MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

#BalanceTonPorc ; #MeToo etc... Qu'en pensez-vous ?

42 ans Barcelona (Espagne) 24101
reinette81 a écrit:
Une agression sexuelle un abus ce n'est pas des cris comme dans les films. C'est une personne que tu connais, en qui tu as confiance  
qui a un geste étrange, un regard étrange. C'est quoi ce geste? Tu ne le sais pas mais il te gêne mais tu ne sais pas dire. Et puis au fond il est gentil ce geste, c'est pas gentil une caresse après tout? Et puis c'est peut être qu'on se fait des films il ne pense pas à mal en fait. Et ça se passe comme ça, dans le silence et c'est ça qui est horrible. Et je ne te parle même pas de la culpabilité de la victime: pourquoi j'ai pas compris plus vite? crié? Et si je dis maintenant il se passe quoi? Ça va anéantir ceux que j'aime alors je me tais... C'est ça la réalité des agressions. Pas de cris, pas d'effets spéciaux mais le silence. Alors oui on a besoin de crier après ça parce qu'on a besoin que ça se matérialise en dehors de nous. Parce que c'est à rendre dingo comme si ça n'avait pas existé alors que ça nous bouffe.
Alors oui il faut que ça sorte et non ce n'est pas acceptable de se dédouaner de l'écoute et de se croire "bien", de se cacher derrière des extrêmes pour refuser ce qu'on a sous le nez.

Un # ne changera peut être pas le monde. Mais peut être que si. Et peut être que s'il a permis à des femmes de dire ce qui c'est passé dans le silence, si ça les a soulagé et bien rien que pour cela ça valait le coup.


J'ai moi même été la cible de divers types d'aggressions depuis l'âge de 15 ans, et personne dans ma famille ne le sait.
Depuis le petit copain qui va plus loin que ce pourquoi tu as dis oui, l'homme d'une quarantaine d'année qui met sa main sur ma cuisse dans le métro et ne veut pas comprendre que c'est non, qu'il ne peut pas montrer plus haut et qu'il doit arrêter et partir, le type qui me suit sur 1 trajet d'1 heure en voulant que je l'embrasse et plus alors que je l'ignore, les gars qui bloquent le passage dans la rue attrape mes bras et tentent de forcer un baisé, les gars qui a la sortie d'une soirée arrosée chez des amis tentent de te violer dans le parking, les types qui essaient de te coincer à la sortie d'un bar ou d'une boîte de nuit, les frottements dans le métro ... et tout cela c'est avant d'avoir 20 ans.
J'ai 42 ans et je vois toujours des comportements agressifs sexuellement à mon encontre et pas juste de la drague ou un sifflement.

Je n'ai pas besoin de briser le silence, je n'ai rien àj'ai eu le temps de penser à tout cela.

Mais ces agressions, à différents niveaux de gravités et d'intensités existent, de la part de toute sortent d'hommes, de tous les âges, milieux, origines... famille pour certains, proches ou inconnues.
36 ans très au sud 6845
Je ne parlais de ton expérience à toi Anne, mais de la mienne. Une histoire banale d'une fillette d'environ 11 ans, un cas typiquement banal de la majorité des jeunes victimes agressées par un proche.
37 ans Toulouse , France 65
Pour Cologne, il faut savoir que, En Allemagne, jusqu'à cet événement, les lois sur le viol et agression sexuelle étaient plus restrictives que les nôtres. En gros, tant qu'il n'y avait pas pénétration sans consentement, ce n'était pas considéré comme viol ni agression sexuelle. Donc forcément, quand une victime venait parler d'agression sexuelle si ce n'était pas dans ce cadre-là, elle n'était pas prise en charge...
42 ans Barcelona (Espagne) 24101
reinette81 a écrit:
Je ne parlais de ton expérience à toi Anne, mais de la mienne. Une histoire banale d'une fillette d'environ 11 ans, un cas typiquement banal de la majorité des jeunes victimes agressées par un proche.


Je sais reinette 😔
Mais justement, on a toute ou presque eu une expérience, pas la même mais cela touche beaucoup de femmes si ce n'est pas toutes.
Les raisons que l'on peut avoir d'en parler maintenant ne sont pas les mêmes, mais je suis convaincue que cela peut aider.
44 ans Out of nowhere 2709
"Alors, oui, il y aura peut-être quelques dérapages. Peut-être que ça va tomber sur un brave type qui n’avait rien demandé. Peut-être?

Mais qu’y a-t-il en face? Des dizaines, des centaines, des milliers de dérapages. Et, parce qu’on risque de faire des éclaboussures, il faudrait faire comme si de rien n’était? Est-ce vraiment ce qui nous fait peur, cette bavure potentielle, l'erreur judiciaire? N'est-ce pas plutôt la parole libérée qu'on refuse d'entendre?"

