MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Besoin de conseils. OPK de Belgique

22 ans 8
Bonjour à toutes et tous.

Ca fait un moment que je passe lire plusieurs sujets similaires à mon problème sur des forum, donc je me lance. Je n'ai pas du tout  
l'habitude des forums, donc mon post risque d'être trèèès trèèès brouillon... On y va par étapes:

-J'ai 19ans depuis le mois de novembre et comme vous devez vous en douter, je souhaite tomber enceinte.
- (En aout 2012 j'ai subi une double kystectomie ovarienne. Un kyste dermoïde de 3cm à l'ovaire gauche et un autre kyste, dermoïde aussi, de 5cm à l'ovaire droit)
-Aux alentours du 10-15 juin 2013 j'ai arrêté ma pilule contraceptive, dans l'espoir de voir mon souhait réalisé.
J'ai été indisposée le 16 juin, durant 4 jours (menstruations infertiles dues à la pilule contraceptive).
-J'ai ensuite été indisposée le 18 juillet 2013 durant 4-5 jours. Donc pas de bébé, ca aurait été trop beau du premier coup ^^'
-Le mois suivant: rien du tout. Vous vous doutez bien l'espoir en moi, la joie, tout le tralala.. Test de grossesse: Négatif.
-Bon ok, y'a un souci. C'est surement du au fait que je viens d'arrêter la pilule, me dis-je.
-Aux alentours du 4 septembre 2013, toujours rien, donc je consulte un gynécologue au planning familial. Lui me dit que c'est parce que je viens d'arrêter la pilule, qu'elles reviendront bientôt. A cette période, je n'osais pas encore trop parler de ce désir d'enfant à beaucoup de monde, il m'a donc prescrit le patch contraceptif. (L'ordonnance traîne toujours dans mon porte-feuilles d'ailleurs ^^')
-En janvier 2014, accompagnée de ma mère, je consulte un autre gynécologue (celui ayant opéré ma soeur quelques temps avant) car toujours pas indisposée... Je n'ose pas lui parler de mon désir de grossesse. Je pèse à peu près 90kg pour 1m65. Le verdict tombe: J'ai des ovaires plus gros que la normale, des minis kystes, point. La solution: une perte de poids de ***kg, uniquement, peur régler le problème.
-Je ne cherche pas plus loin, motivée comme pas possible, je tente de changer mon alimentation, restreindre les quantités, plus de fruits, de l'eau, ptit dej, toussa toussa (je pense que peu nombreuses sont les femmes qui n'ont jamais du faire ce genre de "petit effort"). J'ai commencé à céder au bout d'un mois. J'essayais encore de résister: je veux ce bébé! Deux semaines plus tard, j'abandonne tout! Vous vous doutez bien, déprime, culpabilité, angoisse, etc...
-26 mai 2014 HALLELUJA: les menstruations sont là! Mon corps fonctionne encore, j'suis pas totalement foutue!
-Juin, juillet, aout, etc.. Plus de menstruation. Vous vous doutez bien, encore de l'espoir. Des tests et des tests: NEGATIFS! (...)
-Juin 2014 je consulte, sous avis de mon médecin traitant, un endocrinologue, accompagnée de ma mère à nouveau. Autre verdict: Je suis pré-diabétique (ses mots, oui oui) résistance à l'insuline (et surement pas mal de vous voient où je veux en venir). Il observe ma pilosité qui s'est intensifiée, mes cycles menstruels à raaaa(..)aaaallonge. Il suspecte des OMPK. Il me parle aussi de perdre une 30aine de kg.. Déception une fois de plus, malgré le sourire. Il dit aussi, là je me rappelle de ses mots "Si pas de désir de grossesse on remettra sous pilule" .. SI pas de désir, c'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde!
- A peu près 100kg au compteur, pour 1m68 (oui, j'ai encore grandi un peu entre temps o.o), je lui parle d'une éventuelle opération de l'estomac, il me dit que non, c'est encore trop tot pour mon cas, parce que, J'INTERPRETE (donc la manière dont je comprends ses mots xD), Je ne suis pas encore une déprimée qui a tanté les 2000 régimes miracles, que je ne suis pas encore anorexique, j'me fais pas vomir, je suis en "bonne" santé mentale et surtout une feignasse qui veut pas bouger son cul pour perdre ce foutu poids que j'ai DEPUIS QUE JE SUIS GOSSE (bordel!) Eh bien les gars, nouvelle déprime évidemment. et ça se voit! (Comme Activia tiens.)
-Bon alors ducoup, on réessaye de changer son alimentation.
-Jy retourne, et insiste auprès de ma mère qu'elle ne m'accompagne pas car "Si pas de désir" mais sisi y'en a un, je compte bien lui en parler. Mais sujet tabou avec ma moman, j'essaie au maximum d'éviter ce sujet. (Je sais, le jour J faudra bien lui en parler.)
-Le médecin se contente de relire vite fais mon dossier, l'entretient à duré à tout casser 20min, genre comme si "ah, tout a déjà été dit" Je lui parle de mon désir de grossesse. "Ah bah oui mademoiselle, mais vous êtes un peu jeune non? J'suis pas votre père, j'ai pas à vous dire quoi faire, mais c'est pas urgent urgent à votre âge, c'est pas comme si vous aviez 35ans" Oui, donc en gros il m'aidera qu'à mes 35ans quoi. Il me prescrit de la metformine pour, je cite: "sensibiliser à l'insuline et éviter que mon pré-diabète n'évolue en diabète". Il m'explique aussi qu'avec un diabète ou prédiabète présent, risques accrus de développer un diabète gestationnel. (Grosse panique) Il me dit que c'est plus urgent de régler mon pb de résistance à l'insuline plutôt qu'essayer de concevoir. Il me dot que la décision m'appartient, qu'il me conseille d'aller voir une de ses collegues gynéco spécialisée pour les jeunes, et EMBALLER C'EST PESER, AUREVOIR.
