MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quand les parents n'acceptent pas leurs enfants...

A
36 ans Nice 21965
tel qu'il est!

je lance cette discussion suite à une énième dispute entre didier et ses parents

did et moi on est assez sauvage tous les deux, on a notre petit univers  
ou peu de personnes arrivent a rentrer non pas qu'on ne veuille pas mais on passe limite pour des sociopathes car on appelle pas nos familles tous les jours, que quand on va voir ses parents on reste plus dans sa chambre qu'à discuter avec eux, sauf que si on fait ca c'est parce que la majorité des discussions avec eux tournent court car son pere est assez dur dans ses propos (je me suis deja prise des "toi ta gu*ule" juste parce que j'etais pas d'accord avec lui!) et ca ils n'arrivent pas a le comprendre c'est did qui doit faire des efforts pour s'adapter a sa famille et non sa famille qui l'accepte tel qu'il est

comme sujet a dispute il y a la maniere dont on s'occupe du chien (bah oui on est des sales crados parce que willow ne fait pas encore dehors, comme si c'est ma faute et que je savais pas appuyer sur le bon bouton pour la rendre propre), on reste trop a l'ecart, didier et ses etudes (le pauvre n'y arrive pas du coup c'est limite du harcelement, il doit rien f*utre euh si il bosse a longueur de journée...) et aussi les prepa du mariage, du coup il est penalisé car il n'est pas comme ses parents le veulent et ca s'en ressent car ils font des preferences par rapport a sa soeur qui ELLE est la fille ideale...

on a beau en discuter avec eux bah non c'est a didier de changer "sinon ca va mal se passer"' et ce sont les mots qui ont ete dis

du coup moi ca me fatigue d'etre inclue la dedans car je le defend vu que je le comprend, il a beau faire des efforts c'est jamais suffisant

je ne pense pas qu'on soit les seuls dans ce cas et je voudrais savoir comment ca s'est passé chez vous et si vous avez reussi à le regler et comment
40 ans là 5969
ben déjà juste sur le début de ton texte, si quand vous allez là bas vous restez dans la chambre parceque les discussions tourent vite mal...

ça le fait pas, on va pas chez quelqu'un pour pas rester avec...
n'allez pas dans la chambre, restez avec eux, et dès que ça devient désagréable partez...

ensuite, je pense que c'est à lui de régler ses soucis avec ses parents, t'as pas à prendre sa défence (sauf si ça se passait chez toi avec tes propres parents...)

pour le reste je peux juste te souhaiter du courage, parceque parfois j'ai l'impression qu'il faut du temps aux parents pour se rendre compte que les enfants sont heureux sans eux...
A
36 ans Nice 21965
Amnesis a écrit:
ben déjà juste sur le début de ton texte, si quand vous allez là bas vous restez dans la chambre parceque les discussions tourent vite mal...

ça le fait pas, on va pas chez quelqu'un pour pas rester avec...
n'allez pas dans la chambre, restez avec eux, et dès que ça devient désagréable partez...

ensuite, je pense que c'est à lui de régler ses soucis avec ses parents, t'as pas à prendre sa défence (sauf si ça se passait chez toi avec tes propres parents...)

pour le reste je peux juste te souhaiter du courage, parceque parfois j'ai l'impression qu'il faut du temps aux parents pour se rendre compte que les enfants sont heureux sans eux...


je me suis mal exprimé mais c'est ce qu'on fait en fait, on arrive la bas, on mange avec eux on discute un peu et au bout d'un moment ca part en cacachouetes donc on esquive

par rapport à regler les soucis entre eux c'est un peu difficile car ils viennent m'en parler a moi car je fais un peu le "traducteur" car ils ont tendance à pas parler la meme langue on va dire du coup c'est moins pire on va dire
53 ans 14650
Pourquoi tu ais les voir si ca se passe mal ?

J'aime bien ma belle famille mais je vais rarement car je ne suis pas famille et ca m'interesse pas.

Tu es adulte, Didier aussi est-ce que c'est si grave si tu ne va pas les voir, est-ce que lui s'etendre bien avec eux quand il les voir tout seul ?

Sinon je suis d'accord avec Amensis, quand ca tourne mal vous partez plutot que d'aller la chambre.
40 ans là 5969
justement c'est ça qui est "dangereux" parceque s'ils n'ariivent pas a communiquer, et que pour ça ils doivent faire appel à quelqu'un d'exterieur, ça ne peut pas s'arranger, parceque tu es forcément de parti pris...

tu as le même regard que didier...

je pense que ce soit le problème que les parents n'acceptent pâs leur enfant, mais plutôt une mauvaise communication (du moins d'apres ce que j'en lis...)

et là, c'est bel et bien a eux de s'en rendre compte et d'y travailler...

c'est pas facile, souvent les premieres fois ç asort violament, dans les cris et les larmes, mais une fois qu'on a le décodeur, on peut enfin se parler vraiment...

parceque de ce que j'ai lu sur ton blog, ils sont pas mal impliqués dans votre vie quand même, c'est que ça les interresse...
mais c'est mal canalisé...

enfin c'est mon avis
47 ans 76 10598
Comme Amnésis, je pencherais pour un gros problême de communication.

La solution? Que Didier aille les voir et leur dise franchement ce qu'il ressent.
Ca ne se fera certainement pas sans cris ni larmes mais au moins, les choses seront dites et plus dans le non dit.
Ce sont ses parents et il doit régler la situation.

