MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Mesdames, un inconnu qui vous aborde dans la rue...

36 ans très au sud 6770
Pourquoi leurrer pour séduire? oO
Je ne vais revenir encore sur le fait que la rue n'est pas un espace dédié à la drague, mais là en bonus pénaliser tous les  
futurs non locaux (ou locaux récents) qui se feront rembarrer quand ils demanderont leur chemin par crainte d'une technique de drague dissimulée, mais non quoi!
Après les gens disent que les autres ne sont pas sympas/ polis/ serviables... quand on me fait ce plan ça me met pas du tout dans de bonnes dispositions!
P
50 ans 2824
reinette81 a écrit:
la rue n'est pas un espace dédié à la drague

Avec ça tout est dit, rien à ajouter..........
42 ans Barcelona (Espagne) 24073
reinette81 a écrit:
Pourquoi leurrer pour séduire? oO
Je ne vais revenir encore sur le fait que la rue n'est pas un espace dédié à la drague, mais là en bonus pénaliser tous les futurs non locaux (ou locaux récents) qui se feront rembarrer quand ils demanderont leur chemin par crainte d'une technique de drague dissimulée, mais non quoi!
Après les gens disent que les autres ne sont pas sympas/ polis/ serviables... quand on me fait ce plan ça me met pas du tout dans de bonnes dispositions!


Parfois aborder trop directement une personne fait peur, alors pourquoi pas tenter une autre approche, tant que cela reste respectueux.
Une personne à tenter cette approche avec moi, bon à l'époque j'étais en couple du coup j'ai remercié poliment et refusé.

Il n'y a pas de bon ou mauvais endroit pour faire connaissance, si tu croises une personne qui te plait vraiment pourquoi devrait-on laisser partir une chance au bonheur ?
44 ans Out of nowhere 2703
Je cite Anne : "y a pas de bon ou mauvais endroit pour faire connaissance, si tu croises une personne qui te plait vraiment pourquoi devrait-on laisser partir une chance au bonheur ?"

Voilà pour moi une réponse sensée et pleine d'humanité. Ce n'est pas parce qu'il y a énormément de connards qui confondent drague de rue et partie de chasse qu'il faudrait réglementer les entreprises de séduction.

Les principes comminatoires du genre "la rue n'est pas un espace dédié à la drague" sont des remèdes pires que le mal.
44 ans Out of nowhere 2703
Je te cite Reinette : "Après les gens disent que les autres ne sont pas sympas/ polis/ serviables... quand on me fait ce plan ça me met pas du tout dans de bonnes dispositions!"
Permet moi de te chambrer gentiment mais on fait coment pour te mettre dans de bonnes dispositions Reinette? Lol
44 ans Sur un gros arbre perché 7658
Quant aux 'espaces dédiés à la drague', ce sont des endroits réels ou virtuels pour lesquels on demande aux gens de payer pour accéder à l'autre genre, donnant un sentiment de légitimité pécuniaire que je trouve assez malsain.

