MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Adoption: pour qui?

44 ans 76 10598
Si on se référe au droit francais:
Citation:
Qui peut adopter un enfant ?
Toute personne âgée de plus de 28 ans :

soit célibataire ;
soit mariée : les époux  
doivent avoir au minimum 2 ans de mariage s'ils font la demande ensemble, et ne pas être séparés de corps. Si les 2 époux ont tous les deux plus de 28 ans, il n'y a pas de condition de durée de mariage.


A noter : La condition d'âge n'est pas exigée en cas d'adoption de l'enfant du conjoint.
Il faut en outre justifier d'une bonne réputation (enquête sociale), d'une bonne santé (examen médical) et d'un bon équilibre psychologique (examen auprès d'un psychologue).


Il est indispensable de remplir ces conditions pour pouvoir adopter un enfant mais cela ne suffit pas car il existe beaucoup moins d'enfants à adopter que de couples candidats à l'adoption et l'écart s'accentue chaque année.( source: pratique.fr)


A votre avis, devrait-on changer ces critéres? Si oui, qu'ajouteriez vous?
39 ans Montréal 615
Et voila pour le droit suisse...
Citation:

Quelles conditions la Suisse impose-t-elle aux futurs parents adoptifs ?

En vertu des art. 264 à 269c du code civil suisse (CC, RS 210), les futurs parents adoptifs doivent satisfaire aux conditions suivantes :
Conditions générales

* De par leur situation personnelle, familiale, sociale et matérielle, ainsi que de par leur santé et leur capacité éducative, les futurs parents adoptifs doivent apporter la garantie qu’ils pourront durablement bien s’occuper de l’enfant qu’ils adoptent et pourvoir à son entretien et à son éducation. Ils doivent être aptes et prêts à accueillir cet enfant comme si c’était le leur et à l’encourager et le soutenir dans son développement.
* Les futurs parents adoptifs doivent avoir fourni des soins et pourvu à l’éducation de l’enfant au sein du ménage commun pendant au moins une année, dans la mesure où l’adoption prononcée à l’étranger n’est pas reconnue directement en Suisse.
* Si l’enfant est capable de discernement, son consentement est nécessaire à l’adoption.
* Les parents de l’enfant doivent consentir à son adoption. Le consentement à l’adoption ne peut être donné durant les six premières semaines qui suivent la naissance de l’enfant. Il peut être fait abstraction du consentement d’un des parents lorsqu’il ne s’est pas soucié sérieusement de l’enfant ou lorsqu’il est inconnu, absent depuis longtemps sans résidence connue ou incapable de discernement de manière durable.

Adoption conjointe

* Les époux doivent être mariés depuis au moins cinq ans ou être tous deux âgés de 35 ans révolus.
* Ils doivent être d’au moins seize ans plus âgés que l’enfant.

Adoption par une personne seule

* Une personne non mariée peut adopter seule si elle a 35 ans révolus.
* Un époux peut adopter l’enfant de son conjoint s’il est marié avec ce dernier depuis au moins cinq ans.
* La différence d’âge entre l’enfant et le parents adoptif doit être d’au moins seize ans.
* Des époux ne peuvent adopter que conjointement. Une personne mariée ne peut adopter seule que si elle est âgée de 35 ans révolus et que son conjoint est devenu incapable de discernement de manière durable, ou qu’il est absent depuis plus de deux ans sans résidence connue, ou lorsque la séparation de corps a été prononcée depuis plus de trois ans.

Restrictions

* L’adoption conjointe d’un enfant reste interdite aux couples de même sexe, de même que l’adoption de l’enfant du partenaire.
* L’adoption d’une personne majeure ou interdite n’est possible qu’en l’absence de descendants.

Important

Celui qui, sans avoir obtenu les autorisations nécessaires, accueille en Suisse, en vue de son adoption, un enfant résidant habituellement à l’étranger, est passible de sanctions pénales (Loi fédérale du 22 juin 2001 relative à la Convention de La Haye sur l’adoption et aux mesures de protection de l’enfant en cas d’adoption internationale (LF-CLaH, RS 211.221.31, art. 22 et suivants)).

http://www.ofj.admin.c..._adoption/voraussetzungen.html


C'est encore plus difficile qu'en France :(
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
A bon il n'y a plus d'enfants dans des orphelinats???

C'est bizzare de dire qu'il y a plus de parents adoptants que d'enfants adoptable!!!


POur ce qui est du mariage, je trouve ca maintenant un peu desuet.

