MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Adoption, l'autre cote

67 ans 3528
J'ai beaucoup hesite avant de poster ce sujet, peut etre parce qu'il touche a des experiences que j'ai encore du mal a accepter. Malgre tout, comme certaines d'entre vous envisagent  
d'adopter (et comme je vous aime beaucoup, a VLR) j'ai decide de me lancer pour vous faire part de mon experience.

Je vis en Chine depuis plus de deux ans, dont un an et demi en travail a temps plein dans une ONG prenant en charge des orphelins deficients visuels. J'y etais, entre autre, responsable des liens et informations pour l'adoption.

Durant cette periode, et aujourd'hui encore, j'ai ete en contact avec de nombreuses autres organisations travaillant aupres des orphelins et j'ai pu visiter de nombreuses structures a travers la Chine, qu'elles soient d'Etat ou privees.

J'ai donc vecu au quotidien avec ces enfants, leurs histoires que l'ont decouvrait peu a peu, les regulations qui changent, les choses que l'ont decouvre avec le temps. Je pense que le but de mon post est surtout de faire prendre conscience au parents desirant se tourner vers l'adoption internationale que les enfants qui leur seront confies, meme tres jeunes, ont deja une histoire tres lourde. J'ai ete temoin "d'adoptions ratees", d'enfants qui, meme places en familles d'accueil des leur plus jeune age, dans leur propre region, n'ont jamais pu developper des liens d'attachement sains...

Je suis arrivee en Chine avec une vision formidable de l'adoption "tous ces enfants qui ont besoin d'amour"... aujourd'hui je reviens de cette vision. je ne suis pas contre l'adoption internationale, mais comme le dit la convention de La Haye, je pense qu'elle doit rester un dernier recours, pour le bien de l'enfant. Pas une facon pour les pays riches de se procurer des enfants... ce qui est malheureusement trop souvent le cas.

J'espere ne pas avoir ete trop longue ou confuse. Je pense que je pourrai surement mieux m'exprimer suite a vos reponses, commentaires ou questions (si vous en avez)
S
31 ans 1093
J'ai une question qui est plus sur ta fonction.
Quelles etudes as-tu fait pour arriver a ce poste ?

Toi personnellement après cette experience, adopterais tu quand meme a l'etranger ?
67 ans 3528
J'avais fait des etudes type ecole de commerce et c'est d'abord dans ce cadre la que je me suis rendue en Chine, visitant des enfants dans des orphelinats le week end. Cette experience bouleversante m'a poussee a m'engager comme volontaire a temps plein dans une ONG d'une autre region chinoise, qui m'a ensuite embauchee.

Citation:
Toi personnellement après cette experience, adopterais tu quand meme a l'etranger ?


Non, apres cette experience j'ai decide de ne pas adopter a l'etranger. Sauf dans une seule situation: celle ou je vivrai toujours dans le pays de l'enfant. Comme je compte m'installer a l'etranger (dans un autre pays que la Chine) il est possible que j'envisage un jour d'adopter un enfant de ce pays... mais c'est loin d'etre sur. De maniere generale je prefere desormais soutenir des organisations locales... mais surtout soutenir les familles et leur accompagnement pour eviter les abandons...
106 ans Bretagne 1920
mamisha a écrit:

je ne suis pas contre l'adoption internationale, mais comme le dit la convention de La Haye, je pense qu'elle doit rester un dernier recours, pour le bien de l'enfant. Pas une facon pour les pays riches de se procurer des enfants... ce qui est malheureusement trop souvent le cas.


Tout à fait d'accord avec toi. Je pense aussi que l'adoption internationale devrait être un recours extrême.

Je repense à un reportage assez ancien sur un petit garçon sud-américain qui était "parrainé" par une association. Au lieu d'être obligé de travailler pour subvenir aux besoins de sa famille (son père était décédé et il n'avait que sa mère qui devait s'occuper de plusieurs petits frères et petites soeurs), l'association versait une petite somme tous les mois qui permettait aux enfants d'être scolarisés et de manger à leur faim. Sans l'aide de l'association, les plus petits auraient été abandonnés par leur mère pour être adoptés à l'étranger et l'aîné aurait du continuer à travailler sans pouvoir faire les études dont il rêvait. Peut-être que certaines d'entre vous ont vu ce reportage, c'était très touchant. N'est-ce pas la meilleure façon d'aider ces enfants ? Ils restent au sein de leur famille, dans leur pays, ne sont pas coupés de leurs origines.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Ce qui JE pense, donc avis personnel, pousse les familles a adopter a l'etranger n'est pas forcement l'etranger en lui meme mais la plus grande "facilité" d'adoptio. Je m'explique.


