MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je n'accepte pas ma césarienne

40 ans caudrot 1384
Je fais ce post suite à un autre post dans lequel une maman parle de sa difficulté à accepter sa césarienne.

Je n'accepte physiquement et psychologiquement de  
ne pas avoir accoucher par voie basse.
J'aurais aimé ressentir les contractions, perdre les eaux, réveiller le papa pour partir à la mater....
J'ai eu une césa pour macrosomie, mais reste persuadée (confirmation des SF) que c'était plus par confort pour la clinique :evil: , histoire d'être tranquille pour les fêtes de fin d'années.
A noter que mon gygy est venu me voir le lendemain ( le 28/12) juste avant de parti en vacances avec sa fille :evil:
C'est pourquoi j'ai encore plus les boules.

Ça me travaille tellement que je voudrais enchaîner sur une autre grossesse pour réparer la première.

Faut dire que j'ai pas eu la grossesse de mes rêves: J'ai vomi du 1er au dernier jour, le papa travaillais à paris et moi sur bordeaux, le papa était pas trop impliqué dans la grossesse ( je devais le forcer à toucher mon ventre, car ce n'était pas concret pour lui), et on m'a fait chier tout du long à cause de mon poids alors que j'étais en très bonne santé.

A 4 mois de l'accouchement, je n'ai pas repris le boulot car j'ai du mal à marcher trop longtemps et vu que dans ma profession faut pas espérer s'asseoir, je ne peux pas reprendre de suite dans cet état.

Bref j'en bave sur tous les plans, les personnes autour de moi ne comprennent pas trop pourquoi je le vis si mal, pour eux l'accouchement n'est qu'une étape et ne voient pas en quoi je puisse être autant "traumatisée" par ma césarienne.

Quand je touche mon ventre , il y a encore des endroits insensibles, quand mes doigts passent sur cette zone, j'ai l'impression de revivre l'opération chirugicale. C'est très troublant pour moi.

Je ne veux pas en parler à un psy car je crains de ne pas être comprise. Je croise juste les doigts en espérant qu'avec le temps ça passera.

Merci d'avoir lu le pavé, ça fait du bien de coucher la chose.
47 ans Nord 3084
Je vais pas te rassurer, désolée, mais il faut super longtemps pour retrouver (si on retrouve...) la sensibilité au niveau du bas ventre, enfin je suppose proche de la cicatrice...

Il y a 3 ans et demi que j'ai eu ma césa et j'ai pas tout retrouvé...

Je comprends fort bien que tu ressentes ça vu que la césarienne était apparemment un prétexte bidon pour la tranquillité de certains :?

Je ne le vis pas de la même façon parce que c'était une urgence pour le bébé.

Oui une césa c'est fatigant, traumatisant pour certaines (tout comme l'accouchement par voies basses finalement)...

En tout cas, j'espère que vite tu digèreras tout ça et ira mieux...
Tu en as parlé à ton doc à défaut d'un psy ?
37 ans Vannes 2776
Malulu, je me rendais pas compte à quel point tu étais affectée par ta césar... :? Tant psychologiquement que physiquement...

Je percois en toi un ressentiment énorme envers tes accoucheurs. Je traduis ton traumatisme par l'impression d'avoir été manipulée pour leur confort à eux alors que c'était ton moment à toi!
En ces termes, oui, on t'a volé ton accouchement!:evil:
Je pense qu'en parler à ton gygy, celui qui t'as accouché notamment, est important mais pas suffisant...
Bien souvent, ils t'écoutent, te disent que c'est normal et hop "au revoir madame!"
Il te faut des excuses, une réelle prise en charge, et tu devrais l'exiger! :x
Le but étant que tu acceptes ce qui s'est passé, car ça s'est vraiment passé, pour pouvoir te projeter vers l'avenir et positiver ;)
Maintenant, il est vrai que psychologiquement c'est facile d'avoir un discours et beaucoup moins facile de mettre en pratique... :roll:

Tu sais, je viens de relire tous tes posts sur ta grossesse et je m'apercois que rien ne sait passé comme tu le voulais...Tu étais super flippée...Pourtant à l'approche de ta césar, pour le bien de ton bébé, tu t'étais "résignée" et même persuadée que c'était la meilleure chose à faire pour lui:
Citation:
Je ne veux pas accoucher d'un bébé en souffrance foetale, car si beaucoup de maman n' en ont pas conscience, il y a certains accouchement qui sont limites (pour la mère et l'enfant), mais nous ne nous en rendons pas compte puisque le corps médical "gère" l'affaire.