Enfin, j'ai peut-être l'esprit mal tourné, et la possibilité de rencontrer une fille va sûrement devenir une charge normale au même titre qu'une facture d'eau, de gaz ou d'électricité.
36 ans très au sud 6770
croiser une personne qui plait vraiment... voilà on en revient toujours au mythe de l'inconnue!
Sauf que une personne qui traverse tranquillement la rue, qu'est ce que je vois et je connais d'elle? Une apparence, une tenue point barre.
La drague, la séduction ce n'est pas "je te vois je te veux". Or la drague de rue veut mettre la charrue avant les boeufs et crée une urgence qu'il n'y a pas. "oh la la elle me plait je l'aborde sinon je vais rater la chance de ma vie".
Alors que ce n'est pas ça du tout: je ne connais rien des traits de caractère de la personne, de ses gouts et idées et surtout ses habitudes. Par contre si je prends le temps de voir si sur ce trajet je la recroiser d'alors observer ce qu'elle lit/ fait, de croiser son regard et de créer un premier lien là c'est tout autre chose.
Mais ce truc de "oh la la je vais rater l'amour de ma vie en n'abordant pas une personne dans la rue" c'est totalement faux.
Drague et urgence ça ne fait jamais bon ménage parce que ça oblige à être lourd et ça ne passe pas.
Alors pour me mettre dans de bonnes dispositions (et je ne pense pas m'avancer beaucoup en disant que ça marche aussi pour la majorité des personnes féminines au moins, masculines au plus) c'est de prendre son temps, de commencer par faire partie de mon paysage et attirer mon intérêt.
J'ai connu ma première vraie relation dans un hypermarché. J'en ai eu des gars qui me laissaient leurs 06 en passant en caisse et des biens lourds (le pire étant que j'étais limitée dans les possibilités de les envoyer péter puisque au taf et eux clients). Aucun n'a jamais eu mes faveurs ainsi. Par contre un gars que j'ai vu bloquer sur moi, passer exprès à ma caisse, être poli et souriant (bêtement certes mais timidement, trop craquant). Puis repasser la semaine suivante et ainsi de suite en commençant à parler puis me laisser une adresse mail là j'ai contacté (voir je peux moi même lui laisser de quoi me contacter)! Mais celui qui débarque veut exige et presse c'est niet.
Quand on veut aborder une personne parce qu'elle nous plait, la moindre des politesse c'est alors de la faire passer avant soi (et non après en la draguant lourdement en ne pensant qu'à soit et son envie) et de vérifier qu'elle est disponible à un échange, de savoir attendre le bon moment et d'être patient (et non un mort de faim qui agit à l'impulsion). Cela veut dire prendre le risque de ne pas recroiser, mais est ce vraiment un risque...?

La chat du cheshire, si tu n'as pas d'amis, pas de soirées avec des amis d'amis ou autour d'un de tes centres d'intérêts, alors en effet tu es bien obligé de te rabattre sur les rencontres en site ou en soirées de célibataires, mais le soucis vient plus du manque de possibilités de rencontres engendré par ton mode de vie que des sites eux mêmes...
si je fais le calcul de mon année j'ai certes gardé mes vrais amis mais j'ai gagné 7 collègues avec qui je vais continuer à travailler, 2 qui peuvent devenir des amis et parmi les gens rencontrés si j'avais été célibataire j'avais de quoi découvrir des personnes.
42 ans Barcelona (Espagne) 24073
Bonjour Reinette,

Il y a pleins de choses sur lesquels j'ai envie de réagir dans ton message, mais tout d'abord je dois te dire que même si je ne suis pas de ton avis sur tout, je comprends ton point de vue.
Nous avons tous des expériences différentes, c'est ce qui nous forgent, mais j'aimerais te parler d'une expérience différente, celle d'une amie que pour des questions d'anonymat je vais nommée simplement M.

M. c'est mariée avec l'homme de sa vie il y a 1 an.
Devine comment ils se sont rencontrés ?

Je te donne un indice, il n'avait aucun ami en commun, ne travaillaient pas dans le même secteur, ne vivaient même pas dans le même pays.
Alors comment ont-ils fait pour se connaître ?

Tout simplement M a croisé un jour son mari que je vais simplement nommer N dans la rue.
C'était dans une grande ville, quand elle a vu N elle a senti quelque chose de fort (je crois qu'on appelle ça un coup de foudre et oui j'y crois, car j'en ai eu un aussi), elle s'est arrêté à fait demi tour, l'a abordé et lui a laissé son téléphone.
N a trouvé cela touchant et original, il l'a contacté et c'est une histoire qui dure.

reinette81 a écrit:
croiser une personne qui plait vraiment... voilà on en revient toujours au mythe de l'inconnue!


Je sais que cela ressemble à un conte de fées ou un mythe, quand je les ai rencontrés l'histoire me semblait trop belle pour être vraie et pourtant c'est bien en abordant un inconnu dans la rue que M a trouvé son mari. Parfois cela arrive.
42 ans Barcelona (Espagne) 24073
reinette81 a écrit:
Sauf que une personne qui traverse tranquillement la rue, qu'est ce que je vois et je connais d'elle? Une apparence, une tenue point barre.

La perception d'une personne est bien plus complexe que juste l'apparence ou la tenue, il y a le langage corporel, certaines personnes font aussi confiance à leur instinct, d'autres sentent des énergies.