IL ne faut pas se leurrer. Très rare sont les couples qui decident d'adopter du jour au lendemain. Rien que le fait de vouloir adopter se trouve souvent suite a des années de difficultés physiques et morales, car la majorité essaye d'abord d'avoir un enfant de facon naturel.

ENsuite il faut se sentir capable d'adopter; ce qui semble evident lors d'un desir d'enfant non resolu mais pas evident. Certains n'iront jamais jusque la.
Cela entraine du temps en plus de le decider en couple.

Ensuite, on passe aux demarches et aux examens divers et variés qui vont de votre santé physique a celle de votre tete ou de votre porte monnaie (ben oui ne demande pas tout ca aux gamines de 16 ans qui ne prennent pas la pillule...)
Cela mets plusieurs mois voir années.


L'envie d'enfant elle est toujours la, mise a rude epreuve, le couple et le moral aussi durant ces années.


Puis quand l'autorisation est la on se rend compte que cela ira plus vite en allant a l'etranger qu'en france.

C'est peut etre aussi aux services sociaux francais de moins laisser trainer les enfants en orphelinat ou famille seuleument d'accueil provisoire et meme parfois d'essayer de laisser un lien avec les parents naturels qui n'existe plus depuis longtemps mais ca c'est un autre sujet...


ALors je comprend ce que tu as vu mais je ne blame pas les parents qui ont ce desire à la fois egoiste mais aussi genereux de se tourner vers l'etranger.
105 ans 6176
Marjolaine29 a écrit:
N'est-ce pas la meilleure façon d'aider ces enfants ? Ils restent au sein de leur famille, dans leur pays, ne sont pas coupés de leurs origines.


à mon sens, on frôle le hors sujet là car l'adoption ne se limite pas a fournir de quoi de nourrir blanchir et scolariser un enfant qu'il soit d'ici ou d'ailleurs. Si ça se limitait à jouer les "portefeuilles sur pattes", effectivement un simple virement mensuel suffirait.

Mais voilà pour la grande majorité des couples adoptants, Ce long et douloureux parcours de l'adoption, ils le font pour donner une famille à des enfants qui n'en ont plus, donner leurs valeurs à des enfant qui ,adultes, pourront ainsi devenir des Hommes capables de se construire un avenir meilleur et de fonder à leur tour leur famille; c'est un véritable geste d'amour ,ce qui est bien différent d'une simple aide à distance en vue du financement d'un orphelinat.

Je rejoins Boubou sur ce qu'elle a dit: Les couples adoptants mettent des années avant de pouvoir adopter: ça n'a rien d'un décision prise sur un coup de tête. On n'adopte pas un enfant comme on adopte un chien à la SPA, ne croyez pas ça. C'est un acte mûrement pensé, réfléchi que les fonctionnaires de l'ASE et autres psy, se sont chargés de décortiquer durant presque qu'un an, à coup de questions intimes que même votre concubin n'oserait pas vous poser. Et effectivement une fois acquis cette "autorisation à être parents",c'est pour s'entendre dire qu'il n'y a que d'infimes chances pour que l'ASE vous attribue un petit français .En clair, l'administration française vous pousse à l'adoption internationale car pour beaucoup de couples ayant obtenu de "p..." d'agrément" ,l'adoption en France restera fermé pour d'obscures raisons qui n'appartiennent qu'à l'administration( couple trop âgé, célibataire,etc...). Pour ceux qui auraient quelques chances de voir le projet aboutir en France, peu ont le courage de tenter leur chance de peur de ne pas se voir attribuer d'enfant dans les 5 ans de validité de l'agrément et prendre ainsi le risque de devoir recommencer toute la procédure.

j'espère rassurer ceux qui s'inquiéteraient pour les couples se tournant vers l'adoption internationale: oui ils savent que ces enfants ont un lourd passé et sont prêts a bien d'autres sacrifices encore pour aider leur "enfant" a s'approprier sa nouvelle vie. Sachez également que les couples qui en arrivent là,en majorité, ont également un lourd passé ( hé oui,tout le monde ne s'appelle pas Angélina Jolie ou Madonna ).
106 ans Bretagne 1920
trisss a écrit:
Marjolaine29 a écrit:
N'est-ce pas la meilleure façon d'aider ces enfants ? Ils restent au sein de leur famille, dans leur pays, ne sont pas coupés de leurs origines.