Au final, tu as eu ce que tu voulais le plus au monde: un bébé en bonne santé ;) (grosse bise à jules au passage) ET je pense sincérement que c'est l'idée de la non légitimité de la césarienne qui te déroute...

Tu parles d'une nouvelle grossesse pour, en gros, rattraper celle-ci... :? Je ne pense pas que cela soit judicieux tant que tu n'as pas fait ton "deuil" sur ce qu'aurait pu être la première...
Imagine que la 2eme grossesse se déroule comme la 1ere? Comment réagiras-tu? Parce que malheureusement cela arrive parfois...
De toute façon je crois qu'il faut attendre 1an avant de retomber enceinte... Me trompe-je :?:

Pour ce qui est de la douleur physique, elle est différente pour chacune... Et la notion d'acceptation de son corps est vraiment personnelle...La seule chose que je peux dire c'est que tout est lié :roll: Ton corps réagi peut-être à ton déséquilibre psychique... (cela m'est arrivée quand j'ai perdu mon premier bébé :? )

Voilà, fais toi une tite séance rétrospective de tes anciens posts, tu y trouveras peut-être les raisons pour lesquelles tu as accepté la césar. Puis passe à ton blog, je suis sure que cela te redonnera un peu le sourire....;)
Et si jamais ça va pas, on est là :P

:kiss:
laly
39 ans IDF 291
Mona est née aussi par cesa et je l'ai tres mal vecu sur le plan pschologique pendant des mois entier ... meme sentation de vol de mon "accouchement", a cause de la morphine injecté apres je n'ai aucun souvenir du premier moment ou j'ai tenu ma fille dans les bras pour la premiere fois et j'en passe des meilleurs ... bref comme pour toi les reactions de l'entourage n'etaient pas tres comprehensives du coup je me suis decidée pour renconter un psy (mais pas le premier venu) j'ai donc choisi la psy de la PMI. je pensais a raison qu'elle avait deja du "gerer" ce genre de choses.

bref ma fille viens d'avoir 7 mois et je ME suis enfin pardonée sa naissance, toute la violence qu'on a pu subbir touts les deux ce jour là, je me suis pardonné mon incapacité a la faire naitre normalement (la cesa a ete faite en urgence et pour des raison vitale pour ma puce) j'ai egalement pardonné a l'equipe qui n'a certainement pas pensé a ce moment la qu'il fallait qu'ils nous offre un moment de tendresse plutot que de l'emmener sans me la montrer (le pb venais du fait que la circulation du cordon etait coupé donc hors de mon uterus elle n'etait plus en danger) je me suis pardonné egalement d'avoir privé mon homme de la naissance de sa fille (alors que comme toi on a vecu la grossesse loin, lui en savoie et moi a paris) j'ai enfin reussi a dire a ma fille que sa naissance a ete une epreuve plutot qu'une joie, mais il n'empeche que toute les epreuves du monde ne m'empecheront pas de l'aimer plus que tout et j'ai surtout realisé que malgres cet accouchement desastreux, tout etait a construire avec ma fille et que je n'etais pas forcement une mauvaise mère, car ce jour là j'ai pas su faire en sorte qu'elle naisse "bien"

Parles en ... mais pas a tes proches car c'est la qu'on se prends des remarques qui, sans vouloir etre mechantes, font pas vraiment de bien du style : "le principale c'est ue vous soyez en bonne santé" ou "ton bébé est beau en meme temps c'est bien les cesa ils ne sont pas deformés par le passage du bassin" ou "les cesa maintenant c'est bien fait tu n'as pas eu le temps de souffrir" c'est malheuresement ce qu'on entends donc mon conseil parle en avec un psy qui a ete confronté a ce genre de pb dans sa clientele ... a la pmi j'ai eu la chance de me trouver face a UNE psy qui elle meme avait subi une cesa et en plus pas de fraisa avancer ;)
55 ans sud sarthe 1290
+1 avec ce qu'a dit alistra, je crois que c'est très justement exprimé et je pense que tu as besoin d'en parler avec quelqu'un qui saura te faire avancer aussi, pas seulement t'écouter (comme nous)...même si ce n'est pas évident de se décider à aller voir un(e) psy, c'est parfois nécessaire...

