MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Ma soeur, mon incroyable moitié, mon éternelle ennemie

32 ans Laura 65
Bonsoir !

Il fallait que ça sorte aussi ce soir ! Je suis la cadette d'une sœur plus âgée de 3 ans. Nous ne sommes que 2. Mes parents n'étant  
pas très disponibles quand nous étions petites, c'est ma grande soeur qui m'a élevée presque. On s'est élevées ensemble mais forcément plus elle que moi.

J'ai compris depuis quelques années maintenant les places que nous occupions chacune dans notre fraterie et nous avons toujours quelque part, sans pour autant le montrer, été jalouses l'une de l'autre pour diverses raisons : elle était jalouse de ma place de cadette parce que les parents me cédaient plus de choses (soit disant) parce que je suis la petite dernière et moi jalouse d'elle car elle était la première à faire les choses et qu'elle était le modèle.

Je ne pourrais pas exprimer son point de vue, vu que je n'ai pas eu de petits frère ou sœur, mais de mon point de vue quand nous étions dans les âges ados voir pré-adultes, on parlait toujours d'elle. Mes parents la glorifiait : "Oh elle a passé son permis et elle l'a eu, elle s'est trouvé un travail, elle a un petit copain respectable, regardez comme elle fait bien, elle vient d'avoir son diplôme, elle réussi bien". Alors toi qui es derrière et qui entends tout ça, tu te dit, ils parlent d'elle mais moi je suis rien ? Je n'existe pas ? Forcément je suis encore dans les études / je galère à trouver un travail, non je n'ai pas de petits copain officiels car je n'ai pas de chance du côté sentimental. Bref, à l'époque ça me faisait mal qu'on parle tout le temps d'elle et que moi je passe à la trappe !

En grandissant et en faisant ma vie ça a été mieux puisque moi aussi j'ai trouvé un emploi, j'ai eu un copain, etc...

A l'heure d'aujourd'hui ma grande soeur n'a pas beaucoup d'amies vers qui se tourner (faut dire qu'elle est difficile niveau caractère, je dis pas que je suis facile non plus mais je pense savoir un peu mieux m'adapter) du coup elle me voit et me verra toujours comme sa PETITE soeur qui ne grandit pas et qui écoutera tout ce qu'elle dit parce qu'elle en a envie.

Depuis qu'on est jeune à chaque fois que je voulais faire un truc avec elle et qu'elle avait autre chose de prévu, jamais de la vie elle n'aurait déplacé son truc de prévu pour faire un truc avec moi. Et c'est à moi de me plier à son emploi du temps et à ses contraintes. L'exemple du jour : Elle veut aller voir ma grand mère parce que c'est vrai qu'on ne la voit pas souvent, mais bon il y a un peu 6 h de route à faire. Elle veut faire ça le week end prochain. Certes oui ce serait bien qu'on aille la voir ainsi que la famille qu'on a là bas. Elle m'a prévenu hier (dimanche) soir pour le week end prochain. Certes sur le coup je lui ai dis oui car je ne pensais plus à plein de trucs... mais j'ai d'autres choses de prévues et pas mal de choses en plus (mais que voulez vous j'ai une petite tête) ! Du coup on s'est rappelées ce midi et je lui ai dis que je ne pouvais pas en fait ce week end parce que j'avais des engagements autre part. Elle a été hyper vexée parce que ça ne va pas dans son sens !!! Parce que aussi son mari ne fait jamais rien avec elle, qu'il est toujours pris par son boulot et plein d'autres choses, mais il est comme ça et moi j'y peux rien ! Puis elle me rejette le truc à la figure en me disant que de toute façon je m'en foutais de ma famille.

De plus, elle est enceinte et de son point de vue voudrait aller voir ma grand mère car elle ne pourra plus se déplacer pendant quelques mois après... Ce qui m'a énervée c'est qu'elle ne veut pas y aller un autre week end parce qu'elle a des engagements les autres week ends... bah oui mais moi c'est ce week end que j'en ai ! Conclusion après 35 minutes de discussions : j'ai cédé ! Je lui ai dit que j'allais tout annuler de mon coté et l'accompagner parce que sinon elle va me faire la gueule ! Puis après elle me dit "tu m'en veut pas ?" Bah non pourquoi je t'en voudrais de me faire annuler ce que j'ai prévu et que tes choses de prévues à toi faut surtout pas y toucher !!!! Ca me dépasse et ça me mets hors de moi ! :evil: :evil: :evil: :evil:

Désolée pour le pavé et l'expression parce que quand je suis énervée j'écris pas très bien et c'est confus ! Merci à celles et ceux qui m'auront lus !
82 ans 4478
j'ai deux soeurs, qui se sont énormément occupées de moi quand j'étais petite (elles ont 7 et 4 ans de plus que moi).