-J'suis frustrée, dégoutée, je m'en veux, j'suis dégoutée de moi. Je prends RDV avec sa collègue.
-J'ai déménagé à mes 18ans, je me suis instalée chez mon compagnon, officiellement. L'hopital est à +de 180km de chez moi, je n'ai pas de voiture, vous imaginez le trajet en transport en commun hmm?
-Je prend donc RDV avec une autre gynéco, dans un autre hopital, plus proche de chez moi (100km +- quand même) et toujours pas de voiture. J'annule le premier RDV gyneco.
-Aout 2014 j'ai mon RDV gyneco. Elle m'examine, et ENFIN un verdict CLAIR et PRECIS tombe: OVAIRES MICRO POLYKYSTIQUES, elle m'explique pourquoi je ne tombe pas enceinte et que je n'ai pas de menstruation (on sent qu'on sort du tunnel, on voit la lumière, on n'a encore rien vu enfaite) Elle me pèse: 102kg. "Mademoiselle, il faut perdre du poids" BAM! J'en prend encore un coup dans nos g***les à mon gras qui me suis depuis mon enfance et moi. "Même une petite perte de 5kg peut jouer" J'me dis que, allez, c'est faisable. Elle semble sympa, prête à m'aider. & je reprend RDV avec elle un mois plus tard.
-J'arrive, avec mes efforts à retomber sous les 100, c'est la joie: J'avance enfin dans ma vie. Elle m'a demandé de faire une prise de sang, pour voir si tout va bien dans mon corps.
-Septembre 2014, j'ai réussi donc à passer sous les 3 chiffres. Quelques jours avant le RDV. Je vais donc à mon RDV. Elle me repèse: non plus 102, pas 99, mais 104kg..
Elle me réexamine; toujours les mêmes ovaires.
"Mademoiselle, c'est la seule solution pour retrouver des cycles réguliers" Je lui parle de médicaments tels que CLOMID (J'avais déjà fouiné sur les forums :3), elle me dit que ca ne marchera PAS s'il n'y a pas de perte de poids. Elle me dit de consulter vivement une diététicienne. Et qu"on se reverrai fin d'année. Elle remarque ma résistance à l'insuline. Bah oui, la metformine ca fait aller au toilettes et c'est pas DU TOUT agréable. Et je ne saisis pas l'importance de ce médicament donc il arrive des jours que j'oublie.
-Si je ne lui avais pas dit que je voulais une famille nombreuse, elle m'aurait rembalée tout de suite!
-Je suis dépitée. j'en veut à tout le monde, j'ai la rage. "M'enfin mademoiselle, c'est simple,il suffit d'avoir un apport calorique moins important que la dépense calorique" Mme Sophie (nom inventé) 28ans, célibataire, taille 36. On comprend donc qu'elle n'a pas vraiment les mêmes soucis...
-Octobre 2014 Je prends RDV avec une diet, je choisis mon régime: régime hyperprotéiné. à 102kg (on note une amélioration de ***kg quand même ) et on se revoit dans un mois.
-Novembre 2014 Je retourne au RDV, je suis passée de 102 à ***kg. MAGNIFIQUE. Mais le régime est difficile, manger de la poudre et de l'eau. Ca a un gout INFECTE, peu importe ce que je rajoute: Sel, Cannelle, etc...
2 semaines plus tard j'abandonne completement...
-Je ne suis plus jamais retournée chez la gynéco "Sophie" :rire: J'ai reçu une lettre "à transmettre à mon médecin traitant", je l'ai lue. Je cite "J'ai bien expliqué à votre patiente que sans perte CONSEQUENTE de poids, je ne lui prescrirait aucun traitement tel CLOMID, DUPHASTON, .."
-05 mai 2015 Je suis ici, je n'ai pas dormi de la nuit tellement ca me perturbe, et je dirais même, me traumatise, surtout quand je lis que certaines femmes se sont vu prescrire des traitements, en étant dans ma condition et sont tombées enceintes.
Je me vois stagner dans ma vie, voir régresser.
J'ai mis plus d'une heure et demie à écrire ce post, donc je n'apprécierais pas les "Mais tu es jeune, profite" ou bien "Mais termine tes études", je sais que ca part d'un bon sentiment, mais j'en ai assez entendu et c'est MON choix, je ne vis plus avec mes parents, je suis à la recherche d'un emploi et mon conjoint travaille, etc...
Je sais que mon post est long, désolé d'avoir brulé la rétine de vos yeux avec la lumière de l'écran :rire: mais je suis déprimée à haut point, je commence vraiment à me dire que je n'aurais jamais d'enfants (moi qui en veux pleins :coeur: :coeur: ) Les naissances dans mon entourage se multiplient, et la jalousie m'empeche d'être heureuse pour eux.. Je me demande même parfois à quoi je sers? Puisque je ne peux même pas répondre à mon objectif naturel premier: la reproduction. (Comme chaque être d'une espèce animale d'ailleurs, pas la peine de me dire le contraire)
Je m'excuse aussi si vous vous êtes senti(e) agressée en lisant mon post, ce n'est pas du tout mon but.
Le diabète, diabète gestationnel et le surpoids/obésité sont des problèmes en cas de grossesse, ce n'est pas pour autant que les diabétiques où les obèses n'ont pas d'enfants "Naturels" (donc non adoptés).