Croiser une personne qui bouleverse, juste comme ça sans la connaitre, cela arrive et c'est quelque chose de rare qu'il ne fait pas laisser passer.

reinette81 a écrit:
La drague, la séduction ce n'est pas "je te vois je te veux". Or la drague de rue veut mettre la charrue avant les boeufs et crée une urgence qu'il n'y a pas. "oh la la elle me plait je l'aborde sinon je vais rater la chance de ma vie".
Alors que ce n'est pas ça du tout: je ne connais rien des traits de caractère de la personne, de ses gouts et idées et surtout ses habitudes.


Pourquoi tout de suite un "je te veux" et pas juste un "j'aimerais te connaitre"
Je sais qu'il y a plus de loups que de personnes bien, mais c'est quand même dommage de fermer la porte définitivement à tout le monde pour quelques individus en chaleur mal éduqués.
Il y a en a peu, mais cela existe des hommes biens, si si j'en connais.

reinette81 a écrit:
Par contre si je prends le temps de voir si sur ce trajet je la recroiser d'alors observer ce qu'elle lit/ fait, de croiser son regard et de créer un premier lien là c'est tout autre chose.

C'est une autre approche, se dire que si on doit connaitre l'autre on le recroisera.
Pas certaine que cela fonctionne bien, mais c'est juste une autre façon de voir les choses.

reinette81 a écrit:
Mais ce truc de "oh la la je vais rater l'amour de ma vie en n'abordant pas une personne dans la rue" c'est totalement faux.


Le truc c'est qu'en disant cela, tu clos le débat de ton côté.
Tu as une conviction, mais ce n'est pas un fait, ce n'est une preuve c'est juste Ta conviction.
Et avec cette conviction tu dis que c'est impossible et tu refuses cette éventualité voir peut-être même tu la repousses et tu l'empêches donc de se concrétiser.

reinette81 a écrit:
Drague et urgence ça ne fait jamais bon ménage parce que ça oblige à être lourd et ça ne passe pas.


Faux !
Aborder dans la rue ne veut pas dire le faire dans l'urgence
Draguer dans la rue peut se faire en douceur, avec ou sans humour, avec ou sans esprit, avec ou sans légèreté ... cela dépend de la personne pas du lieu et des circonstances.

reinette81 a écrit:

Quand on veut aborder une personne parce qu'elle nous plait, la moindre des politesse c'est alors de la faire passer avant soi (et non après en la draguant lourdement en ne pensant qu'à soit et son envie) et de vérifier qu'elle est disponible à un échange, de savoir attendre le bon moment et d'être patient (et non un mort de faim qui agit à l'impulsion).


C'est fou cette façon que tu as d'associer drague dans la rue à je cite "draguant lourdement en ne pensant qu'à soit et son envie". Toutes les personnes qui draguent dans la rue ne sont pas des mecs en chiant sans éducation (même si malheureusement ceux-là sont nombreux)
encore une fois cela peut se faire en douceur avec une réelle envie de connaître l'autre.

Ce n'est pas le fait d'aborder qui les rends lourds et en chaleurs, ces hommes-là seraient sans doute ainsi quelque soit le lieu.
Mais il y a des hommes qui ne sont pas des queutards, qui ne cherchent pas à scorer et qui aiment aussi prendre leur temps une fois le contact établi.

Et quand bien même, il y a des femmes qui parfois veulent juste un coup d'un soir, il n'y a rien de mal là-dedans c'est un choix personnel, à chacun de mettre ses propres limites.

reinette81 a écrit:
Cela veut dire prendre le risque de ne pas recroiser, mais est ce vraiment un risque...?


Il y a des fortes chances que tu ne le saches sans doute jamais si tu ne prends jamais ce risque.

reinette81 a écrit:
alors en effet tu es bien obligé de te rabattre sur les rencontres en site ou en soirées de célibataires, mais le soucis vient plus du manque de possibilités de rencontres engendré par ton mode de vie que des sites eux mêmes...


Tu dis se rabattre comme si c'était mal
Mais les sites de rencontres pour certain(e)s c'est aussi la possibilité d'ouvrir son horizon, d'atteindre des personnes qui peuvent nous correspondre plus et qu'on aurait pas forcément croisées au quotidien.