Nos rapports n'ont pas toujours été simples, il y a de la jalousie, plus de leur part que de la mienne (mais pour moi c'est facile car je suis l'enfant qui a illuminé la vie de ma mère en naissant donc bon ! )

Une de mes soeurs la plus grande, m a prise sous son aile, j'étais son bébé, cela a été super jusqu'à l adolescence et là sont apparus différents problèmes mais en particulier le fait que je m'affirmais et que je devenais une femme.

L'autre cela a été l'horreur jusqu à l'adolescence, elle me disait qu elle aurait préféré que je sois morte (elle m'avait balancé dans les escaliers, dans mon landeau, quand j'avais 2 mois, j'ai miraculeusement rien eu ), mais a l'adolescence elle s'est rapprochée de moi, j'avais changé de statut face à ma mère, cela lui a permis de moins m'en vouloir.

Avec les deux j'ai passé des périodes de proximité et d'éloignement, pas toujours avec la meme évidemment et nous avons eu des ruptures pendant 2 ans avec chacune (et actuellement c'est les deux qui ne se parlent plus depuis 4 ans).

Donc voilà, maintenant cela va mieux, j'ai des bonnes relations avec les deux, ce n est pas mes amies, c'est mes soeurs et je ne tiens pas à avoir de rupture de lien a nouveau, donc je gère en étant pas trop proches, en ne me prenant plus trop la tête en les acceptant comme elles sont et surtout et c'est là ou je voulais en venir, je me suis imposée comme la personne que je suis et elles s'y sont faites, meme si cela n'est pas venu d'un claquement de doigts.

En fait, je peux tout a fait comprendre l'argument de ta soeur de voyager maintenant qu'elle n'est pas trop enceinte, et je pense que faire le voyage ensemble peut etre sympa , mais seulement si c'est ton choix également.

Le souci ne vient pas de sa demande, mais du fait que tu n'avais pas envie de le faire et que tu "cèdes" devant elle. Si tu es plus ferme et que tu lui dis directement " c'est une bonne idée d'aller voir grand mere, le week end que tu me proposes ne me convient pas, donc soit tu y vas seule, soit tu trouves un autre week-end" elle sera mise face à ta détermination et elle pourra soit se facher et faire du chantage "tu ne m'aimes pas assez pour ceci ou cela" ou autre, à toi de rester ferme.

Si de changer tes plans ne te coûte pas, ou peu, à ce moment là, c'est complètement différent.

Notre attitude détermine parfois l atttitude de la personne ne face. J'avais des soeurs assez autoritaires et moi j'avais de la peine à dire non quand j'étais plus jeune, en travaillant sur ma confiance en moi et ma manière de m'affirmer c'est à dire que je fais volontiers plaisir, SAUF si l'effort est trop grand, à ce moment là, je me donne le droit d'être ferme et claire et elles s'adaptent (ou pas d'ailleurs c'est arrivé d ou nos ruptures). Elles ont pris l'habitude.

J'ai d'ailleurs refusé hier à une de mes soeurs de la rejoindre a l'endroit qu'elle voulait pour l'été car cela ne me convenait pas et je lui ai proposé un autre moment pour la rejoindre et cela a passé comme une lettre à la poste, alors qu'avant pff, j en aurais entendu comme quoi "m'enfin tu peux quand meme faire cela, cela ne te coute pas grand chose" t'es pas à ma place, donc t'en sais rien ce que cela me coute.

par contre, je n'attends rien de mes soeurs non plus, il est évident que cela doit aller dans les deux sens.

Si tu analyses la situation, penses tu qu'il soit envisageable d'avoir une relation d'adulte a adulte avec elle, n'attends pas une relation idéalisée parce que c'est ta soeur ? .

quand elle te dit "tu ne m en veux pas " c'est juste une phrase pour se rassurer car elle sent bien qu'elle a été trop loin et c'est une technique de manipulation bien connue, car peu de gens répondent "oui bien sur je t'en veux" meme s'ils le pensent.

