MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Médecin référent : réforme de la sécu

25680
Voilà ce que j'ai reçu par mail :

Citation:
Objet : Petite info de derniere minute à lire tres important

ne jetez pas ce message, le gouvernement  
ne veut pas que vous sachiez cela pour économiser de l'argent sur votre dos. c'est une employée du ministère de la santé qui m'a prévenu de cette future "arnaque" en interceptant une note signé par Phillipe Douste-Blazy lui-même, alors transmettez l'information à tous ceux que vous connaissez pour qu'il ne soient pas les vaches à lait de l'état. Comme vous le savez, dans le cadre de la réforme de la sécu, chaque assuré devra avoir un médecin traitant
référant.

les explications sont disponibles sur cette page :

http://www.assurancema...sante.gouv.fr/actu/medecin.htm


Ce qu'ils omettent de dire, c'est que si à la date d'application de cette mesure (c'est à dire vers Noël quand tout le monde aura l'attention detournée !), vous n'avez toujours pas déclaré à votre CPAM le nom et l'adresse de votre médecin référent, c'est celui de la circonscription dont vous dépendez qui le devient, et ce même si vous n'y avez jamais été et s'il n'est pas le plus proche de votre domicile ! Mais l'arnaque ne s'arrete pas là ! Comme vous n'êtes normalement toujours pas au courant, si vous tombez malade disons début janvier, vous allez de toute bonne foi chez votre médecin habituel, mais au moment du remboursement (qui se fait plusieurs mois après donc vous avez pu retourner le voir plusieurs fois), la sécu refusera de le faire puisque il ne sera pas votre médecin traitant référant.

Ainsi le temps que tous le monde soit au courant, une majorité des consultations du début de l'année prochaine ne seront pas remboursées.

Comme il faut 6 mois pour changer de médecin référant, attention à ne pas tomber malade pendant cette période, mais ça l'état n'en a que faire
!

ce qu'il veut c'est économiser à tout prix pour renflouer le trou de la sécu. J'ai moi-même appelé ma CPAM, ils avaient l'air très gêné et après m'avoir balladé d'un service à l'autre, ils m'ont simplement dit qu'il
n'y avait qu'à suivre la loi et désigner dès que possible le nom de mon
médecin traitant référent. Atteré par une telle mauvaise foi, je me suis dit qu'il fallait que j'alerte le plus de monde possible, et internet est la meilleure solution. Choisissez dès maintenant votre médecin référent, et transmettez à toutes votre liste de contact l'information afin qu'ils fassent de même.

Cette affaire est très sérieuse. Le journal 60 millions de consommateurs, également alerté par l'employée en question n'a toujours
pas réagi officiellement, mais ils envisagent de déposer directement une plainte devant le conseil d'état. Merci de votre attention et PARTAGEZ L'INFORMATION


Vous en pensez quoi ?
H
43 ans Entre Lyon et Nancy 178
Moi, j'ai une question. Quand on tombe malade très loin de chez soi, on fait comment ? A moins de partir en déplacement avec son médecin de famille da ns le coffre :D

Je dis ça parce que la dernière fois que j'ai été malade, c'est à dire en 2001, j'étais chez ma chérie à Nancy (d'ailleurs, nous étions tous les deux malades) et j'ai dû me rendre chez un autre médecin, puisque le mien était sur Lyon...
K
42 ans Hettange Grande, Lorraine 5130
Ben on va chez un autre medecin, et pis voilà... Au pire, on est toujours remboursé, juste un peu moins...
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
hades73 a écrit:
Moi, j'ai une question. Quand on tombe malade très loin de chez soi, on fait comment ? A moins de partir en déplacement avec son médecin de famille da ns le coffre :D

Je dis ça parce que la dernière fois que j'ai été malade, c'est à dire en 2001, j'étais chez ma chérie à Nancy (d'ailleurs, nous étions tous les deux malades) et j'ai dû me rendre chez un autre médecin, puisque le mien était sur Lyon...


si c'est dans une autre ville que celle ou tu as declarée un medecin je pense pas que tu ai de pb pour etre remboursée
on a quand meme encore le droit de voyager nan?
25680
:!: Et voici une autre info de taille concernant la déclaration de choix du médecin traitant.