EN gros si vous y arrivez pas de facon naturelle vous devez subir pleins de truc que les autres couples connaissent même pas et ne connaitrons jamais comme les examens psycho, l'examen de tes revenus, de ta reputation... En plus de savoir que tu es physiquement incapable d'avoir des enfants on examine tout le reste pour savoir si tu peux etre parent.

Tu passes des fois des années a essayer naturellement et ensuite tu continue par des mois d'examens et d'attente de la justice.

Quand je vois certaines familles tuyau de poil... :evil: :evil:

Bref

En plus on t'oblige a te marier malgré tes convictions. Même si parfois tu es en couple depuis plus longtemps que certains mariage.

C'est pire que de postuler pour approcher le president.


On demande pas à celles qui sont enceinte a 16 ans de justifier de ses revenus, de ses capacités d'accueil, de son profil psycho, de sa reputation......


Ca m'enerve, j'arrête
32 ans 37 469
oh si il y a beaucoup d'enfants dans des foyers ou autre mais le problème vient de la définition du mot adoptable

en france on veut absolument privilégier la relation de l'enfant avec sa mère biologique ou ses deux parents en gros un enfant qui est en foyer ou placé dans une famille d'accueil peut ne pas être considéré adoptable parce qu'il a toujours des contacts avec ses parents biologiques, même si c une fois tous les 36 du mois, parce qu'on ne veut pas couper ce lien si infime soit il!!!!
perso jtrouve ca naze, évidemment c a voir au cas par cas mais dans de nombreuses situations l'enfant serait 10000 fois plus heureux s'il était adopté par une vraie famille!!

mais bon en france perso je me demande si les services sociaux travaillent bien dans l'intérêt de l'enfant!!! (exemple changer souvent de famille d'accueil pour éviter qu'un enfant ne s'attache trop!!! un enfant a besoin de s'attacher c même très important pour son développement!!!) bref ca m'enerve tout ca!!!
146
Je suis tout à fait d'accord avec toi boubou59.J'ai une petite cousine éloignée(et heureusement),qui a eu un gosse à 13 ans.On ne sait jamais posé la question de savoir si elle était apte ou pas a elever son enfant,et quand ce dernier est né,on s'est comporté avec cette gamine comme on se comporte avec une femme adulte(félicitations,ton fils est magnifique,tu as fais du beau boulot,etc...).ca m'a vraiment dégoûté.
Par contre,mon cousin et sa femme(respectivement 31 et 35 ans à l'époque) ont mis plus de quatre ans pour qu'enfin,on leur confie une petite fille.On a fait sur eux une enquête de moralité,ils ont passé des examens médicaux,des entretiens avec des psychologues et avec des assistantes sociales.Ils ont quand même dû attendre 4 longues années,sans savoir si on allait leur confier un enfant.
105 ans 6176
Lorsque des administrations ou des assoc' ont la responsabilité de trouver une famille pr un enfant,je comprends qu'ils prennent toutes les precautions.Je suis moi meme en cours pr ma demande d'agrement et je comprends très bien que l'administration ne veuille pas prendre de risques.9 mois d'attente( le temps des controles et des 3/4 entretiens) c'est pas grand chose quand on attend depuis des années et ça permet aussi de consolider le projet de l'adoption.

Certes ça peut sembler injuste quand on voit que des AS tentent par exemple de maintenir coute que coute des liens entre certains enfants violentés et leur famille mais je maintiens que pour des enfants ayant deja subi un abandon ( voir pire parfois ),il convient de verifier en long,large et travers les capacités des futurs parents à prendre en charge cet enfant tant materiellement que financierement, à l'eduquer et à l'entourer d'amour.
ce serait dangereux que l'agrement soit donner trop facilement a des couples qui n'ont pas le désir profond d'adopter ( du style ,ceux qui veulent adopter un enfant comme on adopte un chien...si si...ça existe les gens qui veulent adopter pr des raisons humanitaires. et une fois que l'enfant est là, que faire si les parents ne veulent plus mener a terme la procedure? l'enfant risque d'etre abandonné une 2eme fois,ou alors il grandira dans un famille qui le supporte plus qu'elle ne l'aime.)

pour le mariage,ça peut sembler desuet chez nous mais de nombreux pays ,dans le cadre de l'adoption internationale ,n'ont pas la même mentalité que nous et pour ces pays où bien souvent la religion a encore une place importante,le mariage represente davantage: une certaine securité,une stabilité chez futurs parents,un desir profond de former une famille.certains pays, exigent même que les parents soient pratiquants ( par exemple en Tunisie, les parents adoptants doivent etre musulmans pratiquants).

Oui l'adoption demande parfois des sacrifices ( entre un enfant et une conviction ,je fais vite le choix) et surtout une bonne dose de volonté et d'investissement personnel ( comme la PMA d'ailleurs).