Je recherche donc de l'AIDE pour m'en sortir.
-Des témoignages de personnes dans mon cas?
-Des témoignages de personnes dans mon cas en cours de "traitement"?
-Des témoignages de personnes dans mon cas qui ont ou vont avoir un bébé?
-Des adresses de médecins qui pourraient me prescrire le traitement pour m'aider à ovuler, DANS LA REGION DE LIEGE, EN BELGIQUE. ?

J'attends vos réponses avec impatience ._.

Et vous remercie encore du temps que vous m'avez accordé.





Signé,
une jeune femme déprimée...

"Bisous" :)
F
29 ans 497
Finalement, ce qui me choc le plus dans ton récit c'est la diététicienne qui te prescrit un régime hyperprotéiné. :shock:

Ton parcours médical est assez "normal", je pense que pas mal de filles ici on eu le même parcours que toi.
Je suis aussi OPK, je le sais depuis 2011.
Ton désir de grossesse est légitime, oui, les femmes OPK ont le droit d'avoir des enfant, et les rondes aussi !

Seulement on ne peut pas attendre des médecins un miracle. C'est pas possible.
On t'a refusé la chirurgie parce que tu n'entres pas dans les critères. La chirurgie est effectivement faite pour les gens qui n'ont plus le choix, et si ça parait être une solution miracle, ça ne l'est pas du tout.
Si tu te sens malade avec la metformine, tu ne t'imagines pas ce que subit durant les premier mois une personne qui a été opérée de l'estomac. Et puis surtout, ce n'est pas une chirurgie "banale". Au delà des risques de l'anesthésie, cette chirurgie te suivra toute ta vie. Si tu as de la chance, tu la supportes et on en parle plus (pour la plupart des cas). Si tu as moins de chance, ton corps "réagi" et se détraque : carences, mal-absorbation, problèmes de cœur... Voilà pourquoi on ne propose la chirurgie que dans des cas "extrêmes".