à mon sens, on frôle le hors sujet là


Ah bon...
Il ne s'agissait pas dans mon propos de mettre en accusation les candidats à l'adoption, je voulais juste faire remarquer que l'adoption n'est pas forcément la meilleure solution pour un bon nombre d'enfants.

Et je ne pense pas que l'on adopte un enfant comme on prend un chien à la SPA, je te remercie de l'avoir precisé, au cas où j'aurai pu faire un quelconque parallèle :roll:
67 ans 3528
Plusieurs choses que j'aimerai repondre. Tout d'abord pour en revenir a la situation des parents qui desirent adopter. Oui, c'est difficile, oui, il est injuste que certains ne puissent pas avoir d'enfants naturels, c'est un parcours du combattant, une epreuve difficile etc. Est-ce que les epreuves qu'ils traversent leur font se rendre compte de la situation de l'enfant? Est-ce que, parce que les demarches d'adoptions sont difficiles, l'adoption est forcement la meilleure solution pour l'enfant ?? Absolument pas! Nous parlons ici de "l'autre cote" celui des enfants. Il est peut etre difficile a accepter pour des parents desirant adopter d'entendre que les enfants adoptables seraient surement plus heureux dans leur pays... je peux le concevoir. et mon but n'est pas ici de stigmatiser les pretendants a l'adoption. Juste d'engager le debat sur celui dont on parle tant mais qui est, au final, tellement ignore: l'enfant.

J'aimerai aussi me revolter contre cette idee de "generosite" a adopter a l'etranger. L'adoption n'est pas un acte humanitaire. Un acte humanitaire est justement d'aider ces enfants a vivre dans de bonnes conditions dans leur pays, et a leur eviter, si possible, d'etre abandonnes.

Je reviens par la meme occasion la dessus, car s'occuper d'un enfant dans son pays ne s'arrete pas toujours a le "nourrir, le blanchir et le scolariser". Les abandons par manque d'amour sont extremement rares. L'abandon est en grande majorite une reponse a un probleme financier. Combien d'enfants handicapes ont ete abandonnes a la porte d'institutions avec des objets ou signes distinctifs, la famille venant les rechercher une fois les enfants operes, quand l'operation est possible? Combien de mere en pleur qui se resignent a laisser leur bebe? Pas par manque d'amour... par manque d'argent. Et oui, je comprends ces enfants qui, une fois adultes, reprochent a leurs parents de les avoir "achetes" au lieu de les avoir aides a rester avec leur famille.

De meme, il existe, en parallele des orphelinats "atroces" dont nous avons tous entendus parler et que j'ai eu le malheur de connaitre, des initiatives d'etat ou d'ONG qui offrent aux enfants beaucoup plus que le gite et le couvert: de l'amour. De familles d'accueil locales, de nounous devouees...

Il faut savoir que l'adoption rapporte beaucoup d'argent aux etats. En Chine, l'agence d'adoption collecte une somme d'un minimum de 4000 dollars a donner a l'orphelinat d'origine de l'enfant. Les enfants de plus de 6 ans doivent donner leur accord avant que leur dossier soit presentable a l'adoption. Combien d'enfants heureux dans leur famille d'accueil ou dans une structure bien formee ont ete "pousses" a accepter d'etre adopter?...

Nous parlons ici d'amour... L'amour de ces enfants serait de reellement penser a LEUR bien etre. Non, "avoir" son enfant n'est pas pareil que de soutenir une organisation. Mais les solutions sont possibles, avec des moyens, pour rendre des enfants heureux. L'argument selon lequel l'adoption "aide" l'enfant... je n'y crois pas. C'est refuser d'envisager d'autres solutions. Je trouve important que des parents desirant adopter soient conscients de cet etat de fait, et surtout que l'on sorte enfin de nos esprits cette idee que l'enfant devrait etre "reconnaissant" d'avoir ete adopte...
S
31 ans 1093
C'est vraiment interessant ce que tu dis mamisha, c'est un discours que l'on entends peur parcequ'ici le droit a la parentalité a tout prix prime sur beaucoup de choses.

