MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Chilfree-isme et couple.

37 ans Angers 1706
Hello,

Pour info, être childfree, c'est ne pas vouloir d'enfants.

Ça fait maintenant 8 ans que nous sommes ensemble. J'ai toujours été très clair sur le sujet : Pour moi  
les enfants, c'est non. Lui ne s'était jamais réellement posé la question mais affirmait que ce qui comptait c'était moi et notre relation. Honnêtement, je m'attendais à ce que ça se mette à le travailler un jour donc régulièrement, je tâtais un peu le terrain et je réaffirmais ma non-envie. Quand ses potes ont commencé à en avoir, j'ai commencé à sérieusement flipper. A raison évidemment. Au moins, je sais pourquoi il était tendu ces dernières semaines :D Résultat, beaucoup de larmes et j'ai mal à mon petit cœur. Même si rien n'est décidé (enfin je crois), que je m'y attendais et que je suis contente qu'il ait osé aborder le sujet, ce n'est vraiment pas facile à encaisser.

J'ai tendance à me dire que cette décision appartient à lui seul et que je ne peux pas vraiment l'aider dans son cheminement sur le sujet. Je ne veux surtout pas l'influencer ou qu'il se prive de paternité pour moi. Je ne veux pas qu'il ait de regrets dans 10 ans.

=> Ça, c'était il y a plusieurs semaines. Actuellement, le couple va bien, on s'est même un peu rapproché mais nous n'avons toujours pas ré-abordé le sujet. Je pense que c'est une réflexion, un cheminement qui prend du temps. Je sais que ça le travaille. Et évidemment, ça me perturbe beaucoup. La vie est comme en pause, les projets sont en stand-by, je n'ai plus de visibilité sur l'avenir. Je n'ai pas envie de précipiter les choses (de le quitter préventivement) mais d'un autre côté, j'ai envie/besoin d'avancer (pas envie d'attendre d'avoir 40 ans pour acheter une baraque ou déménager)

Bref, si vous avez des expériences similaires à partager ou des conseils pour gérer tout ça :D Je ne cherche pas de solution, j'ai juste besoin de vider mon sac et d'en parler un peu.
82 ans 4491
Pas de situation similaire désolée.

Mais juste te dire que je t ai lue et que je comprends que cela n est pas une situation facile.

Je pense que malheureusement il va falloir réaffirmer ton non désir d enfant parce qu' il est possible qu' il ait au fond de lui une espoir minime que tu changes d avis.

Est ce que tu sens qu' il te parle librement quand vous en parlez ?

Quoi qu' il en soit c est vraiment un moment pas facile que vous traversez.
31 ans 1530
Je crois que tu as raison quand tu dis que c'est un cheminement qui prend du temps. Je me dis aussi que c'est quelque chose d'assez intime où l'on n'est pas forcément clair, c'est parfois une question qui porte une grande ambivalence. D'ailleurs, même s'il n'a jamais exprimer de non-envie définitive, il a quand même forcément envisagé être dans la vie avec toi sans devenir père. C'est que l'envie n'était pas évidente d'emblée comme certains peuvent être sûrs de vouloir être parent/vouloir un enfant (ce n'est pas toujours pareil^^).
En parler avec un enjeu décisionnel n'est pas évident quand on peut être dans l'ambivalence, et j'imagine qu'en parler avec toi rend l'enjeu décisionnel très présent.
Tout ce cheminement lui appartient. Ce que tu peux faire toi c'est réfléchir en ce qui te concerne au temps que tu es prête à envisager ton couple dans l'incertitude de sa continuité, au temps que tu es prête à ne pas pouvoir t'appuyer sur un engagement commun (même si on ne sait jamais de quoi demain sera fait bien sûr). Ce temps là, ce ne sera peut être pas le temps de sa décision mais ce sera le temps de la tienne. Tu peux envisager que ce temps dure des années hein, ou même décider que tu es prête à ne jamais être sûre. L'important c'est que ce soit ton cheminement à toi, sur la seule chose qui t'appartient: comment tu te positionnes. Pense y pour le vivre aussi comme un choix de ta part, ne subit pas la situation comme si tout dépendait de son cheminement car de peur de le frustrer d'un désir d'enfant c'est toi qui risque d'avoir le sentiment qu'il te frustre d'un désir de couple.
Je ne sais pas si ma façon de voir ça peut t'aider mais je te souhaite de trouver une façon de vivre au mieux cela pour toi et entre vous.
37 ans Angers 1706
Non il sait que je ne changerais pas d'avis, j'ai toujours été très clair à ce sujet, si il veut des enfants, ça ne se fera pas avec moi et il en est conscient. C'est pour ça que c'est très douloureux, si il en veut, ça veut dire rupture.

Nous n'en avons parlé que deux fois : La fois où il m'a annoncé qu'il se posait des questions à ce sujet et quelques jours plus tard. En fait, nous n'en parlons pas vraiment parce que 1/ ça n'a pas l'air clair pour lui, il se questionne beaucoup, ne sait pas ce qu'il veut. 2/ parce que je ne sais pas quoi lui dire, lui répondre. Je l'ai incité à en parler à quelqu'un parce que moi, je ne suis pas objective sur la question et que je ne veux pas l'influencer.