Tu es à peine au dessus de la barre des 100 kg et tu as déjà été en dessous, il n'y a pas si longtemps. Ca veut dire que tu peux y redescendre, ça ne sera que bénéfique pour toi
- Tu risques de retrouver des cycles normaux
- Ton corps va réguler ton pré-diabète
- Ton corps va réguler tes hormones
- Tu pourras faire un bébé "bio"
Si après une perte de poids, ça ne fonctionne pas comme prévu, on pourra te prescrire des inducteurs d'ovulation. On ne le fait pas tout de suite, car ce sont des traitements lourds, qui te feront certainement prendre du poids et en l'occurrence ce n'est pas ce qu'on veut étant donné ton risque de diabète gestationnel.
D'autant plus que l'action des inducteurs d'ovulation est amoindrie lorsqu'on est en surpoids.
Alors certes, te demander de perdre 30 kg c'est un peu exagéré, mais la perte de 5 kg que ta dernière gynéco t'a proposée, est assez raisonnable non ?
La metformine devrait t'aider à perdre quelques kilos, d'autant plus si tu as une alimentation saine et équilibrée, et que tu pratiques un peu de sport. La metformine peut aussi aider à l'ovulation, étant donné que tes ovaires sont un peu bloqués par ton insulino résistance (pré-diabète)

Ton désir ardent de grossesse ne devrait pas te gâcher la vie, mais au contraire être un moteur pour l'améliorer.

Malgré tout, je ne peux m'empêcher de penser que ce désir d'enfant presque toxique (tu dis que tu es jalouse des autres, que tu ne dors pas la nuit, que tu as peur d'en parler à ta mère) traduit peut-être un problème plus profond en toi.

J'espère avoir répondu à quelques unes de tes interrogations. Le syndrome de OPK demande beaucoup de volonté au quotidien. Ce n'est pas toujours facile de compter les jours, de ne pas savoir si nos règles vont arriver ou pas, de ne pas en faire une "obsession". Mais on peut y arriver.
22 ans 8
J'ai parcouru quelques sujets, et j'ai lu certains de vos commentaires. Vous paraissez si sympathique :3

Merci de m'avoir répondu, ca me réconforte de savoir que je ne suis pas la seule dans le cas, et que quelqu'un prend la peine de me répondre en faisant preuve de compassion.

La chirurgie gastrique était une solution de perte de poids que j'ai tenté d'exploiter. IMC >35 + annovulation. (2x en presque 3ans). Je me doute bien que c'est pas n'importe qui qui en bénéficie, ni même de médicaments tels Clomid, mais je me suis dit "Pourquoi pas?" sans grandes convictions car je sais que je n'entre pas totalement dans les conditions de l'opé ^^

Le seul effet que la metformine produit sur moi, c'est des selles très très liquides, autant dire que j'urine par le mauvais endroit ^^'

C'est pas que je ne crois pas en la perte de poids, mais même sans contraception hormonale et 15kg de moins, rien du tout..

J'arrive à perdre 2kg en une semaine, puis les deux jours suivant j'en reprends 5...

Perdre 5kg semblait vraiment simple. J'étais motivée, et j'ai réussi. Mais stress et tout ça, le jour du RDV, 104.. :/ Elle m'a parlé avec tant de.. Mépris. Elle avait tout pouvoir et je n'étais rien.

