Le 21.10.05 Par Eve

Les coeurs boudinés de Krassinsky

« Les Coeurs boudinés : Cinq histoires sucrées-salées de femmes (et d’hommes) à croquer… » De Krassinsky et Claire Champion (Editeur : Dargaud – ISBN : 2205055887 – Prix : 12,35€ )

Krassinsky, auteur des «cœurs boudinés» est un dessinateur coloriste avant-gardiste. Après avoir fini la série (superbe) Kaarib (variation réussie sur le thème de la piraterie), puis un essai de bd-photo assez douteuse (AK), le voici qui nous présente une variation autour du thème, excessivement peu abordé en BD, de la rondeur.

Certes on rencontre bien ça et là des héros ronds dans le monde de la BD mais de là à en faire le thème de fond et le titre d’une sérié. Car oui il s’agit bien, dans l’esprit de l’auteur, d’une série dont je vous présente le premier volume.

Si, dans l’idée, ce

titre me semblait prometteur, si, lors de la première lecture, il me parut même charmeur, il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas à la hauteur de l’idée de base

Ce volume nous présente 5 histoires, les histoires de 5 filles rondes dans leur vie de tous les jours, dans leurs vies sentimentales et sexuelles particulièrement. Si on ne peut, à aucun moment, oublier que l’auteur est bien masculin, il n’en demeure pas moins une pointe d’humour très acerbe concernant le regard que portent les hommes sur les femmes.

Quatrième de couverture : La première « viking veut, viking prend » l’auteur nous revisite le thème de « deux mecs dans mon pieu ? Je leur promets deux jolies copines et les saoule, le tour est joué » et même si le début et la fin rendent l’héroïne gagnante, ce n’est que (à mes yeux) pour excuser le reste…

La seconde « sexy girl » il traite la drague du « boudin de service » pour compenser un échec puis du harcèlement dudit boudin pour finir par une vengeance très…basique :p

la troisième « grosse pomme » est peut-être la plus banale et sans nul doute la plus vraie, l’histoire d’une petite fille ronde et de sa meilleure copine qui grandissent ensemble sans pour autant cultiver le respect de la différence jusqu’au jour où….

Ensuite vient « Luigi » une histoire d’usurpation d’identité entre sœurs qui aurait pu être intéressante si elle avait été un tant soit peu développée

La dernière « Sandy » tourne autour du thème du bouche-trou qui récupère les pleurs et problèmes d’un homme casé avec qui elle passe la nuit, jusqu’à la prochaine fois…et qui assume tout toute seule au quotidien

Les résumés sont des débuts d’histoires qui pourraient être intéressantes si cette banalité était exploitée pour ouvrir autre chose, si la rondeur était décrite quelquefois autrement que comme une erreur. Cet album se lit avec plaisir, certes, mais personnellement, je lui trouve pas mal de défauts assez grossiers. Nous ne parlerons pas de technique ici mais bien du scénario et de la façon dont le thème est développé.

Voir un extraitRetour sur « Livres et Rondeurs »

Réagissez à cet article sur le forum !


... Charger plus