MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Grosse

42 ans Barcelona (Espagne) 24102
Grosse !
C'est un simple petit mot et pourtant il ne semble pas signifier la même chose pour tout le monde.
Quel est votre sentiment quand vous entendez ou lisez le mot  
grosse.
27 ans En Indochine 554
Pour moi, c'est assez péjoratif pour qualifier une personne, quand même, mais je suppose que c'est dû à mon vécu perso aussi.
36 ans Sous les pins!!! 7625
c'est juste un mot. Et comme tous les mots, il sert à décrire un état, une chose, une forme ect ect
Je suis grosse c'est un fait, on peut même utiliser le mot obèse ce serait toujours juste. Après je ne m'arrête pas à ça, je suis bien plus que ça donc je ne le prends pas mal si le terme est utilisé.
Aujourd'hui c'est un mot à consonance très péjorative chez beaucoup de gens donc on préfère utiliser des mots plus "doux" comme ronde par exemple.
43 ans Là où le vent me mène.. 193
Tout dépend de l intonation de la voix et qui le dit !
Ça touche beaucoup quand c' est de la famille qu' un inconnu.
39 ans dunkerque 12
bonsoir

pour moi le mot grosse et gros, est discriminant, on vous banni,parce que vous etes enrobé
36 ans Sous les pins!!! 7625
vlaamstar a écrit:
bonsoir

pour moi le mot grosse et gros, est discriminant, on vous banni,parce que vous etes enrobé


désolé mais là franchement c'est un peu trop de dire qu'on est banni car enrobé!! Je suis d'accord que suivant les endroits et situations il existe de la discrimination anti gros mais de là à dire qu'on est banni...
Le mot est discriminant car tu le le prends comme tel! C'est juste un adjectif au même titre que grand, petit ect ect
36 ans très au sud 6894
Euh j'espère que je vais pas faire un HS mais grosse déjà quand on le dit selon qui reçoit et surtout homme ou femme c'est pas pareil.
Grosse pour une fille = complexe ou peur de l'être et ce quelque soit sa taille/ son poids.
Grosse pour un mec = flatteur, ben oui avoir une grosse vous-savez-quoi c'est la 1ère chose qui vient à l'esprit d'un mec quand ce mot est lâché (dixit 2 spécimens masculins à qui j'ai dit le mot hein)
mais je note qu'il est quand même étrange de constater que grosse au masculin ou au féminin c'est négatif ou positif au contraire...

Après je pense que quand l'on sait que l'on est en surpoids ou même obèse dès que ce mot va être prononcé on va se sentir visée.
Et puis quand une femme est enceinte on dit aussi qu'elle est grosse. En ce moment ça ne me gène pas d'être grosse et grosse ^^
28 ans 39
Je crois que Anatasnia avait lancé un sujet similaire récemment. Mais je pense que grosse est tout simplement un mot. Un mot pour décrire quelqu'un ou quelque chose.
Après il est souvent utilisé comme terme péjoratif. Un grand nombre de mots sont souvent utilisés de façon péjorative d'ailleurs.

A partir du moment où on est gros sachant que souvent certains en souffrent donc le fait de dire il ou elle est gros ou grosse c'est mal pris. Forcément c'est un complexe donc le mettre en exergue cela fait mal.

Mais je pense que même entre personnes grosses cela est souvent utilisés pour décrire quelqu'un de plus gros que soi même. A ce moment on va se qualifier de rond, de potele, de pulpeuse ou que sais-je encore.... Mais
43 ans Là où le vent me mène.. 193
Oui c'était similaire 😉 Diminoue ça a mit d ailleurs de feu aux poudres .Mais c'est la vocation d'un forum de pouvoir partager ses opinions!
Ce qui est très bien et agréable c' est que les gens sont bienveillants ici et sont ainsi là pour aider dans la mesure du possible.
Excusez moi pour cette petite appâter...
L
41 ans 71
Bonjour, tout le monde, bonjour, Anne !!!

Une grosse quoi ? :D
Une grosse valise pour partir en vacances ? Voyage, Voyage, plus haut que... Une grosse liasse de billets ? Vénale que je suis. Une grosse légume ? Une grosse cliente qui rapporte beaucoup à l’entreprise ? Une grosse kékette ? Ou ce salut en guise d'au-revoir si particulier "Grosse p….!" que nous adresse le harceleur qui arpente le trottoir, quand il finit par comprendre qu’il n’y a pas moyen de moyenner ? :D

Tout va dépendre du contexte, Anne.