Citation:
Bonjour,

Vous vous apprêtez à signer un contrat qui vous engage au dela du simple choix d'un médecin !
......

:arrow: Ce qu'on ne vous dit pas
48 ans 759
Ouais bof moi j'ai fait remplir le papier par mon médecin habituel et on verra plus tard, ça changera surement au prochain gouvernement ! De toutes façons on peut changer de médecin plus tard !
25680
Tu devrais lire le lien que je viens de donner pour savoir ce que tu viens de signer.

Citation:
...vous faire signer en douce l'autorisation de mettre votre dossier médical sur internet.
48 ans 759
En fait le problème principal c'est que nos dossiers médicaux seront consultables sur internet et ça effectivement ça ne me plait pas du tout à cause des petits malins qui feront sauter toutes les mesures de sécurité !
48 ans 759
On a envoyé nos messages en même temps !
25680
Et ca c'est pas mal aussi

nausica a écrit:
Extrait d'un article du Monde trouvé sur le site de Martin Winckler :

Le tout ne contribue pas à freiner la progression des dépenses. A partir d’hypothèses de travail élaborées par la Caisse nationale d’assurance-maladie, la Mutualité française a cherché à mesurer l’impact du succès de la réforme sur les remboursements de soins de spécialistes. Dans le cas où 75 % des actes médicaux seraient effectués à l’initiative d’un médecin traitant, les dépenses de l’assurance-maladie en soins de spécialités augmenteraient de 2 %. En revanche, si le dispositif rencontre moins de succès et ne concerne que 50 % des actes médicaux, elles diminueraient de 3 %. Autrement dit, sur le seul poste des soins de spécialistes et à comportement constant des patients, le succès de la réforme creuse le déficit.


Un autre extrait, de Libération (toujours la même source)

Les malades vertueux seront-ils récompensés ?
« Le paradoxe c’est que le patient vertueux est pénalisé. Aujourd’hui, chez le spécialiste (conventionné) vous payez 25 euros dont 7,5 de votre poche ou de celle de votre mutuelle. Avec ce système, on vous dit : "Allez d’abord chez le "traitant" (coût de 20 euros dont 6 de votre poche et 1 euro de forfait)" : il vous envoie chez le spécialiste pour un avis ponctuel (coût : 40 euros dont 13 à votre charge). D’où une addition totale pour le patient de 20 euros, au lieu de 7,5 jusqu’à présent. Si vous allez voir le spécialiste directement vous êtes encore gagnant : en secteur conventionné ce sera au pire 31,5 euros dont 15,5 euros de votre poche. Absurde », calcule le docteur Sopena.

Encore faut-il trouver un spécialiste qui a pris « l’option coordonnée » à 27 euros. Ceux de secteur 1 conventionné sont intégrés d’office, mais sont rares dans les grandes villes. Et rien n’oblige ceux en honoraires libres (55 euros en moyenne à Paris) de participer à la réforme. S’ils prennent l’option coordonnée, ils doivent s’engager à y consacrer 30 % de leur activité. Et reçoivent en contrepartie des déductions de charges et peuvent majorer de 15 % leurs actes techniques (radio, échographies, etc.). « Ne seront-ils pas tentés de dire : "Je vous vois dans deux mois en "coordonné" et dans une semaine si vous venez en direct" ? », interroge le docteur Kayser
G
38 ans 744
En clair, y a pas intérêt à tomber malade... :?
37 ans 4422
Bof... j'ai discuté avec mon médecin, il me dit que c'est une grosse daube cette réforme.. (bon, il l'a dit plus joliment! :lol:)

Genre dans mon cas d'étudiante, mon médecin traitant c'est le médecin familial à Metz, mais si j'ai besoin de voir un doc à Nancy, je vais pas me laisser mourrir non plus. Idem quand j'ai eu besoin de séances de kiné .. je vais pas revenir les faire à Metz !??? :shock:

