MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Les bébés de fin d'année 2017

38 ans Au pays des cigognes ~ 1434
Chapinette ... on se pose les mêmes questions :D
Alors du coup j'ai mené mon enquête!
Et en fait pour le développement du tout petit ... il n'est pas souhaitable de les  
"surstimuler". Est considéré que les nourrir, les baigner, les langer, les câliner est déjà un stimuli suffisant.

Nous on a investi dans une petite veilleuse qui a des couleurs différentes avec des mélodies différentes aussi, elles semblent bien aimer. Le portique ça fait une petite semaine qu'elles le "calculent". Elles ont "choisi" leurs doudous avec lesquels on les amuse.
On a tenté les tapis d'éveil mais c'est plutôt pour les muscler et les aider à bien maintenir la tête.
Mais effectivement elles sont fatiguables très vite.
Hier soir je les ai pris, l'une après l'autre, dans mon bain, je les ai fais barboté un petit moment (j'ai même fait une petite tétée pour chacune) et du coup elles étaient cuites de chez cuites après.

Apparement vers 3-4 mois on peux commencer à faire quelques petites choses d'éveil. Et effectivement quand je bossais en crèche les tout petits nous ne les stimulions pas ++, juste de l'envellopement.

Que tu te poses la question montre bien que tu veilles bien à son éveil.
Pour ma part je suis partie du principe que si elles sont calmes c'est qu'elles n'ont pas de demande. D'autant plus qu'elles interagissent aussi ensemble alors je vais pas en rajouter une couche.

Là elles dorment encore beaucoup et l'énergie qu'elles ont c'est pour téter ... et faire caca :D
C
32 ans 1001
Oui, je ne m'inquiétais pas plus que ça et me disais la même chose que toi, s'il est calme c'est qu'il est bien. D'autant qu'il dort plutôt bien la nuit (encore un biberon en milieu de nuit (entre minuit et 2h) où il mange de moins en moins, donc il fonctionne très bien, plus éveillé le jour et plus endormi la nuit. Bon ben ça me rassure. Par contre le mien n'a pas beaucoup d'intérêt dans les objets, son kiff c'est les interactions avec les adultes (surtout papa-maman), les gazouillis et ses mains (il n'aime que peu la tétine et s'entraîne à sucer son pouce).C'est bien, il n'est pas trop matérialiste, mdr. Mais le fait qu'il adore "discuter" avec moi me fait davantage culpabiliser, quand je le vois "causer" tout seul, même si j'imagine que c'est intense pour lui de s'entraîner ainsi.
C
32 ans 1001
Cette nuit, j'étais super fatiguée, et je crois que je n'ai pas tout de suite entendu bébé qui chouinait (il ne pleurait pas fort), et quand je suis arrivée, il semblait être gêné depuis un petit moment, assez nerveux. Sans réfléchir je prépare un biberon qu'il a descendu comme un affamé le pauvre chou. Je l'ai regardé et je me suis fait la réflexion que si ça se trouve, il avait seulement besoin d'être consolé, que le nourrir trop rapidement, c'est peut-être attribuer à la nourriture une valeur de réconfort, et que l'avoir fait attendre introduit l'incertain dans son esprit, de sorte qu'on mange vite avant qu'on nous prive potentiellement de nourriture. Que moi-même qui mange très rapidement (repas engloutis en 5 minutes, je ne sais faire autrement) et ai toujours par moments des comportements de refuge dans la nourriture malgré un plutôt réussi changement d'alimentation, ma mère m'a peut-être laissée réclamer trop longtemps avant de me nourrir et aurait induit mes comportements alimentaires dès le plus jeune âge...
36 ans très au sud 7055
Oh la la Chapinette, tu tires un bilan d'un fait isolé (cette nuit) comme si cela avait été répété toute son enfance ou du moins sa toute petite enfance.
Tu as répondu à un besoin comme tu pensais à un moment donné, comme tu le pouvais. Tu n'as pas fait d'erreur puisque ton bébé a été soulagé.
Maintenant à froid tu te demandes si ta réponse était appropriée et si non quelles vont en être les conséquences. Et bien il n'y a qu'en essayant de répondre autrement à un autre moment que tu sauras mais un nourrisson ne fera pas d'une fois un schéma type. Mais une fois il n'y a pas de conséquences, au pire il retentera et toi aussi et vous trouverez la réponse ensembles à ces pleurs là dans cette situation là.
La prochaine fois tu pourras essayer autre chose pour le réconforter, mais il y a aussi de fortes chances que ton "sans réfléchir" c'est fait parce que tu identifies les pleurs de ton bébé désormais et que tu savais très bien que c'était celui caractéristique de la faim. Après tout ton loustic a vécu plein de choses qui font qu'il a besoin de se requinquer, ça ne serait donc pas étonnant qu'il ai des besoins nutritionnels augmentés.
Et j'ai cru comprendre que si un nourrisson n'a pas faim il ne mange pas si facilement, et surtout pas aussi vite! Et s'il mangeait autant sans faim il serai géré du point de vue digestif.
C
32 ans 1001
En fait ma réflexion est plus tournée vers ma façon de manger que celle de bébé, parce que malgré tout, j'essaie de l'écouter dans ses besoins (je ne le force jamais, il est bien régulé). Je trouvais ça de bon aloi sur VLR.
36 ans très au sud 7055
Ah oups je n'avais pas lu ça comme ça.
Par contre il me semble que l'aspect réconfort va de pair avec la nourriture même pour un "mangeur régulé". Par exemple quand je mange une crêpe au nocciolata (mon fantasme number 1 du moment ^^) je vois mal ce qu'elle peut apporter que mon corps réclame sinon un doudou en forme de shoot de chocolat sucre. Mais la nourriture c'est ça aussi, ça nourrit le corps certes mais il ne faut pas négliger l'âme.
Après qu'est ce qui fait qu'à un moment ça bascule et que j'ai besoin d'une overdose...?