je ne peux pas trop t'aider parce que je n'ai accouché que par voie basse, mais je sais que j'aurais aussi très mal vécu une césa, même si certaines voies basses ne sont pas idylliques!

tu sais lorsque j'étais enceinte de natacha, je me suis intéressée à bien des aspects de la grossesse et de l'accouchement et j'ai envisagé les choses sous un angle nouveau, différent par rapport à mes premières grossesses; tu n'imagines pas tout ce qui peut remonter à cette occasion! en particulier je remets moi aussi en cause mes 2 premiers accouchements, déclenchés et hyper médicalisés mais à l'époque je ne savais pas, je n'osais pas, je n'avais pas encore accouché ou du moins pas autrement (pour la 2e) tout ça nous fait avancer.

une grossesse ne "répare" pas l'autre, c'est certain mais il faut "digérer" l'une pour entamer sereinement la suivante...fais-toi aider, tu y verras plus clair et comme te l'a dit alistra, tu pourras "te" pardonner et avancer à ton tour!

gros bisous à toi et à jules! ;)
40 ans caudrot 1384
Merci les filles, je vois que vous comprenez vraiment ce qui se passe en moi. Ça fait vraiment du bien.

Oulà, l'épreuve du psy, ça va être difficile, j'ai vraiment du mal à en parler, car je ne me trouve pas légitime dans ma souffrance, comparé à d'autres femmes qui n'ont même pas la chance de tomber enceinte :( . Bref j'ai peur d'être jugée....


C'est clair que j'en veux ++++ à mon gynéco, ça fait des mois que je suis sur une lettre que je veux lui écrire, mais je ne peux pas l'envoyer car elle est vraiment pas "correcte", y'a trop de ressentiments dedans. Donc je crois qu'il faut que je digère l'affaire. J'essaie mais c'est plus facile à dire qu'à faire.

Y'a des jours je pense l'avoir accepté , puis suffit que je tombe sur un accouchement à la tv et pouf c'est les larmes.
Avec le temps, va tout s'en va ....

La grossesse 2 c'est une envie mais que je ne concrétiserais pas, juste déjà parce que physiquement c'est pas possible.

En tous cas merci les filles et je transmets les :kiss: à jules sans problème !

Alistra, je crois que je vais dire à jules mon ressentiment sur sa naissance, c'est peut-être pour ça qu'il me réveille encore la nuit alors qu'il n'a pas vraiment faim...
55 ans sud sarthe 1290
essaye peut-être déjà de récupérer ton dossier médical et d'en lire le contenu (y'a des choses que tu dois comprendre toi!) et s'il le faut te faire expliquer certains points qui te semblent pas clairs ou discutables. ça te donnera peut-être aussi une vision différente, un autre angle d'approche...?

mon dernier accouchement (déclenché lui aussi, ça fait 3 sur 4!!!), je l'ai mieux "digéré" parce que je savais que dansce cas-là le déclenchement était réellement inévitable! et pourtant même là, je me pose des questions...mais du coup j'ai cherché des infos et il semble que cette fois on ne pouvait pas éviter certains aspects (déclenchement, monito continu, aspiration du bébé) et j'avais besoin de l'entendre (lire) malgré tout!

je ne pense pas que les psys te jugent, ce n'est pas leur rôle. ils sont là pour écouter et chercher d'où vient le malaise pour t'aider à sortir du bourbier et non t'enfoncer encore plus...cela dit, la solution clés en main n'existe pas, je crois que c'est un vrai travail, parfois dur et long...
L
36 ans strasbourg 204
c'est vrai que la césarienne c'est super traumatisant
en plus si comme dans mon cas, ce n'est pas prévu

on a du faire ça en urgence car la petite n'allait pas bien (son coeur ne battait plus assez vite et il y avait une souffrance foetale) donc il n'y a pas eu le choix

