MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Prochain TEC: + de sport, - de sucre...

E
36 ans Toulon 296
Après 5 ans d'espoir, désespoir, PMA, sport, régimes, déprime, FIV, motivation, bref de découragements et d'efforts en tout genre, j'attaque un nouveau TEC en ayant trouvé une information que je  
n'avais jamais croisée...

On sait déjà qu'il "peut" y avoir un rapport entre obésité et infertilité (c'est un autre débat), mais plus que ça, il y aurait un rapport entre "insuline" et infertilité...

Apparemment lors de la prise alimentaire de sucre, l'insuline produite pour réguler le taux de sucre dans le sang, enverrait à l'hypophyse l'ordre de produire de la LH (hormone lutéinisante) qui en trop grande quantité perturberait le bon fonctionnement du cycle de production des hormones de la reproduction...

Je ne suis pas sûre de tout ça, je ne comprend d'ailleurs pas tout ce que j'ai lu, mais ne supportant plus les échecs, je vais essayer de mettre plus de chances de mon côté pour que cette fois mon/mes petits embryons s'accrochent enfin, parce que jusqu'à présent mon corps les "rejette"...

D'ailleurs je me rappelle d'une fois où ma gynéco-PMA en me raccompagnant à la porte après avoir programmé un tec, me lance "et pas trop de sucre hein", sur le coup j'ai dis "ouais ouais..." mais peut-être que tout ça avait un rapport avec cette histoire d'insuline...

Donc voilà, pendant les 45 jours qui me séparent du transfert d'embryon, je vais arrêter le sucre rapide (sucre blanc et cochonneries industrielles) et ne conserver que les fruits et les féculent, car bien sûr l'organisme ne peut pas se passer totalement de glucides.

Et le sport, et bien on sait aussi qu'il aide à réguler la production des hormones (toutes confondues), alors...


J'ai tellement besoin que cette fois soit la bonne... :(
35 ans 998
En soi éviter le sucre raffiné n'est pas une mauvaise chose. Pense au fructose, au miel, au sucre de riz ... etc ;)

Parmi tous les tests que tu as du faire, ils ont pensé à te faire faire un test de diabète?
E
36 ans Toulon 296
Je suis pourtant au "sucre d'agave" depuis plusieurs années... en revanche je ne connaissais pas le sucre de riz!

Non c'est ce que je disais dans mon post "endocrino et fiv", ma gyneco en PMA accepte, malgré mon surpoids, de me faire des fiv mais elle ne m'a jamais fait chercher le diabète, la thyroide etc, du coup si ce TEC-là ne fonctionne pas j'irai chez mon généraliste pour voir ce qu'il me conseille...
F
29 ans 497
Salut

Pour t'aider tu peux trouver sur internet des listes d'aliments et leur indice glycémique. A mon avis, tu peux même trouver des appli pour smartphone qui contiennent ce genre d'information.

De mon côté, étant OPK, je sais que j'ai un risque plus élevé de contracter un diabète de type 2 (insulino-résistance). Je sais aussi que si ce n'est pas déjà le cas, je suis surement déjà, d'une certaine manière, insulino-résistante, ce qui m'empêche certainement d'ovuler correctement.
Après, avec les OPK c'est toujours pareil, on ne sais jamais "qui" est arrivé en premier.

Du coup, cela ne m'étonne donc pas, même si tu n'es pas OPK, que ton gynéco te dise ça. L'insuline a un rôle important sur notre système de reproduction.
E
36 ans Toulon 296
J'ai trouvé 2 tableaux:

http://www.diabete.fr/...-glycemique/files/IG_FINAL.pdf

http://elveapharma.com/indices-glycemiques.pdf


Pfff c'est contraignant....jongler avec l'indice glycémique et les calories c'est un casse tête...
F
29 ans 497
Oui c'est sur...
A mon sens, essaye de faire attention, le plus possible, sans que ça devienne une obsession. Faut pas trop se prendre la tête non plus, parce que si tu commence à te stresser pour ça aussi, t'es pas sortie de l'auberge :)

C'est ce que j'essaye de faire tous les jours, et puis si de temps en temps je craque et bien je craque !
Je ne sais pas pour toi mais si je commence à culpabiliser c'est mort ! Je re-craque.
Du coup, je suis fière de mes efforts (qui payent sur la balance et sur mes compétences sportives).
Je ne suis pas fière de mes craquages mais j'en fais pas un drame non plus !

Et puis tu as une sacrée belle motivation !