La vitesse à laquelle on mange la nourriture. Je mange lentement et actuellement très lentement (je fais limite péter un câble à l'homme qui lui finit son assiette en 5 mn et reste ensuite à me regarder ^^). Mais ça n'empêche pas l'aspect réconfort de ce que mange, c'est même le contraire, plus ça me plait plus je mange lentement et surtout longtemps (un truc ne me plait pas je le boude très vite et je passe à autre chose ou si vraiment je dois le manger je vais faire plus vite).

Par contre je sais que j'ai encore un rapport pas tout à fait apaisé avec les aliments qui m'étaient interdits dans mon enfance (et actuellement avec le diabète gesta). Comme ils étaient interdits quand je pouvais en manger c'était orgie en cachette. Maintenant je ne me cache plus et j'arrive à en manger sans aller jusqu'à l'écoeurement. Là je me dis que le manque et l'interdit ont fait que paradoxalement j'en ai bien plus mangé que si ça avait été autorisé régulièrement.

Une question sur ta réflexion: tu penses que ta mère pouvait te laisser réclamer longtemps en résistant aux cris d'un bébé qui a faim?
Et tu me fais penser par contre à ces injonctions de beaucoup de pédiatres sur les prises alimentaires des nourrissons: il doit prendre tant pas plus. Où là des mères pour "bien faire" laissent des enfants pleurer et avoir faim, ça serait donc là aussi une excellente base pour des TCA non?
C
32 ans 1001
Oui je me pose la question. Le mien est né "petit poids" et devait subir la même sanction que les prémas : réveil toutes les 3 heures pour manger, sinon on m'assurait qu'il se laisserait aller au sommeil. Alors la 1ère semaine à la maison j'ai très scrupuleusement programmé des alertes biberon toutes les 3h... jusqu'à ce que je me rende compte que je passais mon temps à reprogrammer les alarmes car monsieur savait réclamer avant la sonnerie, lol. En néonatalogie, c'était la galère pour lui faire terminer coûte que coûte ses 50mL, il fallait déborder d'astuces pour le forcer...je crois juste qu'il n'avait pas super faim et comme dans toutes ses manifestations physiologiques, il a une à 2 semaines de retard, ce qui a affolé quantité de médecins en anténatal comme en postnatal...son père et moi avions compris ça avant eux mais pour ne pas prendre de risque on a quand même fait quantité d'examens anxiogènes et finalement inutiles. On commence à en voir le bout du tunnel.
Malgré tous les imprévus, les décalages de biberon, les biberons interrompus par une consultation etc., il arrive toujours à se recaler dans son rythme, non sans pleurs et angoisse de dormir seul (là je dors sur le canapé pour être à côté de lui, je me paye un bon mal de dos mdr) car je le sens inquiet de se sentir privé de biberon si je ne lui réponds pas dans l'instant. Je me fais peut-être des idées...
C
32 ans 1001
Je fais pas ça toutes les nuits, juste une nuit pour le remettre sur des rails car à la faveur d'un déplacement pour consultations hier, il ne pouvait pas dormir et manger comme il voulait>fatigue et frustration>petits biberons plus fréquents>petits sommes>inquiétude et fatigue. Toujours le même cercle vicieux que je ne passe qu'en le mobilisant très peu pour le reposer et en répondant à ses demandes de biberon rapidement. Et là il se recale sur un bon rythme (c'est le cas là, ouf).