la premiere chose que j'ai demandé au gynéco (quand je l'ai revu trois jours après) c'est est ce qu'après une césarienne on peut accoucher par voie basse
elle m'a répondu que oui mais qu' au moindre petit truc qui coince ils n'hésitent pas à "ouvrir" parcontre après deux sécariennes ils "ouvrent" obligatoirement et tu n'as droit qu'a trois césariennes dans ta vie




bon pour revenir au traumatisme je n'ai vraiment eu le temps d'y penser je pensait surtout "pourvu que la petite va bien et aussi il fallait reconforter le papa qui tourner un peu de l'oeuil"

après la césarienne j'attendais avec impatience de voir la puce (oui je ne l'ai qu'aperçu et ils ne l'on amenaient 5h après car il fallait une surveillance pour elle) et une fois que je l'ai vu c'était magic et on oubli tout c'est vrai que ça tire un peu que c'est douloureux avec les regles mais dans mon cas si il n'y avait pas eu cette intervention on y passer
donc je n'ai pas le choix et si c'était à refaire je le refairait même sans hésiter
35 ans reims 725
ça fait ds jours et des jours que je tourne autour de ce post et que je me demande quoi y mettre et pourtant...

Qu'est ce que je comprend cette souffrance et qu'est ce qu'elle me ronge!

Je suis déboussolée, personne ne comprend, comme toi, pourquoi je souffre d'une intervention aussi commune qu'une cesarienne!

Je ne sais même pas comment décrire cette souffrance, c'est tellement envahissant,, culpabilisant mais comme je l'ai dit dans un autre post, c'est un peu l'échec d'une femme.

Peut être qu'il faudra du temps pour effacer , moi aussi je pleure à la vue d'un accouchement et je me surprend à rêver à une autre grossesse.

Je sais pourtant que ce n'est pas la bonne solution et qu'aucune grossesse ne pourra rattraper celle ci.

A l'heure actuelle , je me remet de l'intervention et essaye de donner toute mon energie à mon fils et la reprise prochaine du travail va me faire du bien puisque j'aurais - de temps pour ressasser tout ça.

Je ne sais quoi dire, je n'ai pas de solutions, je voulais juste te montrer que tu n'es pas seule avec ta souffrance en ce moment et que nous avons un parcours similaire en de nombreux points.

Bonne continuation :kiss:
40 ans caudrot 1384
Effectivement je pense qu'il faut du temps pour l'accepter. Pour ma part je suis en colère, tout le temps. Et je n'arrive toujours à écrire à mon gynéco sur la prise en charge déplorable de mon accouchement et des suites de couches.

Aujourd'hui la cicatrice me fait mal et tire beaucoup....Donc un peu difficile de ne pas y penser. :(

J'ai réfléchi pour la seconde grossesse, et je préfère attendre pour ne pas faire un bébé de réparation.

Par contre, pour le 2ème, y'aura césarienne que si c'est vital et là dessus je ne lâcherai pas.
Puis j'ai de la chance, ils font attention quand t'es du métier, car ils savent que tu connais l'envers du décor.

Pour le 1er j ai été tellement culpabilisée pendant ma grossesse que j'étais déjà contente qu'on m'accouche. Pour bb2, j'hésiterais pas à envoyer chier les cons.

Ton bébé à quel âge ?
C
45 ans 76 777
J'ai eu une césa le 29/12, césa d'urgence, Adam ne descendait pas, il y avait souffrance foetale.

Comme toi je l'ai super mal vécu "je ne suis même pas capable de mettre au monde un enfant" "j'ai privé mon mari de couper le cordon" qu'est ce que j'ai pu me rabacher cela... qu'est ce que j'ai pleuré... et puis comme tu le dis, l'entourage qui ne comprend pas "tu as eu une césa c'est bien te pleind pas tu n'as pas eu le passage à faire toi !" "le bébé est là il va bien c'est l'essentiel"

Pour aller mieux je suis allée voir une sage femme qui m'a suivi durant ma grossesse et on a parlé, elle m'a aidé à déculpabiliser, elle m'a fait prendre des Fleurs de Bach qui m'ont fait un bien fou !

Ajd ça va, mon mari m'a aidé aussi et puis je relativise quand je regarde notre petit bonhomme, je me dis que punaise ça valait vraiment le coup !

