MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Qui a un suivi psy ?

50 ans Dans les nuages... 624
Bonjour à tous !

Voilà, je me suis enfin décidé à aller voir un psy. Une fois cette décision prise, c'est un peu un parcours en aveugle qui commence.
Il faut choisir  
un psy et là :shock: : bon sang ! y en a des tonnes et certains déclinent leur spécialisation et d'autres non.
Trop de choix, tue le choix.
J'ai fini par contacter un CMP (le côté rassurant de l'institution :roll: ) en me disant au moins pas de charlatans psychotruc. Là, impossible de savoir quelles thérapies ils pratiquent (le secrétaire ne savait pas).
J'ai eu mon 1er RV et au final, plutot qu'une thérapie comportementale, ma psy est plutôt dans la psychanalyse.
Elle m'a présenté les choses de la manière suivante : dans le comportementalisme, on s''interesse à un symptôme et on essaie de lutter contre ce symptôme. En psychanalyse, on s'interesse à la cause profonde de ce symptôme. C''est plus long et plus lent mais le résultat peut-être le même au final.

Il est vrai que j'ai bp lu sur le site que les thérapies comportementales et cognitives étaient plus adaptées et du coup, j'étais un peu déçue. Elle n'a pas cherché à me convaincre et a aussitôt commencé à me donné des adresses de confrêres comportementalistes. Mais, à l'issue, je me suis dit : pourquoi pas, j'essaie et on verra.

Voyez-vous les choses de la même manière entre ces 2 thérapies ? Dites-moi ce que vous pensez de l'une ou de l'autre.
57 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
les thérapies comportementales ont plus effectivement pour but de te donner des moyens rapides de gérer un symptome et te permettre de vivre sans que ce symptome soit une source de souffrance aussi violente qu'avant, le succés n'est pas garanti comme avec tout suivi psy, pour certains ça sera rapide et miraculeux et pour d'autres impossible à realiser
la psychanlyse a une vision plus globale est plus profonde de ton symptome et peut effectivement etre plus longue dans le temps mais aussi en théorie plus efficace puisqu'elle cherche la racine de ce qui te fait souffrir
enfin tout ça c'est la théorie parce que j'avais eu des témoignages de psychanalyse terminées en quelques séances parce que la personne était prete et avait trouvée le bon thérapeute

mais pour tout suivi psy ce qui compte avant tout c'est le contact avec le thérapeute en premier
est ce que ça c'est bien passé avec elle? est ce que tu crois que tu arriveras à te confier? à affronter ce qui te fais mal au fond de toi en lui parlant à elle?
50 ans Dans les nuages... 624
Il est vrai que je n'ai eu aucun mal à lui parler. Ce qui me surprend bp de ma part. Enfin, parler ça fait partie de mon travail, donc je suis capable de parler pd des heures :lol: mais dès que c'est personnel, même si parfois j'en ai envie : couac, c'est impossible. or, dans la psychanalyse, ce qui m'a fait réagir, c'est que c'est à moi de m'exprimer et qu'elle n'intervient que très peu. Et, puis finalement, la séance a passé très rapidement. Je crois même que je l'ai interrompu l'une des rares fois où elle a voulu intervenir. :roll: Je crois que j'avais trop besoin de parler.

Alors oui, je me sens capable de me confier à elle. C'est bien le pb car j'étais partie pour une thérapie comportementale et si je n'avais pas eu le "feeling", je pense que je l'aurais rapidement zappé je serais déjà à la recherche d'un autre thérapeute.
Alors, je reste mais j'espère ne pas être passé à côté de la solution (éventuelle).

Tu suis ou a suivi quel type de thérapie, si ce n'est pas trop indiscret ?

Merci de ta réponse Cocagne, ça m'a permis d'y voir plus clair.
57 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
j'ai vue une psychologue clinicienne ce qui est encore différent ;)

rassure toi si elle intervient peu c'est bien puisque le but d'une thérapie c'est de t'aider à trouver ta propre solution, comme ça elle te laisse le temps de guérir à ton rythme, et elle ne t'aiguille pas dans une direction ou tu risques de te perdre en plaquant ces préjugés thérapeutiques sur ton cas, ce qui est le risque en général
50 ans Dans les nuages... 624
Tiens, je ne connaissais pas les cliniciens.