36 ans très au sud 7055
Ah oui en effet il a une expérience pas facile en journée des alternances réveils et biberon ton mini! Et couper un bib' pour une consultation ça doit être sacrement frustrant en effet!
Donc d'un côté on exige qu'il finisse un 50ml alors qu'il n'a pas très faim et de l'autre on le coupe en plein milieu d'un bon bib' où il a faim... étrange les injections médicales non?
Mais au final tu avais raison sur toute la ligne, tu peux te faire confiance tu as très bien compris son rythme et son besoin d'être rassuré.
Je ne dis pas ça du tout pour juger si donner le bib' ou le sein est meilleur hein, mais je me dis que du fait qu'on ne sait pas combien un bébé prend au sein, le diktat médical y est moins présent et qu'au final tout se passe bien pour tout le monde. Tu peux aussi partir du principe que s'il ne finit pas un 50ml une fois mais dans la journée suivante a besoin d'un surplus quelque part c'est qu'il s'équilibre tout seul non? Mais c'est plus compliqué quand il faut conscientiser tout cela et faire face aux médecins, pas facile! En fait je me rends compte que la nourriture c'est difficile quand il faut conscientiser trop de choses et qu'on oublie le corps, souvent sous des prétextes extérieurs médicaux. Ce qui doit soigner le corps rend les choses compliquées...
Je ne comprends pas bien ce discours assez schizophrénique des médecins envers l'alimentation des petits: ils s'autorégulent et ont rapport "vierge" à la nourriture, ne mangent pas sans faim et mangent quand ils ont faim. Et dès qu'un bébé hors des sacro saintes courbes pointe son mignon petit nez paf ils se mettent à tout compter, faudrait savoir non...?
Une amie a eu comme toi une crevette de 2,7 kgs à la naissance et ordre de le réveiller toutes les 3h pour mise au sein. Elle l'a fait tout en constatant que ça ne fonctionnait pas ainsi, il prenait peu et n'appréciait pas du tout d'être réveillé et du coup se collait au sein certes, mais pour des câlins et succion sans prise de lait. Du coup elle a arrêté et le matin il tétait bien et compensait de sa nuit. Il était archi surveillé pour le poids et mesuré sous toutes les coutures tous les 2 jours! Ça déboussolait aussi pas mal sa crevette.
C
32 ans 1001
Je lui donne ce qu'il veut au biberon, il sait très bien manger ce qu'il faut, c'était au tout début qu'ils le forçaient à boire ses 50mL, du fait de son petit poids, il y avait des indications particulières (réveiller bébé pour son bib régulièrement, ce que les médecins ne prescrivent qu'aux prématurés et petits poids). Maintenant il est sur 6 biberons de 120, parfois il ne boit que 110, d'autres fois il demandera un surplus mais c'est comme nous, la faim est fluctuante. Je te dis, j'ai arrêté les alarmes quand j'ai compris qu'il réclamait très bien tout seul et depuis il a grossi et grandi de manière régulière donc c'est ok. Après, les horaires de consultation c'est comme ça...Il récupère après mais il faut que je le rassure à chaque fois.
Enfin c'est vrai que les mamans allaitantes ont moins la pression de la quantité, mai il y a d'autres types de pression qui s'abattent sur elles. Je ne peux pas allaiter à cause de mon traitement médical vital pour moi (j'ai fait une grossesse sous médicaments, les moins pires pour la grossesse).

