MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

hommes, femmes, pas de mode d'emploi....

S
41 ans sur le chemin... 1248
Je voudrai aborder un sujet qui me fait souffrir aujourd'hui et ce depuis quelques temps:

il y a quelques années, je n'avais aucune relation avec des hommes car je voulais du  
sérieux. Apres une inscription sur meetic, ça a bien changé: je suis passée à plein de relations avec des hommes, même pour une soirée. :lol:

Cependant, les relations d'un soir ne m'épanouissent plus et je "retombe" dans un souhait de vouloir du sérieux, mais rien ne se présente à l'horizon, et tous les hommes que je rencontre actuellement sont dans une perspective encore de "sex-friend" et non de couple.

De plus, mes amies (plus jeunes) sont avec des copains juste pour ne pas être seules dans leur lit le soir, mais sans franchement tenir aux types, ou une autre qui fait la sauterelle par dépit, vue que les mecs qui lui plaisent sont aussi dans la perspective de profiter du sexe sans lien affectif particulier.

Du coup, je me demande, est-ce moi qui suis trop archaïque, sans souplesse, pour ne pas m'adapter à la mouvance actuelle des relations Hommes/ Femmes? parce que moi je préfère être seule dans mon lit malgré un manque de peau à peau flagrant, que plutôt d'avoir un mec dans mon lit pour qui je n'ai pas d'attirance physique ou intellectuelle mais qui m'apportait chaleur dans le lit...
Je ne suis pas pour un retour au couple d'avant, où on se mariait pour la vie-ce qui n'était pas forcément épanouissant-, mais je ne me reconnais pas non plus dans cette consommation de personnes, dans cette façon de picorer. ça va un temps, mais après?

j'aimerai bien avoir les avis féminins et aussi masculins des VLRiennes et VLRiens. Avez-vous eu cette période de "picorage", est-ce que ça vous comble sur du long terme? si non, avez vous trouver une relation de couple plus permanente? Est-ce que ça pparient plus à une tranche d'age ou pas? un genre ou pas?
J'ai une amie de 25 ans qui passe son temps à s'amuser à embrasser une autre fille en soirée, juste pour le "fun", alors qu'elle a un mec(celle qui justement ne tiens pas à lui, le prend comme doudou pour la nuit)
C'est moi qui suis rigide et sainte-nitouche ou le comportement sexuel et affectif reste et perdure dans un comportement sexuel adolescent?
38 ans Le Havre 2722
J'ai eu droit moi aussi à une sorte de boulimie sexuelle vers 19-20 ans. Cette boulimie correspond à une période bien précise de ma vie. Mon père venait de mourir et comme je me retrouvais seule et sans ressource j'était retourner vivre chez ma mère... que je n'avais pas vu depuis 8 ans (mes parents étaient divorcés) ! les relation entre elle et moi était plutot conflictuel au début. Je me sentait terriblement seule... :(

Alors pour combler ce vide je me suis mise à fréquenter des mecs peu recommandable qui me miroitait tout un tas de chose jusqu'à ce que je tombe sous leur griffe (c'est à dire jusqu'à ce que je couche avec eux) et me jette... pour recommencer quelque semaine plus tard. :cry:

A la longue j'avais honte de moi. j'ai arrêter de les fréquenter mais... mon estime de moi-même en a pris un coup. D'ailleur je crois que ça continue. Je ne peux plus faire confiance à un homme car j'ai peur qui me saute et me jette par la suite. :(

Mais bon. Peut être qu'il y en a qui se contente que d'histoire d'une nuit parce qu'ils vivent une sorte de transition (après une rupture par exemple)

Je comprend tout à fait ton envie de relation stable avec un vrai zom et je te souhaite sincèrement que ça t'arrive. :kiss:
S
41 ans sur le chemin... 1248
Eurydice, merci pour ton message, je te souhaite aussi de rencontrer un zom qui sache te redonner confiance en lui, en toi, en tant que couple, en une sexualité de couple:kiss:
mais comment comprends-tu que cette "boulimie sexuelle" s'étire aujourd'hui pour certains? et parfois leur convienne totalement?Connais-tu des gens dans une autre perspective?
Honnetement, je connais que peu de couple "officiel" dans mon entourage, et beaucoup plus de personnes qui picorent.