Je pense que je vais continuer et attendre de voir si cela me convient. Toutefois, je me demandais s'il ne serait pas judicieux d'allier les psychotérapies (comportementaliste et psychanalytique). Sont-elles vraiment incompatibles ? S'attaquer aux symptômes tout en essayant de cerner l'origine du problème.
57 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
zaza1 a écrit:
Tiens, je ne connaissais pas les cliniciens.

Je pense que je vais continuer et attendre de voir si cela me convient. Toutefois, je me demandais s'il ne serait pas judicieux d'allier les psychotérapies (comportementaliste et psychanalytique). Sont-elles vraiment incompatibles ? S'attaquer aux symptômes tout en essayant de cerner l'origine du problème.


c'est pas forcement incompatible
il y a bien des psys qui ne sont pas intégristes de leurs écoles et qui travaillent ensemble
par contre il y a un risque que ça soit trop douloureux pour toi si ça te réveille des douleurs trop importantes

mais si le premier contact s'est aussi bien passé que tu le dis il y a beaucoup de chances que la revoir t'aide pas mal de toute façon
F
41 ans Lorraine 791
Chaque personnalité est unique et chaque psychothérapie également. A toi de voir ce qui te convient, perso j'ai été vue par:

une psychologue scolaire qui n'a rien fait et rien vu (je refusais de lui parler)

4 psychiatres qui étaient tous psychanalystes, je leur ai parlé durant des milliers d'heures et ça n'a rien arrangé (un peu sur le coup)

1 médecin généraliste (homéopathe) qui fait des thérapies cognitivo-comportementales et qui m'a sauvé la vie (je suis arrivée chez lui en état pré suicidaire) qui m'a sorti de ma dépression, ma déculpabilisé, m'a permis de laisser sortir ma colère. Je suis encore en thérapie avec lui, car j'ai un gros problème d'agoraphobie et d'angoisses... mais pour la première fois je sens que je pourrais m'en sortir définitivement.

Perso, la psychanalyse ne fonctionne pas avec moi, mais chaque personne est différente.
Bon courage et bonne chance
58 ans 251
Le problème des tcc qui ne soignent que le symptôme c'est que ton problème risque de se déplacer sur autre chose. Par exemple, pour simplifier bien sûr, si tu as peur des araignées, on va t'apprendre à ne plus en avoir peur. Mais cette peur cache en fait un traumatisme profond, alors tu vas te mettre à avoir peur des chats par exemple.
Enfin c'est ce que j'ai cru comprendre.
Je suis phobique sociale et j'entends beaucoup dire que les tcc sont la solution à cette phobie. Alors j'en ai parlé au psy qui me suit en thérapie analytique classique. Nous en avons discuté et convenu que ça n'était pas pour moi.
Mon psy est impec, je trouve, il ne dit rien quand j'ai besoin de parler et quand je rame trop il trouve des mots d'encouragements, il sait ne pas rester silencieux quand tu t'enfonces.
Ca fait 10 ans que je le vois.
Je suis toujours phobique sociale, le serais surement toute ma vie, mais maintenant je suis bien comme ça, je m'en moque.
Bon courage à toi !
U
48 ans 1910
Freudette a écrit:
Chaque personnalité est unique et chaque psychothérapie également. A toi de voir ce qui te convient, perso j'ai été vue par:

une psychologue scolaire qui n'a rien fait et rien vu (je refusais de lui parler)

4 psychiatres qui étaient tous psychanalystes, je leur ai parlé durant des milliers d'heures et ça n'a rien arrangé (un peu sur le coup)

1 médecin généraliste (homéopathe) qui fait des thérapies cognitivo-comportementales et qui m'a sauvé la vie (je suis arrivée chez lui en état pré suicidaire) qui m'a sorti de ma dépression, ma déculpabilisé, m'a permis de laisser sortir ma colère. Je suis encore en thérapie avec lui, car j'ai un gros problème d'agoraphobie et d'angoisses... mais pour la première fois je sens que je pourrais m'en sortir définitivement.