Je me permets de citer ci-dessus une partie de l'article qui aurait été écrit par un homme soutenant l'initiative.

Cet argumentaire me fait peur..., à l'extrême c'est fascisant! Cela me fait penser à la pièce où Camus s'interroge une énième fois pour savoir si la fin justifie les moyens. Peux-t-on justifier de tuer sciemment un innocent pour préserver hypothétiquement d'autre personnes... Chacun y verra de son interprétation. Personnellement j'y vois un risque important d'incitation à la diffamation...

Pour le reste, je ne suis malheureusement pas sûr que grand chose ne change, espérons une prise de conscience.

C'est très bien que celui qui était surnommé "le porc" tombe! Sinon je ne peux être d'accord avec la provocation du "all men are..., plutôt #Notallmen!
82 ans 4491
J ai pas mal hésité à répondre à ce sujet.

Parce que je suis féministe, que j ai été victime d agression sexuelle et de viol et que pourtant je n ai pas été tentée de mettre "meetoo" sur facebook ou twitter. Malgré cela, Je n ai pas de problème avec celles qui l ont fait, dans le sens où chacune devrait pouvoir le faire si elle en ressent le besoin.

Je n ai pas écrit cela car de manière générale je n emploie déjà pas beaucoup les réseaux sociaux comme moyen d expression. De plus,les injonctions de départ était de raconter ce qu' on avait vécu et qui était les agresseurs. Or, ce que j ai vécu je n ai pas envie de le raconter en détail et je n ai pas envie de le raconter à la terre entière. Je refuse de susciter des images des scènes vécues dans l esprit de quelqu' un que je n aurais pas soigneusement choisi.

J ai lu des messages assez durs concernant la "lâcheté " de celles qui n écrivaient pas cela sur leurs comptes. Cela ne m'a pas parlé dans le sens où chaque femme devrait être libre d en parler à qui elle veut. Mais c est normal que dans les courants féministes il n y ait pas qu' une pensée unique.

Personnellement je ne trouve pas que ces grands élans sur les réseaux sociaux changent tellement les mentalités, ils provoquent peut être un débat Mais j ai le sentiment que les acteurs du débat restent quand même assez sur leurs positions malgré tout. Mais c est un moyen d expression et en cela il doit pouvoir exister.

Le côté dénonciation ne me heurte pas par contre, sinchacune d entre nous devait se taire pour ne pas encourager celles qui auraient un problème psy au point d accuser un innocent a le faire a ce moment là, Je trouve que cela serait bien difficile à vivre dans le sens où une victime doit pouvoir s exprimer. Et des faux accusateurs il en existera malheureusement toujours. Je compatis d ailleurs aussi à ces victimes là.

En conclusion, je n ai pas été dérangée par ce mouvement dans le sens où c est un moyen d expression comme un autre, mais je n ai pas eu envie de le faire.

Je voudrais rajouter que pour moi il faut éduquer les garçons évidemment mais aussi les filles pour qu' elles aient confiance en elle, pour qu' elles sachent que c est l autre qui a un problème et que non cela n est pas leur faute et qu' elles osent en parler si cela leur arrive. Il restera toujours des hommes qui n ont pas été bien éduqués malheureusement.
42 ans Barcelona (Espagne) 24101
Saralou a écrit:
J ai lu des messages assez durs concernant la "lâcheté " de celles qui n écrivaient pas cela sur leurs comptes. Cela ne m'a pas parlé dans le sens où chaque femme devrait être libre d en parler à qui elle veut. Mais c est normal que dans les courants féministes il n y ait pas qu' une pensée unique.
...

Le côté dénonciation ne me heurte pas par contre, sinchacune d entre nous devait se taire pour ne pas encourager celles qui auraient un problème psy au point d accuser un innocent a le faire a ce moment là, Je trouve que cela serait bien difficile à vivre dans le sens où une victime doit pouvoir s exprimer. Et des faux accusateurs il en existera malheureusement toujours. Je compatis d ailleurs aussi à ces victimes là.

En conclusion, je n ai pas été dérangée par ce mouvement dans le sens où c est un moyen d expression comme un autre, mais je n ai pas eu envie de le faire.

Je voudrais rajouter que pour moi il faut éduquer les garçons évidemment mais aussi les filles pour qu' elles aient confiance en elle, pour qu' elles sachent que c est l autre qui a un problème et que non cela n est pas leur faute et qu' elles osent en parler si cela leur arrive. Il restera toujours des hommes qui n ont pas été bien éduqués malheureusement.


