MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Problème de coeur

50 ans 2261
Frenchiefreak a écrit:
...donc le concept de se donner les moyens est subjectif.


Bah moi idem... Ca m'a fait tiqué, voilà...
S
28 ans 3465
C'est dingue ce qu'on peut chipoter sur une expression en analysant un concept littéral tout en laissant de côté son sens premier. Si je n'ai pas précisé ce qu'était se donner les moyens, c'est justement parce que ça dépend des personnes et qu'effectivement, nous ne sommes pas tous égaux face aux aléas de la vie.

Je maintiens le fait qu'on finit par passer à autre chose, Poirier, parce que oui, il s'agit bien de se résigner quelque part. Je n'ai jamais vu quelqu'un tourner une page en continuant à espérer et en restant le déni. Un deuil comporte des phases par lesquelles nous passons tous et l'acceptation en fait partie. Donc oui, le premier pas pour aller vers autre chose, c'est d'accepter que c'est terminé. Une fois que ça c'est fait, le reste s'estompes petit à petit.

Alors oui, dans l'idéal, ça ne sert à rien de tergiverser, sauf que l'espoir c'est quelque chose qui peut être persistant chez certaines personnes. Tout bêtement, même si elle sait que c'est très peu probable, elle espère qu'il changera d'avis et d'un côté je comprends parce que mathématiquement, ce n'est pas impossible que ça arrive.

Y a aussi une autre dimension à prendre en compte: accepter une rupture, c'est accepter que c'est vraiment terminé. Tu comprends ce que je veux dire? Quand les deux tournent la page, c'est fini. Et il y a des gens, pour qui ne pas tourner la page, c'est une manière maintenir leur histoire en vie...

Enfin bref, moi je suis aussi du genre à regarder ce que j'ai de concret dans les mains. A me baser sur les faits et non sur mes ressentis. Si un mec ne veut pas s'engager avec moi, je ne vais pas m'éterniser et s'il change d'avis un jour et que ce jour là j'ai fait mon deuil, bah tant pis pour sa gueule. J'en arrive vite à cette conclusion, parce que je vois le monde en noir et blanc; pour moi quelqu'un qui m'aime, ne prendra pas le risque de me perdre. S'il le fait, c'est qu'il ne m'aime pas ou en tout cas pas assez. J'enlève volontairement cette zone de gris pour me simplifier la vie.
30 ans Dijon 572
Il s'est déjà dérobé, c'est la raison pour laquelle j'en suis là. J'occupe très bien mes week end, ce qui n'empêche pas de ruminer, je pense que c'est normal et comme il a déjà été dit, cela devrait passer avec le temps (j'espère bien !).

Commencer/finir, j'ai dû mal à comprendre ce que tu veux dire.
Il y a bien une fin de relation à digérer.
30 ans Dijon 572
Sibell a écrit:


Je maintiens le fait qu'on finit par passer à autre chose, Poirier, parce que oui, il s'agit bien de se résigner quelque part.

Y a aussi une autre dimension à prendre en compte: accepter une rupture, c'est accepter que c'est vraiment terminé. Tu comprends ce que je veux dire? Quand les deux tournent la page, c'est fini. Et il y a des gens, pour qui ne pas tourner la page, c'est une manière maintenir leur histoire en vie...



Exactement ! Malgré la légère lueur d'espoir, je suis quand même bien résignée, et ouverte aux nouvelles rencontres,et j'essaie de m'en "donner les moyens" ^^
Merci pour ton intervention très concrète.
50 ans 2261
Frenchiefreak a écrit:
Commencer/finir, j'ai dû mal à comprendre ce que tu veux dire.
... Si tu continues de penser que cette histoire n'est pas finie, peux-tu commencer autre chose?
Es-tu prête?
Ce doit être un cap à passer, un peu comme si tu gravis une colline... Tu arrives en haut de la colline, et puis tu te dis que c'est fait et c'était pas si difficile, et puis tu vois un autre but à atteindre... Un autre projet qui va t'occuper à 1OO%...
Quand j'ai écris que j'étais bloqué sur la phrase (désolé Sibell je n'ai rien contre toi), c'est la part tristouille de la phrase qui vient d'être expliquée par toi et FF ;

... Et puis je ne te souhaite pas que tu finisses par passer à autre chose "faute de mieux", "à défaut de", en guise d'ersatz, de "lot de consolation",

mais que ce soit une nouvelle chose qui s'impose d'elle-même, et que tout le restant, le passé ne vaut même plus la peine (c'est littéralement le mot) de s'en souvenir!