Voilà ce que j'ai écrit dans mon blog, j'y ai inséré un texte de césarine.org


Parce que je la vis comme un échec, l'échec de ne pas avoir été jusqu'au bout, l'échec que Fred ne coupe pas le cordon, que nous n'ayons pas sortie notre fils ensemble, j'ai envie de mettre ce texte issu de www.cesarine.org car il est vrai et aideront peut être les proches, les moins proches à comprendre...

Vous avez le droit... Texte écrit par Lamerobine

De la craindre, ou de l'attendre...

Vous avez le droit d'en souffrir, Vous avez le droit de bien la vivre...

Vous avez le droit, sans qu'on vous juge, de rester au lit pendant deux jours, trois jours ou une semaine sans pouvoir vous lever,

Vous avez le droit d'écouter votre corps qui vous fait trop mal, d'écouter votre tête, votre coeur qui vous disent qu'ils souffrent aussi,

Vous avez le droit de pleurer parce que vous avez mal, que vous êtes anéantie, parce que vous vous sentez mal, incapable, que vous déprimez, Vous avez le droit de verser toutes les larmes qui vous envahissent, parce qu'elles sont salvatrices, et ont une raison d'être,

Vous avez le droit de vous fermer sur vous-même, de ne pas écouter les phrases qui pourtant vous atteignent "mais allez ma ptite dame, la dame d'à côté, elle y arrive elle, alors pourquoi pas vous?",

Vous avez le droit de ne pas y arriver, comme la dame d'à côté,

Vous avez le droit de vous laisser le temps dont vous avez besoin pour pleurer, déprimer, puis vous lever, bouger, l'accepter,

Vous avez le droit de ne pas faire simplement ce que les autres attendent de vous, et quand ils l'attendent de vous,

Vous avez le droit de demander de l'aide, quand vous êtes surpassée, quand vous n'en pouvez plus,

Vous avez le droit d'en vouloir à la Terre entière, parce que cette Terre et ses hommes n'ont pas réussi à vous épargner une souffrance qui vous surprend et vous tue...

Et... vous avez tout autant le droit d'écouter votre corps quand dès le lendemain vous pouvez prendre votre petit dans les bras sans difficulté aucune,

Vous avez le droit de rire, d'être heureuse parce que vous l'avez acceptée et que votre bébé à côté de vous vous émerveille, parce que la douleur physique n'entrave pas votre nouveau rôle de maman auprès de votre tout-petit,

Vous avez le droit d'être fière d'avoir mis au monde votre bébé,

Vous avez le droit d'être fière d'avoir accepté cette césarienne,

Vous avez le droit de ne pas culpabiliser de bien la vivre quand d'autres en souffrent...

Vous avez tous ces droits parce que vous êtes unique. La dame d'à côté n'a pas votre corps, votre ventre, votre histoire, votre vie, votre ressenti, vos maux, votre bébé. Tout ceci n'appartient qu'à vous seule. Mal ou bien vivre une césarienne n'est pas une histoire de volonté, c'est une Histoire de Femme
E
99 ans Occitanie 3854
J'ai pas super bien vécu ma césarienne faite en urgence pour ma fille... mais en ai visiblement moins souffert que vous, ... peut être parceque mon premier était né par voie basse

Ceci dit aucun de mes accouchement fut l'accouchement rêvé... et ça oui c'est dur.. pendant un tps je voulais aussi un troisième en rêvant secrètement d'avoir l'accouchement dont je rêvais

Le plus dur pour ma césarienne : avoir vu ma fille à peine 2 min avant d'avoir été envoyé en salle de réveil... je tenais pas en place en salle de réveil; les infirmières voulaient absolument que je dorme mais moi je voulais MA FILLE

Surtout que son père ne sachant pas quoi faire d'elle l'avait rendu aux puer qui l'avait laissé à la pouponière... je rageais

Et une fois ramener à ma chambre z'ont mis 3/4 d'heure à m'amener ma fille... je devenais folle

Bon après il y a les pbs à mon retour chez moi... seule avec deux gamins dur de se reposer... ma cicatrice m'a fait mal longtemps et a eu énormément de mal à cicatriser car je tenais pas en place et que du coup je tirais sans arrêt dessus :roll:

Bah oui jour du retour chez moi, 2 km à pied pour aller à la pharmacie, lendemain courses... ect ect... le soir je pouvais plus bouger tellement ça me faisait mal

C'est le plus dur je pense... ne pas être au top de notre forme une fois rentré

Alors que pour mon fils né par voie basse, j'étais totalement dispo
35 ans reims 725
Mon fils à 2 mois et demi maintenant et moi aussi je suis du métier pourtant je me suis laissé faire sans rien dire alors que je m'étais juré de me rebeller!

