Le 02.12.03 Par Anne Stolbowsky

BIG

BIG_Valérie Tong Cuong« BIG » de Valérie Tong Cuong (éditeur : J’ai Lu n°4773 – prix : 4,28€).

Big est un livre qui ne vous laissera pas avec une impression neutre. Bien au contraire, on ne sort pas de cette lecture indemne !

Ce roman nous parle du regard.

Notre propre regard sur nous même, celui des autres, le regard que l’on s’imagine que les gens ont. Autant de regards subjectifs, qui se croisent et s’influencent parfois. Autant de jugements sur le physique ou la position sociale !

C’est la vie de Marianne que l’on voit défiler à toute allure, une vie où l’amour est exclu, où la violence extrême envers les autres se veut rempart mais n’est qu’autodestruction !

La douleur et la paranoïa sont plus que l’amour les sentiments qui envahissent Marianne…

La « bonne volonté » de Michelle, la « gentillesse » de Georges, la droiture de Monsieur Blanc, l’amour d’Hévé sont-ils suffisants pour ouvrir Marianne au bonheur ?

Où va-t-elle s’engloutir dans sa haine ?

L’histoire de ce livre est dure, on est forcement touché par tant de douleur et d’espoir !

J’ai vraiment aimé ce livre dans lequel Valérie Tong Cuong arrive à parler de nombreux sujets sensibles, mais toujours avec justesse et sans jamais tomber dans les stéréotypes et la facilité !

Extrait : « Je me suis levée, je me suis foutue à poil et je suis allée devant la glace.

Enfin ce qu’il en restait depuis que je l’avais brisée d’un coup de crâne, un jour où un chauffeur de taxi m’avait traitée de baleine simplement parce que je traversais le passage piétons alors que le feu était au vert. »

Marianne : Cent vingt kilos et un caractère tout en excès. Quand son univers clos se heurte à celui de Georges, SDF, marginal lui aussi, elle démonte un à un tous les mécanismes d’un rêve que son corps lui interdit : celui d’un bonheur simple;

Un roman moderne et noir où chacun, dans sa solitude et sa paranoïa, cherche auprès de l’autre un regard différent dans lequel il pourra s’oublier.

Le synopsis d’Amazon : Une obèse « boulimique d’amour » et mère d’un jeune garçon rencontre un ancien assureur déchu sans domicile fixe. L’auteur, dans la jeune trentaine, a appris l’efficacité dans le milieu de la publicité. Elle conjugue ici, avec talent, deux marginalités: le chômage et l’obésité.

Retour sur « Livres et Rondeurs »


Profitez des réducs du moment chez La redoute fr :
... Charger plus