MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Histoire dont on est les heros V ! La suite !

37 ans Puerto Bananas 1739
Bon allez, la suite de nos histoires patriotiques !

Episode VI : Ou nos heroines remettent a leur place les vilains du second district !

...........................................................................................................


 
style="font-size: 18px; line-height: normal">Je sortis donc une semaine plus tard, riche d’une connaissance nouvelle et d’une volonté de fer ! J’étais décidée a passer a l’action ! Carmine et Daylightdies étaient la pour m’accueillir, et m’avaient apporte un nouvel uniforme. Elles avaient toujours le genre de petites attentions qui faisaient que nous étions le trio plus uni de la police chinoise. Notre chef n'avait pas pu venir, et on m'expliqua qu'elle remplissait toujours les rapports de mes debordements pour l'administration. Elles m’avaient également emmené une autre surprise. Le camarade collaborateur Beckenbauer ! Je n’étais pas préparée psychologiquement a le revoir si vite, et je suis restée coite (Façon de parler et Daylightdies eut la présence d’esprit de me refermer la bouche).


Cette première entrevue, qui avait pourtant si bien commence, s’avéra ca-ta-strophique ...
Je ne savais quoi lui dire -bien que j’eusse ressasse les dialogues du MAGAZINE pendant toute la durée de mon emprisonnement. Nous marchions le long de l’avenue YangJian, ou se dressait une construction tout en marbre et vitraux, la nouvelle Résidence Populaire Nationale pour le Peuple Chinois, réservée a l’Élite émérite du Parti. Carmine vint a mon secours, avec son tact habituel qui en faisait une spécialiste de l’interrogatoire :



- Notre camarade Mouton nous a longuement parle de vous !

Le camarade collaborateur se tourna vers moi, et l’inévitable se produisit, je le vis, je rougis, je palis ! Pour quelle genre de femme allait il me prendre ? Vite je devais dire quelque chose :

- Non mais Car…

- Durant tout son séjour en prison, elle n’a cesse de penser a une chose !

- Carmine, je…

- Elle aimerait faire plus ample connaissance !

- Enfin Carmine tu…

- Elle nous a fait part de son idée et nous avons donc organise un petit dîner en votre honneur !

- Daylight dikekekchose…!!

- Ce soir !! A dix sept heures tapantes, nous vous attendrons chez la camarade Tigroutte, nous pourrons ainsi causer des choses de l’occident,
conclut-elle.


Carmine arrêta enfin son débit diabolique ; je devais dire quelque chose pour me défendre de telles intentions indignes d’une pure jeune fille, quelque chose de spirituel, quelque chose… ! Mais rien ne me venait a l’esprit. Je perdais pied !
La ou mon imagination, ma culture, mon courage restèrent impuissants, un regard du camarade collaborateur suffit.

- Vous avez pense a moi Camarade Fraulein ?

Quand je me retournais pour lui répondre, il avait dans les yeux une lueur de fierté fort humiliante pour mon ego (bien que tout sentiment individualiste fut indigne d’un bon élément de la nation). Il semblait réjoui de mon malaise ; cette impertinence me déplut profondément. Comment un homme qui n’était meme pas chinois osait il me regarder de la sorte ?
Je rétorquais :

- Oui camarade, je m’intéresse beaucoup a vous !


Carmine, surprise de ma réaction enflammée, m’encouragea néanmoins du regard. Le camarade avait toujours cette lueur d’amusement détestable, et que les tigres de l’enfer me déchirent de leurs dents pointues et mal brossées si je n’arrivais pas a l’éteindre !


- Je m’intéresse en effet a toutes ces irrégularités dans votre situation !


- Mais de quoi parlez vous, camarade Fraulein ?

- Vos vêtements non réglementaires font scandale, non content d’être étranger, vous provoquez !
et a ma grande satisfaction, il commença a changer de figure. L’incrédulité se peignit sur ses traits.

- Je pense que vous oubliez qui nous sommes, nous sommes au service de la nation, et nous ne pouvons pas tolérer de tels débordements !

