MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Le poids ? Sans commentaire !

31 ans 1530
Lillll a écrit:
Sinon, je ne crois pas non plus que les gens puissent se priver de ces commentaires. Ca parle tellement régime autour de moi, tout le monde  
sait comment faire pour perdre, a sa technique (je vous dis pas les mixtures que j'ai pu observer dans les assiettes de mes collègues récemment). Le tout venant de gens qui n'ont de poids à perdre que dans leurs fantasmes.

Et bien sûr, la fameuse volonté est constamment mise en avant...


Lillll, est ce que cela t'impacte ? Comment réagis tu à tout cela ?
89 ans 229
Papille, je ne réagis pas ou presque pas. Comme beaucoup ici, j'ai conscience que le poids est une question très personnelle même si les gens la mettent sur la place publique sous couvert de bons conseils et de santé. Et ce n'est pas parce que les gens parlent régime qu'ils ont envie de débattre. Rentrer dans le fond du problème, les mettre face à la réalité (inefficacité des méthodes utilisées...), c'est s'assurer qu'ils vont ricaner et changer de sujet.

Intérieurement, j'ai envie de crier. Déjà, parce que ça ne marchera pas. Mais faire le deuil d'un poids idéal (dans sa tête) est très difficile. Je comprends que ce ne soit pas envisageable pour tout le monde.
Et puis, des fois, quand ce sont des gens que je connais depuis longtemps, j'ai envie de faire ma miss je-sais-tout. C'est comme s'ils avaient oublié que j'ai été bien ronde. Ou du moins, j'imagine qu'ils se disent que mon cas est à part, que je fais partie des amaigrissements miraculeux, et qu'ils n'auront aucune information intéressante de ma part.

Pourquoi je ne dis rien ? Parce que miss je-sais-tout est loin d'avoir tout compris, parce que je sais que certaines évidences (manger à sa faim) ne sont évidentes que lorsqu'on a passé la barrière (et encore, c'est loin d'être facile). Et puis, retour au point un, je ne dis rien parce que c'est personnel. Ca me gêne d'en parler.

Mais comme Mamykro, des fois je me demande ce qu'ils pensent de moi. J'ai clairement pris de la valeur aux yeux de certains en rentrant dans la "norme", et c'est vraiment triste.
42 ans région parisienne 5831
papille a écrit:
Par exemple, je peux ressentir un certain désarroi quand quelqu'un se prive de quelque chose de bon par honte physique.


perso, j'ai presque toujours l'impression qu'exprimer que l'on se prive de quelque chose pour ne pas être gros est en fait un jugement des autres, de ceux qui ne se privent pas.

En effet, perso, si je ne mange pas tel ou tel truc parce que je crains son effet pour ma santé, je ne vais pas le dire aux autres, je me contente de ne pas manger le truc en question, je n'explique pas pourquoi je ne le mange pas (et d'ailleurs, tout le monde s'en fout, personne ne pose la question).

Du coup, les gens qui refusent un chocolat en disant: "non merci, je ne peux pas le manger pour garder la ligne" (sans qu'on leur demande d'explications), je me demande toujours pourquoi ils font cela, quel est leur objectif, qu'est-ce qui les pousse à exprimer cela?
31 ans 1530
Ah je m'excuse je n'étais pas très claire, je pensais plus à ne pas aller à la piscine, ou s'empêcher d'aller faire telle activité si c'est en public par "quelque chose de bon".
Et en général, je le découvre plutôt parce que je parle de telle ou telle activité, c'est rarement affiché volontiers. Peut être ai-je juste quelques souvenirs où c'est déclaré avec un humour trop cruel pour être apprécié (genre "ah non, la piscine ? tu m'as vu ! ahahaha").

Curieusement, qu'on se prive quelque chose de bon à manger, ça ne me fait pas tout à fait la même chose (ça dépend beaucoup du contexte, comment/pourquoi c'est dit).
31 ans 1530
Lillll, merci pour ta réponse. J'ai l'impression de très bien comprendre ta réaction à cela.

Perso, j'évite d'intervenir si c'est en groupe, et je peux relativiser certaines choses si c'est en petit comité, mais j'ai toujours l'idée aiguë de la place à laquelle je parle et du discrédit que ça peut me donner.

Ca me heurte que la convention veuille que je ne fasse pas d'un non-débat un débat, ou même que je ne plaque pas moi-même d'autres j'ai-raison-et-puis-c'est-tout quand d'autres assènent leurs croyances comme vérités, parce que je me mets à leur place et que j'imagine tout ce que tu décris, alors qu'à aucun moment on ne se met à la mienne et qu'on m'épargne cela. Il y a une part un peu abasourdie/révoltée/saturée en moi qui se tait beaucoup, et j'espère un jour être assez en paix avec mon alimentation, mon corps, et la société sur ces thèmes pour exprimer, avec d'autres, et d'une façon espérée constructive, des choses comme ce qui est fait dans l'initiative citée dans le post. Sinon, ben j'auto-publierai un ebook belliqueux qui ne sera lu que par quelques amis :lol:
F
24 ans Lyon 18
Comme a-nonyme je pense que se serait impossible.
au boulot j'ai deux collègues minces et qui font beaucoup de sport, elles sont toujours en train de parler de leur ligne de pas manger ceci ou cela.
Dernièrement je mangeais, sans rien demander à personne et là y'en a une qui me dit "tu vas pas m'dire que t'as pris un dessert en plus?!"
sans m'en rendre compte j'ai répondu un peu agressivement "ben si ET???"
mon directeur a pris sa défense en me disant que c'était normal qu'elle s'inquiète pour MA ligne après les fêtes etc... ce à quoi j'ai répondu que j'étais majeur et vaccinée et qu'au pire j'avais des parents ^^
Ou souvent, sans parler de poids on me dit "tu trouves pas que untel à l'air méchante ou que bidule à l'air débile"... j'ai du mal à comprendre, j'essaye de ne pas donner de jugement, je ne me fie pas au premier regard mais au premier contact, à la façon dont la personne va me parler etc...
Tout tourne toujours autour de l'apparence, les gens n 'arrivent pas à s'occuper de leur vie sans se mêler des problèmes des autres, je sature!!! lol
49 ans Région nîmoise 1558
A mon avis, une très bonne initiative. Si l'on veut que les choses changent, il faut commencer au quotidien par se débarrasser de tous ces réflexes inculqués. Et ce faisant, réaliser parfois à quel point on est intoxiqué...
26 ans 56
C'est une bonne chose de vouloir changer les mentalités sur le poids, surtout que c'est personnel, ça ne regarde que la personne concernée. Depuis que je n'ai plus la télé (tout à l'ordi) je me rend compte quand je vais chez mes parents (tv adepte) que la minceur et les régimes sont hyper présents dans les pubs ou autre.

Quand je vais chercher les petits que je garde à l'école, les mamans parlent régimes très souvent, y comprit pour leurs enfants.

Et après les fêtes c'est magnifique, tout le monde te parle des régimes pour perdre du poids! Maintenant quand on me parle de mon poids et du faites que je sois ronde, je dis "oui et alors? je suis en bonne santé et je suis une bonne vivante, ça te plait c'est bien ça ne te plait pas je m'en tamponne l'oreille avec une babouche" le tout avec un grand sourire.
B I U