Au fait, le sport régule aussi l'insuline ! ;)

Pour en revenir à ton autre post, en fait si j'ai bien compris, personne n'a jamais réussi à poser un diagnostique sur ton infertilité ? Tu n'as pas de "mot" à mettre sur ton problème ?

J'espère que ton prochain protocole fonctionnera !
E
36 ans Toulon 296
Bah non je n'ai pas de "mot" qui expliquerait l'échec, mais au vu des symptômes je pense avoir les ovaires polykystiques car à l'écho elle m'a déja dis que j'avais "trop de follicules" mais elle n'a jamais dit "opk"...

pour l'instant je suis en craquage permament, au contraire c'est un nouveau chapitre de motivation que je cherche... mais il faut que je m'y mette vite parce que ce week-end je dois deja faire un injection, on est dans le vif du sujet du TEC.
mais pour me trouver des excuses je me suis dis que je finissais les derniers trucs sucrés puis après je n'en rachète pas, pas la meilleure technique je sais...

Et toi c'est pour quelle raison que tu surveilles les indices glycémiques? pour tomber enceinte? naturellement? avec la PMA? (si ce n'est pas indiscret)
F
29 ans 497
A mon avis, pouvoir avoir un vrai diagnostique de ton problème pourrait te soulager un peu et te redonner un peu de motivation. (Quand je te parlais de "belle motivation" c'était d'avoir un enfant)
C'est en ça que pourrait t'aider un endocrino.
Ou éventuellement ton médecin traitant qui pourrait t'orienter vers des examens afin d'avoir un bilan complet sur ta situation.

Les OPK, c'est un mélange de symptômes qui créent un syndrome (on parle de syndrome des ovaires polykystiques).
Avoir plein de follicules qui tapissent l'ovaire est un symptôme, mais il faut qu'il soit associé à d'autres symptômes pour être OPK (on entre pas dans notre cercle comme ça !! :lol: )
Mais on peu aussi être OPK sans avoir d'ovaires polykystiques :crazyeyes:

Parmi ces symptômes il y a l'augmentation des hormones androgènes (ce qui provoque une pousse excessive des poils et/ou la perte de cheveux - un état d'irritabilité constante voire de déprime sans raison)
Les troubles du cycle (oligoménorrhée, polyménorrhée, aménorrhée, anovulation...)
La prise de poids
L'insulinorésistance
...

Le truc, c'est qu'il est préférable que les OPK soient pris en charge, étant donné qu'ils peuvent provoquer d'autres soucis de santé sur le long terme.
Notamment le diabète.
C'est pour ça que les médecins préfèrent mettre les ovaires au repos lorsqu'on essaye pas de concevoir.

Essaye de demander à ta gynéco qu'elle soit plus communicante, qu'elle te parle de ta situation. Tu t'en fiches qu'elle soit pressée ou toujours en retard, tu as le droit de savoir ce qui t'arrive. Et prendre les mesures en conséquences.
Parce que sincèrement, si tu es OPK elle doit le savoir, rien qu'à voir tes ovaires et tes analyses sanguines.
Le gynéco qui m'a diagnostiqué l'a su rien qu'en me voyant (enfin dans mon cas c'était pas trop compliqué, même moi j'avais compris)

Il y a aussi d'autre problèmes qui pourrait expliqué ta difficultés à tomber enceinte, comme les problèmes de thyroïde, qui ne sont pas toujours faciles à diagnostiquer.

Bref, tu l'auras compris, je suis assez révoltée que ta gynéco te laisse dans cette situation d'ignorance sur ton propre état de santé.
Et si cette situation ne te conviens pas tu as le droit de demander plus d'informations. (après, il y a des gens qui sont heureux de ne pas savoir, je ne juge pas !)

De mon côté, je suis en régime hypocalorique depuis 2012, car ma situation était devenue assez critique (+ de 160kg), OPK avec poils de grizzly et aménorrhée depuis plusieurs mois.
J'ai eu un traitement pour les OPK (androcur) de mi-2011 à mi-2014, mais j'ai voulu l'arrêter car suite à ma perte de poids il me provoquait de vives douleurs à l'utérus, et mon poids de baissait plus.
Comme je n'ai plus aucun traitement depuis, j'essaye de faire attention à l'indice glycémique des aliments, justement pour préserver mes ovaires et avoir des cycles, et retarder le plus possible l'éventualité d'un diabète (sa survenue n'est pas obligatoire, mais je sais que je suis à risque)
Quand je dis que j'essaye de faire attention, vraiment je ne me prends pas trop la tête, mais je sais faire des "choix" comme manger des céréales complètes au lieu des céréales raffinées, manger un fruit au lieu de boire un jus de fruits, moins cuire les pâtes...