Oui ça peut sembler injuste mais de toute façon, si la vie etait juste ça se saurait.Mais bon on va pas se plaindre.Je prefère, et de loin, etre dans la position de celle qui veut adopter que dans celle qui doit abandonner son enfant.

ceci dit de nombreux couples obtiennent leur agrement chaque année sans problème et adoptent apres quelque temps un enfant,rarement issu de France certes, souvent de l'étranger, et ceci comprend des couples en concubinage (en Haiti par exemple c'est 5 ans de mariage ou 10 ans de concubinage demandé pour les adoptants) voir des parents célibataires.

la seule chose que je changerai dans la loi si c'etait possible ce serait l'adoption aux personnes du même sexe,comme on l'a permis pour les parents célibataires.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Je suis d'accord avec toi sur nombre de points mais subir (car c'est le mot) des exames douloureux et contraignant pour le corps, l'esprit et le couple ne vaut il pas un dexir profond d'enfant motivé????

Un jour peut etre devront nous passer par la, j'en suis deja a 2ans et demie d'essais dont un an de ttt infructueux et douloureux surtout psychologiquement. Je vais avoir encore de long mois d'essais a subir et d'echecs a supporter.
Tout cela, pour peut etre ne pas avoir de resultat et après on va après m'avoir juger sur mon incapacité physique a être mère (et femme mais ca c'est un autre sujet) on va juger tout le reste de ma vie. POur moi ca sera comme un viol.

Ce mot peut sembler dur mais je l'assume.

Toi qui est passé par la ai je tort???



Pourquoi ne pas faciliter les dossiers justement de personnes comme nous qui nous sommes deja battus pendant des années physiquement et qui avons montré notre desir d'enfant?
Je pense pas qu'on subit tout cela juste pour le plaisir d'avoir un enfant dont on s'occupera mal.
53 ans 91 25731
Au bout de plusieurs années de traitement qui n'ont jamais marché, zom et moi avons demandé un dossier d'agrément pour adopter.

Nous sommes allés à une réunion organisée par l'ASE, qui présentait le parcours des adoptants, la législation, des témoignages de personnes ayant adopté...

Et on en est ressorti très mitigés, avec l'impression qu'après s'être battus pour être des parents biologiques et avoir échoué, on allait encore une fois nous demander de prouver qu'on pouvait être des parents...Et même si on a compris pourquoi, si on a bien compris que la démarche était différente, si on ne remet pas en cause les procédures qui sont mises en place dans l'intérêt de l'enfant (encore que pour certaines je demande à voir...) et bien on n'a pas eu envie de passer par là.

Des années d'épreuves nous avaient suffi. Nous nous étions suffisamment foutus à poil physiquement pendant les traitements, on n'a pas eu le courage de le faire moralement. On avait surtout pas envie de revenir sur nos années de traitement et toutes les conséquences que ça avait eu dans notre couple. Pas envie de répondre à certaines questions. Pas envie de ressortir des blessures qu'on trainait, l'un comme l'autre. Et surtout, pas envie de subir un nouvel échec si jamais ça ne marchait pas.

Et puis ça n'était peut-être pas le moment... Ou peut-être qu'on en avait pas suffisamment envie. C'est très possible, personnellement je sais que j'aurais voulu un enfant avec mon mari, un enfant à nous deux, je ne voulais pas un enfant à tout prix (je sais que je choque parfois quelques mamans qui ont adopté quand je dis ça, mais c'est ce que je ressens).

Je comprends ce que tu peux ressentir Boubou, mais l'adoption ce n'est pas une maternité de substitution parce qu'on n'a pas pu avoir d'enfant biologique. C'est une démarche complètement différente, même si à la fin on est des parents aussi. Ce n'est pas parce qu'on a subi des traitements médicaux qu'on est apte à adopter. Pour adopter, il faut avoir fait le deuil de l'enfant biologique, celui qu'on n'aura jamais. Il faut envisager les difficultés qui se présenteront avec le temps, quand l'enfant voudra savoir qui étaient ses parents biologiques, pourquoi ils l'ont abandonné, où ils sont, est ce qu'il peut les retrouver, subir les doutes, les reproches parfois... Et tout ça, ce n'est pas avec nos piqûres et nos ponctions qu'on est prêts à l'envisager. ;)