Mais tu n'as aucun pouvoir sur elle, tu en as sur toi, tu as le pouvoir de dire non, le pouvoir qu elle a sur toi, c'est celui que tu lui laisses.

Après, c'est pas en un claquement de doigt que les choses changent, il faut prendre confiance en nous, se donner le droit de s'affirmer, d'apprendre à dire non (c'est les premiers les plus difficiles) .

Par rapport à la jalousie dont tu parles et qui va dans les deux sens as tu écrit, actuellement le fait qu'elle soit enceinte et pas toi te fait souffrir tout au fond de toi ?
32 ans Laura 65
Merci Saralou de ta réponse

Parfois, en effet elle se conduit comme une gamine, parfois c’est moi (et souvent, quand c’est pas l’une, c’est l’autre). La jalousie que j’évoque était présente entre nous lorsque nous étions jeunes. Au jour d’aujourd’hui, je n’en ressens plus les affres car moi aussi j’ai construit ma vie et chacune vit comme elle l’entend.

J’ai écrit ce gros pavé hier soir sous le coup de l’agacement, néanmoins, tout ce que j’y dit est vrai (même si c’est de mon point de vue qui ne peut être objectif). J’aime énormément ma grande sœur et je ne pourrais plus vivre privée de sa présence mais il est des fois où, comme hier soir, je ne la supporte pas parce qu’elle fait preuve d’une mauvaise foi incroyable et qu’elle est déterminée à obtenir ce qu’elle veut (c’est son côté signe astro ça… Bélier ! :twisted: )

J’essaye de m’affirmer et justement, plus les années passent plus j’ose lui dire les choses, des choses que je ne lui aurai sans doute jamais dites avant. Et c’est pour ça que ça l’a vexé encore plus hier soir, parce que je lui ai tenu tête et que je lui ai dit que j’avais déjà pris des engagements autres. Mais comme elle s’agaçait et que justement je n’ai pas envie de me fâcher avec elle j’ai cédé hier soir. Juste après du coup elle s’était ravisée, une fois que je lui avais dit « bon c’est bon, on y va je t’accompagne », elle m’avait dit « oh bah non, tu vas pas tout annuler ce que tu avais prévu… »

Perso j’appelle ça reculer pour mieux… reculer ! Bref on s’est appelé ce midi et les choses se sont calmées. Mais sur le principe voilà ! Elle insiste jusqu’à ce que tu craques et après elle se rétracte une fois que tu as craqué ! Les hormones de femme enceinte, ça réussi pas ! :lol:

Et pour le fait qu’elle soit enceinte et pas moi, j’ai eu un gros clash avec des « amis » en novembre dernier (si bien qu’on est passé à une soirée par mois environ à plus rien du tout – moi je n’ai plus de nouvelles (ce sont des amis à mon chéri à l’origine)). Pour faire bref car j’en ai déjà parlé sur un autre post, une copine de ce groupe d’amis est tombée enceinte, ils m’ont mise à l’écart, j’étais triste surtout à cause de ça, un copain du groupe m’a dit des horreurs sans nom tout ça parce que par ailleurs j’étais un peu triste que la nature m’oublie aussi et depuis, on ne les voit plus. Bref depuis cette histoire qui m’a fait beaucoup de mal (car ces amis à l’origine étaient presque comme une deuxième famille tellement on s’entendait bien), je ne prête plus attention aux femmes enceintes. Je suis contente pour elles et le reste bah c’est la vie et pis c’est tout ! :| Donc ma sœur enceinte, d’autant plus que c’est le deuxième, non je ne l’envie pas pour ça… Je suis passée au-dessus. \:D/
32 ans Laura 65
Envie de ré écrire sur ce sujet ce soir car il s'est passé une chose qui je crois n'est jamais arrivée auparavant.

Comme je le disais avant, ma grande soeur a toujours fait en fonction d'elle, elle ne pense pas le moins du monde aux contraintes ou aux impératifs des autres (sauf quand ça l'arrange). Du coup à chaque fois qu'il faut faire un truc ou que je ne vais pas assez souvent la voir, il faut absolument y aller.

