MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Rupture qui me laisse à terre/ besoin de vous

L
33 ans 26
Bonjour,

Je me permets de vous écrire suite à une rupture qui me laisse dans un état de mal être absolu.
J'ai connu d'autre rupture auparavant, mais celle ci me fait terriblement  
mal.
J'ai du me faire arrêter par mon médecin qui m'a prescrit du prozac et autre joyeuseté...
C'est la première fois de ma vie, et j'ai honte.
La rupture est récente 1 semaine, mais je n'arrive ni à en parler à mon entourage car ils ne comprennent pas, ni à sortir. Je n'ai le goût à rien.
Je me suis dit qu'ici j'aurais peut être du soutien, des témoignages de personne à qui cela est arrivé.
Comment on arrête d'espérer à tout prix le retour de l'homme qu'on aime?
Combien de temps cela prend?
Svp j'ai besoin de votre sagesse, d'espoir, l'espoir que je vais m'en sortir.

Merci de m'avoir lue
44 ans 146
Il faudrait donner plus de détails pour y voir plus clair (est-ce rattrapable, irrattrapable, classique, atypique...)

Sinon, pour s'en sortir : ne pas rester seule, sortir avec des amis, se changer les idées, trouver un remplaçant,...
L
33 ans 26
Merci Alizee,

Alors 1 an et demi de relation. Tout se passait très bien, des vacances sympas, un retour et une reprise du boulot difficile.
Je sais depuis le début qu'il a tout de même peur d'avancer ( il est divorcé, et on s'est rencontré juste qlq mois après sa rupture).
Bref, il m'annonce qu'il se sent perdu en ce moment à tous les niveaux. Qu'il est paralysé, impossible d'avancer et qu'il ne sait pas ce qu'il veut pour son avenir.

Qu'il a tjs des sentiments pour moi mais qu'il culpabilise de ne pas pouvoir m'apporter l'engagement et la stabilité que je recherche. Il me dit qu'il a besoin de se retrouver seul et de me perdre pour savoir ce qu'il veut...

Nous avons discuté 2 heures, tombés dans les bars l'un de l'autre, nous avons pleuré tous les 2, mais il ne veut pas que je sois là, ni que je l'aide...

J'ai mal, très mal... j'ai juste envoyé un message pour lui dire que j'étais là si besoin ( car son père a une grave maladie) et il m'a répondu qu'il était là aussi pour moi si besoin.

Comment accepter?
Sortir, je n'y arrive pas, je suis au bord du malaise.
44 ans à la maison ! 10072
ça fait combine de temps ?
L
33 ans 26
C'est très récent, depuis 1 semaine...
S
28 ans 3465
Je ne pense pas qu'il y'a une méthode miracle pour se remettre d'une rupture. Chacun fait ce qu'il peut avec ce qu'il a, avec son vécu... Maintenant, la première chose à faire, c'est effectivement d'accepter. Accepter que c'est fini, qu'il ne reviendra probablement pas (en tout cas, c'est mieux de partir de ce principe là) et surtout qu'il n'y a rien qu'on puisse faire à un niveau individuel pour changer ça (dans les circonstances similaires à ta rupture tout du moins).

Je sais à quel point c'est difficile de se faire quitter par quelqu'un qui dit avoir encore des sentiments pour nous. Ca m'est arrivé, il y a un peu plus d'un an et demi. Y a une incompréhension qui s'installe, comment peut-il balayer des sentiments existants juste parce qu'il est pas bien? On se dit - ou en tout cas on espère - qu'il va forcément revenir quand il ira mieux parce que, encore une fois, il a ces fameux sentiments. Personnellement, j'ai beaucoup bloqué là-dessus...

Et puis, je me suis rendue compte qu'avoir des sentiments pour quelqu'un, finalement, ça veut tout et rien dire à la fois. C'est tellement large, c'est tellement vaste... Il y a tellement de sentiments différents qu'on peut éprouver pour quelqu'un. Enfin de compte, personnellement, j'en ai déduis que ça ne signifiait pas grand chose à partir du moment où la personne ne souhaite plus continuer avec nous. Par exemple, ce n'est pas rare de continuer à éprouver des sentiments pour un ex encore pendant quelques temps après la rupture, alors que nous l'avons quitté et que ça ne change rien au fait que nous ne voulons plus être avec. Parce qu'il y a quand même un vécu, de l'attachement... on peut aussi continuer à apprécier la personne même si on estime qu'elle ne nous convient pas... Enfin voilà,

Ce que j'ai fait au bout d'un moment, c'est que je me suis dit que même s'il avait encore des sentiments, de toute évidence, ils n'étaient pas assez forts pour qu'il reste avec moi. Et partant de là, qu'il aie des sentiments ou pas... Je pense qu'il tenait à moi et je crois d'une certaine manière, il tient encore à moi. Ca ne change pas qu'on est plus ensemble.

