MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Avez-vous reçu une éducation sur le sexe etc de vos parents ?

39 ans barcelona 5819
Reinette : édifiant en effet ! Même si ça ne m'étonne pas vraiment.

Mais alors est-ce qu'ils seraient pas plus futés hors d'un contexte école (corvée), dans un contexte ou ils  
ont une grande motivation ou une passion (séduire quelqu'un du sexe opposé, la solucion d'un jeu video, comment faire des figures en skate, ou autre hobby...).

J'ai déjà vu ce genre de changement radical, chez un jeune stagiaire que j'ai eu.
Un gamin de 11 ans, les symptômes que tu décris...jusqu'à ce que je lui demande de me faire un article web sur les boutiques de skate du coin...là il s'est tranformé comme si il venait de boire la potion magique de panoramix...

PS : Accessoirement j'essaie désespérément de sauver mon raisonnement 😅 😝
42 ans essonne 1372
@reinette, à partir du moment où ton enfant sait qu’il peut te poser toutes les questions sans crainte, tout roule.
Et ne pas avoir peur de dire qu’on ne sait pas et chercher ensemble la réponse. Ne pas chercher des explications compliquées, s’adapter à l’age.

J’ai pensé à vous hier soir, discussion avec mon aîné de 17 ans.
Il cherchait un cadeau pour les 18 ans de son ami. En rigolant, avec son père, on lui suggère un boite de capotes.
Il nous répond que son copain a une copine et qu’il a déjà des capotes, on lui dit qu’il y en a des drôles (Dark vador qui dit : je ne veux pas être ton père, par exemple)
Il nous répond que non, il ne veut pas offrir ça, déjà que son pote lui raconte les trucs chelous qu’il fait.
On le taquine un peu pour savoir ce qu’il entend par chelou mais il n’est pas à l’aise.
J’ai arrêté son père qui voulait absolument savoir, et j’ai dit à mon fils que le jour où il fera l’amour, j’espère que ce sera avec une copine qu’il aime parce que ça ajoute une dimension au sexe et que si il trouvait des trucs chelous, il n’était pas obligé de les faire, que c’était valable pour sa copine aussi, que la sexualité se construisait tout au long de sa vie.
Ca lui a suffit, ensuite il a dit qu’il espérait qu’on reparlerait de la même chose avec son frère, pas de raison qu’il soit le seul à avoir cette conversation et là, on a entendu une voix de sa chambre : non mais c’est bon, j’ai entendu !
L’ado numéro 2 a enlevé son casque de ses oreilles pour écouter discrètement ce qu’on disait :)

J’adore mes gamins 😃
39 ans barcelona 5819
Prax a écrit:
David a écrit:
Je vois pas ce qu'il y a de surprenant. Question normale d'ado, tout comme en 1974. Non ?

La question peut-être, la réponse, pas d'accord. Lorsque j'ai commencé à me poser des questions sur le baiser, il y avait un flou, une incertitude, rien qui ne m'a indiqué noir sur blanc un mode opératoire universel et immuable. C'était donc la découverte, la maladresse, avec tout ce que ça peut faire ressentir et le côté magique.


Moi idem. je me souviens de mon premier baiser (avec la langue!), c'était en colo.
Une fille m'a dit :"je parie que tu sais même pas comment on emballe". J'éprouvais de l'appréhension, je savais juste qu'en gros il fallait tourner la langue, mais : Ah ouais ?? Je lui ai fait dans la foulée une petite démo à l'américaine. 😂

Après on peut te raconter ce qu'on veut sur le baiser, la séduction ou faire l'amour, ça va te rassurer et peut être même t'aider un peu.
mais en aucun cas t'économiser la découverte, la maladresse ou la magie je pense.
37 ans Dans un arbre à Tecolotlan 933
Mes parents m'ont donné une éducation indirecte, par l'intermédiaire de deux petits livres sur la sexualité, un pour la tranche 9-11 ans, l'autre 12-14 ans. Dans mes souvenirs, c'était assez basé sur la reproduction et pas sur le plaisir et les différentes pratiques sexuelles. J'ai eu des informations et des cours à l'école primaire et au collège, mais c'était du même ton. J'ai pas mal appris des BD de cul que mes parents planquaient sous le lit de la chambre parentale et qui ont contribué à mes premiers émois solitaires...
Quand mes parents ont compris que ça devenait sérieux avec mon premier copain, ma mère a eu la hantise que je tombe enceinte et a fait le forcing pour que j'aille voir une gyneco et que je prenne la pilule. Je peux comprendre sa trouille, mais à l'époque, j'avais trouvé ça très intrusif (ma mère n'est pas très subtile).

En tant que prof, je suis souvent atterrée de l'ignorance des ados sur la question sexuelle. Il y a encore des parents qui ne disent rien du tout. En plus, il faut voir que certains profs de SVT refusent de traiter le chapitre sur la sexualité, surtout depuis que la question du plaisir y est très clairement abordée. D'ailleurs, dans les derniers programmes, il est recommandé de fabriquer un clitoris avec une imprimante 3D. Je trouve ça génial et c'est une honte que des collègues fassent l'impasse dessus. On fait aussi intervenir le planning familial dans les classes de 3ème, mais cela ne dure qu'une heure et la parole est souvent monopolisée par deux ou trois mômes qui veulent provoquer et montrer l'avancée de leurs connaissances dans le domaine. Résultat : les autres n'osent rien dire et rien demander.
P
50 ans 2850
Ca doit être super facile d'aborder la sexualité dans une classe d'ados survoltés dont 1/3 au moins a déjà vu (ou regarde régulièrement) des vidéos pornos et va considérer le prof comme un ringard. Aborder le plaisir, j'imagine même pas. Et de là à ce que certains parents outrés (surtout si le prof est un homme) portent plainte pour incitation à la débauche, il ne pourrait y avoir qu'un pas ! Manquerait plus qu'un petit malin filme le cours en douce et le balance sur le net.