L'arrêt du traitement correspondait au moment où, avec mon chéri, on s'était dit qu'on se laissait 1 an pour démarrer les essais bébé, ce qui m'a permis de retrouver des cycles (ça a pris beaucoup de temps), mais depuis octobre, à part un petit incident de parcours, je suis plus ou moins régulière.
Du coup, j'entame aujourd'hui mon tout premier cycle d'essai :D
E
36 ans Toulon 296
C'est gentil Flotch de prendre tt ce temps pour me répondre ;)

D'un côté c'est sûr que je préfèrerais ne pas être opk, chapeau à toi parce que ça n'a pas l'air évident à gérer entre les traitements, l'alimentation...

ma gynéco je ne lui en veut pas vraiment je sais qu'elle fait son maximum pour nous aider, elle est surbookée toute l'année parce qu'elle veut s'occuper de toutes celles qui poussent sa porte, souvent elle ne prend même pas le temps de manger le midi, ça se voit que chez elle c'est pas simplement un métier mais un sacerdoce, une vocation... après c'est vrai que c'est difficile pour nous parce qu'un rdv qu'on attend depuis des mois se passe en 5min, mais je sais qu'elle ne peut pas faire autrement...

C'est pour ça que si cette tentative ne marche pas, et comme de toute façon l'été le centre de pma ferme, j'irai de moi-même chez différents médecins pour en savoir plus, endocrino pour qu'il me fasse faire des recherches sanguines, et me résoudre à être suivie par un nutritionniste.

Réponse du TEC fin juin.

Ah alors là vous lancez les essais? c'est bien!! mais déja si tu as retrouvé des règles régulières c'est trèès encourageant! moi je ne les ai pas plus de 2 fois par an, par contre j'ai une copine qui vient de perdre bcp de poids, elle a retrouvé des cycles réguliers et dès qu'ils ont repris les essais elle est tombée enceinte!

Bien sûr on a envie, on rêve même, que notre infertilité ne vienne pas du surpoids... mais perso je crois que je vais tenter le coup, mais cette fois me faire suivre par un nutritionniste, ne serait-ce pour ne pas être "seule" dans mon combat....
F
29 ans 497
J'aime bien te répondre parce qu'on est dans le même état d'esprit de manger mieux et faire du sport pour améliorer nos cycles :lol:

Je ne te souhaite pas non plus d'être OPK, mais je te souhaite de pouvoir mettre un nom à ton problème, je pense que c'est un soulagement (mais c'est peut-être que moi qui pense ça :lol: )
Après, OPK c'est pas non plus la pire maladie du monde hein ! C'est sur, il y a plusieurs degrés de sévérité, mais au moins on sais qu'on peut (un petit peu) améliorer sa santé en agissant soi-même, en mangeant mieux et en pratiquant une activité, et que généralement ça paye. C'est ça qui me permet de ne pas déprimer je crois. Je reste "actrice" de mon bien-être.

Tu as raison, on a vraiment envie que notre infertilité de vienne pas de là. D'ailleurs je suis la première à hurler au scandale quand un médecin me déballe son lot de clichés dégradants.
Mais j'ai quand même du me rendre à l'évidence. Comme ton amie, après ma perte de poids j'ai retrouvé mes cycles.

Il faut que tu trouves des professionnels de la santé qui te comprennent et en qui tu as confiance, mais qui sachent quand même te foutre un petit coup de pied où je pense quand tu craques (avec tact !!) :lol:
J'ai la chance que mon gynéco soit comme ça. Ma nouvelle endocrino je la déteste d'ailleurs elle ne me verra plus. Je vais changer bientôt.

C'est le premier endocrino que j'ai vu qui m'avait envoyé chez la diététicienne. Elle était très cool, c'était une jeune et franchement elle n'avait fait aucun jugement. On avait beaucoup parlé de mes habitudes alimentaires et elle avait fait tout un dossier en mettant des petits mots sympas sur ce que j'aimais manger.
Je lui avais dit que j'aimais bien manger le poisson cru (oui, je sais :lol: ). Et dans la catégorie "viande/poisson" elle avait noté à la main "même crus....". J'avais trouvé ça vraiment chouette.