2,7kg c'est pas forcément un petit poids, mais ça dépend sans doute du terme de l'accouchement. Moi c'était 2,250 kg et 46cm pour 37+2 SA.
Actuellement il fait 56cm et environ 4,9kg (j'estime son poids toutes les semaines en montant sur la balance avec et sans lui).



Sinon bonne nouvelle, je lui ai trouvé une balle qui fait du bruit et s'accroche à un arceau, il commence à apprécier ce jouet. :D
S
83 ans 4504
Quand mes enfants étaient petits il y a donc 24 et 21 ans je m étais aussi interrogée sur le rapport à la nourriture. Je n allaitais pas mais j avais une pédiatre pas trop accro au fait attendre 4h pile.

Je savais que j avais été une enfant qui n avait pas été nourrie la nuit, comme mes frères et soeurs d ailleurs à l époque de mon enfance c était assez strict comme conseil. En gros on nous laissait pleurer et au bout d un moment on arrêtait de pleurer et on passait la nuit. C était une autre époque. Mais je pense avoir eu faim parce qu' il m'a toujours été pénible d avoir faim.

Après pour les notions de réconfort par la nourriture je me posais pas mal de questions vis à vis de la réponse à donner et au final quand ils étaient petits si je voyais que dans la nuit ils ne se calmaient pas et me donnaient le sentiment de vouloir boire je leur donnais.

Après mon second fils avait un fort reflux donc en fait au début j avais le sentiment qu' il voulait tout le temps manger et la pédiatre m avait dit qu' il associait le moment où il buvait son lait à un moment où cela calmait sa douleur et du coup il réclamait de reboire 2h après (Quand il avait mal en fait) et quand j ai compris cela je ne lui redonnais pas systématiquement 2h après parce qu' au final si cela le soulageait que sur le moment et cela ne faisait que lui en recréer des douleurs. Avec des pansements gastriques et l épaississement des biberons et de le garder énormément surélevé ça c est bien arrangé.

Par rapport à ton questionnement sur le bébé qui joue tranquillement et que tu te demandais si tu devais intervenir plus, mon ainé à été un bébé comme cela. C était un bébé très calme et observateur comme j avais été un bébé comme cela je me suis pas trop inquiété (malgré les gentilles personnes qui me reprochaient de ne justement pas le stimuler assez et d en faire un légume ) je me disais qu' il apprenait en observant. Au final cela c est révélé être cela.

Il a appris de manière tranquille. Un peu plus grand on partait en ballade et il aimait énormément regarder on a passé des bons moments . J ai aussi un tempérament assez contemplatif et j aimais beaucoup redécouvrir tout ce qui m entourait avec les yeux d un enfant.

Mon second fils, peut être du au fait de son reflux ou autre chose était plus dans le mouvement et était plus vif.

En tant qu' adultes ils sont merveilleux tous les 2, c à dire qu' ils ont trouvé leur équilibre.

Je trouve chouette que ton fils puisse s exprimer comme il a envie d être. Il joue tranquillement il sait que tu es la s il a besoin.

