Le 07.03.04 Par Anne Stolbowsky

Plate prière – Anne Sylvestre

(1969)

Alors là franchement, je dis amen !

Seigneur, délivrez-nous de ces filles sans fesses

qui regardent les nôtres avec réprobation.

Seigneur, délivrez-nous de ces tristes drôlesses,

ou donnez-nous au moins quelques compensations.

Faites qu’autour de la table on leur réserve le banc:

c’est assez confortable sans un certain répondant;

et faites que la salade, la tomate et le citron

rendent beaucoup plus malade qu’un modeste miroton;

et dans votre bonté, faites aussi que le thé

donne plein de calories, Vierge Marie.

Faites que dans les boutiques on regarde de travers

leurs silhouettes étiques nager dans les pull-overs;

qu’essayant la plus banale des robes, on leur dise un peu:

« On fait les tailles normales » sur un ton très dédaigneux;

et dans votre justice, faites que dans leur 36

on les prenne pour des salsifis, ô Sainte Sophie.

Faites que tous ces jeunes hommes, les invitant à dîner,

cessent un peu d’être économes et veuillent imaginer

qu’en ouvrant les bras plus large, ils y gagneraient un peu:

– les filles avec une marge, ça fait beaucoup moins de bleus –

et faites qu’une fois, privés de contrepoids,

ils se foutent la gueule par terre, ô grand Saint-Pierre.

Faites que les magazines payent le papier moins cher,

– c’est pour cela, j’imagine, qu’on voit été comme hiver,

rangés à douze par page des sardines très mini,

des haricots sur la plage ou d’élégants spaghettis –

et que les photographes, dégoûtés des girafes,

découvrent les trois dimensions, Saint Timoléon.

Seigneur, gardez-vous bien de leur donner des fesses:

nous porterons les nôtres avec sérénité.

Seigneur, ne croyez pas surtout que ça nous blesse:

abondance de biens n’a jamais rien gâté.

Visitez le site officiel de Anne Sylvestre

Retour à la liste des chansons


... Charger plus