Ensuite, si vraiment rien ne change .. ben, comme dit la chanson : " on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas sa famille ..." et je rajouterais qu'on n'est pas obligé non plus de les fréquenter. ;)
A
36 ans Nice 21965
on va les voir un peu forcé car si on y va pas c'est pire vous venez pas nous voir, blablabla... :roll:

mais avec le coup du "on vient pas au mariage parce que c'est pas les conditions qu'on veux" on va les voir beaucoup moins, quand on parle avec eux on se prend des reproches faut faire comme ci, faut faire comme ca et si on n'a pas envie ca part en sucette, perso je vois ma mere pas souvent et je m'en porte tres bien, elle aimerai qu'on se vois plus ce à quoi j'ai repondu qu'on se verrait plus souvent quand elle arretera de me reprocher pleins de choses, de me crier dessus mais on a un passif tres lourd toutes les deux

apres oui y'a un gros soucis de communication aussi mais ils preferent la soeur car elle colle plus à leur idée de l'enfant "parfait"

si il va les voir et en parle avec lui, ca va clashé à coup sur deja a cause du soucis de communication et parce qu'ils ont pas la meme vision de la vie familiale
47 ans 76 10598
Mais justement, le clash est peut-être bien nécessaire ... ou alors, cela ne vous dérange pas de continuer comme à l'heure actuelle à coup de piques, de non-dits, de ressentis, d'amertume. :?

Je maintiens qu'il faut mettre les choses à plat et que Didier ait une vraie conversation avec ses parents.

Alors oui, ça va être dur mais n'est-il pas préférable que les choses soient claires plutôt que de rester dans la situation actuelle?

Mais bon, c'est à lui de voir. ;)
A
36 ans Nice 21965
en fait ce qui me fait peur c'est que si ca clash trop fort, ses parents lui coupent les vivres et qu'il n'existerais plus pour lui :? (oui ca va loin mais c'est à peu pres ce qu'il se passerais)
48 ans dans mes baskets 635
euh... je vais me faire l'avocat du diable, je vais peut-être même recevoir des pierres mais si j'ai bien compris, didier est encore étudiant ? Si c'est le cas, ils ne peuvent pas lui couper les vivres tant qu'il n'a pas terminé ses études, ils ont obligation légale de l'aider...

Je le sais car j'ai eu l'exemple dans mon entourage, les parents d'un ami l'ont mis à la porte à six mois de son diplôme pour lequel il bossait depuis trois ans suite à une énorme dispute familiale. Il a obtenu de ses parents une pension alimentaire jusqu'à la fin de ses études (je précise que ceux-ci sont très très loins d'être dans le besoin...).

Par contre après, les relations familiales, faut plus compter dessus :?

Je ne souhaite en aucun cas que vous en arriviez là bien entendu :lol:
45 ans 17521
celtique a écrit:

Je le sais car j'ai eu l'exemple dans mon entourage, les parents d'un ami l'ont mis à la porte à six mois de son diplôme pour lequel il bossait depuis trois ans suite à une énorme dispute familiale. Il a obtenu de ses parents une pension alimentaire jusqu'à la fin de ses études (je précise que ceux-ci sont très très loins d'être dans le besoin...).


pour ce que j'en sais (c'était pas pour moi, je m'étais renseignée pour une amie), il fallait porter plainte ou poser une main courante contre les parents (je ne sais plus quelle option c'était) et après ça, les choses pouvaient mettre des mois voire des années à se rêgler, pour que les parents soient condamnés et doivent payer quelque chose... souvent l'enfant demandeur a entre temps quand même du arreter ses études parce que les choses trainent trop, donc il n'y a pas de proces puisque l'enfant n'étant plus en études, la plainte n'est plus recevable, puisque les parents n'ont plus d'obligation envers lui, il me semble... non ?

tu pourrais détailler la procedure telle que tu la connais toi ?
47 ans Luxembourg 31390
quand il y a des histoires d argent et des disputent en famille c est tjr le bazar de toutes facons

a 18 ans je suis partie sac au dos au luxembourg,sans rien demandee au peu de famille qu il me restait...

avant,j ai payee mes etudes d ecole hoteliere en bossant et en aillant une petite aide d orphelin,en etant pensionnaire,j avais peu mais je ne devais rien a personne,arrivee au luxembourg,j ai dormie a la gare 2 jours,je me suis debrouillee j ai trouvee un boulot logee nourrie blanchit et hop,mon pieds etait a l etrillee...

quand je lis ton temoignage Athy je suis bien contente de m en etre sortie comme ca,pourtant les personnes dans ma famille qu il me reste ne sont pas pauvres,mais mm maintenant je n accepte rien,au moins j ai la vie que je veux et je me fous bien de se qu ils pensent :roll:
49 ans strasbourg 6049
ben moi je suis du genre nefertiti... quand ca a clashé pour de bon entre mon père et moi, vivres ou pas vivres, avec ma tête de mule j'ai purement et simplement dit ce que je pensais et advienne que pourra.

je lui aie pas adressé la parole 8 ans et il a finit par comprendre qu'il ne m'imposera pas sa façon de voir les choses. aujourd'hui il est à peu près normal avec moi. (c'est lui qui a coupé les ponts, c'est lui qui les a rétablis)
B I U