J'ai tendance à penser qu'il n'y a pas de mauvais lieux, juste des mauvais comportements

reinette81 a écrit:
si je fais le calcul de mon année j'ai certes gardé mes vrais amis, mais j'ai gagné 7 collègues avec qui je vais continuer à travailler, 2 qui peuvent devenir des amis et parmi les gens rencontrés si j'avais été célibataire j'avais de quoi découvrir des personnes.


Pour ma part je travaille seule à la maison et mon seul collègue est mon ex, j'aime mon style de vie, mais je ne peux pas compter sur mon lieu de travail pour faire des connaissances lol
36 ans très au sud 6770
je ne diabolise pas les sites de rencontres, je souligne simplement qu'ils ne sont pas la seule façon de rencontrer des gens et donc il est erroné de dire qu'il faudra compter sur un budget site de rencontre. Le site de rencontre est un choix, pas une obligation.

Anne tu sors l'exception. Mais honnêtement combien de couples se rencontrent dans la rue? Très très peu. Combien se rencontre via des amis? Beaucoup. Au travail? Vraiment beaucoup. Dans des activités perso? Beaucoup.
Une personne que l'on croise dans la rue ou dans les transports en commun on a de bonnes chances de la recroiser car nous faisons souvent les mêmes trajets (boulot courses loisir shopping), il y a plus de chance de recroiser la personne que ce que ça soit la personne avec qui faire toute sa vie!
Enfin tu me trouves pessimiste et négative, mais se dire que l'on a qu'une personne dans sa vie ça c'est négatif. Parce que ça veut dire que l'on peut la rater et rester seul ou mal accompagné toute sa vie. Ce qui est bien plus triste à mes yeux.

Je vois aussi que tu idéalises énormément de choses et surtout les rapports dans la rue. Désolée mais les rapports hommes femmes dans la rue et les lieux publics sont tronqués. L'espace public est pensé par et pour des hommes ainsi ils s'y sentent bien plus à l'aise que les femmes. Il faut que je retrouve cette enquête et cette analyse qui en découle des rapports des hommes et des femmes à l'espace public où en très résumer l'espace public homme= appropriation, ludique/ loisir alors que pour les femmes espace public= fonctionnel et danger
Enfin Anne tu restes aussi très classique dans ta vision des rapports où l'homme seul drague. Et c'est une chose qui ressort beaucoup de cette discussion et des participants: l'homme drague dans la rue et la femme ben elle est là pour se faire draguer non?. Nous en revenons donc à "l'homme propose et la femme dispose", ainsi la part active revient toujours à l'homme et la femme au mieux elle refuse poliment et qu'importe si cela l'a dérangée, elle devrait être flattée après tout!

Enfin quand une personne aborde les autres dans la rue. cela sous entend que cette personne est en mode repérage (les modes pouvant se cumuler) alors que les autres personnes non pas forcément. Voir ne le sont pas du tout et pire cela peut les gêner. Ce n'est pas agréable de devoir rembarrer quelqu'un selon la journée que loin a eu avant. La drague de rue oblige à cela. Et je ne parle même pas de quand en bonus on se fait insulter pour avoir refusé une avance (ce qui est fréquent!) alors que l'on a rien demandé.
42 ans Barcelona (Espagne) 24073
reinette81 a écrit:
Anne tu sors l'exception.


Peut-être, mais s’il y a au moins une exception cela est donc possible

reinette81 a écrit:
Mais honnêtement combien de couples se rencontrent dans la rue? Très très peu. Combien se rencontre via des amis? Beaucoup. Au travail? Vraiment beaucoup. Dans des activités perso? Beaucoup.
Une personne que l'on croise dans la rue ou dans les transports en commun on a de bonnes chances de la recroiser, car nous faisons souvent les mêmes trajets (boulot courses loisir shopping), il y a plus de chance de recroiser la personne que ce que ça soit la personne avec qui faire toute sa vie!


Dans une grande ville, en déplacement, en vacances, c'est beaucoup plus difficile de recroiser une personne.
Et puis si tu croises cette personne qui te bouleverse, pourquoi ne pas prendre contact à ce moment.

reinette81 a écrit:
Enfin, tu me trouves pessimiste et négative, mais se dire que l'on a qu'une personne dans sa vie ça c'est négatif. Parce que ça veut dire que l'on peut la rater et rester seul ou mal accompagné toute sa vie. Ce qui est bien plus triste à mes yeux .