Pour la lâcheté, à titre perso, j'ai évoqué le sujet ici rapidement, mais je n'ai pas l'intention d'en parler sur Facebook ou Twitter ni de dénoncé qui que ce soit.
Pourquoi ? Parce que c'est de l'histoire ancienne, que c'est réglé pour moi, dénoncer des gens du passé n'aidera personne et je n'ai pas envie d'exposer le sujet en particulier avec ma famille car cela n'apporterais rien de positif dans mon entourage. C'est un choix personnel et nul n'a a forcé qui que ce soit à parler.

Oh combien je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faut éduquer garçons et filles.
Nous souffrons toutes ou presque de manque d'estime à l'adolescence, ce n'est pas une question de poids, et cela nous transforme en potentiel victime plus facile.
P
50 ans 2857
(pour Reinette)
Non, je ne radicalise pas tout le monde et je ne mets pas dans la catégorie des enragées celles (dont toi) qui participent à ce sujet. Ca ne te poserait pas de problème de conscience par exemple de manifester "aux côtés" d'une ultra ? Moi si. Alors non, je ne rejoindrai jamais un groupe tant qu'il y aura ne serait-ce qu'une seule brebis galeuse en son sein.

A propos du ministre des Finances, je le savais déjà fourbe doublé d'un traitre et il vient de nous dévoiler qu'il était un pourri. Alors tu penses que je vais me cacher derrière ce politique ? C'était juste pour souligner qu'à leur niveau c'était déjà l'impunité totale, alors il n'est pas la peine d'espérer quoi que ce soit de l'Assemblée.

(pour Celia)
Naturellement que je réagirais si je voyais quelqu'un (homme ou femme) en train de se faire agresser ! Pour moi c'est une évidence. Et c'est parce que je ne te connais pas sinon je trouverais cette question très insultante. On peut me donner beaucoup de qualificatifs, mais lâche, ça non. Seulement les agressions je ne vais pas les provoquer pour réagir ensuite. J'habite une petite ville de province où il ne se passe rien. La dernière fois que j'ai été témoin d'une bagarre c'était dans une boîte où 2 jeunes types alcoolisés se foutaient sur la gueule (sûrement une histoire de fille, comme bien souvent) avant de se faire sortir avec pertes et fracas par les videurs. Des blagues bien lourdes, j'en entends, surtout venant de mes collègues (des femmes) qui n'ont rien à envier aux hommes quand elles s'y mettent. Je ne peux pas avoir les yeux partout mais quand je vais en ville, des crevards qui harcèlent (pris au sens large) les femmes, désolé, je n'en ai jamais vus.

(pour Tecolote)
De la condescendance, vraiment ? Ok, j'ai mal interprété ta phrase qui m'a laissé penser que la violence te révoltait. Les risques juridiques encourus, eh bien écoute, ils n'engagent que celui qui viendrait à ton secours. Si je voyais un mec "coller de près" une femme, même réponse qu'à Celia : je lui foutrais sur la gueule une dose de coups bien mérités sans me préoccuper que ça puisse me mener devant un juge d'instruction ! De toute façon si tu veux aborder le côté juridique et même la légitime défense dispensée par autrui, une simple baffe dans la gueule peut t'envoyer au tribunal.

Pour terminer ma réponse, tu n'as pas saisi le sens de ma phrase et ce que tu as écrit m'hérisse le poil. Fallait comprendre que tant la Justice ne mettra pas en place des peines très lourdes et incompressibles pour les agresseurs en tout genre, tant que la violence lorsqu'elle est le seul moyen à disposition dans une situation donnée rebutera les victimes, les choses resteront au point mort.

*/*/*/*/*/*/

Sinon je conçois que ça puisse faire du bien aux victimes de parler. Mais espérer des changements, même avec de fortes participations, je n'y crois pas. Il y a environ 1 ans, il y a eu la série de "Paie" (ta blouse, etc) sur Tumblr qui a fait grand bruit (où on y lisait des trucs à peine croyables), qui a libéré la parole des femmes mais qui n'a rien changé du tout.