Il y a tellement d'exceptions possibles qu'on peut toujours aller voir un médecin si on en a besoin, et bien sur si on est à l'autre bout de la France aussi. Alors je crois que ca ne sert un peu à rien. Et un médecin qui augmente ses honoraires parce qu'il n'est pas notre médecin traitant, il cherche plus à se faire de la thune à nous soigner je crois ! :evil:

*coff est malade, et consultera aujourd'hui un autre médecin que son médecin traitant.. meme pas encore référent!*
25680
Moi j'aimerais bien savoir avec quels criteres ils determinent une urgence, comment ils comptent faire pour être à jour des vacances de nos médecins, et quel est la limite géographique de proximité de notre medecin referrant ?

Il y a beaucoup de clause qui me semble "douteuse" à y regarder de plus près.

Après tout si je ne l'envoie pas, la majoration est de 2 ou 3euros, comme prix de la liberté cela reste acceptable non ?
S
40 ans 985
Surtout, pour le moment, ça n'a aucun caractère obligatoire... donc si vous doutez n'envoyez pas, vous ne serez pas pénalisés... Ils m'énervent avec toutes leurs réformes qui vont nous entrainer à la finale dans un système de type américain... c'est la fin des haricots :cry:
37 ans 4422
Je fais remonter ce post, suite à la parution d'un article interessant dans Le Monde.
Je vous le mets en intégralité Citation:
Médecin traitant : cinq clefs pour comprendre la réforme
LE MONDE | 30.06.05 | 13h20 • Mis à jour le 30.06.05 | 13h20




Vendredi 1er juillet, le nouveau parcours de soins installant le médecin traitant au coeur du système de santé français va progressivement devenir réalité pour les assurés de plus de 16 ans. Avec le dossier médical personnel (DMP) annoncé pour l'année 2007, le dispositif du médecin traitant, qui est censé améliorer la qualité de notre système de soins, est l'une des mesures phare de la réforme de l'assurance-maladie du 13 août 2004. Mais la multiplication des tarifs et des niveaux de remboursement qu'il entraîne, comme l'efficacité même de cette mesure, sont autant d'interrogations que partagent usagers et médecins.



La Mutualité française, la CFDT, l'UNSA, l'Union nationale des associations familiales (UNAF), l'Association des accidentés de la vie (FNATH) et le Collectif inter-associatif sur la santé (CISS) ont dénoncé le retard pris par le gouvernement dans la publication de deux décrets ­ l'un sur les contrats complémentaires dits responsables, l'autre sur les taux de remboursement ­ qui visent à "inciter le patient à respecter le parcours de soins" . Elles ont demandé le report de la hausse des honoraires médicaux, prévue le 1er juillet, au 1er janvier 2006, date à laquelle les contrats responsables vont entrer en vigueur, et ce au nom d'"un lancement de la réforme compréhensible pour tous les assurés" .

D'autres organisations restent hostiles à la logique même de la réforme et/ou à la convention médicale qui l'a mise en musique. Tel est le cas du syndicat de généralistes MG France qui dénonce "une jungle tarifaire inexplicable" ou de la CGT qui parle d'"inégalité organisée de l'accès aux soins" .

Doit-on avoir choisi son médecin traitant au 1er juillet ? Non. On peut encore le faire d'ici à la fin de l'année, sans être pénalisé, à l'occasion d'une prochaine consultation. Toutefois, à partir du 1er juillet, si un assuré de plus de 16 ans doit consulter un spécialiste et veut être remboursé au meilleur taux, il devra passer, préalablement, par un médecin traitant. Ce dernier est le plus souvent un généraliste.

Au 28 juin, plus de 19 millions de formulaires de choix du médecin traitant avaient été retournés à l'Assurance maladie ­ soit plus de 40 % du total de bénéficiaires de plus de 16 ans ­ et 99,6 % de ceux-ci avaient désigné un généraliste. Enfin, selon la Caisse nationale d'assurance-maladie (CNAM), "99 % des médecins généralistes ont signé avec un patient un formulaire de médecin traitant" .

