Le 07.04.09 Par Anne Stolbowsky

La minceur n’est plus si cool que ça ! : Interview de Anne Stolbowsky par Marlène Schiappa

itw Marlène Schiappa m’avait interviewé pour un article sur Yahoo « La tendance préfère-t-elle les grosses ? (voir
ici)

Comme promis, voici la version intégrale que Marlène a également mise en ligne sur son blog maman travaille.

Vous m’en direz des nouvelles !

Voici l’interview intégrale de Anne Stolbowsky la créatrice de Vivelesrondes par Marlène Schiappa :

Note : cet article n'est plus à jour
Nous vous recommandons plutôt

Marlène Schiappa Anne Stolbowsky, Bonjour. Qu’est-ce qui vous a donné envie de fonder ce site, Vivelesrondes.com ?

Anne Stolbowsky Lorsqu’en 2001 je cherchais des conseils vêtements, beauté ou petits trucs du quotidien, je ne trouvais que des choses qui me parlaient de « 3 kilos en trop » à faire disparaître, de vêtements très jolis, mais pas à ma taille, d’astuces clairement pas pour moi.

En gros, je n’avais pas beaucoup de choix : Soit je perdais du poids, soit je n’avais pas accès aux vêtements sympas ni aux bons conseils.
Vous voulez savoir ce que ça fait ?
Enfilez un sac à patates, et sans demander l’avis de personne allez chercher seule du travail, tenter de rencontrer des amis et même faire du sport. Répétez ce traitement pendant des semaines, des mois, des années…

J’ai refusé ça.

Alors j’ai voulu monter un site où on puisse se réunir pour partager de bonnes adresses et de vrais conseils.
Un site qui soit à l’écoute des femmes et qui leur permettent d’être elles-mêmes plutôt que de leur demander de se plier aux normes du moment !
Vivelesrondes est un lieu où la beauté n’est pas une question de plastique.
On y voit des filles qui se sentent belles. Ça les rend lumineuses. Et ça change tout !

ski

Marlène Schiappa Combien de visiteurs recevez-vous en moyenne chaque jour ?

Anne Stolbowsky Actuellement 50 000 personnes visitent Vivelesrondes chaque jour.
Le chiffre peut paraître impressionnant, mais beaucoup de femmes ont encore du mal à accepter l’idée d’être sur un espace qui s’appelle « vive les rondes ».
Pourtant le site s’adresse à toutes les femmes qui veulent être bien dans leur peau. Peut-être qu’on aurait dû appeler le site « bien dans ma peau » ! Oups, trop tard !

Marlène Schiappa Les femmes qui font du 42, du 44, du 46, et au-delà.. sont très nombreuses en France. Elles sont des consommatrices au même titre que les autres. Pourtant, elles sont absentes des publicités et des magazines féminins. Pourquoi, d’après vous ?

Anne Stolbowsky Répondre à cette question semble aussi complexe que vouloir expliquer les problèmes de la France ! C’est dire !

Parmi les explications en circulation, il y a cette histoire de créateurs qui n’aimeraient pas les femmes et se vengeraient à travers leurs créations.
Et puis il y a aussi cette histoire de machisme et/ou masochisme séculier qui aurait poussé les femmes à porter des corsets qui les étouffaient, des robes à cerceaux qui les empêchaient de bouger, et plus récemment des talons aiguille de plus en plus hauts et bien sur la minceur.
Autre concept : Être gros c’est abuser des ressources du monde alors que certains n’en ont pas. Culpabilité quand tu nous tiens !

Autant de théories qui tentent d’expliquer pourquoi les rondes ne sont pas représentées dans notre société, et pourquoi elles sont écartées des publicités et des magazines.

Mais j’ai des hypothèses plus simples.

– L’approche marketing autoroute qui consiste à provoquer la peur (d’être grosse), l’envie (de ressembler au mannequin). C’est sans doute la méthode la plus facile, efficace et éprouvée pour faire du commerce. Pourquoi prendre le risque d’essayer autre chose quand on a une méthode qui « gagne » ?
– Vous êtes créateur. Quelle simplicité de faire des vêtements en très peu de tailles différentes, pour un seul type de morphologie, même les femmes qui ne rentrent pas dedans les achètent pour le jour où elles seront minces ? Pourquoi iraient-ils se compliquer à faire des vêtements avec un nombre de tailles infinies adaptées dus à des morphologies complexes, pour des femmes qu’ils ne connaissent pas et qui sont totalement absentes de la publicité…Peut-être même que certains créateurs ne connaissent pas du tout l’existence de ces femmes !

Et puis en France tout particulièrement, il y a un énorme tabou, une violence assez extrême face à tout ce qui sort du cadre … niveau taille.

