MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

la fessée

je reviens sur ce sujet.
j'étais de ceux qui ne voyait pas le mal de "fesser".

Mouflet est assez difficile, je l'ai fessé, une fois:

efficacité zéro, il m'a frappé derrière.

et je n'ai  
pas aimé cela du tout/

bilan : je ne lui donne plus de fessée, ni de claques sur les mains.

intérêt pédagogique nul pour moi. son papa le fesse de temps en temps, je déteste cela.
32 ans 2879
mamisha a écrit:
@okapi : peut être parce qu'aucun parent ici ne considère la fessée comme une nécessité éducative, mais plutôt comme "le dernier recours", quelque chose dont ils préfereraient se passer même s'ils n'y arrivent pas toujours. Du coup, on considère que des personnes "extérieures" ne doivent pas avoir besoin d'y avoir recours.

A ce moment peut-être serait-il bon d'étudier les alternatives et comment on peut gérer les situations difficiles, en évitant d'en arriver là...si on cherche à l'éviter. :)

Et je comprends pour être pas toujours sympa avec mon fils (fatigue plus comportement turbulent, cocktail d'enfer) qu'on puisse taper son enfant. Je ne l'ai pas encore fait, mais ça arrivera sûrement si je n'essaie pas de l'éviter par des tactiques (vis-à-vis de mon énervement et vis-à-vis de mon fils).
Pour le moment je me laisse encore prendre de court par des énervements, qui ne vont pas jusqu'aux cris ou aux tapes, mais je crois que je dois travailler ça autant en amont (éviter d'être exténuée en préparant mieux le terrain) qu'en aval (comment désamorcer la tension le plus calmement possible).
67 ans 3528
Bien sûr... mais cela est difficile. Certaines personnes vont essayer de ne jamais donner de fessée et y arriver. D'autres essaieront et n'y arriveront pas. Je me considère comme "anti fessée". Intellectuellement je suis totalement convaincue. Pourtant ma fille a déjà du recevoir 2 ou 3 fessées. Je déteste ça. Clairement, cela ne fait pas partie de mes projets éducatifs, et je souhaite l'éviter. Mais parfois je n'y arrive pas. Parfois, ma relation avec ma fille remue des choses chez moi que je ne sais pas gérer. Ou pas de manière suffisamment rapide/adaptée.
32 ans 2879
mamisha a écrit:
Clairement, cela ne fait pas partie de mes projets éducatifs, et je souhaite l'éviter. Mais parfois je n'y arrive pas. Parfois, ma relation avec ma fille remue des choses chez moi que je ne sais pas gérer. Ou pas de manière suffisamment rapide/adaptée.

Je comprends tout à fait ! Ce que je trouve dommage c'est lorsqu'on aimerait éviter mais que par fatalisme on met tout de même la fessée dans le schéma éducatif. J'ai le sentiment qu'on va alors en donner plus, car on aura accepté, intégré, l'idée d'en donner.

Toi tu la rejettes, donc ça t'aide à construire des garde-fous, mais évidemment on n'est pas infaillible.
Je suis persuadée qu'avec des explications, des regrets exprimés, on peut retrouver un lien de pleine confiance avec son enfant.
A
32 ans 2
K-reine a écrit:
misschris02 a écrit:
et puis une fessée de tps en tps çà fait pas de mal, çà fait circuler le sang :D
Ouais, pareil pour les baffes, et même les coups de martinet... :nananr:

Comme je l'ai dit dans un autre post, on est pas "anti-fessées", mais nous on en a jamais donné encore, Amalia n'en a eu qu'une, c'était par ma mère cet été et c'était une fessée spontanée, parce que la gamine nous a échappé (j'étais coincée du dos, pouvait pas courir) s'était barrée en courant et en rigolant et a traversé la route au bout de l'impasse dans laquelle vit ma mère... on a eu la trouille de notre vie, ma mère a tapé un sprint comme je ne la croyais pas capable d'en faire, et quand elle a choppé la gamine qui s'était arrêté contre le mur de l'autre côté de la route en rigolant, ben là, elle a pris une fessée... on a évidement expliqué après que c'était dangereux, que mamie et maman avaient eu peur, etc...

