au fiv ( à ce moment là j'ai un imc à 34)
il ne font aucun commentaire sur mon poids mais je réagis pas hyper bien au stimulations (sans doute vu la masse graisseuse ventrale)
on me ponctionne 3 ovocytes ( ça n'a pas été hyper facile à ponctionné ,j'ai tout entendu puisque c'était une anesthésie locale) mais ils n'ont fait aucune allusion au poids
sur les 3 ovocytes , les 3 ont été fécondes et un transféré et beaucoup de chance car au premier transfert je suis enceinte!
donc ça marche aussi quand on est très ronde

( j'ai fait deux ponctions , la première blanche on a rien pu ponctionné car j'avais déjà ovulé avant , ce que j'ai toujours pas compris ,et la deuxième avec 3 ovocytes)
B I U


Discussions liées