Je l'aime très fort ma grande sœur, mais depuis toujours cette attitude m'agace et comme elle a toujours raison, j'ai appris avec le temps à fermer ma g***** et a faire ce qu'elle voulait pour ne pas la contrarier, à courber le dos pour ne pas qu'on se fâche, car le seul truc que je ne voudrais pas c'est me fâcher avec elle.

Donc on en revient à cette histoire de week end. Ma sœur a donc repoussé le week end de visite chez notre grand mère. On y est allée le week end d'après et comme ça tout le monde était content. On était 3 (ou 3 et demi ;) ) Ma soeur enceinte, ma nièce de 4 ans et moi.

Le voyage aller se déroule bien, l'arrivée aussi ça va. Pendant le séjour j'ai agacé ma sœur sans m'en rendre compte. Ma nièce (qui n'est pas seulement ma nièce mais aussi ma filleule - ce qui signifie à mes yeux que j'ai un double rôle envers elle) a du mal à obéir à sa mère. Elle est assez têtue (en même temps les chiens font pas des chats) et quand ma sœur lui demande quelque chose, parfois elle le fait tout de suite sans broncher (là dessus elle peut être très mignonne) ou tester et faire ce qu'elle veut (en même temps c'est l'âge). Donc ça m'arrivait fréquemment j'avoue de reprendre ma nièce au bout de 5 tentatives de ma sœur pour lui faire faire quelque chose ou lui demander de bien vouloir être gentille et faire quelque chose.
Attention, je la reprenais, certes ! mais sur le même modèle que ma sœur (en étant gentille mais en insistant un peu). Bref ça n'a pas plu à ma sœur et elle me l'a dit à un moment et j'ai arrêté. Il m'arrivait tout de même de le faire inconsciemment. Puis à la fin du séjour on va dire au revoir à une de mes tantes qui travaillait et on croise une cousine de ma maman que l'on n'avait pas vu depuis un moment. On voulait discuter mais ma nièce voulait rester dehors (alors qu'il y avait la route à côté et qu'il pouvait y avoir des voitures donc dangereux) et ma soeur qui me dit "Mais laisse la aller dehors et va avec elle"
Ah ouais ???? Donc je fais la baby sitter en fait mais je dois quand même bien fermer ma gueule ???

Bref ça m'a énervé et j'ai perdu patience j'ai donc pris ma nièce dans les bras un peu fermement en lui disant certes sèchement mais quand même : "Maintenant tu restes avec nous s'il te plaît, il peut y avoir des voitures dehors, c'est dangereux !" Donc je suis restée correcte même si j'étais énervée.

Finalement je suis restée dehors avec ma nièce et j'ai attendu que ma sœur sorte du bâtiment. Elle est arrivée et m'a dit : "Tu sais Laura, c'est pas un toutou, faut pas lui parler comme ça"

Ah parce que je lui ai parlé comme à un chien ???? Non mais j'hallucine là ! J'ai justement un chien et je peux te dire que je ne lui parle pas comme ça, quand il fait des bêtises je lui dis plutôt : "Viens Ici !! Qu'est-ce que t'as fait là ???" Je n'ai vraiment pas parlé à ma nièce comme je parle à mon chien ça non !!! Et ça a été la réflexion de trop ! J'étais déjà agacée alors je n'ai plus rien dit.

On venait de finir de manger et on avait une glacière pour le voyage avec quelques gâteaux dedans. Ma nièce étant une grande gourmande a essayé d'en prendre mais j'étais tellement vexée que je ne lui ai rien dit. Du coup ma sœur, vexée aussi, a vu ça et elle a enfin dit quelque chose à ma nièce. On a commencé un peu la route mais on s'est arrêtée vite fait devant la maison de mes grands parents et ma sœur a sorti "BON C'EST BON TOUT LE MONDE EST CALMÉ ?"

Et là, je me suis emportée... Toutes les choses que je tait depuis des années sont ressorties un peu et j'ai commencé à lui dire ce que j'avais sur le cœur. J'ai fait un accès de colère car elle niait tout en bloc et voulait avoir raison ! On s'est rarement engueulé de cette façon mais là c'était la goutte d'eau. Elle a voulu très vite qu'on se calme car ma nièce était à l'arrière et ma soeur me disait "on arrête sinon elle ne va pas comprendre". Du coup mon accès de colère s'est transformé en méga tristesse et j'ai pleuré pendant une bonne partie du voyage. Ma sœur a essayé de me parler et de me demander pourquoi j'avais eu cet accès de colère. Je n'ai pas dit grand chose et j'ai continué à pleuré.