Finalement, je m'en suis remise assez rapidement parce que j'ai fait un énorme travail d'acceptation. J'ai compris que sa décision ne dépendait de moi et de qui j'étais mais de lui et de qui il était. Il n' y avait rien que j'aurais pu faire pour changer ça parce qu'encore une fois, c'était relatif à sa personne et à ses doutes sur son avenir. J'ai accepté que je n'avais aucun contrôle là dessus.

J'ai aussi fait un gros travail de relativisation. Ce sont des choses qui arrivent dans la vie. On ne peut pas avoir que des bonnes choses, c'est comme ça. On aura toujours différentes épreuves à vivre. Je me suis dit que ce n'était pas la fin du monde. Que j'étais jeune, que j'avais toute la vie devant moi. Que même si c'était douloureux, ça m'ouvrait aussi une infinité de possibilités. Rencontrer d'autres personnes, voyager, reprendre mes études. J'ai essayé de positiver un max, parce que malgré tout la vie est belle. J'étais et je suis quelqu'un en dehors de lui. Il y a des choses que j'aimais à part lui. Qu'il n'était finalement qu'une toute petite part de ma vie que j'ai grossi pus ou moins inconsciemment parce que j'étais amoureuse.

Enfin voilà, je ne sais pas si mon message va t'aider. Je sais que post-rupture, on n'a pas forcément tout de suite le recule nécessaire pour entendre ce genre de mots. Mais, et tu le sais, peu importe combien c'est douloureux, on finit toujours par s'en remettre, d'une façon ou d'une autre. Il faut continuer à faire les choses, même si c'est difficile. Continuer à sortir, voir sa famille, ses amis, continuer à travailler... Tu étais là avant lui, tu seras là après lui. La vie est imprévisible. Elle réserve aussi de bonnes surprises, mais il faut lui donner l'occasion de te les apporter. Positive au maximum, dis toi que, ok ta relation est terminée, mais pas ta vie. Si ça n'a pas marché, c'est que ce n'était pas fait pour marché, autrement vous ne vous seriez pas séparés.
L
33 ans 26
Chère Sibell,

Merci pour cette intervention pleine de sagesse. Je te lis très souvent, et à chaque fois je trouve que tu as les mots justes et je partage tes points de vus.

Effectivement, je n'ai pas encore le recul nécessaire pour me dire tout cela.
J'ai 32 ans, je me suis imaginée faire ma vie avec lui, avoir des enfants avec lui donc difficile de regarder la réalité en face aujourd'hui.
Sa décision ne dépend pas de moi, mais je me sens malgré tout coupable. Je me demande ce que je n'ai pas bien fait, bien géré...
Je suis dans l'incapacité de me bouger et pourtant je suis quelqu'un de plutôt actif.
On finit par s'en sortir? c'est à cela que je me raccroche? on finit par sourire à la vie?
Oui, je vois tout en noir, comme s'il n'y avait plus rien devant, ce n'est pas raisonné, mais j'en suis incapable.
44 ans à la maison ! 10072
tu es sure que c'et vraiment une rupture, parce que ce que tu décris ressemble plutôt à un besoin de réfléchir, non ?
il t'a dit clairement que c'était fini enre vous ?
44 ans Sur un gros arbre perché 7658
On dirait une variante du "tu es trop bien pour moi"...
87 ans 9441
trashrap a écrit:
tu es sure que c'et vraiment une rupture, parce que ce que tu décris ressemble plutôt à un besoin de réfléchir, non ?
il t'a dit clairement que c'était fini enre vous ?


en général je ne suis pas optimiste mais là, le doute est permis.
bon courage, quoi qu'il advienne, on y est tous passés au moins une fois… et pour la plupart d'entre nous, on s'en est remis, même si à l'instant T on pensait que c'était la fin de notre vie...
S
28 ans 3465
Il semble avoir lu qu'il voulait continuer seul, donc oui, je pense que la rupture est effective.

lalitana a écrit:
Chère Sibell,

Merci pour cette intervention pleine de sagesse. Je te lis très souvent, et à chaque fois je trouve que tu as les mots justes et je partage tes points de vus.

