MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Qu'est ce qui vous a décidé à vous faire operer ?

39 ans 40
Une question qui a sans doute souvent été posée aux opérées.

Qu'est ce qui vous a décidé à franchir le pas de l'opération ?
Quel a été le déclic qui a levé  
toutes les peurs ?
Merci à celles et ceux qui répondront.
33 ans Reims 6
Le dernier régime qui
M'a fait perdre 50 kilos en 8 mois et qui
M'a fait en reprendre 55 en 1an et demi.

Je suis pas encore opérée mais je commence tout juste le processus.

Et puis mal de dos régulier, devoir s'habiller en 52, être dégoûtée de soi car nouvel échec avec ma reprise de poids.

Et puis le plan médical bien évidemment même si aujourd'hui je parais en bonne santé, qu'en sera t'il dans 1 ans, dans 15 ans ...

Les fringues à ma taille chez Zara par exemple :-)
Ne plus être essoufflée si vite...
Pouvoir me remettre au sport à outrance comme j'aime tant.
Et me sentir bien être mince au moins une fois dans ma vie.
87 ans 9549
juste deux petites remarques,

ces opérations ne sont pas faites pour devenir mince, mais pour sortir de l'obésité soit un IMC cible de 30 (pas toujours obtenu comme on peut le lire ici où là)… ni pour rentrer dans des fringues de chez Zara (y'a des adultes qui y rentrent ?)

on peut faire du sport en taille 52, nombre de pratiquantes ici peuvent en attester… sauf souci de santé mais comme tu dis être en bonne santé…

ceci étant dit, bonne chance dans ton parcours.
33 ans Reims 6
Juste une petite remarque.

Ma réponse me concerne moi.
C'est mon avis, j'ai répondu à la question qui a été posé donc inutile de relever mes réponses puisqu'elles me concernent uniquement.

Merci quand même
87 ans 9549
disons qu'on voit arriver beaucoup de personnes en pleine désillusion ici et que c'est un des rares endroits du net ou on peut lire que ça ne marche pas toujours, qu'on ne devient pas forcément mince, etc…

mais effectivement tes réponses t'appartiennent.

Pour les régimes, même si on connaît toutes les effets rebonds terribles je suis effarée des chiffres annoncés… si tu veux bien nous dire de quel régime il s'agissait… car il y a tellement de gens qui croient encore au miracle du régime, je trouve que ce genre de témoignage est précieux !
33 ans Reims 6
Pour ma part je sais pleinement que la chirurgie de l'obésité n'est pas un remède miracle juste un coup de pouce qu'il faut saisir pour modifier son alimentation et son mode de vie.
J'ai lu beaucoup d'échec ici et ailleurs, après ça se réfléchi longuement,j'y pense depuis plus de 10 ans mais la peur de mourir, la peur des complications post op ne m'ont pas fait franchir le pas.
Aujourd'hui j'ai conscience que j'ai beaucoup de poids à perdre et que seule je n'y arriverai pas enfin si je peux y arriver je suis de nature motivée mais quand bien même je reperds 50 kilos voire plus, vais je réussir à les stabiliser sur le long court?

Je sais que non et je sais aussi que ce sera une frustration quotidienne.
Je suis pas obèse depuis 5 ans je suis obese depuis que j'ai 3 ans ou 4 ans donc une trentaine d'années ...

Concernant mon régime, j'ai fais le régime dukan j'ai perdu donc 50 kilos en 8 mois en y associant 1h de sport par jour 7j/7.

J'ai perdu vite, sans pallier, peut être plus vite qu'une sleeve ou un by pass mais ce régime est vicieux car il permets les protéines à volonté donc on mange on mange.

Ba oui plus on mange plus on maigris.

Jusque là tout va bien, sauf que une fois le régime fini, on a un estomac qui est demandeur de nourriture, et pas de poulet ou de poivrons!

Donc le résultat est là, reprise de tous les kilos, et un estomac qui ne connaît pas la satiété.
S
46 ans suisse 932
Merci pour ton témoignage et ton honnêteté. Ce régime ducos est vraiment terrible. J'ai une collègue mince et tout qui ne mange que des protéines et quelques légumes depuis 3-4 ans maintenant. Elle ne peut pas manger autre chose sinon c'est la spirale infernale de la reprise. Bonjour les reins et la constipation.

Perso je rentre dans les critères opératoire, imc qui frôle 40 et apnées du sommeil appareillées. On m'a orientée plusieurs fois vers la chir.