Je jalouse surtout celles qui, avortent plusieurs fois, puis qui finissent par le garder parce que "Au bout de 3x, pas le choix" M'enfin, je sais que ça c'est un travail à faire sur moi même.
En temps normal ce ne sont que des petites insomnies, vers 4h je dors. Cette nuit, j'étais comme hypnotisée par mon incapacité de procréer.. :(
Parler de ça à ma mère est juste impossible. Les contacts en général avec elle sont assez difficiles et douloureux, et je sais que si je tombe enceinte elle souhaitera uniquement que j'avorte. Donc parler du projet est juste impossible. Il faudra d'office lui en parler, je ne peux pas lui cacher ses petits enfants toute ma vie (enfin, si j'arrive à en avoir un, puis d'autres ^^'). Je sais que ca passera mieux quand ce sera concret et non pas une envie, un projet. Je sais comment elle résonne, et c'est la raison pour laquelle j'ai quitté son domicile, et elle ne pensera jamais à admettre les idées des autres comme valables. Elle est du genre à estimer que c'est une erreur et seul son avis compte ^^'
27 ans 93
Je me reconnaît vraiment dans ton parcours je n'est pas le temps de te raconter mon histoire mais je serai ravie de t aider :) je suis de Liège hésite pas a m envoyer un mp des que j'ai le temps je te fait un roman :p
F
29 ans 497
Je sais les effets que fait la metformine, je sais que ça peut être gênant mais c'est justement ça qui pourrait t'aider à perdre un peu.
Depuis combien de temps tu la prends ?
Tu peux peut-être voir avec ton médecin de famille si tu peux diminuer à peu les doses...

Personnellement, ce que m'ont appris les OPK c'est la patience et la volonté (voir l'acharnement). Et aussi de savoir m'entourer.

La patience, parce quand on est OPK on doit toujours attendre. Attendre pour avoir nos règles, attendre pour avoir un bébé. Comme on est suivi par des médecins spécialisés, on attend des mois pour avoir un premier RDV. et puis parfois 5 mois entre 2. On attend d'avoir les résultats d'analyses... On attend on attend on attend.

Il faut aussi en vouloir pour être actrice de son bien-être. C'est bizarre à dire mais c'est pas si simple que ça d'être heureux. Et surtout je ne me rendais pas compte que j'étais malheureuse avant.
Aujourd'hui, je mange plus sainement que jamais (et plus sainement que n'importe quelle petite maigrichonne) et je fais plus de sport que jamais (avant je pensais être plutôt active mais je me trompais). Aujourd'hui je me sens enfin bien dans ma peau, et je sens que je peux agir sur ma santé.

Je sais que ça peut te paraître bizarre que perdre le poids qu'on a pris remette les cycles en route, mais pour moi ça a fonctionné. J'ai perdu beaucoup de kg que j'avais pris rapidement. Aujourd'hui j'ai à nouveau de cycles (presque) réguliers, alors que je n'en avais pas lorsque je pesais moins qu'aujourd'hui, il y a quelques années.
Je pense aussi que ton système reproductif n'est pas tout à fait mature, D'autant plus que tu me dis que tu as pris la pilule et donc que ça l'a mais au repos et qu'il n'a pas encore eu le temps de "murir". Ton corps est jeune et il n'est peut-être pas encore prêt à faire un bébé.
C'est une machine si complexe qu'on ne peut pas lui demander d'être opérationnelle dès qu'on veut et à tout moment.
Et puis il ne faut pas oublier que tu as été opérée. Je ne connais pas du tout les kyste "organiques". Les OPK sont des kystes fonctionnels (ce n'est pas la même chose).
As-tu déjà eu des cycles réguliers ? Depuis quand as-tu des soucis pour en avoir ? Qu'à dit le chirurgien après l'opération ?
Ton problème ne vient peut-être pas exclusivement des OPK...

Enfin, il faut savoir que généralement les OPK sont suivies en plus de leur médecin de famille par un gynéco et un endorcino, et là c'est pas toujours facile de trouver de "bons" médecins.
Et quand je dis "bon" c'est pas celui qui va te prescrire n'importe quel médicament pour être tranquille, mais un médecin qui s'aura t'écouter et te parler. Qui saura te faire comprendre pourquoi il fait ci ou ça et pourquoi il de demande de faire telle chose ou de ne pas en faire une autre.
Et ça c'est pas toujours facile. J'ai eu récemment une endocrino qui ne me convenait pas du tout, et je vais changer.
Concernant le clomid, il faut savoir qu'on te le prescrit que pour 5 cycles environ. Ensuite on passe à autre chose. Donc si le terrain n'est pas favorable dès le départ, et que ça ne fonctionne pas, on passe à l'artillerie lourde : injections, et si ça ne marche pas, PMA.
Ces interventions sont très difficile à subir pour le corps et pour l'esprit. C'est pour ça que ce sont des techniques de la dernière chance.