Peut etre aussi que ce que tu evoque est le fait des adoptions en asie. J'ai une amie qui a longtemps travaillé a retablir le droit a l'adoption dans un pays africain (je ne me souvient plus lequel) elle a elle meme adopté un enfants la bas alors que mere de deux enfants en france. Elle a bien sur beaucoup de reserve sur l'adoption qui est un acte delicat surtout face aux problemes de culture mais elle pense que c'est quand meme une bonne chose face a la misere des orphelinats.

C'est aussi important de souligner que la pluspart du temps c'est faute d'argent et pas d'amour que ces enfants sont abandonés, d'ou la notion "d'achat" de parentalité.
105 ans 6176
mamisha a écrit:
...et surtout que l'on sorte enfin de nos esprits cette idee que l'enfant devrait etre "reconnaissant" d'avoir ete adopte...


c'est l'idée que tu as des parents adoptants? :shock:

Je trouve cela particulièrement blessant pour les gens qui envisagent une possible adoption en France ou à l'étranger que tu puisses leurs prêter des idées pareilles (tout comme d'associer "l'adoption" à "acte humanitaire"). C'est très loin de reflêter la mentalité des parents adoptants que je connais.Quand a dire que leurs enfants seraient mieux là bas dans un orphelinat qu'ici, pour ceux que je connais,je ne suis pas certaine qu'ils seraient d'accord avec toi.

Finalement, tu ne veux pas stimagtiser les prétendants à l'adoption mais de part les idées comme celles ci dessus que tu véhicules, c'est exactement ce que tu fais.
67 ans 3528
trisss a écrit:
mamisha a écrit:
...et surtout que l'on sorte enfin de nos esprits cette idee que l'enfant devrait etre "reconnaissant" d'avoir ete adopte...


c'est l'idée que tu as des parents adoptants? :shock:


note bien que j'ai ecris "de nos esprits" cette phrase ne s'adresse donc pas au parents adoptants en tant que tel mais a tout un chacun. Dans l'esprit de la plupart des gens, l'adoption internationale, outre resoudre un desir d'enfants, est un "service" rendu aux enfants. En gros, comme tu le sous-entend toi meme "il vaut mieux qu'ils soient adoptes plutot qu'ils restent dans leurs orphelinats".

Et c'est la le but principal de mon post: montrer que, dans des structures adaptees, les enfants ne sont pas forcement plus malheureux en orphelinat et que l'adoption, qui n'est jamais une "reparation", s'avere souvent etre un traumatisme de plus pour ces enfants deja blesses par la vie.
30 ans Charleville-Mézières 1453
J'ai un peu de mal à comprendre cette idée de "l'enfant sera mieux dans son pays"...

Je veux dire : qu'on oeuvre pour éviter les abandons afin que l'enfant reste dans sa famille, ne soit pas abandonné faute de moyen, ça je comprends.
Cependant, si la famille décidait deux jours après de changer de pays, ça ne poserait de problèmes à personne, si ? Donc je ne vois pas en quoi c'est mieux que l'enfant reste dans "son" pays. Pourvu qu'on le laisse développer toute sa curiosité par rapport au pays/à la langue, qu'on n'essaie pas de lui cacher ses origines, vraiment je ne vois pas le problème. Honnêtement, naturellement on a pas de "son pays"... Pendant les 9 mois de grossesse, je t'accorde que l'enfant a baigné dans cette culture, ainsi que pendant le temps qui précède son adoption mais c'est mince par rapport à toute une vie ? De plus, les deux cultures ne devraient pas à mon sens être considérée comme antagonistes, elles peuvent cohabiter !

L'adoption est sans doute un traumatisme, pas tant à cause du changement de pays qu'à cause du changement de vie, quel qu'il soit (et c'est bien pour ça qu'il est si important que la famille d'adoption soit stable, que l'enfant comme les parents puissent être suivis, etc.). Mais honnêtement, j'ignore combien d'enfants souhaiteraient rester à l'orphelinat plutôt que d'être adoptés, et je ne crois pas qu'il y ait de statistiques sur le sujet. A 18 ans (ou autre majorité), quand on ne pourra plus, brutalement, les accueillir à l'orphelinat en raison de leur âge, ils vivront un traumatisme aussi.

