MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

"Provoquer" une visite médicale à la médecine du t

E
50 ans Chartres 13
Bonsoir,
Suite à des problèmes avec mon employeur, qui s'apparentent à du harcelement (il m'a demande plusieurs fois en privé de donner ma dém, et suite à mon réfus, je me  
suis retrouvé avec un avertissement, je pense qu'on me mijotait un licenciement pour faute, que je ne tiens pas d'ailleurs à avoir, car je le vivrais super-mal, je gère mal le fait qu'on me mette la pression), je suis en arrêt maladie pour dépression depuis bientôt 2 mois.
L'histoire est plus longue mais je ne veux pas vous ennuyer.
Je bosse dans le bâtiment, sur un poste de technicien d'études, qui me branche pas trop, je suis la seule femme dans l'agence sur ce type de poste, avec mon physique qui "rentre pas dans le moule" (mais ça ne m'empêche pas de bosser de mon mieux), heures sup non payées à gogo,trés pratique pour la vie de famille, et je me suis même fait engueuler quand j'ai commencé à partir à l'heure.
Je bosse dans cette boîte depuis avril 2007, en CDD (de 6 mois) puis CDI.
Quand mes problèmes ont commencé (2 mois env. avant de m'arrêter), j'ai demandé un rdv à la medecine du travail, à titre personnel. La, le medecin du travail m'avait dit qu'au pire, si je craque, il pourrait envisager un licenciement pour inaptitude.
Mon chèri à demandé à notre généraliste de passer mon arrêt en maladie professionnelle, la Sécu avait 3 mois pour se prononcer.
Mon géneraliste m'a également envoyé voir une psychiatre, ou je me suis limite fait engueuler pour cette histoire de maladie professionnelle, et elle m'a demandé d'aller voir la médecine du travail au plus tôt, pour me faire licencier, "car mon employeur ne pouvait pas me remplacer tant que j'étais en arrêt maladie".
Aujourdhui, convocation à la Sécu, et rebelote, le medecin conseil m'annonce que ma maladie n'est pas sur le tableau (ça, je m'attendais un peu), mais elle ne veut pas que je m'arrête davantage, car "il faut couper le mal à la racine, je suis jeune (38 ans...), je peux retravailler (j'en demande pas autre chose, d'ailleurs)", gnagnagna. Elle m'a donc donné un imprimé pour la médecine du travail, ou elle à marqué qu'"un arrêt prolongé n'est pas envisageable dans ce cas precis", et m'a conseillé de prendre RDV avec eux au plus tôt (j'ai appelé aujourdhui, mais le medecin qui s'occupe de nous n'était pas là, il faudra rappeler mardi).
(J'espère que vous me suivez jusque là).
Le medecin de la Sécu voulait me prendre un rdv à la MT au mois de juillet, bien mal m'en a pris de lui dire qu'en juillet je n'etais pas là (zhom a ses gamins chez nous au mois de juillet, il est divorcé et c'est comme ça, on peut pas changer de mois, on part tous les ans chez ma BM), et moi, j'ai bien le droit de quitter le departement, non?
Moi je n'ai pas de permis, ni vehicule, et j'habite la campagne, le car passe 3 fois par jour (et pdt les vacances scolaires, c'est même pas sûr qu'il passe, ça m'est deja arrivé). Donc je ne peux pas me déplacer sans zhom.
Maintenant, je sais que l'employeur est tenu me faire faire une visite de reprise, si mon arrêt dépasse 21 jours, et quand je l'avais vu, le medecin du travail m'avait dit que, si je soupçonnait mon employeur de ne pas le faire, que je pouvais appeler la MT 15 jours à l'avance, pour qu'il me bloque le rdv.
Maintenant, ce que j'aimerais savoir, est comment je peux m'arranger pour "bloquer ce RDV" pour débuter la procedure de licenciement pour inaptitude, je sais qu'il y a 2 RDV à 15 jours d'intervalle, je connais la procedure en gros, car zhom s'est fait licencier pour inaptitude aussi (mais son cas est different du mien).
Ce que j'aimerais, c'est avoir des dates, ça tombe super-mal pour les vacances et zhom râle, si on avait une date, on pouvait revenir pour le 2ème RDV.
Je ne tiens pas non plus retourner bosser, car je ne sais pas si je tiendrais le choc (je suis sous traitement, mais même comme ça, la moindre pensée concernant mon boulot m'angoisse).
Moi je comptais faire ces demarches plûtot vers le mois de sèptembre, je compte essayer d'avoir le permis et aussi essayer une reconversion (mais je ne sais pas trop vers quel domaine, j'ai un penchant pour les langues, mais il y a que des longues études dans ce domaine, sniff).
Merci d'avance pour vos suggestions.
49 ans Sud ouest 356
Bonjour,

Quand je lis ton post, je perçois toute ta souffrance? J'ai moi même vécu des trucs durs au boulot et ce n'est pas évident. Mais j'ai l'imression que tu vas vite. n'as tu pas une autre solution que ce licenciement ? Il va en découler peut être des moments très durs d'isolement, de découragement...Ne peux tu pas rester en maladie (peut être voir un autre docteur), l'angoisse que tu ressens à l'idée de reprendre le travail me semble suffisant pour avoir des arrêts. essaye peut être de réfléchir d'abord à ta reconversion, de savoir où tu vas...

Ce que t'a dit le psychiatre est pour moi inadmissible car partial. Il a pris la défense de ton employeur alors que c'est toi qu'il devait écouter. ça relève pour moi de la faute professionnelle. Essaye de parler à quelqu'un d'autre qui te soutienne.

Pour juillet tu as bien sûr le droit de partir...si ton arrêt maladie est terminé. S'il court encore tu dois avoir l'autorisation de la sécu pour partir.

Je ne sais pas si ce que j'écris est possible pour toi (je ne sais pas si j'ai bien tout compris au sujet de ta maladie + relation à la sécu), mais c'est ce qui me vient à l'esprit en lisant ton post.
En tout cas bon courage :kiss:
T
75 ans 907
le truc si la medecine du travail te met en inaptitude c'est que ca risque de te suivre et c'est pas cool.

change de psy dessuite car le tiens et tous sauf professionnel

quand a la sécu que veux tu, jsuis meme pas sur qu'ils aient tous un diplome de medecin, moi ils ont déclaré qu'avec ce qu'il disait etre "une tendinite des tendons de l'épaule" je pouvais quand meme bosser alors que je porte des poids toutes la journée.

courage dans tes démarches, parceque c'est long et chiant

bisous a toi
E
50 ans Chartres 13
Merci pour vos encouragements.
Je vais voir, par la suite, ce que dit le médecin du travail.
S'il me met en inaptitude, tant pis, je ne tenais pas absolument continuer à bosser dans le bâtiment (sauf que c'est un sécteur qui récrute).
En ce qui concerne la Sécu, ça doit être à la tête du client, zhom avait vu le même toubib, mais avec lui, à l'époque, ça s'etait bien passé (c'est vrai aussi que lui, il se laisse moins faire que moi).
Le psy, je ne le revois plus.
Bisous à vous et bon weekend!
B I U


Discussions liées