Alors voilà, tout ça c'est un peu long et compliqué et il te faudra peut-être un peu de temps pour l'accepter.
Et je sais que tu ne voulais pas entendre ça en postant ici mais c'est vrai que tu es jeune. Pas dans le sens où tu n'es pas assez mature pour avoir un enfant (ça, je ne peux pas le juger en quelques mots échangés sur internet), mais tu es jeune, ton corps est jeune, et tu as le temps de prendre les choses une à une, de régler tout ses petits soucis étape par étape pour pouvoir ensuite faire un beau bébé en pleine forme. Et tu seras toi aussi en pleine forme.
Effectivement, quand on a 35 ans c'est pas la même histoire, on a plus beaucoup de réserve d'ovules et puis avec l'âge on a plus de risque d'avoir des soucis durant la grossesse. C'est pour ça qu'à 35 ans il faut se dépêcher un peu.
Moi ce que je te conseillerais maintenant c'est de prendre soin de toi, de prendre un peu de recule pour réfléchir à tout ça. De te trouver une activité sportive qui t'éclate pour réguler ton pré-diabète, de trouver une diététicienne qui rééquilibre ton alimentation (et pas avec un régime hyperproteiné ou d'autres régimes qui fonctionnent du tonnerre les 6 premières semaine et te font ensuite reprendre le double !!)
De trouver un gynéco et un endocrino qui vont te suivre avec bienveillance.

Moi, j'ai mis 4 ans à faire le chemin que tu t'apprêtes à prendre. Mais finalement c'est passé vite et je suis beaucoup plus épanouie aujourd'hui.
J'ai beaucoup appris sur moi même, j'ai fais des choses que je n'aurais pas osé avant (comme rembarrer mon endocrino). J'ai pleuré chez au cabinet de mon gynéco mais on a bien rigolé aussi.

Donc que te dire de plus que : je te souhaite le même parcours que le mien !
22 ans 8
Caline2103: Je ne peux pas mp car je n'ai pas posté 10 messages. Je ne veux pas flooder pout ca, pour rien ^^
Mais je recevrai les tiens avec joie :)

Flotch: Je ne suis pas sur pc donc ne sais pas repondre facilement qur tel..
Sachez que vous me faites beaucoup réfléchir.
Quand j'ai lu votre message, je ne sais pourquoi, j'ai eu les larmes aux yeux.
Je vous reponds plus en détail quand je rentre et serais sur pc :kiss:
22 ans 8
Voilà voilà.

J'ai commencé à la prendre depuis que j'ai vu, pour la deuxieme fois, l'endocrinologue. La diet m'avait dit d'arrêter, car le régime hyperprotéiné prennais le relais.

Attendre, attendre, je sais :( Déjà presque 1an que j'attends les vilaines :(

J'ai pris la pilule quelques années, "à l'époque" on disait que la pilule régularisait les règles. C'est vrai, mais ce sont des cycles artificiels. C'est seulement des années après qu'on le dit haut et fort. C'est certainement à cause de ça que ca traine, (m'enfin bon, +300 jours entre chaque menstruations... ) Il me semble que j'étais entre 30 et 40 jours. Les soucis sont apparus directement après l'arrêt de la pilule. Le chir. ne comprenait pas comment c'était possible que j'ai des kystes à 16ans, ils ont été retirés, l'opération s'est bien passée.
Je n'ai plus réellement de médecin traitant. J'ai déménager il y a 1an et demi, je suis rarement malade, et je ne vais pas pour autant me refaire 2h30 de route pour retourner voir mon "médecin de famille" qui ne tient qu'à moitié le secret professionnel.. Je n'arrive pas à faire réellement confiance à un médecin et la relation qui s'en découle ne sait pas être suffisamment sincère à mon gout..
Je suis jeune, et si c'est bien à cause du fait que j'ai pris la pilule tôt, je suis bonne à attendre une demie dizaine d'année avant de pouvoir faire un enfant.. Il est certain que je n'ai pas encore 30ans donc j'ai encore le temps de vivre des choses, etc.. Mais ça me rend malade quand je vois des jeunes de 14 ou 15ans tomber enceintes, avorter, retomber enceintes et poursuivre la grossesse, car elles se sentent coupables.. J'ai vraiment beaucoup de mal à exprimer mon point de vue :/
Vous me donnez envie de tout tenté, dans mon petit bled campagnard. J'ai peur de l'eau et la seule "organisation sportive" est la piscine. :/ J'ai bien un vélo d'appart. mais il manque les vis (visses?) pour le remonter :/