L'adoption ce n'est pas avoir un enfant, c'est donner des parents à un enfant qui n'en a plus. Et ça fait toute la différence.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Patty a écrit:
Je comprends ce que tu peux ressentir Boubou, mais l'adoption ce n'est pas une maternité de substitution parce qu'on n'a pas pu avoir d'enfant biologique. C'est une démarche complètement différente, même si à la fin on est des parents aussi. Ce n'est pas parce qu'on a subi des traitements médicaux qu'on est apte à adopter. Pour adopter, il faut avoir fait le deuil de l'enfant biologique, celui qu'on n'aura jamais. Il faut envisager les difficultés qui se présenteront avec le temps, quand l'enfant voudra savoir qui étaient ses parents biologiques, pourquoi ils l'ont abandonné, où ils sont, est ce qu'il peut les retrouver, subir les doutes, les reproches parfois... Et tout ça, ce n'est pas avec nos piqûres et nos ponctions qu'on est prêts à l'envisager. ;)

L'adoption ce n'est pas avoir un enfant, c'est donner des parents à un enfant qui n'en a plus. Et ça fait toute la différence.



POur moi avoir un enfant ce n'est pas que le porter. on a deja envisagé l'adoption.

Même si j'espere encore avec les ttt j'ai presque l'impression de le debuter mon deuil d'enfant naturelle de toute facon, vu que rien ne marche vraiment depuis un an.

Je fais deja ma demarche a petit pas mais j'ai toujours voulu faire le bonheur d'enfants et je ne me voit pas vieillir sans en elever. Mon parcours professionnel en a decidé autrement mais j'ai toujours voulu travaillé avec eux, j'ai fait mon memoire sur les enfants. Ce qui m'empeche d'y aller maintenant est d'ailleurs mes pb perso actuels.

Par ailleurs, quand je vois mon homme avec les enfants je ne le vois pas non plus se passer de faire le bonheur des siens un jour (naturels) ou non.


Bref même sans ca je trouve que les demarches sotn très longues
39 ans Menucourt, Val d'oise 89
je remonte ce topic tiens.
Etant moi meme en pleine demande d'agrement, si je changerait quelque chose se serait le fait d'accepter le statut du pacs.

Mon ami et moi meme sommes pacsés. Nous ne voulons pas nous marier car cela est pour nous un acte religieux avant toute chose et nous n'avons pas besoin de ca pour etre en couple.
Seulement bin, on doit se declarer en celibataires parce que le pacs n'est pas reconnu dans le cadre de l'adoption.
c'est un peu limite...
55 ans Québec, Canada 1655
L'adoption au Québec:

Que vous soyez célibataire, marié, uni civilement ou conjoint de fait, vous pouvez faire une demande d’adoption d’un enfant au Québec. Cependant, en règle générale, les conditions suivantes s’appliquent :


l’adoption doit être dans l’intérêt de l’enfant;

vous devez être âgé d’au moins 18 ans;

règle générale, vous devez avoir au moins 18 ans de plus que l’enfant que vous désirez adopter, sauf s’il s’agit de l’enfant de votre conjoint;

les parents biologiques doivent consentir à l’adoption de leur enfant, à moins qu’ils l’aient abandonné ou que le tribunal leur ait retiré leurs droits parentaux (pour en savoir plus, consultez la capsule :
L’autorité parentale) ;

l’enfant lui-même, s’il est âgé de 10 ans et plus, doit être consulté relativement à son adoption.

l’enfant lui-même, s’il est âgé de 14 ans et plus, doit être consentir à son adoption.

Il est à noter qu’aucune loi québécoise n’interdit l’accès à l’adoption aux personnes célibataires, aux gais et aux lesbiennes. Cependant, les conditions imposées par certains pays rendent difficile l’adoption par les célibataires et les couples de même sexe.

Vous devez aussi respecter les exigences imposées par le Code civil du Québec et par la Loi sur la protection de la jeunesse, notamment en vous soumettant à une évaluation psychosociale portant sur votre capacité à agir comme parent.

Voila voili ...
105 ans 6176
thalanth a écrit:
Mon ami et moi meme sommes pacsés. Nous ne voulons pas nous marier car cela est pour nous un acte religieux avant toute chose et nous n'avons pas besoin de ca pour etre en couple.


je suis mariée mais uniquement de manière "républicaine"(pas de passage a l'eglise puisque Mr n'y croit pas et que je ne voulais pas m'y marier s'il n'etait pas motivé pour ça).

pour moi le mariage n'a rien de religieux ,c'est avant tout un acte républicain car c'est avant tout vis a vis de l'Etat et de son administration que nous nous unissons (avec toutes les consequences juridiques,fiscales,succesorales, filiation,etc... que ça engendre). c'est un acte grave dont on ne se libère pas aussi facilement qu'un pacs.je pense qu'aujourd'hui c'est pour cela que l'administration le préfère encore au pacs ou au concubinage .
B I U


?>