Comment vous sentez-vous les VLRiens par rapport à tout ça?
38 ans Le Havre 2722
Sy_naturelle a écrit:
mais comment comprends-tu que cette "boulimie sexuelle" s'étire aujourd'hui pour certains? et parfois leur convienne totalement?Connais-tu des gens dans une autre perspective?
Honnetement, je connais que peu de couple "officiel" dans mon entourage, et beaucoup plus de personnes qui picorent.

Comment vous sentez-vous les VLRiens par rapport à tout ça?


Je pense que ceux qui se contente d'aventure d'une nuit sont :

-soit ceux qui n'ont pas vraiment envie de s'engager. La peur d'une nouvelle déceptions peut être,

-soit c'est comme tu le dit, la peur d'être seul. La peur du vide.

Mais comme dirait un certain Charles Aznavour : "les époques changent, l'amour reste". Ici c'est pareil. Même si les moeurs ne sont plus les même qu'il y a 50 ans, il y aura toujours ce sentiment qui fait souffrir mais qui rend aussi les gens heureux. ;)

Mais ce n'est que mon avis....
L
50 ans 1194
Je n'ai pas eu de période "collection de trophées". :?

Des personnes (hommes ou femmes) ne vivent que pour "des aventures" de courtes durées ou sans attache réelle. Pourquoi? Je ne sais pas. Peur de l'engagement, de s'abandonner sentimentalement, envie de séduire beaucoup de personnes au lieu d'en séduire vraiment une seule, peur extrême de la solitude... Rajoutez ce que vous voulez. C'est une façon de vivre qui s'explique. Le coté confortable de vivre, sans trop d'attache, rend la rupture moins douloureuse.

De l'autre coté vivent des personnes qui ne voient que les relations dans la durée. C'est plus d'investissement, On donne plus, on reçoit plus. La confidence mutuelle est importante. Malheureusement, on n'est jamais à l'abri de tomber sur des gens douteux ou mal attentionnés qui profitent parfois des sentiment que l'on leur porte. Le coté confortable est la stabilité et une grande richesse sentimentale. Les ruptures sont parfois sévères.

Je ne peux pas dire ce qui est mieux, chaque personne à sa réponse. Personnellement, je suis partisan de la seconde solution. Pour l'avis sur la durée, faudra attendre quelques temps... C'est un peu récent là... :sifl:

Non, tu n'es ni Sainte Nitouche ni rigide, mais tu as choisi ton camp! :)
S
41 ans sur le chemin... 1248
Comme tu dis Lerenard, j'ai "choisi" mon camp, mais ce choix en accord avec ma personnalité me fait aussi souffrir, car du coup célibataire depuis longtemps.
Comme ceux qui choississent aussi le coté sentimentale s'en sortent? Vous vous accordez parfois des aventures d'une nuit, "en attendant, pour l'"hygiène " comme disent certains (pouark, ce mot me fait horreur :sick: )
ou comment vous vous arrangez avec votre abstinence affective et sexuelle?
60 ans Au bord de la mer 15536
Cela ne me parait pas aussi simple que çà ;)
Et ce n'est pas non plus forcément la peur qui peut expliquer telle ou telle façon d'agir.
Pourquoi ne pas parler aussi de plaisir, d'amusement, de futilité ?
Et enfin, une même personne peut aimer papillonner, et puis ensuite vouloir se fixer, ou l'inverse.
Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il n'y a pas de mode d'emploi ;) tout simplement parce que nous sommes des êtres humains, et bon sang qu'est-ce que nous sommes compliqués !!! :lol:

Je crois surtout qu'on ne choisit pas réellement. Les aventures de courtes durée cessent lorsqu'on LE (ou LA) rencontre !
Provence a écrit:
Cela ne me parait pas aussi simple que çà ;)
Et ce n'est pas non plus forcément la peur qui peut expliquer telle ou telle façon d'agir.
Pourquoi ne pas parler aussi de plaisir, d'amusement, de futilité ?
Et enfin, une même personne peut aimer papillonner, et puis ensuite vouloir se fixer, ou l'inverse.
Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'il n'y a pas de mode d'emploi ;) tout simplement parce que nous sommes des êtres humains, et bon sang qu'est-ce que nous sommes compliqués !!! :lol:

Je crois surtout qu'on ne choisit pas réellement. Les aventures de courtes durée cessent lorsqu'on LE (ou LA) rencontre !