Pour le réconfort par la nourriture par contre c est plutôt plus grand que je les ai encouragé à exprimer leur émotions plutôt que de les consoler avec de la nourriture, ça a pas trop mal fonctionné.
C
32 ans 1001
Merci pour tes conseils, Saralou, ça m'éclaire beaucoup. :D Je vais demander à ma mère comment elle me nourrissait. J'ai été allaitée, donc je pense que c'était open bar. De mémoire avec mon petit frère (tétées au sein jusqu'à l'âge de 3 ans, c'est lui qui a été le plus long !), j'ai le vague souvenir qu'elle donnait du lait jusqu'à ce qu'il s'endorme (j'avais 6 ans quand il est né, très peu de souvenirs, puis j'allais à l'école donc je n'assistais pas à tout). Maintenant que j'y pense je me dis qu'elle ne devait pas nous laissait pleurer car le berceau était dans la chambre de mes parents. J'attribue + ma rapidité à manger au fait qu'on était 5 frères et soeurs qui devaient jouer des coudes pour être (res-)servis à table (avec, surtout, un grand frère très gourmand. C'est une habitude dont je n'arrive pas à me défaire et de laquelle j'ai pris mon parti (ça a quand même des avantages : quand bébé pleure -et il a la fâcheuse manie de le faire quand on se met à table-, 5 minutes chrono, je ne suis pas longtemps absente).
S
83 ans 4504
Ah oui je pense bien qu' avec 5 enfants si tu ne te depechais pas tu ne pouvais pas te resservir.

Mais comme tu dis, avec un bébé cela a des côtés bien pratiques de manger en 5 min 😃.
36 ans très au sud 7055
C'est dingue de voir en témoignage cette évolution totalement schizophrène sur l'alimentation du nourrisson oO
Déjà je vois l'époque de ma mère et ma belle mère où elles ont été matraquées pour donner le bib' et surtout pas le sein (plus hygiénique, plus complet, plus pratique bref bien meilleur pour le BB le bib'). Et effectivement attendre et laisser pleurer car le BB doit faire ses nuits! Les céréales infantiles très tôt pour bien caler pour la nuit (forcément...) qui sont décriées par certains désormais car initiant une appétence pour le trop sucré industriel. C'est étrange du coup ces différences entre les générations alors qu'à ce moment là où nous devenons mères nous aimons avoir des conseils de celles qui nous ont élevés et pour le coup deviennent obsolètes...
Et je me dis aussi que quand même médecine et alimentation font souvent mauvais ménage.

C'est marrant ce que tu dis Saralou sur avoir des frères et soeurs à table, moi je suis fille unique alors j'ai toujours eu tout mon temps! Bon l'homme est fils unique mais un vrai aspirateur hein (il doit juste être l'exception qui confirme la règle ^^).
Après c'est avec la RA que j'ai re appris à manger (encore plus) doucement, à savourer.
J'ai été dans une famille où les bons plats sont de mise, voir une tradition familiale (oncle cuisinier, autre oncle pâtissier, mon propre père adore cuisiner et j'ai un cousin fromager). Ce sont d'ailleurs des hommes qui m'ont appris les bases de la cuisine dans des moments conviviaux en famille et c'est ce que je veux pour mon fils: qu'il apprenne et participe tôt, qu'il aiguise son goût. Je me dis que c'est un bon moyen de lui éviter des TCA et de le stimuler aussi.
Je pense qu'une partie de ma lenteur vient de là: j'ai mis du temps à cuisiner (ou du moins je sais le temps que l'on y passe) et le faire durer est pour moi profiter et faire honneur au travail que le plat à demandé. Je ne manque jamais de féliciter un cuisinier quand j'apprécie ce que je mange. Notre bibliothèque c'est 1/3 de BD, 1/3 de catalogues et livres d'arts, 1/3 de livres de cuisine (et bébé a déjà les siens dont 2 Ducasse et 1 recettes au babyfoot)
C
32 ans 1001
Comment fait on à manger avec un babyfoot ? Dribble sur le saumon, shoot dans les carottes et roulette sur les épinards ? XD
Ma mère et ma belle-mère n'arrêtent pas de me répéter qu'il faut chauffer le biberon (comme elles ont appris). Je le donne à température ambiante, il aime bien (chauffé, ça lui convient aussi, mais ça vient moins vite à lui, lol). Ha et puis, stériliser aussi, pour elles c'est de rigueur, moi je le fais pas toujours, de temps en temps seulement.
B I U