Je trouvais ça injuste qu'elle me dise que j'ai parlé à ma nièce comme à un chien alors que je sais que je ne parle pas à mon chien comme ça. Puis ça m'a énervé qu'encore une fois, je doive courber l'échine et ne rien dire pour tout apaiser.

Bref pour détendre l'atmosphère, j'ai trouvé ce sketche de Claudia Tagbo et ça résume assez bien le modèle d'éducation que ma sœur pratique (pas la maman noire mais l'autre) lol

https://www.youtube.com/watch?v=fGcSqkpbhc8
37 ans Angers 1705
Tu devrais arrêter de ménager la sensibilité de ta sœur par peur de te fâcher avec elle.. Tu as le droit d'avoir une vie en dehors d'elle. Si tu n'es pas dispo, si tu n'as pas envie, dis le, simplement, sans lui dire qu'elle ne pense qu'à elle blabla, tu dis juste que tu n'es pas dispo là et propose une alternative.

En courbant l'échine, tu n'apaises rien, tu accumules la rancœur et au bout d'un moment, tu exploses, comme ce week-end.. Et il n'en sort rien de constructif..

Essaye peut-être de dialoguer avec ta sœur, à un moment calme, sans personne autour, sans l'accuser ni te poser en victime. Essaye de lui dire "je" plutôt que "tu" (parle lui de ce que tu ressens et pas de ce qu'elle fait ou ne fait pas d'après toi), écoute la aussi quand elle s'exprime sur le sujet.. Si c'est compliqué, écris lui une lettre ? Ça sera peut-être plus facile pour toi de poser à l’écrit ton ressenti et elle pourra le lire calmement et peut-être se remettre en question ?
S
28 ans 3465
Je comprends ta frustration, mais tu ne peux pas lui en vouloir à elle d'avoir céder. C'était ton choix. Ok, elle se serait peut-être fâchée, et? Ca, ça lui appartient. Tu n'as aucun contrôle sur la manière de réagir des gens. Et si tu finis par céder à chaque fois pour ménager la sensibilité des uns et des autres, tu ne dois pas dire non souvent...

Je veux dire, à partir du moment où tu sais que tu es dans ton droit, que la personne en face n'a pas de raisons concrètes de t'en vouloir et qu'elle est quand même contrariée, ma foi... C'est son problème. Il faut savoir rester ferme tout en douceur. Lui dire que tu as le droit d'avoir une vie et des projets en dehors d'elle et que si ça l'irrite à ce point que tu ne puisses pas être disponible à la demande, c'est peut-être à elle de faire un travail sur elle afin de comprendre pourquoi. Parce que que ce soit toi ou une autre personne, les gens ne sont pas à sa disposition.

Des gens qui se sentent frustrés quand on leur refuse quelque chose, y en a énormément. Je pense que c'est tout simplement humain. Après, il y a des gens qui savent faire la part des choses et d'autres qui s'enferment dans une attitude capricieuse. Ca ne dépend pas de toi, mais de leur manière personnelle d'aborder les choses et contre ça, tu n'y peux rien.

Je pense que tu t'en veux surtout à toi même d'avoir (peut-être une énième fois?) céder à son caprice parce que tu ne veux pas la contrarier, tu ne veux pas affronter une dispute avec elle. Ca, ce n'est pas de sa faute. De la même manière que tu n'es pas responsable de ses réactions, elle n'est pas responsable des tiennes et du fait que tu n'as pas su rester ferme.

Moi, il m'est arrivé d'annuler des sorties à la dernière minute parce que j'en avais plus envie, parce que je n'étais plus motivée. Alors oui, des fois j'ai eu des réactions un peu vives, mais je suis restée droite dans mes bottes parce que justement, j'ai le droit de ne plus avoir envie. Je comprends que ça puisse être embêtant pour la personne en face, mais j'estime qu'elle n'a pas à m'en vouloir. C'est une liberté que je m'accorde, parce qu'au fond on l'a tous. Personne n'est forcé de faire ce qu'il ne veut pas faire et s'il y a des gens qui ne comprennent pas ça, bah tant pis pour eux.

Une relation où tu capitules sans cesses par peur d'irriter l'autre, par peur de provoquer une dispute, ce n'est pas sain.
B I U


Discussions liées
?>