Le déclic chez moi ce serait les complications physiques, le diabète, ne plus pouvoir faire du tout de sport, être très limitée dans mes mouvements, ce genre de soucis.

POur le moment donc pas de déclic chez moi car tous mes résultats sanguins sont meilleurs depuis 2 ans, le sport ça va, les fringues je trouve des choses qui me plaisent à ma taille etc.

Et puis même si j'y arrive un jour ce sera avec un suivi béton. Une personne de ma famille s'est fait opérée il y a quelques mois, aucun suivi (1h de psy.....) pas d'accompagnement . Elle a bien perdu et puis c'est fini ca s'inverse. En plus elle ne faisait pas de sport aucune activité, c'est pire avec le by pass tous ses muscles ont fondu et elle n'a plus d'énergie et des douleurs perpétuelles. Ca refroidit.
34 ans Ardennes 754
Merci pour vos témoignages. :)
Je me pose la question depuis un moment maintenant, je ne franchis pas encore le pas pour deux raisons:
-peur que ça se passe, ou que ça ne fonctionne pas :cry:
-c'est peut être idiot, mais je n'ai pas confiance en la médecine moderne, au sens ou l'on veut soigner les symptômes et non les causes (tous problèmes de santé confondus!). Je ne suis pas obèse par mon alimentation (je mange équilibré maintenant et ce depuis des années, mon poids se stabilise mais ne baisse pas (depuis mon adolescence où j'ai commencé à entamer des régimes, j'ai plus pris de kilo qu'autre chose, comme beaucoup de personnes!).
En bref, ça m'embête de devoir suivre un régime après l'opération (forcé selon le type d'opération), je n'ai aucun problème avec la nourriture. Je mange comme toutes les personnes de mon entourage, qui elles n'ont aucun problème de poids! Alors pourquoi me faire opérer? :roll: Je n'ai pas de problème de santé (analyses de sang clean, pas de diabète ou autre).
Les seules choses qui me pousseraient à me faire opérer sont ne plus être limitée dans mes mouvements, retrouver une silhouette que j'ose regarder dans la glace. :oops:
La plupart des témoignages ne parlent de leur façon de manger avant l'opération, mais l'alimentation est-elle toujours en cause?
87 ans 9549
je ne comprends pas (tu n'es pas la première à évoquer ça) comment on peut vouloir maigrir en réduisant ses apports si on pense qu'on est obèse pour une autre raison que l'alimentation ? si c'est pas le problème, ce ne sera pas la solution… si ?
34 ans Ardennes 754
ben oui, on est tenté de se dire (comme je le pense un peu aussi, disons que j'essaie de peser le pour et le contre ;) ) que la chirurgie ne serait pas la solution si l'alimentation n'est pas en cause. Seulement c'est la seule solution que mon médecin, et la médecine en général, propose, car ils n'en ont pas d'autre! :oops:
D'un autre coté, vu le régime drastique qu'impose une chirurgie, je pense qu'il y a tout de même des résultats, comme il y en aura si une personne d'un IMC correct se faisait opérée.

Je suis justement dans ce dilemme, je n'ai pas de solution, ça me rends dingue, je dois bien pouvoir trouver une solution! :cry:
31 ans 1530
Une solution à quoi?
Ce que je me dis c'est que maigrir peut être une solution à améliorer la mobilité et à une meilleure acceptation de son image. Ce n'est pas la seule. Le sport, pensé dans cet objectif de mobilité (et non de maigrir) peut apporter énormément même à un IMC très élevé. L'acceptation peut d'ailleurs s'en trouver transformée par le plaisir et sentiment de vitalité que la mobilité offre, mais aussi par d'autres choses qui forment un faisceau de facteurs permettant de ressentir etpercevoir son corps différemment.
Personnellement je me retrouve beaucoup dans tes interrogations et je me questionne sur le caractère urgent ou non à prévenir les problèmes de santé et de qualité devie que je semble "condamnée" à rencontrer plus tard. Je ne franchis pas le pas dans l'immédiat car je pense que par rapport à ma situation actuelle je peux y perdre plus qu'y gagner,et j'ai tout juste l'impression de vraiment profiter pour craindre de perdre ma qualité de vie "corporelle" ; ce qui ne m'empêche pas de souhaiter l'améliorer et être moins lourde et moins volumineuse. Du coup je travaille en amont d'une opèration qui j'imagine ponctuera ma vie à un moment donné et je mûris ce que cette démarche représente. Peut être cela m'aidera plus tard, on verra. Dans l'immédiat c'est ce qui a le plus de sens pour moi. Je suis donc intèressée par tes questionnements et te souhaite bon courage.
34 ans Ardennes 754
Effectivement papille je me retrouve dans ton témoignage ;)
Une solution pour améliorer la mobilité, comme tu le dis le sport peut aider, mais pas évident de pratiquer seule (et à la campagne dans mon cas!) je fais du vélo, ça aide un peu, j'utilise la phytothérapie pour soulager les jambes lourdes et l'oedeme aux chevilles (ça aide bien) mais comme tu le dis, je me sens lourde et volumineuse, et je ne le supporte plus! être coincée en voiture, pour bouger, cela me pèse ( ironique vraiment ce mot d'ailleurs!)