Perso, la psychanalyse ne fonctionne pas avec moi, mais chaque personne est différente.
Bon courage et bonne chance


Ben comme freudette, j'ai vu 4 psy différents, avec 4 "approches" différentes... et ça n'a jamais fonctionné.
J'ai entendu des "je ne comprends pas, vraiment, je ne comprends pas." J'ai aussi eu droit à un abrupt "vous êtes grosse, vous baisez pas assez, voilà le problème !" (sisi, à la 2ème séance de 10 min top chrono). Et les 2 autres, qui eux trouvaient que ça allait bien ou mieux alors que pas moi !!
Pour l'instant, ce que j'en ai conclu (et c'est tout à fait personnel, et relatif à mon état d'esprit) : c'est qu'il n'y a pas de hasard, et que c'est à moi de trouver la solution à mes soucis. Que la clé est qq part, il suffit que je cherche bien.

Mais je pense que chacun est différent et si le début te convient, essaie de continuer. ça ne peut que t'aider.
735
Je me suis lance fin mai, je ne sais ps qu'elle approche à mon psy, je l'ai choisi car il fait parti du GROS. C'est moi qui entame la "converstion" et ensuite il rebondit et me fait m'interroger sur certains points que je souleve.

Je sais pas encore si ca me sers à quelques chose, mais pour l'instant je suis contente d'aller le voir!

:D
54 ans quelque part sur la terre 2527
bonjour , je suis suivie par une psychologue qui exerce à l'hopital en medecine b , elle m'aide pas mal au vue de mon passé douloureux , à le faire ressortir , pour me montrer que je ne dois pas ma culpabiliser , mais aussi dans ma vie actuelle , c'est très dur , certaines scéances me laissent comme des stigmates mais j'avance doucement
alors bon courage à vous dans vos thérapies
50 ans Dans les nuages... 624
Je vous remercie toutes pour vos témoignages. Cela m'aide bp dans ma démarche.
J'avance aussi pas à pas. Je dois la revoir à la rentrée de septembre... pour la suite.
Bon courage à vous aussi. :kiss:
S
36 ans Expat 1410
Les psys, c'est comme les chaussures, il faut les essayer un moment pour savoir si ça va ou pas... :lol:

J'en ai vu 4, et le 4ème, un psychologue clinicien spécialisé dans les adolescents qui ont des problèmes d'adaptation scolaire et sociale a réussi (en deux séances) à trouver la solution à mon problème. Il m'a fait comprendre d'où venait mes difficultés et m'a donné beaucoup d'exemple et de pistes....

Il m'a fallu quatre longues années pour assimiler totalement ce qu'il m'avait expliqué en quelques heures, et c'est tout un travail que j'ai dû faire seule.

Quand aux autres psys que j'ai consulté, ben franchement, j'aurai pu m'en passer!
M
49 ans Lyon 58
Moi j'ai été suivie par une très bonne psychologue sur Lyon. Elle est elle-même obèse donc elle connaît bien le problème des troubles alimentaires et/ou kilos superflus. Elle suit également une de mes amies obèse et cela l'aide bien à s'accepter. Bonne continuation et bon courage à vous !
F
41 ans Lorraine 791
spandelles dit:
"Le problème des tcc qui ne soignent que le symptôme c'est que ton problème risque de se déplacer sur autre chose."

Je ne suis pas sûre de comprendre si tu pense que les TCC en général déplacent les symptômes ou que certaines TCC le font.

Dans la thérapie que je suis (une TCC) on ne déplace pas le problème, on les règles un à un. Par exemple je souffre d'insomnie, qui parfois sont très graves (j'ai dormi moins de 2h par jour pendant plus d'un mois en me réveillant plusieurs fois, donc pas un seul cycle complet de sommeil pendant un mois, et j'étais en danger à cause de ça), et pour l'instant le problème est toujours présent, mais on remonte dans mon passé et on a déjà trouvé les causes (j'ai été sous monitoring les 9 premiers mois de ma vie, avec une alarme qui devait être entendue sur deux étages, 450m2 au total, et cette alarme sonnait à chaque fois que je m'endormais profondément, environ une dizaine de fois par jour et tout le monde venait vérifier que j'étais vivante; et rapidement je suis devenue un bébé insomniaque).
Donc on peut faire une TCC sans déplacer le problème, en voulant le régler en profondeur depuis son origine.

Autrement je plussoie Delia quand elle dit: "Les psys, c'est comme les chaussures, il faut les essayer un moment pour savoir si ça va ou pas... Laughing"
B I U