Bref, pour moi, c'est de trouver ces professionnels concernés par mon problème et compréhensif que j'ai pu sortir de mon état un peu déprimé perpétuel.
D'ailleurs avant tout ça j'étais certaine que je n'aurais jamais d'enfants, c'est mon gynéco qui m'a dit : bon t'es jeune, t'es en bonne santé, tu le fais quand ce bébé ? :lol:
A partir de là j'ai réalisé que j'avais envie d'être parent un jour.
Sinon j'aurais peut-être continué à le refouler, qui sait ? Ou ça me serait venu à 45 ans...
E
36 ans Toulon 296
En effet il à l'air super ton gynéco! mais c'est aussi parce qu'il te connait depuis longtemps, ça aide pour la relation.

je suis en train de chercher les indices glycémiques des différents sucres:
le sirop d'agave (que je prend depuis longtemps) est une arnaque! indice 65 alors que le sucre blanc est à 70! y a quasiment pas de différence!!
le sucre roux 70
le glucose 100!
le miel d'accacia 35 alors que le miel toutes fleurs 80!
le sirop d'érable 65
la stevia
la mélasse noire 70
le fructose seulement 20!!

Heu plus je cherche et plus je m'embrouille, maintenant je trouve le sirop d'agave à 15... et encore je ne parle pas des calories ni des polémiques sur les effets néfastes de certains sur la santé... pfff...
:roll:
72 ans 311
Bonjour,

J'espère que ma réponse ne sera pas mal prise, ou mal comprise.

J'ai attentivement lu les messages précédents, et n'étant dans aucun parcours de procréation, je ne peux que compatir à ta situation et te souhaiter le meilleur moral pour vivre les mois prochains.

Concernant la nutrition et ce que l'on peut trouver sur internet sur les indices glycémiques, si je trouve le concept très intéressant, je pense pour ma part que l'important est de comprendre le mécanisme de stabilité du taux de glucose dans le sang, avec d'une part l'action de l'insuline et l'autre celle du glucagon. L'indice glycémique est très difficile à calculer, et dépend d'une quantité de facteurs ... Alors les chiffres, c'est comme pour tout, ils ne doivent pas à mon avis leur donner plus d'importance que ça.

Ensuite, et c'est l'objet de mon message, faire "la chasse au sucre" est difficile, car il y en a partout : le goût sucré ne veut plus dire grand chose, une façon assez simple en première approche est de limiter la consommation de tous les aliments blancs, le sucre, le pain, le riz, mais aussi le lait.

Par ailleurs, une façon reconnue par les scientifiques de réduire leur action sur la réponse insulinique est de manger des fibres (ou du gras, en petite quantité), autrement dit, de conserver l'aliment dans son état le plus proche de ce qu'il était au moment de sa "récolte", ayant subi le moins de transformation possible. C'est un premier repère. (NB : Si les aliments complets sont riches en fibres, ils ont aussi de part les pratiques agricoles actuelles un taux de pesticides plus élevés, donc les préférer issus de l'agriculture biologique). Sans oublier les légumes à profusion !

Ensuite, dans ton dernier message, tu sembles assez confuse concernant les "sucrants". A mon avis, la stevia, le sirop d'agave, et tout le reste sont des modes. Si tu dois absolument rajouter un goût sucré à un aliment, le sucre ou le miel font parfaitement l'affaire. Dans les apports glucidiques quotidiens, ce n'est pas l'essentiel généralement.

Encore bon courage à toi, et tous mes vœux de réussite !
F
29 ans 497
Salut,

Mellyne (Est-ce que c'est ton prénom ? C'est joli :oops: ), merci pour ces informations, ce n'est pas mal pris du tout !

Alors dans mon cas précis, je sais que l'insuline joue un rôle important dans mon problème, même si je ne suis pas (encore) diabétique, et j'espère ne jamais le devenir.

En fait le syndrome des ovaires polykystiques provoque une résistance à l'insuline, c'est à dire que l'insuline fabriquée par mon pancréas n'est pas bien reconnu, par mes "capteurs", le glucose n'est pas bien utilisée et reste dans le sang, du coup mon pancréas ne trouve pas ça normal, et fabrique toujours plus d'insuline pour distribuer le glucose qui est finalement toujours en trop grande quantité.
Mon pancréas travaille donc plus que nécessaire pour pallier à ces "faux" manques. Plus je vais manger sucré, et plus je fabriquerais de l'insuline en trop, ce qui provoque un affolement des hormones et donc les symptômes des OPK.