Est-il obligatoire de passer par un médecin traitant pour consulter un spécialiste ? Non, mais en faisant le choix de l'accès direct au spécialiste, le patient sera moins bien remboursé. Ce sera également le cas s'il consulte directement un spécialiste à l'hôpital.

Dans son projet de rapport 2005, le Haut Conseil pour l'avenir de l'assurance-maladie (Le Monde du 22 juin) relève que les spécialistes peuvent être tentés de privilégier les patients les consultant en accès direct, "qui risquent d'être, encore plus qu'aujourd'hui, les patients aisés financièrement" .

Certaines spécialités restent en accès direct : les gynécologues, pour la contraception, les interruptions volontaires de grossesse, le dépistage (les frottis) et la prévention (les mammographies) ; les ophtalmologues ; les psychiatres. Sont aussi exclus les pédiatres puisque le parcours ne s'adresse qu'aux assurés sociaux de plus de 16 ans, ainsi que les dentistes.

Puis-je changer de médecin traitant ? Oui, il suffit de le signaler à sa caisse primaire. Lorsqu'un assuré consulte un autre praticien que son médecin traitant, il doit lui demander de remplir la case, sur la feuille de soins, portant la codification "MTN" (médecin traitant nouveau). Par ailleurs, trois autres codes prévoient des exceptions qui ne font pas sortir du parcours de soins et qui ne pénalisent donc pas le patient, pour une consultation d'un autre praticien que son médecin traitant : "MTU" , en cas d'urgence médicale, "MTH" , si vous consultez hors de votre lieu de résidence habituelle (vacances par exemple) ou "MTR" , médecin traitant remplacé en cas d'absence.

Se soigner va-t-il coûter plus cher ? Oui, hors parcours de soins. En revanche, dans ce parcours, la consultation et la prescription chez le médecin traitant seront prises en charge à hauteur de 30 % par les complémentaires (contre 25 % actuellement). La Sécurité sociale continuera, elle, de rembourser 70 % des consultations, un taux qui ­ selon les déclarations du ministre de la santé, Xavier Bertrand, au Parisien du 30 juin ­, devrait baisser à 60 %, à partir du 1er janvier 2006, pour les consultations hors parcours de soins.

Dans un sondage CSA-Espace soci al, réalisé les 13 et 14 juin auprès de 952 personnes, 58 % des personnes interrogées jugent "pas justifié" que la Sécurité sociale rembourse moins les patients hors parcours de soins. Et 60 % estimaient "pas justifié" le moindre remboursement par les assurances complémentaires.

Quelles économies permettra la réforme ? "Les économies sont peu chiffrables et seront indirectes" , affirme-t-on prudemment au ministère. La CNAM avait évalué à quelque 1,5 milliard d'euros le coût des actes redondants, 10 à 15 % de l'ensemble des actes, sans compter les prescriptions supplémentaires (médicaments, examens...). Le nouveau dispositif devrait limiter la répétition d'actes médicaux. Mais c'est l'instauration du DMP en 2007, qui doit permettre au système de gagner en efficacité.

Le ministère de la santé espère que les pénalités financières hors parcours de soins inciteront les patients à utiliser celui-ci et leur permettront ainsi, à terme, d'être "mieux soignés ", ce qui entraînerait des économies pour l'ensemble du système.

L'assurance-maladie, elle, pense que, dans un premier temps, le mise en place du dispositif du médecin traitant va lui occasionner un surcroît de dépenses. En effet, en incitant les patients à emprunter le parcours de soins ­ dans lequel ils sont mieux remboursés ­, et à éviter les consultations directes chez les spécialistes (moins bien prises en charge), la facture pour la Sécurité sociale pourrait augmenter.

Rémi Barroux
Article paru dans l'édition du 01.07.05

B I U


Discussions liées