A/ Neutre
Lu : cela va dépendre du sujet, du message, du ton qui est donné au texte, des mots qui lui seront accolés ou pas. S'il est écrit en toute neutralité, il ne me gêne en rien.
Entendu : cela va dépendre de la situation vécue, du sujet de la discussion, du message délivré, des mots accolés, de la locution. S'il est dit en toute neutralité, il ne me gêne en rien.
Je suis ronde, je suis grosse, je suis obèse. Je suis comme ça. C'est comme si on me disait que j'avais les yeux bleus, les cheveux bruns, les pommettes comme si, le nez comme ça... Oui, oui et donc ? "Et donc" parce que mon cerveau a toujours accepté la variété des physiques, les différences physiques comme normales d'aussi loin que je me souvienne de moi. J'ai un autre regard sur les gens, mon attention va se porter sur autre chose, sur ce qu'ils dégagent, sur leurs yeux, sur leurs paroles. Coller des étiquettes, catégoriser les gens sur leurs apparences physiques n'est pas dans ma nature. Quand quelqu'un utilise des étiquettes, fait des catégories sur les apparences physiques, je ne me sens larguée. Un peu le choc de deux mondes.
Je vais te raconter une histoire. J’avais un souvenir par bribes de quand j'avais 3/4 ans. J'ai demandé à ma mère des précisions et elle m'a raconté : dans la toute petite ville où nous habitions, nous étions parties chercher le pain. Sur le trottoir d'en face, venant dans le sens opposé, un homme à la peau noire marchait. Dans cette toute petite ville, c’était une "révolution" à l’époque. Je n'avais jamais vu une personne avec la peau noire et j'étais surprise, silencieuse, grands yeux ouverts tout en continuant de marcher. Il a traversé la rue. Ma mère et lui se sont salué. Ma mère, un peu gênée, s’est excusé de ma surprise. Il s'est agenouillé devant moi, il a pris ma main et il l'a comparé à la sienne en les effleurant toutes les deux du doigt : "Tu as la peau blanche, j'ai la peau noire.". Puis il a retourné la sienne et la mienne, paumes vers le ciel, "Et regarde, nos mains à l'intérieur sont pareilles, toutes roses ». Pour moi, c'était ok. Pas plus, pas moins. Je me souviens qu'il faisait beau, du soleil, de ma robe à fleurs et de sa main, paume ouverte comme s’il m’offrait un cadeau.
C'est peut-être la seule fois où j'ai eu une réaction sur le physique de quelqu'un...
Tous avec ce point commun que nous sommes tous des humains avec une vie qui passe vite pour chacun/chacune avec la même issue au bout.

