MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quand je m'écoute vraiment, je mange presque rien !

F
48 ans Paris 14
Bonjour,

Ca fait plusieurs mois que je fais une rééducation alimentaire. C'est tout neuf et je n'y arrive pas toujours, mais ces derniers temps, j'ai l'impression d'avoir pas mal avancé et  
j'arrive beaucoup plus souvent à écouter mes sensations alimentaires.

Mon problème vient du fait que quand je le fais, quand j'écoute vraiment le plaisir de ce que j'ai en bouche et que j'arrête dès qu'il n'est plus là, je mange presque rien !!

Genre je vais manger 1 demi avocat, 3 pâtes farfalles, 2 mini tomates et deux bouchées d'un rocher suchard... Et là j'ai l'impression d'avoir bien manger, que si je reprenais une dernière bouchée de rocher, j'en serais à l'écoeurement.

MAIS : ça me stresse de manger si peu !! J'ai l'impression que ce n'est pas sain, déjà. Mais surtout, je crois que j'ai peur d'avoir faim peu de temps après.

Et d'ailleurs ça ne loupe pas: 2 heures après, je suis affamée, et là je vais manger deux bouchées de gateau et pof, ça y est plus faim à nouveau.

Tout ça fait que j'ai faim très souvent dans la journée, ce que je n'aime pas du tout (c'est quand même pas agréable du tout !).

Du coup au bout de quelques jours, je profite d'un repas où je ne suis pas seule et où je peux un peu "oublier" mes sensations alimentaires pour me goinfrer vraiment, histoire de faire des réserves je crois, d'avoir le bide bien rempli.

J'ai l'impression que c'est n'importe quoi... Ca vous arrive à vous ? Vous avez des pistes pour moi ? Merci d'avance !
49 ans Sud ouest 356
Moi aussi quand j'ai commencé la RA, je mangeais trop peu. En journée, ce n'est pas grave, on peut remanger après, mais la nuit...la faim me réveillais.

Mais Apfeldorfer dans son dernier ouvrage (mangez en paix) explique qu'on ne doit pas s'arrêter de manger dès qu'on ne ressent plus de faim, mais quand on se sent vraiment à satiété, ce qui pour moi n'est pas le même moment.
Je m'explique (histoire d'être plus claire j'espère) : quand j'ai faim et que je commence à manger, quelques bouchées suffisent à calmer le sentiment de faim. Si j'arrête de manger à ce moment là, je ne ressent plus mes signaux de faim. Mais je ne me sens pas encore à satiété, c'est à dire que je n'est pas encore le sentiment d'avoir suffisament manger pour ne pas avoir faim peu de temps après. Je ne suis pas encore dans ma zone de bien-être.
Le sentiment de "plus faim" et de satiété sont je crois légèrement différents.
F
48 ans Paris 14
Merci de ta réponse !

En fait je n'arrête pas de manger dès que la sensation de faim disparaît parce qu'effectivement ça arrive rapidement. En revanche, j'arrête de manger (en tous cas j'essaie), quand le plaisir disparaît, comme l'indique Zermati dans son livre ou sur le site du GROS :

Citation:
Tant qu’il y a du plaisir gustatif, il faut continuer à remplir les réservoirs. Quand le plaisir gustatif a disparu, les réservoirs sont pleins, il faut s’arrêter. Aller au-delà de l’extinction du plaisir gustatif, c’est manger plus que ses besoins et donc manger trop et prendre du poids. (...) l’extinction du plaisir correspond à l’état de satiété.

Source: http://www.gros.org/pagesgros/soixantemillions.html

Mais en faisant ça, j'ai faim très rapidement. Parfois c'est 30 mn, parfois c'est 2h... mais c'est rarement plus. Je ne sais pas si c'est normal.. Peut-être que mon corps doit s'habituer ??
49 ans Sud ouest 356
Le plaisir qui baisse, c'est sur un aliment. Quand le plaisir baisse, essaye peut être un autre aliment qui te fais envie. En gros manger un petit peu de plus d'aliments.