- Je pense que VOUS oubliez qui je suis…

- Camarade collaborateur, je ne sais pas comment les choses se passent dans votre pays, mais ici, nous sommes tous égaux devant le parti. Et nous ne nous laissons pas impressionner !


A ce stade, j’étais enragée et rien n’aurait pu me faire reculer. Quand ma motivation pour la justice faiblissait, je n’avais qu’a penser a la façon indigne qu’il avait eu de lécher les mains de Daylight, Tigroutte et Carmine pour retrouver toute ma verve. Surtout que le mécréant ne s’avouait pas vaincu, et il me regardait goguenard :

- Et que comptez vous faire, chère camarade représentante de l’ordre ?

Cette hostilité me brisait le coeur, mais, Diable, n’avait il pas commencé ?

- Nous allons éclaircir ces histories de propriété privée, camarade collaborateur, pendant que vous attendrez les résultats de notre enquête en cellule !



...........................................................................................................




Et c’est ainsi que le camarade collaborateur se retrouva enfermé dans cette meme cellule ou j’avais passé la semaine précédente. Nous nous retrouvâmes quant a nous sur le parvis de la prison. Daylight et Carmine me regardaient effarées. J’étais ...effondrée. Qu’allais je faire a présent ?


Carmine, philosophe, me tendit une bouteille de Zhongguo Jingjiu –dont le taux d’alcool est toujours inversement proportionnel a son prix- :

Nous restâmes silencieuses un moment, en se contentant de faire passer notre bouteille. Plus je buvais, moins je pouvais retenir la vague d’auto-apitoiement que je sentais monter. Mon destin et peut être meme ma carrière ...

- Ne pleure pas Mouton !

- Je ne pleure pas Daylight… je…. je…
Incapable de finir ma phrase, je bus quelques bonnes gorgées d’alcool.

- Il ne faut pas se lamenter sur le bol de soupe renversé. Écoute, je pense que le camarade collaborateur aura oublie cette histoire… dans... dans... pas très longtemps ! hic ! Dix ans, disons. Carmine était toujours aussi philosophe. Elle but une rasade.

- Et puis la, vu qu’il doit probablement ressentir une haine inextinguible a ton endroit, pour un peu plus ou un peu moins… rajouta Daylight. Passez moi la bouteille ... hic ! Faut qu’on t’parle Mouton !


- Ouais, ... youhou, qu’est qu’il a le sol ??... tu dois savoir que les camarades rivaux du second district sont venus nous naaaarguer avec leurs nouveaux doubles vélocipèdes. (gloup glooup). Viiiiiiiiii, des dououououbles vélocipèdes ! Hips ! Et si nous empruntions la voiture du cam’rade collabor’teur Beckenbauer, tant qu’cuici est en prison ?

- Après tout, nous sommes les Forces de l’Ordre, nan ? On na le droit !Hips ! Hic !



..........................................................................................................




Nous arrivâmes devant son automobile. Je me laissais guider, incapable de réfléchir et de prendre une quelconque décision. Sans doute la tristesse sans fond que je ressentais au fond de mon coeur ! Je tentais de marcher droit, ce qui me coûtait déjà bien des efforts.


- Il ne subsiste qu’un problème, fit remarquer Daylight. La couleur de cette voiture ! Elle est noire ! Regardez moi ça !! Elle cogna violemment sur la carrosserie, ce qui fit un petit cratère. Carmine éclata d’un rire bon enfant, très communicatif.

- Tu es très observatrice, Daylight ! Hips !

- Si nous voulons la faire passer pour une voiture officielle, nous devons la repeindre dans une couleur plus réglementaire ! hic !

Carmine fonça au commissariat, signer tous les bons nécessaires pour retirer les pots, et nous nous mimes a peindre, dans la sororité et la joie retrouvée. Quand tout fut terminé, Daylight y rajouta une glorieuse étoile jaune pour parachever notre oeuvre et nous partîmes cahin-caha (car aucune de nous ne savait conduire un tel vehicule !). De plus nous zig-zagions dans tous les sens ; il n’y avait bien que les piétons et les vélos pour ne pas partager notre hilarité. Ils ne s’avaient pas s’amuser !