Vous me faites prendre conscience de plusieurs choses même si ça continue à se confondre dans ma tête.. :/
F
29 ans 497
Salut,

Alors pour la pilule c'est vrai, elle régularise les règles pendant, mais elle a aussi l'avantage d'"assécher" un peu les kystes des OPK, ce qui leur permet souvent de retrouver un cycle régulier. La plupart du temps ça ne dure que quelques mois, mais ça permet de faire un bébé, parfois ça dure beaucoup plus longtemps.
C'est pour ça que souvent quand une OPK souhaite faire un bébé on la met pendant quelques mois sous pilule.
Le fait que tu l'ai pris jeune ne justifie pas totalement le fait que tu n'ai pas tes règles aujourd'hui. C'était une simple hypothèse. Dans tous les cas, l'appareil reproductif est loin d'être totalement mature chez les femmes à ton âge (ou au mien), surtout pour les OPK. D'ailleurs, il n'est pas rare que ce système soit totalement mature qu'après le premier enfant (c'est pour ça que beaucoup de femmes qui avaient des douleurs lors des règles avant leur premier enfant n'en n'ont plus après)

De mon point de vue, il ne tient qu'à toi de te prendre en main.
Dis-moi si je me trompe, mais il existe forcément un médecin traitant près de ton nouveau domicile, même plusieurs, même à ma campagne. Sans forcément y aller pour cette histoire de bébé, prendre un premier contact serait déjà un pas.
Et puis il te faut un gynéco.
- Pour retrouver ton cycle, parce-que là, plus tu vas attendre, plus tu vas avoir de kystes.
Le dérèglement hormonal qui entraine les OPK peut aussi entrainer, sur le long terme, d'autre problèmes de santé.
Le diabète (tu le sais déjà), des maladie cardio-vasculaires, de l'hypertension, des troubles pulmonaires, de l'apnée du sommeil, certains cancers gynécologiques, la dépression...
- Parce que si tu tombes enceinte naturellement, il t'en faudra un de toutes façons, donc autant en choisir un maintenant plutôt que de devoir en trouver un en urgence quand tu seras enceinte. En général, quand c'est comme ça, on tombe rarement sur celui qui nous convient. Et le fait qu'il ne connaisse rien de ton passé médical pourrait jouer en ta défaveur.
- Il est quand même mieux, quand on est OPK, de démarrer une grossesse sous la surveillance d'un professionnel, car on a plus de risque de faire de l'hypertension du diabète gesta ou une fausse couche (précoce ou tardive...)

Dis-moi si je me trompe, mais tu n'as pas besoin de ton vélo pour faire du sport.
Tu peux prendre tes baskets et aller marcher tous les jours.
Tu peux prendre 2 petites bouteilles d'eau et faire quelques exercices de fitness à la maison.
Tu peux mettre la musique à fond et danser pendant 1h.
Tu peux suivre des cours de fitness sur internet http://www.youtube.com/watch?v=UiIjUAAmWrw

Bref, tu as encore plein d'étapes à franchir, et la première va être de te prendre sérieusement en main. Il faut vraiment que tu réussisses à accepter que tu as un souci de santé et qu'il faut qu'il soit pris en charge, de la manière dont il doit être pris en charge, et pas celle que tu voudrais qu'il le soit.
Le temps que tu perds aujourd'hui à attendre que le ciel te redonne un cycle régulier est du temps que tu pourrais utiliser à prendre soin de toi.
Au final, tu retardes toi-même la venue de ce bébé que tu désir tant.

Je sais que je suis un peu dure, que tout ça peut te paraître très compliqué ou insurmontable, et que ça fait peur. Mais à partir de maintenant, tout ce que tu fera ne pourra être que positif pour ta santé et ton avenir.
Peu importe si on te demande d'attendre un peu en te donnant la pilule ou d'autres médicaments, ça ne peut pas être pire que d'attendre à ne rien faire !!!
33 ans deux-chèvres 32
Flocht! tu parles trop bien!!!