Continu de tester et tu y parviendras, ça prends du temps.
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
entre les regles alimentaires sociales et la realité de notre corps il y a une différence
différence déréglée encore plus plus tu as fais de régimes

je sais depuis tres longtemps que j'ai par nature tres peu d'appétit
et contrairement à ce que tu racontes, dans ces cas la, je n'ai pas faim 2h apres moi mais bien plus tard mais peu importe en fait, puisque ça me correspond

alors laisse toi le temps, c'est une nouvelle découverte et il faut que tu t'y habitues aussi
tu parles surtout de sain, de peur... mais il y a des petits mangeurs, des mangeurs fractionnés, il y a beaucoup de façons de manger... donne toi le temps de trouver la tienne sans peur
F
48 ans Paris 14
Merci pour vos réponses !

En fait je me rends compte que je n'attends peut-être pas l'extinction du plaisir. Au bout de 3 bouchées, le plaisir diminue fortement, mais il est encore là... Peut-être qu'il faut que j'essaie cette piste là...

J'espère vraiment que je ne suis pas une mangeuse "fractionnée" parce que ça me semble pas pratique socialement. Et puis comme je suis déjà ronde, ça m'embête que les gens me voient manger tout le temps (même si évidemment, on s'en fiche de ce que pensent les autres, en théorie, m'enfin...)
320
Coucou Fanchonette!
Réponse de mon psy qui est un des fondateurs du réseau Dabanta, et qu'il m'a donnée ce jeudi 22: quand depuis des années, on mange par anticipation, par crainte d'avoir faim ou de manquer, pour arriver à gérer comme on peut nos émotions du quotidien + les anciennes et les traces qu'elles ont laissé, il est normal, et meme sain, de " tatonner", que cela prenne du temps 1) avant d'etre à l'aise dans la pratique quotidienne " écoute de soi" par rapport aux sensations de faim et de satiété 2) avant de faire la paix avec notre besoin/envie présumés de se remplir pour se sentir en sécurité...
Comme je lui disais que moi aussi, j'étais " full up" après 3cc de coquillettes et que ça durait plus de 18heures ( tu parles Charles comme c'est practoche pour la vie sociale!!! ), il m'a dit que les choses allaient se réguler tranquillou, que c'était un cadeau à se faire que de s'offrir le temps d'y arriver! ( heu...je suis claire dans mes propos, là?!... :roll:
Quant au fait d'avoir " peur d'avoir faim", la solution du tupperware toujours avec soi me semble - et à lui aussi -la meilleure solution.
Pour la nuit, soit tu dors, et donc pas de souci, au pire si tu as faim tu reves d'un festin :D
soit ça te réveille ou bien tu ne dors pas, et alors il est ou le pb puisque tu écoutes ta faim?!
Fais confiance à l'intelligence de tes cellules qui savent ce dont elles ont besoin! Meme si tu manges très peu, sauf si cela devient pathologique du style 1 flageolet par semaine :lol: , tu n'es pas en danger, ton corps cherche ses marques et va les trouver! D'autant qu'en cas de nécessité, nous avons toute la nourriture et tous les thérapeutes à notre dispo, n'est-ce pas?
J'espère t'avoir aidée un chouilla! Mais si tu as d'autres questions, je revois la psy des TCC lundi et la sophro tous les vend [ pas question d'une thérapie par personne interposée, mais plutot que ce que tu restes avec d'affreuses angoisses...], alors n'hésites pas! :)
F
48 ans Paris 14
Merci merci !
Ca m'aide vraiment beaucoup ce que tu m'écris là !

Je me rends compte que j'ai vraiment la trouille d'avoir faim si je mange pas assez et j'ai même compris d'où ça venait ce weekend : ma mère à table qui dit à mon fils "finit ton assiette sinon t'auras faim tout à l'heure" et moi qui réponds machinalement à mon fils qui une heure plus tard me réclamait déjà un bout de pain "mais on sort de table !" avec une indignation que j'ai eu du mal à comprendre. Et quand j'ai failli ajouter "tu mangeras quand ce sera l'heure du goûter", je me suis rendue compte que c'était absurde et je lui ai donné son bout de pain...

Donc, si on m'a fait ça toute mon enfance, tu parles que c'est normal que j'aie la trouille d'avoir faim trop tôt après le repas...

Hier midi j'ai trop mangé au traditionnel repas de famille de fête des mères (et quand je dis trop, je veux dire un quart de betterave, 2 bouchées de foie gras, un peu de salade, une demi tranche de rôti de porc et 4 chocolats) et hier soir j'avais pas faim, juste assez soif pour boire une tasse de bouillon, et ce matin j'ai toujours pas faim.