Les six tours du commissariat du second district nous occupèrent bien pendant deux heures. Ce diable de vehicule occidental ne voulait pas rouler sans s’arrêter toutes les minutes ! Nos camarades rivaux s’assemblèrent tous pour nous voir passer, et nous vîmes sur leur visage la douleur la plus intense. Notre triomphe était complet !


Je ressentais une telle joie et un tel amour pour l’humanité toute entière que je décidais de pardonner ses crimes au camarade collaborateur -crimes que j’avais d’ailleurs oubliés a ce stade de l’ivresse- et j’allais le sortir de prison. Il me fit d’abord une mine fort peu avenante, mais quand il vit sa voiture, il oublia ses griefs a mon endroit, et je l’accompagnai dans ma grande générosité porter plainte contre les « p....... d’e....... de vandales de m....... qui ont n..... ma voiture ! »



Une fois que la plainte fut déposée, il semblait toujours énervé, alors je réitérais cette invitation a dîner qu’il accepta cette fois ci en toute modestie.



...........................................................................................................



Mais une autre mauvaise surprise nous attendait. Le lendemain, a peine entrées dans le bureau de la camarade Tigroutte, celle ci nous jeta un regard noir :

- Daylight, vous qui êtes le cerveau de la bande d’ahuries que je vois en face de moi, expliquez moi donc CECI, dit elle en nous tendant une dépêche, ou nous pûmes lire :

« Mais que fait la police populaire ? Hier soir, nous avons pu assister a un spectacle des plus dégradants. Au mépris de nos valeurs révolutionnaires les plus sacrées, les policiers du second district se sont offert une automobile privée aux frais du contri-esclavageable chinois ! Alors mémé que l’enquête de première importance sur l’infiltration des diables occidentaux qui leur a été confiée n’avance pas, ceux ci, oubliant l’intérêt commun, manifestent des signes pernicieux d'un mode de vie bourgeois décadent. Le ver est dans le fruit, camarades ! Ne laissons pas la pomme rouge de la nation être dévorée par ces indignes vermisseaux.

Signe Camarade FangFang, au service de la Nation »




- Mais qu’est ce que c’est que ce torchon infâme !

- C’est le journal de l’Opposition....

- Le quoi ??

- Dans les pays étrangers, le journal de l’opposition est la voix qui conteste les décisions abusives des gouvernements et dénonce les malversations,
précisa Daylight.

- Mais quel besoin avons de ça en Chine ?


- Tu as raison Carmine, nos camarades leaders sont justes et bons et leurs décisions irréprochables; et d’ailleurs, ces papiers subversif sans fondement ont été tous interdits l’année dernière.


- Et pourquoi cette espece d'integriste journaleuse est elle encore en liberte ?

- Je suppose qu'elle a toujours sa carte du parti...

- Ah dans ce cas, son devouement patriotique est admirable !


Emportees comme nous l'etions, nous ne primes pas garde que notre chef commencait a fukminer, ce qui n'etait jamais bon signe...

- SILENCE !! Et Laissez moi finir ! Il s’agit du Journal de l’Opposition aux Ennemis du Régime. Une des plus prestigieuses publications de notre pays. Ce que vous sauriez si vous lisiez.

- Je le savais chef !

Nous jetâmes un regard noir a Daylight pour cette compromission avec le pouvoir.

- Quoi qu’il en soit, il va vous falloir avancer, cette camarade mais néanmoins chieuse FangFang ne m’a pas l’air commode !

- Oui, arretons la sur le champs !

- Vous etes sourdes !! Daylight, je m'adresse a vous qui avez le cerveau pour trois, cette camarade semble prete a ruiner notre honeur et notre reputation !