Donc quand vous dites « Les femmes qui font du 42, du 44, du 46, et au-delà.. sont des consommatrices au même titre que les autres », j’ai envie de dire oui et non.
J’ai vu qu’à force de chercher sans rien trouver, beaucoup de ces femmes ont renoncé à être des consommatrices. Elles ne croient plus trouver, et donc finissent par ne regarder que les choses qui leur permettront d’être minces, pour être à nouveau des femmes, pour avoir droit à la mode et au reste.

Bref, c’est un énorme et joli cercle vicieux.
Et pourtant beaucoup de femmes ne se reconnaissent plus dans ces images et en ont assez de cette pression.
D’où le succès de campagnes de marques comme Dove, Yves Rocher et l’icône Ruby de Bodyshop (et l’engouement autour de Vivelesrondes).

Je crois quand même qu’en France Il faudra encore pas mal d’avant-gardistes pour changer les mentalités et ouvrir la voie.
Qui sait, la crise peut peut être pousser des marques à se remettre en question, à devenir plus créatives plutôt que de se rétracter sur des valeurs sûres. Ce serait bien !

mode

Marlène Schiappa Avez-vous l’impression qu’il y a une tendance « Big is beautiful » depuis quelques mois ? (la chanson de Mika « Big Girls », Beth Ditto, etc)

Anne Stolbowsky au-delà d’une tendance, je vois une transformation de nos sociétés en train de s’amorcer depuis quelques années.

D’un côté il y a quelques succès massifs qui sont tous extravagants, délirants, extrêmes. Beth Ditto, la chanteuse Juliette, le personnage loufoque interprété par Marianne James, . Ce sont des gens que j’admire, mais il faut bien avouer que pour parvenir à ce succès ils ont joué avec le côté freak/bête de foire/curiosité des personnages qu’ils ont crée, à l’image du clip « Les limites  » de Julien Doré (avec Patricia la ronde blonde exubérante)
Cet engouement du public pour ces personnages, c’est sans doute un pendant au délire de la minceur extrême.

La tendance que j’observe aussi en ce moment, c’est une sorte de big is beautiful à l’envers qu’on pourrait appeler le « Skinny is not so beautifull… » ou la ceinture minceur qui se desserre d’un petit cran.
« Vous n’êtes pas obligée d’être trop mince, faut pas s’affamer. Tu peux être bien dans ta peau, même avec quelques petites rondeurs « c’est pas la fin du monde » .
En gros être bien dans sa peau même quand on ne fait pas une taille zéro, ça commence à être admis.

« Je culpabilise sur mes 3 kilos et j’avoue que je suis un peu ridicule de culpabiliser dessus -mais quand même j’aimerais bien les perdre »

Je vois ça dans les blogs en vogue , les blogs BD et les mag féminins. (en France)

Il faut dire que pour parvenir à tout ça, il y a eu du remue-ménage.
En 2006, deux mannequins célèbres sont mortes à force de vouloir rester minces. (Luisel Ramoss et Ana Carolina Reston), provoquant un scandale international qui avait abouti à une interdiction de défiler en dessous d’une certaine IMC dans plusieurs pays, de l’arrivée au premier plan médiatique d’un débat sur pro ana et de la création d’un groupe sur l’image du corps en France.
En 2008 la campagne de pub « nolita » en avait rajouté une couche !

La minceur n’est plus si cool que ça !

Peut être en réponse à ces deux tendances évoquées précédemment, on voit apparaître quelques artistes, présentatrices, mannequins qui font des tailles 42 44 46 48 … Vous ne les avez peut-être déjà vus de nombreuses fois, sans trop vous faire de réflexion par rapport à leur taille.
Je pense notamment à America Ferrera (Ugly Betty), Jennifer Hudson (Dreamgirls, Sex in the city), Adèle Adkins (chanteuse anglaise), Jordin Sparks (chanteuse américaine) Valérie Damidot, Marie Lou Berry …
Dans le milieu de la mode grande taille, on voit aussi apparaître des mannequins grande taille là où avant on voyait systématiquement des filles avec des tailles 36. Ça peut paraître étrange, mais les vêtements grande taille sont souvent encore présentés par des femmes minces !!
On voit aussi arriver des émissions comme Belle toute nue.
L’image de soi, l’image du corps sont des questions qui commencent à être abordées, vraiment.

La porte commence peut-être à s’ouvrir sur la possibilité d’avoir différents modèles, de ne pas avoir qu’un physique sous les yeux en permanence, d’avoir tout bêtement enfin un peu de choix !

Merci Marlène, pour ton interview :)

Retrouver l’interview sur :
 » La minceur n’est plus si cool que ça !  » (Anne Stolbowsky, Vivelesrondes.com) sur le blog maman travaille
La tendance préfère-t-elle les grosses dans l’ecotidien de Yahoo


... Charger plus