Chez nous, on ne tape pas, disons ça ne s'est jamais trouvé, je me dis que c'est pas une solution dans la mesure où on demande à un enfant de ne pas taper et on le tape...



completement d'accord !
I
32 ans Toulouse 122
Chez moi pas de fessée, je suis totalement contre, je pense que ca n'a aucun intérêt pour l'enfant et aussi pour l'adulte.
Ma famille connait la position de mon homme et moi et personne n'osera jamais en mettre une à ma fille. Pour moi la fessée c'est un coup et je préfère privilégié d'autre façon de procéder avec ma fille. La verbalisation, la punition, le dialogue chez nous marche aussi bien, et par ce biais je pense respecter l'intégrité physique de ma fille, ce qui est primordial pour moi.
Une gifle ou une fessée pour moi c'est du pareil au même, c'est apprendre le respect à son enfant en ne le respectant pas dans son intégrité. C'est aussi lui inculquer de la peur, car il obéit pas forcément parce qu'il a compris ce que je voulais, mais parce qu'il a pas envie de s'en prendre une.
J'ai un avis très tranché sur le sujet, mais je ne m'imagine pas levée la main sur ma fille, je n'en vois pas l'utilité.
32 ans 2879
inkedpast a écrit:

Une gifle ou une fessée pour moi c'est du pareil au même, c'est apprendre le respect à son enfant en ne le respectant pas dans son intégrité. C'est aussi lui inculquer de la peur, car il obéit pas forcément parce qu'il a compris ce que je voulais, mais parce qu'il a pas envie de s'en prendre une.

Ca provoque en effet un manque d'autonomisation de l'enfant d'une part (il ne peut réfléchir au bienfondé de ses actes quand il est pris dans la violence/la peur), et également une altération du lien parent-enfant.
De mon enfance j'ai des souvenirs d'une mère impliquée mais ceux de ma mère furibarde qui me hurlait dessus et me punissait d'une fessée ont pris le dessus dans mon esprit.

Aujourd'hui j'ai donc une relation très ambivalente et distante avec elle, et ce à cause de ces violences.
Pourtant, je n'ai jamais eu de propos rabaissant, simplement la peur de ma mère et le sentiment d'être prise dans sa propre violence interne comme dans une tempête.
32 ans 2879
J'ajoute juste que je comprends qu'on ait des gestes/paroles violentes envers son enfant ; on a tous fait subir de la violence à nos proches par épuisement personnel et incompréhension.

Mais j'engage (et j'essaie de tenir cette voie) à s'excuser, à expliquer pourquoi on a réagi ainsi, et qu'on le regrette, puis à essayer de trouver des parades pour diminuer les moments où on ne se maîtrise plus...

Je crois remarquer que tout cela est soit du cercle vicieux soit du cercle vertueux. Depuis que je suis plus reposée et sereine, mon fils m'écoute plus, et quand il n'écoute pas je réagis calmement parce que j'ai de la ressource et qu'il ne m'épuise plus H24.
Et ça va mieux depuis que le papa participe mais surtout me sépare un peu de fiston (qui n'a pas besoin d'autant de présence que je le pensais). Au final, je me fatiguais pas mal toute seule.
P
36 ans 23
j'en ai 5 et pas de fessée

je mets les plus petits au coin et les grands punis de jeux ou play


quand c'est une question de sécurité, j'en parle avec eux pareils s"ils mentent

la fessée , je trouve ca humiliant pour l'enfant, de plus, l'adulte utilise sa force et contraint l'enfant

user de sa force et "casser" l'enfant , je trouve sa trés malsain et disproportionné
B I U


?>