Je ne sais pas si il m'en parle librement. Je pense que oui. Et je pense aussi que mes réactions lui font peur (ça me mine cette histoire) donc peut-être que ça le bloque un peu.
37 ans Angers 1706
papille a écrit:
L'important c'est que ce soit ton cheminement à toi, sur la seule chose qui t'appartient: comment tu te positionnes. Pense y pour le vivre aussi comme un choix de ta part, ne subit pas la situation comme si tout dépendait de son cheminement car de peur de le frustrer d'un désir d'enfant c'est toi qui risque d'avoir le sentiment qu'il te frustre d'un désir de couple.
Je ne sais pas si ma façon de voir ça peut t'aider mais je te souhaite de trouver une façon de vivre au mieux cela pour toi et entre vous.

Eh bien, notre relation, pour le moment, dépend de son cheminement. Clairement, je ne vais pas attendre 1000 ans mais pour le moment.. Je n'ai pas le choix (enfin si, je fais le choix d'attendre un peu) Si ça traîne, on se séparera puisque cette incertitude est bloquante pour nos-mes projets de vie. Et puis accessoirement, vivre avec une épée de Damoclès au dessus de la tête ne me tente pas des masses. Sachant que même si aujourd'hui, il me disait que notre relation est plus important qu'avoir des enfants, rien ne dit que dans x années, il ne changera pas d'avis. Est-ce que je suis prête à vivre avec ça ? Je ne sais pas.
82 ans 4491
Je pense que je lui aurais donné le même conseil que toi, d aller en parler avec quelqu un, de professionnel même.

Tu ne peux pas l aider sur ce cheminement. Tu as fais le maximum,c est a dire être claire et franchement c est tout à ton honneur ! Tout le monde n' a pas cette honnêteté.

Et c est clair que c est douloureux pour vous deux.😟

Mais par rapport au fait que tu te poses la question ,s il ne va pas t en vouloir s il décide de ne pas avoir d enfant , et que du coup cela entraîne une réflexion pour savoir si tu me préfères pas rompre , en fait je pense que c est quelque chose qu' il est impossible de savoir à l avance.
De toute façon, il peut y avoir plein de raisons de s en vouloir après 20 ou 30 ans en couple. Pars peut etre du principe qu' il est capable de prendre une décision et de l assumer sur le long terme.

Chaque choix implique de toute façon des pour et des contres de toute façon.

Plein de courage en tout cas pour cette période difficile.
37 ans Angers 1706
Je n'ai pas osé suggérer "professionnel" même si c'est ce à quoi je pensais ^^.

Pour le reste, je suis d'accord avec toi.. Et finalement, on n'est jamais sûr de rien et puis surtout, on évolue donc..

Merci pour le soutien, ça me fait du bien d'en parler un peu. Je ne sais pas pourquoi, ce n'est pas un truc que j'ai partagé avec mes proches.
P
50 ans 2850
Tu as déjà évoqué l'affaire dans un autre sujet et tu dois partir du principe que toute décision de sa part ne sera jamais définitive. Tu n'es pas dans une situation où tu peux être absolument sûre d'un choix fait aujourd'hui et encore moins d'une promesse ou d'une parole donnée.

Je réagis surtout à ce nouveau sujet parce que tu as évoqué l'achat d'une maison. Dis-toi que ce n'est absolument pas un garde-fou qui le ferait tenir sa décision. L'envie d'un enfant pourra surgir à tout moment, dans 6 mois, dans 1 an, dans 5 ans. Songe à ce qui se passera si il veut te quitter alors que vous vous serez déjà bien investis dans cette maison. Vous allez en être pour vos frais. Franchement, si j'étais à ta place, ce n'est pas avec lui que je me lancerais dans une telle entreprise..........
37 ans Angers 1706
Oh m*rde tu as raison, j'avais déjà ouvert un topic sur le sujet !!! Omg mais je perds la boule moi 😵 Je me demande si on pourrait fusionner les deux.

Bon bah désolée pour le doublon !

Je n'envisage pas la maison comme un garde-fou. Et tout et n'importe quoi peut se passer et faire qu'on se sépare, le résultat sera le même. Tout ça, ce n'est jamais qu'un pari. Mais en attendant, on continue à avancer parce qu'on y croit et puis voilà ^^. T'façon, l'achat à deux n'est plus à l'ordre du jour pour le moment donc voilà.
36 ans très au sud 6837
J'interviens un peu tardivement dans la conversation mais il y a aussi le facteur temps qui joue pour toi Celia, si ton profil dit ton âge réel d'ici 5 ans ou un peu plus la question de l'enfant ne se posera plus vraiment passé la quarantaine tassée. Disons que tu auras légitimement l'argument de ton âge et que ça coupera court à pas mal de choses.
Pour ce qui est de s'arrêter de s'arrêter de construire parce que si... comme le dit le proverbe avec des si/scies on coupe du bois! Et si tu achètes et te trouve au chômage? Et si tu achètes et un bus te renverse? Et si tu achètes et tombe malade? Et si tu achètes et es muté? Et si tu achètes et te sépare?... et si tu achètes et que tu vis même que 10 belles années, 5, est ce que ça n'aura pas valu le coup quand même? Et si tout se passe bien? Et si tu partais du principe qu'à ne rien faire certes tu ne prends pas de risque puisque tu auras les regrets assurés?