Je ne te trouve pas pessimiste et négative, nous avons juste une vision différente.

Néanmoins je ne vois rien de négatif à croire que l'on peut rencontrer l'amour de sa vie n'importe où.
Je pense qu'on peut aimer plusieurs fois, mais je crois aussi qu'il y a parfois une personne avec qui il y a une connexion spéciale, plus forte, plus profonde et je ne suis pas prête à rater cette personne parce que je n'aurais pas osé.
Je ne vois aucun mal ni tristesse à être seul(e), on peut très bien être heureux seul(e), et puis il y a des rencontres qui nourrissent toute une vie.

reinette81 a écrit:
Je vois aussi que tu idéalises énormément de choses et surtout les rapports dans la rue.


Vraiment ? 8o

Anne a écrit:
C'est malheureux, mais mon premier réflexe est toujours de demander pourquoi cette personne vient me parler et quel est son véritable agenda #parano

Anne a écrit:
Je sais qu'il y a plus de loups que de personnes bien, mais c'est quand même dommage de fermer la porte définitivement à tout le monde pour quelques individus en chaleur mal éduqués.
Il y a en a peu, mais cela existe des hommes biens, si si j'en connais.

Anne a écrit:
Draguer dans la rue peut se faire en douceur, avec ou sans humour, avec ou sans esprit, avec ou sans légèreté ... cela dépend de la personne pas du lieu et des circonstances.

Anne a écrit:
Toutes les personnes qui draguent dans la rue ne sont pas des mecs en chiant sans éducation (même si malheureusement ceux-là sont nombreux)


Malheureusement j'ai aussi mon lot de gros lourd dans la rue.
Celui qui te regarde de la tête au pied avec un petit sourire en coin et un regard malsain, celui qui te siffle en te scrutant avec un air pervers, celui qui change de chemin pour te suivre, celui qui ne te lâche plus pendant au moins 10 min pour te demander d'aller boire un verre ou un café.
J'ai beau avoir 42 ans cela m'arrive encore trop souvent.


reinette81 a écrit:
Désolée, mais les rapports hommes femmes dans la rue et les lieux publics sont tronqués. L'espace public est pensé par et pour des hommes ainsi ils s'y sentent bien plus à l'aise que les femmes. Il faut que je retrouve cette enquête et cette analyse qui en découle des rapports des hommes et des femmes à l'espace public où en très résumer l'espace public homme= appropriation, ludique/ loisir alors que pour les femmes espace public= fonctionnel et danger


La rue peut être dangereuse pour tous, mais c'est à chacun de nous de faire que cela change et de rester ouvert à une bonne surprise.

reinette81 a écrit:
Enfin Anne tu restes aussi très classique dans ta vision des rapports où l'homme seul drague. Et c'est une chose qui ressort beaucoup de cette discussion et des participants: l'homme drague dans la rue et la femme ben elle est là pour se faire draguer non?. Nous en revenons donc à "l'homme propose et la femme dispose", ainsi la part active revient toujours à l'homme et la femme au mieux elle refuse poliment et qu'importe si cela l'a dérangée, elle devrait être flattée après tout!


Classique vraiment ?
L'exemple que je t'ai donné est justement celui d'une femme qui a abordé un homme dans la rue.
Je vis dans un pays ou du moins une ville où la culture est différente et les femmes sont plus actives dans l'approche que les hommes.
Ces dernières années, mes plus belles rencontres je les ai faites avec des hommes avec qui j'ai fait le premier pas.
Classique ?

Rien n'empêche d'aborder l'autre quel que soit le sexe.

reinette81 a écrit:
Enfin quand une personne aborde les autres dans la rue. cela sous entend que cette personne est en mode repérage (les modes pouvant se cumuler) alors que les autres personnes non pas forcément. Voir ne le sont pas du tout et pire cela peut les gêner. Ce n'est pas agréable de devoir rembarrer quelqu'un selon la journée que loin a eu avant. La drague de rue oblige à cela. Et je ne parle même pas de quand en bonus on se fait insulter pour avoir refusé une avance (ce qui est fréquent!) alors que l'on a rien demandé.