Je suis tout a fait d'accord avec toi, je suis du genre à "papillonner" parce que j'aime ca, je m'ennuie assez vite avec les mecs et je m'amuse bien mais je ne dis pas que je ne veux pas me caser je sais qu'un de ces 4 il y en a un qui va me mettre le grappin dessus (enfin j'espere) :) et en attendant je prefere profiter de la vie parce que je suis jeune et que ca me convient comme ca mais au fond l'image du prince charmant est bien la et il arrivera quand il arrivera je n'ai pas envie de m'angoisser avec ca (surtout a mon age)
L
50 ans 1194
Sy_naturelle a écrit:
Comme tu dis Lerenard, j'ai "choisi" mon camp, mais ce choix en accord avec ma personnalité me fait aussi souffrir, car du coup célibataire depuis longtemps.
Comme ceux qui choississent aussi le coté sentimentale s'en sortent? Vous vous accordez parfois des aventures d'une nuit, "en attendant, pour l'"hygiène " comme disent certains (pouark, ce mot me fait horreur :sick: )
ou comment vous vous arrangez avec votre abstinence affective et sexuelle?


Je ne m'accorde pas d'aventures... J'ai fait ce choix, je le vis bien.

En ce qui concerne les sentiments, les aventures d'une nuit n'apportent rien...
43 ans Ontario au Canada 118
:) moi aussi j'ai ''choisi'' mon camp, pas d'aventures ... mes copines c'etait le contraire et je ne les ai jamais envie en fait.

donc pas d'aventures ... mais beaucoup d'amis , c'est avec eux que j'ai ''profite'' de mon adolescence pleinement , mais d'une autre maniere : voyages, fetes, escapes, ski etc

:) et la contrepartie c'est qu'en effet je suis restee sans amoureux longtemps ... le temps que je le trouve par hazard, j'avais 27 ans. :lol: j'me rattrape maintenant!

lui 31 ans, et en recherche de l'amour qui dure aussi.

du point de vue de ma petite experience il me semble tout simplement que les hommes dans leur vingtaine n'ont pas l'objectif de se caser ...

:P et de l'autre cote, l'amoureux de ma p'tite soeur avait 20 ans quand il est tombe amoureux d'elle et 6 ans apres c'est toujours l'amour ...
c'est peut etre bien le type de famille dans lequel on est eduque qui joue. lui, il vient d'une famille comme la mienne : des parents qui vivent ensembles depuis plus de 30 ans et qui nous ont pousse (inconsciemment) a vouloir vivre la meme chose.

bref, tu es normale, et si tu vis la meme experience que moi, tu trouvera quelqu'un de plus ''sage'' parmis les hommes un peu plus vieux.
10361
ya pas de camps a choisir la :roll: :shock:
c'est pas soit tout blanc soit tout noir, on fait les choix que la vie nous impose tout simplement. Provence le dis TRES bien ( encore une fois) on est tellement compliqué et unique que la non plus il ne faut pas généraliser tout simplement.

Il n'y a pas de mauvaise façon ou de bonne façon de faire ou de vivre, parfois on pense avoir un chemin a suivre une ligne de conduite a tenir, et puis il ya des petit chemin de traverse qui se présente et l'on se dit que ma foi, pourquoi pas l'emprunter ? L'important apres c'est de revenir sur son autoroute. y pas de mal a faire des haltes de ci de la , quand l'occasion se présente. C'est pas une tare. ni le fait non plus de ne pas faire de " pause" dans son voyage ...

Et pour en revenir a ce que disait lerenard, une aventure apporte toujours quelque chose. Qu'elle dure, une heure, dix. Deux jours, 4 semaines ou 15 ans. Et puis t'a des aventure qui te transforme en 2 semaines plus que des "histoires" qui durent des années. Et pas forcement en mal d'ailleurs ;)
L
50 ans 1194
Co_lette a écrit:
ya pas de camps a choisir la :roll: :shock:
c'est pas soit tout blanc soit tout noir, on fait les choix que la vie nous impose tout simplement. Provence le dis TRES bien ( encore une fois) on est tellement compliqué et unique que la non plus il ne faut pas généraliser tout simplement.