Ce genre d'informations (l'IG) me permet de faire des choix dans mon alimentation, comme je le disais plus haut, manger des fruits au lieu de boire du jus, manger des céréales complètes et pas trop cuites.
Je ne fais pas la chasse au sucre, j'essaye de ne pas me prendre trop la tête et si le matin j'ai envie de jus, j'en prends.
Mon but, c'est de ne pas fatiguer prématurément mon pancréas, ce qui, quand ça arrive, provoque une intolérance au glucose et ensuite un diabète de type 2.

De mon côté, le gout sucré joue quand même un rôle (oui, j'ai un esprit de contradiction :lol: ) !
Avec ces petits changements je m'habitue de plus en plus à l'amertume de certains aliments/boissons et je sucre de moins en moins ! Je me rends très vite compte quand quelque chose est trop sucré. Je ne suis plus du tout après les glaces des grands magasins, les confitures etc (alors qu'avant sans en être fanatique, ça ne me dérangeait pas.)
Mais je suis d'accord avec toi, il y a des sucres cachés, mais pour moi de me déshabituer à ceux qui ne le sont pas, c'est déjà une bonne chose.
Mon endocrino m'avait aussi dit de faire attention aux édulcorants (aspartame etc), parce que finalement le cerveau recevait l'information du gout sucré et s'attendait à en recevoir dans le sang. Comme il n'en reçoit pas, il va essayer de "compenser" avec autre chose et donc envoyer des signaux de faim.
Mais bon là, c'est pareil, quand j'ai envie d'un coca, je préfère quand même prendre du light :roll:


Je ne connais pas le fonctionnement du glucagon
(J'utilise du calgon pour ma machine mais j'imagine que... :arrow: )
Mauvais jeu de mots à part, peut-être que c'est l'action de cet élément qui me permet de ne pas avoir trop de glycémie lors des prises de sang ?
Mais en l'occurrence, ce n'est pas ça mon problème, puisque je n'en ai pas de trop (même si je suis parfois à la limite). Mon problème, c'est bien les effets secondaires de l'insulino-résistance.

Ex-countrydoll, qu'Est-ce que tu sucres avec le sirop d'agave ?
Je veux dire au quotidien, tu en utilises beaucoup ?
Par exemple, pour les pâtisseries, j'utilise du sucre roux, mais c'est vrai que je ne sucre pas beaucoup au quotidien, je ne bois pas de café et j'aime le thé sans sucre.
Je pense que l'avantage du sirop d'agave c'est son pouvoir très sucrant, du coup tu en mets forcément un peu moins, non ? Enfin, j'y connais rien :?
Je suis d'accord avec Mellyne, finalement, si tu n'en utilises pas plus que ça, Est-ce que sirop d'agave a un réel intérêt ? D'autant plus si tu essaye de réduire la part de sucre petit à petit (dans tes boissons par exemple), tu finir par pouvoir t'en passer.

Après, il ne faut pas non plus se passer de tous les plaisirs.
Finalement, le plus délicat, c'est de trouver le juste milieu.
F
29 ans 497
pfiouuu, qu'Est-ce que j'parle moi !
E
36 ans Toulon 296
Merci les filles de participer, la discussion est très intéressante \:D/ vous êtes calées en sucre, insuline, indice glycémique! mais c'est quand même un casse-tête pfff

alors, j'ai fini mon dernier "Danett* au chocolat" ce midi!
et maintenant je n'en rachète plus!!
mais ce qui est difficile c'est que je mange souvent "sucré" dans la journée, par habitude, j'ai été élevée comme ça... petit-déjeuner, dessert à midi, goûter, dessert au dîner, sans parler de l'éventuel craquage de 10h...

Donc ce que je vais faire, c'est essayer de remplacer certains trucs: ce matin j'ai commencé par remplacer les céréales ou les tartines-confitures par du pain complet et seigle avec du fromage frais saupoudré d'herbes de Provence (bah oui je suis du Sud ;) ) et avec des noix et noisettes, et une poire!

mais c'est vrai que ce n'est pas le matin que le sucre m'est vraiment indispensable, au goûter aussi je devrais arriver à m'en passer, mais le problème ce sont les "desserts", je n'arrive pas à finir un repas sans "sucré", et les fruits bah pour moi ce n'est pas un vrai dessert...

Le sirop d'agave je le met dans les yaourts natures, le cappuccino, le chocolat au lait (qui est sans sucre) et les gâteaux maison par exemple, la tisane/thé c'est bon je les bois sans sucre.
Mais je vais voir du coté du fructose, mais je vais voir si c'est 100% sucre de fruit ou s'ils le coupe avec des cochonneries...

Pfiou quelle affaire... :roll:
B I U