Je n'accepte pas mon corps tel qu'il est, j'ai le sentiment que ce n'est pas le mien (je n'ai pourtant jamais été mince, toujours ronde même si je n'étais pas obèse comme depuis quelques années). J'avais entamé une psychothérapie, j'ai du arrêter (pour déménager) avant de comprendre la raison de ce poids.
Je veux pouvoir m'habiller comme j'aime (pas juste dans ce dans quoi je peux rentrer, même si de jolies choses existent en grande taille, soyons honnêtes la silhouette ne pardonne pas!), être fière de ce que je suis, ne pas me sentir coupable de manger une glace en public, ne plus être essoufflée...bref je cherche une solution à tout cela ;)
et c'est pour cela que je suis ce post pour connaitre le parcours de celles qui ont sauté le pas de l'opération.
87 ans 9549
Juste une petite remarque par rapport à mon vécu… la honte de manger en public m'est restée, même si j'ai aujourd'hui un IMC dans la norme, je suis toujours grosse intérieurement. La perte de poids quelle qu'en soit l'origine ne guérit pas forcément la tête. Et pourtant je n'ai pas été grosse très longtemps dans ma vie (moins du quart du temps), et je ne suis pas montée très très haut. Et après, l'angoisse d'avoir du poids en trop est remplacée par l'angoisse de reprendre (un peu moins de deux kilos pour moi, suite à un arrêt forcé du sport… limite déprime quand je l'ai su). Tout ça pour dire que rentrer dans la norme pondérale ou volumique ;) ne fait pas forcément de ta vie un paradis de sérénité et de Bisounours, je pense que c'est important d'en avoir conscience pour ne pas être déçue après chirurgie (après je sais pas si on reprend facilement ou pas mais j'imagine qu'on a peur quand même)…

Après les raisons de se faire opérer appartiennent à chacun, je pense que le seuil de tolérance de son surpoids est vraiment propre à chaque personne.
S
46 ans suisse 932
POur ma part bien que obèse je mange en public sans problèmes, je m'habille aussi etc. Mais en étant consciente que la limite du 50 52 fait passer dans des coupes "mémèrisantes" comme dirait Christina.

Et puis on ne parle pas des personnes qui ne perdent pas. J'ai 2 exemples proches. Une qui est extrêmement sédentaire, opérée en urgence pour sauver sa mobilité et niveau cardiaque. 3 mois de sleeve et une perte minime. Comme elle n'a pas pu s'occuper de sa forme physique avant et de son comportement alimentaire et bine en gros rien n'a changé.

Une autre qui a perdu 40kg avec un by pass mais se retrouve enceinte, sans aucune force, hyper fatiguée, aune activité physique etc....je ne sais pas ce qu'il va advenir d'elle mais je n'aimerai pas être à sa place.

Pour la forme et le bien être physique un médecin compétent et qui connait bien ces questions, comme un rhumathologue peut orienter vers des exercices qui ménagent les articulations et ré musclent en profondeur. Et le côté moral-psy on peut le travailler en amont d'une opération. Idem pour la pleine conscience que je pratique aussi.

Je pense que plus on est préparé à une opération plus on se donne de chance d'en tirer des bénéfices pour sa santé ultérieurement.
87 ans 9549
c'est sûr que la non perte est aussi une chose sur laquelle il vaut mieux être réaliste en prenant la décision de l'opération… sinon bonjour le désespoir. Je ne suis pas sûre que les chirurgiens en parlent beaucoup en parcours préopératoire ?
B I U


Discussions liées