Bien sûr que dans l'idéal les enfants resteraient dans leur famille où ils seraient aimés et choyés (et ne vivraient pas de traumatisme, on leur souhaite bien que ce soit totalement utopique). Bien sûr que dans l'idéal l'adoption n'aurait pas à exister. Bien sûr que l'adoption est un acte à la "base" égoïste, puisqu'il vient du désir d'enfant de la part des parents, mais pas plus que celui de décider d'arrêter sa contraception ! Mais franchement, à part cas exceptionnel - et il y en a un dans ma famille - je pense que les adoptants ont conscience de ça ! Qu'ils ne voient pas ça ni comme un caprice, ni comme la BA de l'année.

Je suis ravie par contre de lire que les orphelinats - certains en tout cas - accueillent les enfants avec amour et soin.

Je tiens à m'excuser pour le manque de construction de mon post.
67 ans 3528
Merci, Lodie pour ta participation. Je tiens a preciser quand meme qu'il est tres rare qu'un enfant soit abandonne a la naissance (deja) et adopte immediatement (ensuite). Souvent, comme je l'expliquais, l'abandon est une consequence d'un manque de moyens financiers pour faire face soit a la vie quotidienne soit aux soins que requierent des enfants, par exemple handicapes. Il peut donc se produire dans les premieres annees de vie de l'enfant (en general jusqu'a deux ans, mais j'ai vu des enfants etre abandonnes a 6 ou 8 ans...).

Le traumatisme de l'adoption ne tient pas donc tant au fait de "changer de pays", meme si c'est deja en soit un evenement bouleversant pour un enfant (qu'il ait une famille ou pas, d'ailleurs) mais le fait d'etre arrache a ses modeles parentaux. La nounou qui s'occupe de lui depuis qu'il est bebe, ses "freres et soeurs" de l'orphelinat, sa langue etc.
Pour des enfants marques par l'abandon, l'adoption est un acte qu'ils ne comprennent pas. Une trahison des adultes (ceux qui prennent habituellement soin de lui). Lorsque je travaillais dans cette ONG, je m'occupais entre autre de former les nounous sur ces sujets de l'adoption et l'abandon afin de preparer les enfants a y faire face... C'est malheureusement mon experience qui m'a forge l'opinion que je tiens aujourd'hui. et cela, sans meme parler des enfants qui restent, a chaque fois perturbes par ces departs.

Citation:
Bien sûr que dans l'idéal les enfants resteraient dans leur famille où ils seraient aimés et choyés (et ne vivraient pas de traumatisme, on leur souhaite bien que ce soit totalement utopique). Bien sûr que dans l'idéal l'adoption n'aurait pas à exister. Bien sûr que l'adoption est un acte à la "base" égoïste, puisqu'il vient du désir d'enfant de la part des parents, mais pas plus que celui de décider d'arrêter sa contraception ! Mais franchement, à part cas exceptionnel - et il y en a un dans ma famille - je pense que les adoptants ont conscience de ça ! Qu'ils ne voient pas ça ni comme un caprice, ni comme la BA de l'année.


je suis d'accord avec toi... mais justement, la question que je me pose, et que je pose a travers ce post, c'est "pourquoi l'adoption internationale?"... je sais, c'est provocateur et ca peut surement blesser des parents adoptants, mais je ne suis pas la pour juger, je partage une experience qui m'a fortement marquee, a vie... et mes doutes et questions face a cela.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
L'adoption internationale car

- en france moins d'enfants sont abandonnés par leurs parents d'eux meme pou pb d'argent, pb recurrent dans les pays en voie de developpement
- en france on essaie de garder le lien au possible avec les parents ou la famille et ce parfois au detriments des enfants, desolé du peu pour ceux qui me lisent. EN effet, le retrait du droit parental devant juge prend un temps affolant, ha la justice francaise.
Meme si une femme abandonne son enfant nouveau né elle a un temps de retractation il me semble, a verifier.
- Dans nos pays, les femmes proportionnelement ont plus accès aux contraceptif ou en dernier recours a l'ivg ce qui n'est pas le cas dans ces pays. DU fait le pb est pris avant et non après.


De ce fait le nombre d'enfant adoptable est bcp moindre que dans ces pays, alors qu'il y a plus de parent adoptant que la bas.

Si d'autres ont encore des idées.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
L'offre et la demande quoi...
B I U


?>