Je comprends que ça soit difficile à partager avec des proches et surtout avec sa famille. C'est eux qui sont en jeu quelque part aussi là dedans. Ça les renvoit eux mêmes à plein de questions sur la parentalité et surtout la leur, ce qu'ils regrettent et n'avoueront jamais, ce qui vient d'eux, des autres etc... parfois on ne peut pas y réfléchir tout simplement. Et je ne parle même pas de quand c'est sa famille ou ses parents, là les enjeux doivent être vraiment pressants.
37 ans Angers 1706
Pour l'achat de la maison, c'est exactement ce que je dis ^^. Après pour acheter à deux, faut que les deux soient d'accord et là, y'a la moitié de mon couple qui se questionne et qui donc refuse de s'engager là dedans (et il a bien raison ma foi). Clairement, si on n'en arrive pas à une situation plus claire ou si on se sépare, j’achèterais toute seule (c'est peut-être idiot mais j'ai dans l'idée de préparer ma retraite)

Pour le fait que dans quelques années je ne serais plus en mesure de me reproduire, qu'est-ce que ça change ? Lui le pourra toujours et pourra refaire sa vie avec quelqu'un qui le peut si il le souhaite ^^. Accessoirement, avec les progrès qu'on fait actuellement et les fantaisies du corps humain, je pourrais tout à fait me retrouver enceinte à 50 ans et plus :p Voire beaucoup + !
36 ans très au sud 6837
Ce qui serait idiot c'est de ne pas penser à demain ou après demain Celia! Donc acheter même solo je n'y vois rien d'idiot! Juste avant de rencontrer l'homme je me posais la question de l'achat mais au final j'ai préféré attendre et de réorienter ma carrière pro, l'un des avantages d'être solo et sans enfant ça, tu n'engages personne d'autre que toi! Bon maintenant la question se reposera d'ici 1 an et demi bon poids quand notre appart' sera trop petit pour 3.
Mais l'achat immobilier qu'on soit solo duo ou famille ne change rien à la prévoyance. Il me semble même que d'un certain point de vue tu es la mieux placée pour acheter en tant que childfree, surtout sur le long terme. Tes besoins vont évoluer vers rien de très surprenant pour ta retraite (accessibilité, proximité des commerces et services de santé), au niveau besoin d'espace tu vas pas évoluer beaucoup (à moins que ton travail nécessite comme le mien un bureau/atelier, mais au pire ça devient que atelier pour la retraite). Contrairement à un couple avec 2, 3 ou plus d'enfants tu vas pas te retrouver avec un nombre impressionnant de m2 en trop à leur départ. Il ne va pas y avoir d'arrivée d'habitant surprise (un petit dernier? Oh ben des jumeaux!). Tu as donc les besoins à priori les plus surs et les plus stables.

Je disais que dans quelques années surtout tu n'auras pas besoin de justifier de tes choix. Ça sera impossible point. Après oui la science permet des choses improbables mais à quel prix? Pour cette femme qui y arrive à la cinquantaine combien d'autres ont tenté le parcours et dont on se garde bien de parler des échecs? Fausses couches? Risques pour le bébé? Et le corps de la maman, que subit il vraiment?
Après oui l'autre peut partir vers quelqu'un de plus jeune, mais la porte est fermée encore plus clairement de ton côté. Et dans l'hypothèse que tu reconstruises un couple la possibilité de négociation, que tu changes d'avis (ça je suis sure que beaucoup de gens pensent ainsi) c'est clairement niet.
38 ans Valencia 1159
Bonjour miss Celia,

Tout d'abord je vais répondre à Reinette81, je ne vois pas pourquoi on arrête de faire des enfants à 40 ans. Ce n'est pas idéal certes mais il n'y rien qui empêche d'en faire.

Après la vie est courte ma belle, si tu ne désires pas d'enfant tu sais où tu en es. Je veux dire, ton compagnon va peut-être changer d'avis d'ici là, mais de toutes les manières aucunes relations est définitive ou sûre à 100%. Tout est clair pour toi, lui il va faire son chemin peut-être va t-il continuer avec toi, peut-être que non, peut-être va t-il faire un bout de chemin avec toi et changer d'avis après. Cela ne change rien pour te projet.

Suis tes projets, l'avenir sera toujours incertain, mais tu peux en faire ce que tu souhaites.

Bisous et bon courage
B I U


Discussions liées