Moi aussi je penche pour une cesraienne de confort c'était un samedi apres midi le bébé voulait pas descendre j'étais arrivé a etre dilaté a 6,on aurait pu attendre encore un peu, il n'était pas du tout en souffrance!

Pour un premier accouchement elles ont attendu seulement 8h, je suis sure que j'aurai réussi mais ma gygy ne voulai surement pas revenir dans la nuit ou pire le dimanche!
39 ans Sud Ouest 3873
lalulu333 a écrit:
Effectivement je pense qu'il faut du temps pour l'accepter. Pour ma part je suis en colère, tout le temps. Et je n'arrive toujours à écrire à mon gynéco sur la prise en charge déplorable de mon accouchement et des suites de couches.

Aujourd'hui la cicatrice me fait mal et tire beaucoup....Donc un peu difficile de ne pas y penser. :(

J'ai réfléchi pour la seconde grossesse, et je préfère attendre pour ne pas faire un bébé de réparation.

Par contre, pour le 2ème, y'aura césarienne que si c'est vital et là dessus je ne lâcherai pas.
Puis j'ai de la chance, ils font attention quand t'es du métier, car ils savent que tu connais l'envers du décor.

Pour le 1er j ai été tellement culpabilisée pendant ma grossesse que j'étais déjà contente qu'on m'accouche. Pour bb2, j'hésiterais pas à envoyer chier les cons.

Ton bébé à quel âge ?


Je suis assez étonnée du parcours que tu as eu pour ton accouchement et ton allaitement. Tu avais l'air bien renseignée et déterminée. En plus tu connais ce milieu. C'est le sentiment que j'ai eu lors de tes interventions sur le topic de l'allaitement de ma fille par exemple.
Et finalement j'ai l'impression que tu t'es faite balader par l'équipe médicale...
Pour tout te dire ça m'a fait assez mal au coeur pour toi...


J'imagine qu'effectivement, ça a du être très difficile de réaliser que ton accouchement a été façonné par les exigences logistiques d'un gynéco ou d'un service :roll:.
Je pense que j'aurais très très mal vécu la situation que tu as connu. C'est pour ça que j'ai du faire un effort énorme pour tenir tête aux remarques et aux choix médicaux faits avant, pendant et après l'accouchement.

Je mets ça sur le compte de la culpabilité à être gros, comme tu l'évoques. On est gros, donc on est nul, donc on doit s'estimer heureux qu'on s'occupe de nous, et donc fermer sa gueule et ne pas faire de remous :shock:.
C'est assez abominable.


Ce que j'en retiens c'est que, encore une fois, il faut être inflexible et ne pas se laisser impressionner ou démonter, une naissance c'est trop important ! Et ça ne se rattrape pas, hélas.
C'est pas parce qu'on impose aux autres une contrainte "hors norme" qu'il faut s'en excuser, avoir honte et courber l'échine ! Il faut s'imposer.


Je te souhaite vraiment de pouvoir surmonter ça, sans doute que le fait d'en parler à un tiers sera d'une grande aide. Sinon tu risques de garder ça comme un poison pour ta relation avec ton fils. Ce serait dommage !
Et je pense qu'eolo a raison, si tu connais les tenants et les aboutissants de ton "cas", ça t'aidera à accepter les choses que tu n'attendais pas.

Bon courage lalulu333.
:kiss:
39 ans Sud Ouest 3873
Au fait j'entends souvent des trucs énormes sur les cliniques :?.
Je ne sais pas si c'est vraiment représentatif...
Mais, c'est assez pour que je ne souhaite pas aller accoucher dans une telle structure (en plus du prix).
B I U