- Je ne vois pas le probleme, me murmura Carmine a l'oreille,
nous n'avons ni l'un ni l'autre.
37 ans Puerto Bananas 1739
euh j'ai oublie :

Episode VII : Ou je ne sais pas trop bien ce qui se passe mais ou on aura encoore des problemes !
50 ans Out of Africa... 4355
Moutonoir a écrit:
Ouais lapsus, je devais sans doute penser a toi. :oops:


PERSONNE NE M'AIME... OUIIIIINNNNN JE LE SAVAIS.... :cry:

Sinon, je ne suis pas psy, quoique ca me plairait bien, mais il faudrait d'abord que je règle mes propres problèmes. En fait mon rêve c'était d'être vétérinaire, mais les maths et moi, on n'a jamais été copain (problème de lecture des chiffres, dysmorphie ou quelque chose du genre !), j'ai été comme qui dirait "recalée"...J'ai aussi essayé d'être musicienne mais la clé de ut et moi, pas copain non plus = "recalée" et merde tiens....
Sinon, disons que j'ai gâché pas mal d'années avec mon mal être alors si ma petite expérience peut être d'un quelconque secours à quelqu'un, ca serait bien (au moins je serai utile à quelque chose...) :angel:
Bises
35 ans Montreal (la ou qu'i fait chaud maintenant et que les gens i ont un accent marrant) 1067
He Mouton?!? Y'a une couille ou quoi?!?

Tu t'es foutue sur la gueule avec les GA?(gentils administrateurs)

T'as plus que 87 messages et ton avatar fait la gueule (de bois,remarque peut-etre mais il a plutot l'air furax)
36 ans 69 4262
J'ai a-do-ré cet épisode....Super drôle! Ca me detend pour demain!!! Mais j'ai prevu une escapade alccolique avec une copine soit pour feter ma réussite soit pour arroser ma defaite.....
35 ans Montreal (la ou qu'i fait chaud maintenant et que les gens i ont un accent marrant) 1067
Mais au fait, trop flattee d'etre apparue dans l'histoire, que dis-je, l'epope.
35 ans Montreal (la ou qu'i fait chaud maintenant et que les gens i ont un accent marrant) 1067
Mais c'ki ch'uis con!!!

C'est pas ton nombre de messages qui a diminue Yanghei, c'est ton age qui a augmente subitement.
Qu'est-ce qui s'est passe?
T'as fait un voyage dans l'espace dans une zone de l'espace ou le temps ne s'ecoule pas a la meme vitesse qu'ici?
37 ans Puerto Bananas 1739
Presque mon enfant presque.
Je trouve que l'age venerable de 87 ans me donne une aura de respectabilite et de sagesse que je n'avais pas a 23 ans.

En plus quand vous me trouverez debile, je pourrai toujours mettre ca sur le dos de la senilite. ;)
37 ans Puerto Bananas 1739
carmine a écrit:
J'ai a-do-ré cet épisode....Super drôle! Ca me detend pour demain!!! Mais j'ai prevu une escapade alccolique avec une copine soit pour feter ma réussite soit pour arroser ma defaite.....


Selon les lois de l'espace temps, ma journee du mardi commence avant la tienne.
Je te souhaite une grosse m.... bien puante pour tes exams !
Des que c'est fini reviens vite nous en parler !
38 ans paris 3592
surtout que c mardi, aujourd'hui, quoi??? bon couraaaaage carminette!!!

merci pour tes épisodes pleins de rebondissements, moutonnette!! c trop trop trop bien!! je crois que je vais le faire lire à d'autres gens, lol c trop marrant!
M
35 ans 3727
DaylightDies a écrit:
surtout que c mardi, aujourd'hui, quoi??? bon couraaaaage carminette!!!

merci pour tes épisodes pleins de rebondissements, moutonnette!! c trop trop trop bien!! je crois que je vais le faire lire à d'autres gens, lol c trop marrant!


J'espère que j'arrive po tro tard... Carmy, j'te souhaite une bonne gorsse BIIIIIIIIIIP
B I U