Je trouve ça moins stressant mais comme en plus je perds du poids, ça me stresse quand même parce que je me dis que c'est trop rapide et que ça va mal se finir... Que mon corps va se venger parce que je le prive. Et c'est idiot parce que je sais bien que je le prive pas, vu que je mange à ma faim, m'enfin...
S
33 ans Expat 1409
Surtout ne t'affoles pas, ton corps est un peu perdu, il te jouera peut-être quelques mauvais tours, genre "j'ai faim pis deux minutes après j'ai plus faim, et une heure après la famine" ou au pire à un moment tu vas peut-être reprendre un peu de poids avant de reperdre. Moi ça m'est arrivé, il y a aussi des aliments que je ne pouvais plus manger par dégoût (les bananes par ex.) et je m'y réhabitue doucement...

Enfin, il faut pas que tu sois choquée par ton comportement. Si tu as faim, tu manges, ne te pose pas de questions, sauf si tu commences à avoir des carences.
F
48 ans Paris 14
Delia a écrit:
ton corps est un peu perdu, il te jouera peut-être quelques mauvais tours, genre "j'ai faim pis deux minutes après j'ai plus faim, et une heure après la famine"

Ah oui ! Il me fait ça à moi aussi !

Delia a écrit:
il y a aussi des aliments que je ne pouvais plus manger par dégoût (les bananes par ex.) et je m'y réhabitue doucement...

Dingue ! moi non plus je peux plus voir les bananes en peinture ! Après toutes ces années de régime sans glucides où le seul truc calant que j'avais le droit de manger étaient des bananes !

D'ailleurs c'est pareil pour tous les fruits que je me suis forcée à manger : pommes, poires, bananes... Comme par hasard, j'ai envie de framboises et de myrtilles (trop chères pour que j'ai pu en manger des quantités...), mais pas de pommes... :lol:

Je suis contente de lire qu'on se réhabitue progressivement à ces goûts !
320
Delia a écrit:
Surtout ne t'affoles pas, ton corps est un peu perdu, il te jouera peut-être quelques mauvais tours, genre "j'ai faim pis deux minutes après j'ai plus faim, et une heure après la famine" ou au pire à un moment tu vas peut-être reprendre un peu de poids avant de reperdre.
320
oups! j'ai oublié de mettre mon commentaire!ça ne s'arrange pas :D
Pourquoi serait-ce un " mauvais tour" que nos corps puissent s'exprimer selon leurs besoins REELS? ça peut juste etre un poil péniblou au niveau social ( style pendant une réunion méga importante ou tu as la parole, et d'un coup tu sors ton ptit tupper*are, tu croques 3 rondelles de concombre devant l'assemblée des Japonais ébahis, tu souris avec un peu de persil entre les dents-ah! la classe Française :lol: -, et tu finis par une portion de chèvre cendré, tandis que les Nippons effondrés se disentque, définitivement, notre Pays est le royaume de la décadence... :roll: )...
Psychanator ( dont j'ai déjà parlé :) ) dit que le 1er truc, c'est de faire la paix, pardon la Paix avec ce pauvre corps qui en a vu des vertes et des trop? mures!
On l'a tellement enfermé dans des tas de carcans comportemanteaux, la plupart du temps, qu'on peut bien le laisser s'exprimer maintenant sans contrainte, nan? C'est un peu comme un mome privé de tout depuis toujours: au début, il veut tout, n'importe comment, juste pour savoir si vraiment maintenant il est omnipotent...et quand il réalise que, OUI, il a devant lui le champs de tous les possibles qui lui appartient, alors ilse calme, parce qu'il n'a plus de raison d'avoir peur: ilsait que oui, on l'aime et on le respecte sans condition!Trop cool la vie! 8)