Fabriquer un clito avec une imprimante 3D. Je laisse les profs juges pour savoir si l'idée est bonne ou pas, pour souligner certains points pratiques. Faut déjà l'acheter et je suppose qu'à l'EN on a d'autres préoccupations. Ensuite savoir s'en servir (installation, configuration, programmation du modèle, utilisation globale). Si comme Reinette l'a dit plus haut (à la ramasse dans l'EN), ça risque d'être une sacrée entreprise. De là à ce qu'un ado plus malin que les autres modélise une belle verge en taille réelle pour faire marrer ses potes !

L'éducation sexuelle par la pornographie, les premiers responsables sont les parents. On ne confie pas à son ado un smartphone avec accès Internet illimité sans avoir installé une application de contrôle parental sérieuse. Tout comme pour les ordinateurs que l'on a chez soi. Rien n'est imparable, mais au moins ça peut sérieusement compromettre le surf.
42 ans essonne 1372
@prax celle qui a conçu le programme pour avoir un clito en 3D le met à disposition gratuite pour que tout le monde puisse en parler (encore faut il avoir une imprimante 3D, je te l’accorde)
Tu sais que le clito n’a fait son apparition que cette année dans 1 livre scolaire ?
Dans les autres, il n’existe pas
S
40 ans Hauts de Seine 43
Rien... Absolument rien... Le néant abyssal... Mes frères et sœurs n'ont reçu absolument aucune éducation sexuelle.
Je ne sais si cela a eu une quelconque incidence sur nos vies respectives, une fois adolescent puis adulte mais j'ai une certitude : je ne leur en tiendrai jamais rigueur. Mes parents étaient des personnes de leur temps, motivés par l'impérieux besoin de nous nourrir et vêtir au mieux. L'éducation, quelle qu'elle fût (scolaire, sexuelle) ne devait être le fait que de nos enseignants à l'Ecole Publique... Quelques anecdotes parmi d'autres : Impossible de regarder le moindre épisode de Jeanne et Serge, par exemple (avis aux plus jeunes : le seul dessin animé qui vous donne envie de vous inscrire au volley-ball). Pourquoi ??? Parce que Jeanne embrasse Serge lors du générique d'ouverture... On était contraint d'éteindre la télévision... Idem lors des scènes suggestives, des regards langoureux, des instants de silence entre 2 amoureux transis pétrifiés par l'instant... La seule exception à la règle fut le film "La Fureur du Dragon" avec la scène de la belle Italienne qui dévoile sa poitrine après avoir "détourné" Bruce. On peut faire fi de ses principes lorsqu'il s'agit d'un film de combat de cette trempe... Plus sérieusement, néanmoins, je me souviens de ma grande sœur, se tordant de douleur en Tunisie. Je ne compris que bien plus tard qu'il s'agissait de règles douloureuses... Elle aussi malheureusement, vu que ma mère n'aura jamais évoqué ce sujet avec mes 2 sœurs. Je ne juge pas, donc, parce que je leur ai connu d'autres qualités, qui contrebalançaient aisément cette incurie aberrante aujourd'hui mais qui, il y a 30 ans, ne semblait pas si singulière pour des familles issues d'autres cultures. L'essentiel est sauf : nous savons, mes frères et moi, que nous nous y prendrons autrement avec nos futurs enfants.
42 ans essonne 1372
@sheeraz, j’ai fait 7 ans de volley grâce à Jeanne et Serge 😂 je comprends tout à fait ce que tu veux dire
S
40 ans Hauts de Seine 43
@Yayie Ahhh :) Je me sens moins seul ahahah Le fait de ne pas avoir eu d’éducation sexuelle plus jeune aura au moins permis de mystifier nos rapports amoureux. Aujourd’hui, je concède que la prolifération des MST-IST fait que l’on ne peut plus se permettre de taire cet enseignement. Il est vital et fondamental d’en parler très tôt.
87 ans 9548
Prax a écrit:


L'éducation sexuelle par la pornographie, les premiers responsables sont les parents. On ne confie pas à son ado un smartphone avec accès Internet illimité sans avoir installé une application de contrôle parental sérieuse. Tout comme pour les ordinateurs que l'on a chez soi. Rien n'est imparable, mais au moins ça peut sérieusement compromettre le surf.



mon fils a été confronté aux images de films pornos en début de sixième, sur le smartphone d'un camarade qui en faisait profiter tout le vestiaire en cours de gym. C'est ma faute ? fallait l'empêcher d'aller au collège ? J'ai évidemment signalé les faits à la principale qui m'a expliqué qu'elle n'avait pas le droit de prendre les portables des élèves et qu'en gros je devais me débrouiller avec les parents du gamin en question pour qu'ils lui expliquent qu'il ne devait pas montrer de porno à mon fils parce que j'étais pas contente. LOL.
P
50 ans 2850
(pour Yayie)
Le clito qui n'existe pas dans les livres scolaires, j'ai vu ça l'année dernière, quand on en a parlé beaucoup.

(pour Anonyme)
C'est ce que j'ai souligné, rien n'est imparable, mais si très peu d'ados avaient des smartphones non bridés, ça limiterait quand même beaucoup la contagion.
B I U


Discussions liées