Je n'en suis pas venu souvent aux mains dans ma vie, je n'ai jamais rien subi, mais même si je peux pas me rendre compte et que je ne vous connais pas, vous croiser depuis un bon bout de temps crée une sorte de lien et je suis loin d'être insensible aux harcèlements et agressions dont certaines ont été victimes. Vous pouvez le croire ou non, ça n'a pas d'importance, mais faut pas tout mélanger..........
P
50 ans 2857
Très bons articles mais évitez les commentaires.

https://www.marianne.n...ession-que-c-etait-de-ma-faute

https://www.marianne.n...-me-mettre-la-misere-il-l-fait

https://www.marianne.n...-il-y-en-chez-les-femmes-aussi
42 ans Barcelona (Espagne) 24101
-Celia- a écrit:
Ce que je voulais dire c'est qu'en dehors du harcèlement, quand tu vois quelqu'un qui a besoin d'aide, tu sais comment réagir, non ? (dans l'absolu j'entends, dans la réalité, je sais très bien que c'est une autre histoire) Aller vers la personne, l'écouter, ne pas minimiser/banaliser, l'orienter peut-être vers d'autres personnes, des organismes (je pense au contexte du boulot notamment). Si tu vois une personne en mauvaise posture, simplement, l'interpeler comme si c'était une connaissance (genre hey Martine, désolé pour le retard !) ça peut désamorcer le truc et lui donner une porte de sortie. Quelques fois, juste de s'interposer (verbalement j'entends et sans tomber dans l'agressivité) peut entrainer un effet de groupe et une réaction en masse.


Combien de fois par le passé j'ai entendu des hommes dirent qu'ils n'intervenaient plus car lorsqu'ils ont essayé par le passé ils se sont fait envoyer sur les roses par la nana.
Encore il y a 15min je lisais un commentaire d'un homme qui parlait du # et disait ne pas savoir quoi faire à par s'interroger sur son propre comportement car quand il a voulu aider une femme elle c'est retourné contre lui.

Et puis beaucoup d'hommes ne savent pas toujours identifier les signes d'un potentiel harcèlement ou d'une très prochaine agression ou viol.
Le comportement de "oh mais c'est une adulte, elle sait ce qu'elle fait " existe aussi, ce n'est pas de lâcheté ni du déni mais de l'ignorance.
C'est toute une éducation à revoir et pas que pour les plus jeunes
P
50 ans 2857
Anne a écrit:
Combien de fois par le passé j'ai entendu des hommes dirent qu'ils n'intervenaient plus car lorsqu'ils ont essayé par le passé ils se sont fait envoyer sur les roses par la nana.

Tu y crois à ça ? Lorsque quelqu'un est en train de se noyer et que tu sautes à l'eau pour le sauver, ce sont des roses qu'il t'envoie et non pas sur elles.
42 ans Barcelona (Espagne) 24101
Prax a écrit:
Anne a écrit:
Combien de fois par le passé j'ai entendu des hommes dirent qu'ils n'intervenaient plus car lorsqu'ils ont essayé par le passé ils se sont fait envoyer sur les roses par la nana.

Tu y crois à ça ? Lorsque quelqu'un est en train de se noyer et que tu sautes à l'eau pour le sauver, ce sont des roses qu'il t'envoie et non pas sur elles.


Je n'y crois pas, je l'ai constaté

Une agression, c'est sournois, cela se fait loin des regards.
Quand l'approche du prédateur se fait, ce n'est pas toujours si évident que de voir une personne qui se noie.


Accessoirement j'ai aussi vu des hommes demandé à une femme si le type qui la colle alors qu'elle semble clairement ne pas vouloir l'a dérange, et la femme répondre de se mêler de ses affaires.
39 ans barcelona 5823
Perso je réitère : dans des situations de harcèlement, agir n'est pas toujours évident comme plonger à l'eau pour sauver quelqu'un qui se noie

Il n'y a pas obligatoirement d'un côté le super héros plein de bon sens et de courage, et d'autre le gros lâche irrécupérable.
Il y a surement des techniques, des mises en situations précises qui gagneraient à être partagées.
Un champion de karaté ou un pilote d'avion n'est pas né avec ces compétence, il a dû les pratiquer. Et ben là pareil.

Après tout on nous colle bien des tableaux pour apprendre à "pas toucher la madame pas sortir zizi" alors pourquoi pas ça aussi ?
P
50 ans 2857
David a écrit:
dans des situations de harcèlement, agir n'est pas toujours évident comme plonger à l'eau pour sauver quelqu'un qui se noie

On ne va pas te reprocher de ne pas sauter si tu ne sais pas nager où si c'est une situation extrêmement périlleuse (rapides, eaux glacées) qui au final feraient 2 victimes. Mais dans ce cas faut tout faire pour trouver des secours au plus vite.
39 ans barcelona 5823
Prax a écrit:
David a écrit:
dans des situations de harcèlement, agir n'est pas toujours évident comme plonger à l'eau pour sauver quelqu'un qui se noie

On ne va pas te reprocher de ne pas sauter si tu ne sais pas nager où si c'est une situation extrêmement périlleuse (rapides, eaux glacées) qui au final feraient 2 victimes. Mais dans ce cas faut tout faire pour trouver des secours au plus vite.


Ok bon ça à l'air si évident pour tout le monde que je lâche l'affaire
B I U


Discussions liées