B/ Insulte
Ma nature, mon éducation, mon regard. Cela peut être un avantage mais aussi un inconvénient. Cette surprise d’être jugée avec des valeurs négatives, insultée, et ce manque de répartie parce que je ne suis pas dans cette autre manière de voir les gens. Je manque bien souvent de réparties parce que je suis arrêtée par la surprise, puis je dois faire un effort pour m'adapter au cerveau de l'Autre. Peut-être "Mal élevé/e", "Grossier/ère", "Sexiste", "Misogyne", "Maboule", "Malade", "Déséquilibré/e", "Imbécile" (avec le ton de Mitterand, tu vois), "Nous n’avons pas les mêmes valeurs" (En fonction de son âge, il/elle peut me répondre que j’ai trop mangé de rillettes et on n’est pas prêt/e/s de s’en sortir ;)))), "Faiblard/e", "Trouillard/e", "Pseudo Normé/e !!!!" (L’insulte suprême), "Mouton", "Bééééé » ?" ??? Je manque d'entraînement. Si tu as un lien qui renvoie sur un sujet, je veux bien. Est-ce que j'arriverai ensuite à ne plus être surprise...
Grosse peut être aussi péjoratif, irrespectueux être rattaché à une insulte ("Mince p….", "Mince s…..", je ne les ai jamais entendus, tu vois, et je ne les espère pas non plus) et devenir rapidement une insulte sexiste selon le contexte, le ton donné, s'il y a l’intention/la tentative de rabaisser la femme qui ne remplirait pas son rôle et ne correspondrait pas à l’image bien précise qu’elle se "doit" d’avoir et qu’on lui désigne du doigt à travers quarante douze mille messages et images quotidiens.
Sa "fonction" est tout de même d’être jolie, non mais hein!!! :D pour satisfaire la société et séduire l’Homme. Dans ce "jolie", il y a minceur, il n’y a pas "moche" ou grosse. (Un jour, j’ai fait ma révolution, j'ai rejeté ce "jolie" qui était pesant, trop présent, j'étais jeune adulte, j’avais décidé d’être moche et je m’y suis bien employée, c'était jouissif, j’ai été loin, le problème est qu’à un moment donné, l’image que me renvoyait le reflet du miroir ne me plaisait pas à moi, à moi tu vois, je m’étais perdue en cours de route, je ne me reconnaissais pas, obligée de faire un peu marche arrière, zut !!!).
En attendant d'elle qu'elle soit "jolie", en lui demandant d'être jolie, on la place dans une posture inférieure, dépendante du regard des autres, soumise au regard des autres. Son corps ne lui appartient donc pas.
La femme n’a pas le droit d’être elle-même et d'être respectée en étant tout simplement elle-même. Elle "doit" être jolie. C’est une injonction qu'on lui adresse. Elle doit se conformer à l'image qu'on lui désigne, s'en rapprocher. Jolie pas pour se plaire à elle-même, non, pour plaire aux autres, à sa famille et aux hommes, oui. C’est pour cela que bien souvent, elle n’est pas confiante en elle. On (des hommes et des femmes) ne lui donne pas confiance en elle, on ne se comporte pas de telle manière qu'automatiquement elle va s'accepter telle qu'elle est, on ne se comporte pas de la même manière avec un petit garçon qu'avec une petite fille, on lui parle à elle de "jolie", on lui demande de l'être, on ne parle pas à un garçon de joli, on ne lui demande de l'être. Et on la maintient sous domination masculine. Si tout ça n’est pas sexiste… L’Homme n’a pas la même pression de tous ces messages sur son physique : on ne lui dit pas d’être beau,on ne l'aborde pas dans la rue en lui disant "Vous êtes joli !", on ne lui dit pas "Vous êtes beau aujourd'hui, nous n'auriez pas perdu du poids ?" dans les couloirs de l'entreprise, ce n’est pas son « rôle », on ne lui parle pas de la même manière. Son corps lui appartient. On le respecte.
Si une femme ne correspond pas à l’image ou la refuse, on la rabaisse, on la condamne, on la suspecte, on l’insulte. Elle est le mouton noir qui ne suit pas. Elle n'est pas respectée. Elle est encore moins respectée que la femme qui se conforme, qui elle-même n'est pas respectée. En vérité, elle est dangereuse pour le système. :D Et elle est aussi dangereuse pour plein d'industries qui s'enrichissent sur ce "jolie". :D
Ce système est toujours là, ce sexisme est toujours là. Nous sommes en plein dedans. S'ils n'existaient plus, il n'y aurait pas de réactions négatives envers les rondes, les grosses.

Pour moi, l’intention de rabaisser la femme, de ne pas la respecter telle qu'elle est, de vouloir la faire plier pour qu'elle soit conforme à une image désignée, cette intention là est une insulte qu'on lui fait, qu'on nous fait, qu'on me fait. Et dans "ce" grosse, elle y est.
Rajoute tous les messages négatifs sur les gros et grosses… Ca pèse son poids. :D

(J'ai modifié plein de fois le texte, je lis, je corrige, je rajoute. Je suis fatiguée en ce moment. Quel sujet inspirant :D Passez un bon week end).

Dernière modif par le 12j; modifié 8 fois
P
50 ans 2889
Anne a écrit:
Quel est votre sentiment quand vous entendez ou lisez le mot grosse.

N'étant ni femme ni gros, je ne suis pas concerné au niveau du ressenti, mais pourquoi aurait-on besoin d'aller dire à une femme qui n'est pas mince qu'elle est grosse ? Si on doit évoquer une personne dans une discussion, il y a bien d'autres attraits que sa corpulence pour faire comprendre à son interlocuteur que c'est d'elle qu'on parle.

Après tout ça est très relatif. Le terme "ronde" définit à mon sens une femme non mince. Elle peut être enrobée, potelée, grassouillette, chubby, forte, charpentée, grosse, obèse.......... Chacun voit midi à sa porte mais il est évident que définir par grosse une chubby ou une obèse n'aura certainement pas les mêmes répercussions. Et d'ailleurs on le définit sur quel barème ? Faustine83 se décrit comme grosse voire obèse, mais c'est pas l'impression qu'elle donne sur les photos de son blog.
36 ans Sous les pins!!! 7625
J'utilise le terme obèse car c'est un terme médicale avec une définition bien claire. Médicalement parlant je suis obèse.
P
50 ans 2889
D'accord mais si tu parles du terme médical selon le poids, c'est impossible à définir en visuel puisqu'il arrive souvent qu'un volume ne soit pas en adéquation avec une masse, comme on l'imaginerait.
36 ans Sous les pins!!! 7625
Oui ça on est d'accord le visuel peut ne pas correspondre a l'idée que l'on se fait d'un poids
L
41 ans 71
Prax a écrit:
Anne a écrit:
Quel est votre sentiment quand vous entendez ou lisez le mot grosse.