Bon courage à toi, profite de tes "fins de semaines" pour, une fois que c'est ruminé, digéré, tu t'offres la possibilité, la liberté de (re)commencer à rencontrer à nouveau....
30 ans Dijon 572
Je pense bien que cette histoire est finie, ce n'en est pas moins difficile de passer à autre chose, même si je suis prête, aussi tristouille cela puisse être.
Quoiqu'il en soit, je suis pas vraiment du genre "faute de mieux", je ne me jetterai pas dans n'importe quelle relation en croyant que ça va tout me faire oublier. Mais, merci, ça fait toujours du bien de se le faire rappeler !
33 ans 20
Sibell a écrit:
C'est dingue ce qu'on peut chipoter sur une expression en analysant un concept littéral tout en laissant de côté son sens premier. Si je n'ai pas précisé ce qu'était se donner les moyens, c'est justement parce que ça dépend des personnes et qu'effectivement, nous ne sommes pas tous égaux face aux aléas de la vie.

Je maintiens le fait qu'on finit par passer à autre chose, Poirier, parce que oui, il s'agit bien de se résigner quelque part. Je n'ai jamais vu quelqu'un tourner une page en continuant à espérer et en restant le déni. Un deuil comporte des phases par lesquelles nous passons tous et l'acceptation en fait partie. Donc oui, le premier pas pour aller vers autre chose, c'est d'accepter que c'est terminé. Une fois que ça c'est fait, le reste s'estompes petit à petit.

Alors oui, dans l'idéal, ça ne sert à rien de tergiverser, sauf que l'espoir c'est quelque chose qui peut être persistant chez certaines personnes. Tout bêtement, même si elle sait que c'est très peu probable, elle espère qu'il changera d'avis et d'un côté je comprends parce que mathématiquement, ce n'est pas impossible que ça arrive.

Y a aussi une autre dimension à prendre en compte: accepter une rupture, c'est accepter que c'est vraiment terminé. Tu comprends ce que je veux dire? Quand les deux tournent la page, c'est fini. Et il y a des gens, pour qui ne pas tourner la page, c'est une manière maintenir leur histoire en vie...

Enfin bref, moi je suis aussi du genre à regarder ce que j'ai de concret dans les mains. A me baser sur les faits et non sur mes ressentis. Si un mec ne veut pas s'engager avec moi, je ne vais pas m'éterniser et s'il change d'avis un jour et que ce jour là j'ai fait mon deuil, bah tant pis pour sa gueule. J'en arrive vite à cette conclusion, parce que je vois le monde en noir et blanc; pour moi quelqu'un qui m'aime, ne prendra pas le risque de me perdre. S'il le fait, c'est qu'il ne m'aime pas ou en tout cas pas assez. J'enlève volontairement cette zone de gris pour me simplifier la vie.


Complétement d'accord...

Pas grand chose à ajouter à part que oui, c'est encore récent, donc c'est normal d'y penser encore, d'avoir encore un manque...

Il faut s'accorder du temps, et c'est bateau, mais s'aimer soi même avant de penser à aimer autrui.

On a pas à batailler pour avoir une place dans la vie de quelqu'un.Si on doit le faire, c'est que ce n'est pas une bonne personne pour nous.Et je ne crois pas à l'amitié avec quelqu'un qu'on aime autrement qu'un ami.
30 ans Dijon 572
Tu as aussi raison Nella34, c'est simple au final. Je ne sais pas pourquoi je me complique la vie avec ces sentiments tenaces, malgré une situation claire.
Vous avez raison, il faut être raisonné et pragmatique.
Et prendre soin de soi et s'aimer, ça aide beaucoup, en effet.
C'est pas toujours facile cette peine de cœur, mais je sais que ça passer.
Merci :)
33 ans 20
Je viens à peine de comprendre, à mon age :roll: , ce que signifie "s'aimer soi même"...avant je pensais que c'était un terme niais et fourre-tout qui ne servait pas à grand chose...
En fait c'est tout simplement bien se traiter...S'occuper de soi même, se faire du bien, se rendre heureux toute seule.Ensuite seulement on est capable d'être bien avec les autres, sans trop en attendre, sans s'oublier, sans tomber dans des relations toiques pour nous.

Une rupture c'est un deuil...D'illusions, d'espoirs, en plus de la relation en elle même.C'est dur...C'est normal de ne pas réfléchir de manière pragmatique, d'être consciente que non, on a rien à attendre de le personne, mais avoir encore envie de l'appeller...(à ne surtout pas faire: en général on est encore plus mal après, et pire encore si on se revoit! Tout est à reprendre de zéro!) De ressasser, de se dire, "et si j'avais fait telle ou telle chose..." ect...C'est humain.

Quand on accepte de laisser partir tout ça, on laisse aussi la porte ouverte à autre chose.Ca donne du courage de se le rappeller!
B I U


Discussions liées
?>