Effectivement, je n'ai pas encore le recul nécessaire pour me dire tout cela.
J'ai 32 ans, je me suis imaginée faire ma vie avec lui, avoir des enfants avec lui donc difficile de regarder la réalité en face aujourd'hui.
Sa décision ne dépend pas de moi, mais je me sens malgré tout coupable. Je me demande ce que je n'ai pas bien fait, bien géré...
Je suis dans l'incapacité de me bouger et pourtant je suis quelqu'un de plutôt actif.
On finit par s'en sortir? c'est à cela que je me raccroche? on finit par sourire à la vie?
Oui, je vois tout en noir, comme s'il n'y avait plus rien devant, ce n'est pas raisonné, mais j'en suis incapable.


C'est encore trop tôt. La rupture est toute récente, accorde-toi le droit d'être triste quelques temps. C'est normal. Accepte aussi que tu vas être triste pendant un petit moment. N'essaie pas de précipité ton deuil et de passer à autre chose le plus vite possible. Ca se fera quand ça se fera, naturellement. En attendant, vis au jour le jour, prends les choses comme elles viennent, au fur et à mesure. Essaie autant que tu le peux de te faire plaisir. Tu peux écrire aussi. Moi ça m'avait aidé de coucher sur le papier toutes mes émotions concernant la rupture. Je lui parlais à travers mes écrits. C'était une alternative pour ne pas le recontacter. Chaque fois que j'avais envie de lui dire quelque chose, je l'écrivais.

Maintenant, c'est sûr que ça se fait petit à petit. Pierre par pierre. C'est clair qu'on ne se couche pas un soir au fond du trou pour se réveiller le lendemain en ayant tourné la page et prêt à attaquer la vie...Mais ça se fait. Et chacun à son rythme dans ce domaine, pour certains ça prend plus de temps. Ne désespère pas d'aller mieux, ça viendra. Tu verras que dans quelques semaines, peut-être un mois, même si ça ne sera pas encore ça, ça ira déjà un petit mieux. Tu auras peut-être juste arrêté de pleurer, mais ce sera déjà ça et puis le reste suivra.
L
33 ans 26
Merci infiniment pour vos réponses. ça fait chaud au cœur.

Alors, oui c'est vraiment fini. Il m'a ramené toutes mes affaires. Il m'a dit vouloir être seul, se retrouver. Incapable de se projeter ( enfant).

Ce que vous me dites me donne l'espoir, l'espoir de m'en sortir.

J'espère que je ne m'enliserai pas trop longtps.
34 ans Niort 1177
(juste en passant : n'ai pas honte de prendre des antidépresseurs, ce n'est pas "de ta faute", c'est prescrit par un médecin, ce n'est pas que tu es "nulle", c'est que tu as trop de choses à gérer en ce moment et que ton moral a besoin d'un coup de pouce. Courage courage courage)
L
33 ans 26
Merci Lapo.
C'est vrai que j'ai honte, première fois de ma vie que l'on me prescrit ce type de médicament.
J'ai hésité à les prendre, mais je me dis qu'il faut que j'arrête de subir et que cela m'aidera sûrement à retourner travailler.
34 ans Niort 1177
Je me permets : est ce que tu es suivie, par ailleurs ? Par un psy ? Car ces médicaments, pour utiles qu'ils sont, ne guérissent pas, ils aident, mais c'est encore à toi de faire tout le boulot (ah ch'vous jure, ma bonne dame, on peut plus compter sur rien... ;) )
Il ne faut pas avoir honte, parce que tu n'es pas responsable et tu n'es pas en mesure de choisir. Ce n'est pas comme si tu avais mis le feu à ta maison : c'est un ouragan qui l'a détruite. Tu ne maîtrise pas les ouragans ? Ben là pareil ;) (j'ai l'impression que ma métaphore est assez ratée... si quelqu'un a mieux...)
B I U


?>