Pourquoi vouloir faire une vérité immuable et absolue l'activité de certains énergumènes ?

Déjà il y a des gens en mode repérage permanent lol
Ensuite, parce qu'une personne accroche ton regard cela ne veut pas dire qu'on est en mode repérage.
Aborder une personne dans la rue devrait toujours se faire en douceur et ce n'est malheureusement pas souvent le cas, peut-être encore plus sur Paris, mais ce n'est pas plus agréable de "rembarrer" un dragueur qu'un vendeur de rues lourd, et je vis dans un endroit où ils sont légion.

J'avoue qu'un regard lourd me gêne plus qu'une tentative d'approche.
Et si tu abordes un ou une inconnue tu prends le risque de te faire repousser, c'est à la personne qui aborde d'assumer ce risque, pas à celle qui est abordé.
Pour les insultes c'est un souci de respect et d'éducation, pas de lieu.
87 ans 9446
je connais un couple fruit du hasard, ils s'étaient percutés chariot contre chariot à carrefour et de fil en aiguille…. bon ça n' a pas duré plus de deux ans je crois mais c'était mignon. Des gens de la quarantaine.

De tous les hommes qui ont pu m'aborder dans la rue depuis que j'ai 11 ou 12 ans (eurK) je ne suis JAMAIS tombée sur un mec correct, jamais jamais jamais…. une fois j'ai accepté de prendre un verre avec un type qui avait l'air pas mal et au bout de 10 mn il m'a proposé d'aller dans les buissons du parc en centre ville en pleine aprem, pour me prodiguer une gâterie (remarque ça change de hey miss est ce que tu suces vécu y'a encore pas longtemps… j'ai 45 ans !)… du coup c'est mort de chez cuit, Brad Pitt peut se traîner à mes genoux je le regarde même pas.

C'est peut être dommage pour le mec intéressant à qui ne je laisse aucune chance, mais 100 % de gros dégueulasses sur des dizaines et des dizaines (en plus de trente ans) ben c'est bon je suis vaccinée de chez vaccinée.
44 ans Sur un gros arbre perché 7658
Pour la petite histoire, j'ai dû être abordé une fois par une femme dans les transports en commun, s'exclamant en public : "Encore avec vos glaces ???...."

J'avais mes petites habitudes en été en sortant du travail, et j'ai compris avec le recul voyant le ventre de cette dame s'arrondir au fil du temps que cela devait titiller certaines frustrations chez elle...

Pour le coup, un peu surpris, je n'ai rien répondu, continuant placidement à manger ma boite de Magnum avant que le contenu ne fonde.
44 ans Out of nowhere 2703
C'est quand même bien quand on quitte le dogmatisme, les déclarations d'intention, pour rejoindre la réalité concrète et vécue. Bien sûr les rencontres faisant suite à de la drague de rue ne sont certainement pas majoritaires. Mais je reste convaincu qu'elles sont loin d'être exceptionnelles, y compris pour des relations "sérieuses".

Il y a presque 20 ans (c'est vrai ça date lol), j'ai abordé à Paris une touriste américaine. Nous avons eu une liaison pendant quelques temps et aujourd'hui c'est toujours une amie que je revois parfois en tout bien tout honneur! Une autre fois, il y a bien longtemps aussi, j'ai abordé une femme inconnue dans le métro, enfin, en fait je lui ai laissé mon ticket de métro après y avoir inscrit mon prénom et mon numéro de tph. Elle m'a appelé et nous avons vécu une histoire pendant 3 ans!

Cela a marché alors même pourtant que je n'ai quasiment jamais usé de cette technique, en tout cas pas plus que les rares fois où j'ai moi même été abordé.
44 ans Sur un gros arbre perché 7658
Comme tu dis, c'était il y a 20 ans, et les choses ne sont pas allées dans le bon sens vis à vis d'une certaine population de plus en plus décomplexée évoquée à demi-mots ça et là au sein du forum.

J'habite un quartier franchement pourri, et si une personne doit demander son chemin dans la rue, il est évident que ce sera à moi qu'elle s'adressera. (j'avais oublié ce type d'abordage dans mon inventaire.^^ )
B I U


?>