N'étant ni femme ni gros, je ne suis pas concerné au niveau du ressenti, mais pourquoi aurait-on besoin d'aller dire à une femme qui n'est pas mince qu'elle est grosse ? Si on doit évoquer une personne dans une discussion, il y a bien d'autres attraits que sa corpulence pour faire comprendre à son interlocuteur que c'est d'elle qu'on parle.


Hey, Prax ! Si tu parles de besoin, comme un besoin vraiment ressenti, c'est peut-être tenter de gagner confiance en soi en rabaissant la grosse qui ne correspond pas à l'image qui est désignée comme modèle, tu vois ? "Je l'enfonce pour me sentir plus...". C'est assez pourri comme procédé et cela montre à quel point celui ou celle qui le fait est faible.
Après, je ne sais pas si la notion de "besoin" est toujours là. Peut-être que d'autres veulent se rassurer : en se comportant ainsi, en pensant ainsi, ils font "bien" partie de la société, ils adoptent son discours parce qu'ils ne veulent pas se sentir rejeté par elle.
D'autres le disent sans même réfléchir tellement c'est ancré en eux, qu'ils/elles ont suivi sans réfléchir, qu'ils/elles sont persuadés de leur bon droit, tellement il leur paraît normal de parler physique en parlant de femme, tellement il leur paraît normal de porter des jugements sur son corps et donc de la déposséder, ce qui est totalement irrespectueux (qu'on soit mince ou grosse), comme si c'était normal de donner son avis, son assentiment ou sa désapprobation sur le corps d'une femme. Bah, non, ce n'est pas normal, c'est grossier et irrespectueux.
Il est évident qu'on ne dira pas à une personne mince qu'elle l'est, ou si on le dit, il n'y aura pas ce mépris, ce reproche en plus puisqu'elle correspond à l'image que l'on attend d'elle.
Bref, finalement, cela parle d'eux-même, de leur intelligence, de leur rapport aux femmes...

Tu parlais d'évoquer une personne dans une discussion. Par ex. regarde, dit d'un ton neutre :
- Qui est le grand Monsieur avec qui tu parlais il y a deux minutes ? - Ah le Monsieur là-bas ? C'est mon nouveau voisin.
- Qui est la grosse Dame avec qui tu parlais il y a deux minutes ? - C'est ma nouvelle voisine.
Cela s'arrête là. On ne s'étend pas sur la grandeur du Monsieur ou la grosseur de la Dame.
Quand c'est dit d'un neutre mais ça passe sans problème, Prax. Tout est dans le ton.
Là ça passe tranquille sans problème.

Cependant bien souvent le ton véhicule tellement de négatif, de mépris, quand le mot "grosse" est prononcé. Dans ce cas, comment pourrait-on le voir flatteur ? Il est empreint de mépris, de reproche, de... parce que la grosse ne correspond pas à l'image de la femme avec les mots qui s'y rapportent : minceur, finesse, délicatesse, gracilité, fragilité, faiblesse,... Elle dérange, elle remet en cause, elle occupe plus d'"espace" que celui qui est déjà attribué à la Femme; espace qui est plus petit que celui attribué à l'Homme, espace moins important que celui attribué à l'Homme.
Comme l'a dit Reinette, le mot grosse pour l'Homme est valorisé, valorisant, flatteur, important, important, tu vois (grosse kékette, grosse voiture, grosse tête, grosse pointure, grosse fortune par ex.) Chez la Femme, c'est tout l'inverse. Dingue, hein ?

(Tu as raison complètement raison concernant l'obésité. Ca ne veut rien dire visuellement. Je le dis parce que cela fait partie de qui je suis aussi. Quand le doc remplaçant m'a déclaré "obèse", il avait ce ton accusateur et ce mépris. Est-ce qu'il a annoncé d'autres états à d'autres patients sur le même ton ? Imagine un cancer ou le Sida ? Je me suis posée la question longtemps après.)

Dernière modif par le 12j; modifié 1 fois
B I U


Discussions liées