Être OPK c'est un parcours semé d'embûches quand on veut un bébé... Je suis à nouveau dans le jus, dans l'attente. A nouveau... Parce que j'ai déjà deux beaux garçons. Qui sont arrivés naturellement, là où il n'y avait plus d'espoir. Gabriel s'est lové en mois deux ans après l'arrêt de la pilule et une fc précoce lors de l'arrêt de cette dernière. J'avais commencé une formation et avais annoncé mon désir de reprendre la pilule pour finir la formation " tranquille ", sans tomber enceinte... Sauf que Gabriel en a décidé autrement, et j'ai arrêté la formation ( en menuiserie, pas franchement compatible avec une grossesse). J'ai des cycles anarchiques. De 50, 60 jours. Deux ans d'attente, deux ans à pleurer à chaque nouvelle menstruation. Une grossesse idyllique, et juste trois petits kilos de pris. Avec un poids de départ à 103. 106 à l'accouchement. 95 en rentrant chez moi ( j'adore faire des bébés!!!). Mais je prends la pilule ( cérazette), et commence le deuxième effet kiss cool ... saignements permanents de février 2009 à septembre 2009, moment où j'arrête la cerazette et prends une normale, je récupère un semblant de cycle, plus de saignements permanents. En Mai 2010, je me fais poser un implant, je n'aurais pas de règles durant plus d'un an. Du spotting de temps à autres. Après avoir passé près d'un an à 91, je ne sais pas si c'est l'implanon ou le stress que j'ai au boulot (harcèlement moral qui ne dit pas son nom) je reprends du poids, pour revenir à 103. Puis plus. 110... Je perds mon boulot, on déménage loin.
Pour Camille, mon fils cadet, j'ai fait retirer mon implanon en août 2011, juste après notre arrivée ici, pour mettre en route bébé deux. Sauf que je saigne. Je saigne en permanence. D'août 2011 au début de l'été 2012, où, n'en pouvant plus, je vais voir une endocrinologue sous conseil de mon gynécoloque. Batterie de tests. Je dois faire un test au synachtene. Mais il faut le faire en début de règles... La bonne blague, je saigne tout le temps. Du coup, ordonnance pour prendre la pilule. Que je prends. Je réalise le fameux test. J'ai mes règles. Et puis, plus rien. On est le 20 Août. Lancée dans les démarches médicales, et sur le conseil de mon gynécologue car déjà un an sans rien, je prends rdv en PMA. Le 8 Octobre. Je lâche prise. Je ne pense plus au bébé. J'attends avec impatience, je me repose dessus. On va nous aider, enfin. La rentrée scolaire de mon grand. Grosse douleur au ventre le 18/09, je file aux urgences, car j'ai l'impression de faire un kyste ovarien ( j'en ai déjà eu deux balèses qui m'ont menée aux urgences, dont un de 10cm de long... - terrible). Echographie. RAS. PDS pour écarter une grossesse. PDS négative. Toujours pas de saignements. Ma foi, j'ai eu mon quota durant l'année écoulée. 8 Octobre. RDV avec celui qui est devenu mon mari l'an dernier. Je tombe de haut. De très haut. Tant que je n'aurais pas perdu 20 kilos ( je fais 110 le jour du rdv, avec un IMC de 42), et que je ne serais donc pas descendue à un imc de 35, on ne fait aucun traitement. Mon mari, en surpoids aussi, en prend pour son grade. On est jugé, presque humilié. On a des ordonnances pour une spermo et une hysterosalpingographie. Et juste avant de partir, je lui dis que je n'ai pas eu de règles depuis le 20 août alors que je saignais en permanence. Je fais une PDS au labo de l'hôpital. On sort de là bas anéantis. 20 kg... comme ça, je vais perdre 20 kg comme ça?! on fait nos courses la mort dans l'âme. On rentre à la maison. Je pars dormir. Je suis totalement déprimée. Moi qui attendais tant de ce rendez-vous... Je n'appelle même pas dès que les résultats sont disponibles alors que je suis dans les starting blocs d'habitude pour savoir. Ce sera négatif. La pds de septembre l'était. Je finis par appeler. "Vous êtes bien enceinte".
Camille dort dans la pièce à côté. Tout est possible. Tout.

J'ai pris rendez vous ce matin. J'ai accouché il y 26 mois. Eu mon RDC en Mars 2014. Je ne veux plus attendre. On se (re)lance. On se prend en main. Fonce. Plus de "oui mais". ça ne fait pas avancer les "oui mais". Tu es jeune, tu n'as pas de contrainte, tout est possible. Si tu le fais.
B I U


Discussions liées