Il n'y a pas de mauvaise façon ou de bonne façon de faire ou de vivre, parfois on pense avoir un chemin a suivre une ligne de conduite a tenir, et puis il ya des petit chemin de traverse qui se présente et l'on se dit que ma foi, pourquoi pas l'emprunter ? L'important apres c'est de revenir sur son autoroute. y pas de mal a faire des haltes de ci de la , quand l'occasion se présente. C'est pas une tare. ni le fait non plus de ne pas faire de " pause" dans son voyage ...

Et pour en revenir a ce que disait lerenard, une aventure apporte toujours quelque chose. Qu'elle dure, une heure, dix. Deux jours, 4 semaines ou 15 ans. Et puis t'a des aventure qui te transforme en 2 semaines plus que des "histoires" qui durent des années. Et pas forcement en mal d'ailleurs ;)


Mais tu as raison... Moi aussi.... :lol:

Il n'y a pas de coté bien ou de coté mal, mais seulement des personnes qui cherchent à dépasser le stade "aventures".

Pour que la palette de couleurs soient complète, tu as aussi des personnes en attente d'un relation stable qui ont des aventures. Parfois le ciment de l'aventure dont on se dégage avant qu'il prenne se révèle être du ciment "prompt"

C'est leur vie, leur choix, leur bonheur et je ne les juge pas. :)
39 ans 3006
Lerenard a écrit:


Mais tu as raison... Moi aussi.... :lol:

Il n'y a pas de coté bien ou de coté mal, mais seulement des personnes qui cherchent à dépasser le stade "aventures".

Pour que la palette de couleurs soient complète, tu as aussi des personnes en attente d'un relation stable qui ont des aventures. Parfois le ciment de l'aventure dont on se dégage avant qu'il prenne se révèle être du ciment "prompt"

C'est leur vie, leur choix, leur bonheur et je ne les juge pas. :)


C'est plus comme ça que je l'ai vécu à partir du moment où j'ai commencé à me dire que j'avais envie de sérieux, sinon avant c'était papillonnage sans sérieux, depuis mes 13 ans ;) ..

Aventures avec qui sait, sérieux à la clef, donc je me suis investie dans chaque rencontre, et en fait dès que j'ai voulu du sérieux ben j'ai eu du sérieux :oops: donc la deuxième rencontre fut la bonne.. (sans compter un fuck friend :P ) Première rencontre quand j'ai voulu du sérieux, ça a duré un an.. Deuxième rencontre, ça dure encore. J'avais 19 ans..

Je pense personnellement qu'il ne faut pas refuser l'aventure si elle tente réellement, ne pas lui donner chance c'est aussi ne pas essayer de voir si elle deviendra sérieuse.
60 ans Au bord de la mer 15536
Aspha a écrit:
Je pense personnellement qu'il ne faut pas refuser l'aventure si elle tente réellement, ne pas lui donner chance c'est aussi ne pas essayer de voir si elle deviendra sérieuse.

Cà c'est très juste aussi. La plupart du temps on ne peut pas savoir à l'avance le devenir d'une relation.
46 ans albertville 1799
J'ai eu moi aussi cette période "collectionneur" dans la période 23/25 ans.
Ce n'était pas par dépit mais par choix.

Je me disais toujours que je vvoulais un jour me marier et avoir des enfants, fonder une famille quoi! Le fait à ce moment là d'avoir eu une grosse déception amoureuse (en clair je me suis fait largué sans n'avoir rien vu venir par la fille que je considérais comme la femme de ma vie à l'époque) a fait que je me suis octroyé une période de collection pour ne jamais devoir regretter de ne pas avoir connu une période fast "sexuellement".

J'ai donc changé de partenaire souvent, connus des pratiques nouvelles, des filles nouvelles, ce qui m'a permis d'apprendre.

Ta réaction ne me semble pas anormale. Je ne pense pas non plus qu'être collectionneur soit le propre d'un homme ou d'une femme, c'est une question de vision de la vie... et de peur du lendemain peut-être aussi.
En se mettant en couple, je pense que l'on essaie de se rassurer vis à vis de la peur de finir sa vie seul. De la même manière qu'il est lié à l'instinct de descendance (avoir des enfants pour prolonger sa propre vie).
En d'autres termes, je pense que le couple est intimement lié à la mort de chacun. C'est morbide de parler comme ça mais c'est mon point de vue.
Cela n'empêche pas biensur de connaître et rechercher des moments de bonheur.
B I U