Et puis si tu écoutes ton corps et tes sensations, pourquoi est-ce que tu regrossirais, humm? La psy des TCC a une théorie sympa: elle dit " quand tu "craques", tu en as conscience; alors dis toi " je me fais du bien, et je l'accepte; je m'aime et je m'accepte, et je profite du bienfait de cette expérience". Parce que si tu sais que tu manges sans faim, mais pour combler le mal etre provoqué par une émotion qui te renvoie à des choses difficiles, si à ce moment là en plus soit tu te fustiges et/ou te culpabilises et/ou te rabaisses à tes propres yeux, c'est là que tu loupes une occasion de tirer partie de cette expérience pour progresser dans ta thérapie. C'est là que manger va te faire grossir, donc te donner envie de manger encore plus..."
Heu...je suis claire là? :?
Le souci, c'est que le site me prévient pas automatiquement quand la discut progresse!
Enfin en ce qui me concerne, depuis que j'ai commencé cette thérapie, beaucoup de choses ont changé, et ça me fait un bien fou! C'est sur, 1kg/semaine c'est petit quand on en a 30 à perdre, surtout qu'il va y avoir des stagnations, des gonflements en période de ragnagnas...mais du découragement, je ne crois pas; de l'impatience dans les moments de fatigue, sans aucun doute!Je me découvre comme jamais, j'ai l'impression de faire la connaissance d'un corps que je croyais connaitre, et qui en fait m'était étranger.
Pour dire la vérité, je ne l'ai jamais regardé avec autant d'Amour ( hého, pas de narcissisme, hein :shock: ) qu'en ce moment, un vrai Amour qui vient de quelque part au fond de moi, cet Amour qu'à part mon fils, personne ne m'avait en fait jamais donné...zut, y'a leslarmes qui arrivent :oops: ...vous m'aider aussi à votre manière à prendre conscience des choses, les Filles! ;)
Alors voilà, donnezvous le à vous meme, cet Amour, si vous aussi en avez toujours manqué, ou si vous en avez besoin pour aider les plaies profondes à cicatriser!
Fanchonette, si ça t'aide un peu...alors c'est CADEAU D'AMOUR! :D :D :D
S
33 ans Expat 1409
Sans vouloir te contredire tekilatom, je pense que quand je dis que le corps peut jouer des mauvais tours, c'est pas uniquement dans le sens où socialement sortir son Tupp' en réunion (rmq: je le fais bien en cours), c'est surtout que c'est une sensation inhabituelle pour beaucoup de personnes qui débutent une RA.

C'est "frustrant" parce qu'on a l'impression que notre 'estomac' se comporte comme un gamin en ayant envie d'un steak et puis après deux bouchées, "j'en veux plus". Et revoilà que 3/4 d'heure après, tu te fais réchauffer le restant de soupe aux poireaux d'hier soir, tu t'en sers un mini-bol et rebelote.

Alors quand tu es un peu paumée parce que tu dois faire attention à tes sensation de faim ou d'envie pour la première fois depuis la chute du mur de Berlin, ben je sais pas pourquoi, mais moi, j'ai l'impression que ma faim là, elle me fait tourner en bourrique, un peu comme moi je faisais avec ma maman il y a 15 ans de ça.
320
Délia, je t'autorise à me contredire! :lol: Je trouve cela très sain!
Et en +, on est dans une démo (euh..normalement :? ), donc tu as toute liberté :D !
Je n'avais pas compris ton propos ainsi, et tu as bien fait de préciser!
C'est vrai que moi je vis seule avec mon piou, donc ça pose problème le coup du " je mange toutes les heures", mais pas tant que ça...
Et pis, je devrais pas le dire :oops: ,mais je suis en Ra depuis seulement 15 jours pour les exos pratiques ( TCC, art thérapie, relax depuis 2 mois; et toujours beaucoup bossé sur moi ), et en fait, je trouve ça hyper fastoche ( ne vous mettez pas en colère, les filles, c'est juste que le boulot fait sur moi depuis 15 ans est en train de payer :oops: ).
Meme quand j'ai eu besoin de réconfort le we dernier, j'étais dans une conscience aigue du pourquoi-comment-de ce que je suis en train de faire...
A mon niveau, je veux dire au jour d'aujourd'hui, je me rends compte que c'est la culpabilisation, l'auto dévalorisation, la non confiance faite à mon corps et mes sensations qui sont pour beaucoup dans la situation actuelle.
C'est pour cela que j'ai réagi à " ton corps peut te jouer des mauvais tours". :oops:
Merci à toi, Délia, d'avoir aidé à comprendre mieux ton propos :kiss:
Dis, tu me ferais pas l'Honneur de me traduire ta devise en bas, meme en mp? ça fait plusieurs jours que je me tortille les méninges, et ça fume :onfire: :D ...
320
ah oui! et puis je voulais dire aussi que je considère mon corps comme un cokinou, un sacripan drolement mimi quand il me fait ce coup du " j'ai faim, pis refaim 1h10 après etc...": en fait, ilvit un peu l'adolescence que je ne lui ai pas autorisée; et ça m'attendrit :oops:
B I U