MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Faut que cela s'arrete

L
39 ans Bruxelles 1086
Rien cas me dire que je vais en parler j'en ai les larmes aux yeux.
J'ai beaucoup de choses qui devraient faire que j'aille bien, un fiancé adorable, un toit, à  
manger tous les jours,...

Mais voilà ça ne va pas, cela n'a jamais été. Je suis "souffrante" depuis toute petite, j'ai été suivi par nombres de psy, fait trois séjours en hosto psy, continue d'être suivi par un thérapeute... Pourtant rien n'y fait.

Je suis vide, je souris par habitude, j'essaie de ne plus inquieter ma famille avec mes problémes, mais je sais bien que je ne vois pas le bout de ma chute. Je suis constament stresser, tombe malade pour un rien, hésite sur tout.
J'ai envie de tout quitter, de ne plus jamais me reveiller, j'ai l'impression que je ne vis pas vraiment, que je continue par la force de l'habitude, que je fais des projets qui n'en sont pas vraiment.
Je crois même que je fais ma vie de famille pour me donner une envie de me reveiller le matin.

Mon enfance n'a pas été facile mais je crois que ca ne l'est pour personne. Je crois que c'est audelà de ce qui c'est passé dans ma vie. Même si cela y joue un rôle.
Je m'enferme le plus possible dans des mondes imaginaires, des endroits ou nul ne peut m'atteindre, des endroits ou j'oublie qui je suis.
Je lutte contre moi tous les jours, toutes les heures. ^Même si j'ai quelques instant de répis par moment, le monde réel fini toujours par me rattraper et me tuer à petits feux.

Je crois que si je n'avais pas peur du chaos qu'engendrai ma mort j'y passerai mais j'ai peur de les abandonner, j'ai peur qu'ils m'abandonnent.

Je ne sais pas pourquoi j'écris ces mots, je ne sais pas pourquoi je continue à lutter. Car personne n'a de réel solution, oh je pourrais prendre ces pillules qui me ferait être bien, mais cela ne serait pas moi.
Et j'en ai déjà tellement pris qui n'ont rien changer.

Merci de m'avoir lu.
A
40 ans 3124
Bonjour Lithanessa,

Il m'a beaucoup touché ton message.
Est-ce que tu connais la source de ce mal être?
38 ans LYON 2434
courage lithanessa, si tu as besoin de parler je suis là! n'hésite pas, on va te soutenir!!!
58 ans 251
Ton message me touche Lithanessa.
Je voudrais bien pouvoir t'aider.
J'ai souffert pendant très longtemps comme toi de ce sentiment de vie vide, d'avoir tout pour être heureuse mais de ne pas réussir à l'être et de faire semblant pour la famille.
Une phrase attire mon attention plus que le reste :
Lithanessa a écrit:

oh je pourrais prendre ces pillules qui me ferait être bien, mais cela ne serait pas moi.

Pourquoi ça ne serait pas toi ? Les anti-depresseurs ne mettent pas dans un état second, au contraire ils soignent cette saloperie de maladie qu'est la dépression et permettent de redevenir soi.
En tout cas ça a marché pour moi, mais il m'a fallu du temps, et j'ai trouvé deux bons médecins qui m'ont permis d'en parler et ont su trouver les mots qu'il fallait, les bonnes questions à poser.
Je te souhaite bien du courage et espère que tu vas t'en sortir.
On est là pour t'écouter, vas y lache toi.
L
39 ans Bruxelles 1086
Ego-brain a écrit:

Est-ce que tu connais la source de ce mal être?


Et bien je crois que tout a commencer avant même ma naissance, vu que mon pére a appris que j'etais dans le ventre de ma mére quand elle a du aller en urgence pour un recerclage.Et je suis de celle qui pense que même avant de naitre on sent si il y a un pb, mon pére était définitivement parti de la maison quand j'avais deux ans. Suite à ca ma mére a fait du chantage et ts et un juge ma confié a ma grand mére, puis on m a rediriger vers ma mére vers mes 5 ans pour éviter qu'elle se suicide. Puis j'ai eu une enfance ou je tombais souvent dans les escaliers... Enfin c'était pas facile quoi. A mes 17 ans quand j'ai fait ma ts, c'était pcq j'avais peur de partir de la maison et etre responsable du suicide de ma mére. Je sais ca peut paraitre contradictoire.

Ensuite il ne s'est plus rien passer de grave... Mais j'ai jamais reussi a m'en "remettre". Le moindre petit coup dur me refait plonger.



Citation:
Pourquoi ça ne serait pas toi ? Les anti-depresseurs ne mettent pas dans un état second, au contraire ils soignent cette saloperie de maladie qu'est la dépression et permettent de redevenir soi.


Car en plus de me faire prendre du poids, ils m'enlévent toutes volontés, on a pu me dire que ma grand mére était morte les anti dépresseurs ont tellement bien agi que j'ai rien ressenti. Je riais plus, c'est vrai que je ne pleurais plus non plus.



Merci
39 ans sud ouest 1026
Lithenessa
je crois que mettre fin à tes jours n'est pas la meilleure solution,il faut que tu trouves les petites choses de la vie qui font que tu as envie de te battre et de te lever la matin.
Je pense qu'il faut que tu continues à voir un psyciatre mais un bon,celui avec qui tu pourras te confier sans tabous et qui t'écoutera et te donnera son opinion.C'est un travail difficile car ta guérison,tu l'as fera seule,ton psy,lui,te mènera juste sur le bon chemin,à toi de ne pas te perdre...
poses toi les bonnes questions,il ne faut pas vivre selon le passé mais apprendre à vivre avec.Alors,il faut que tu te battes pour toi mais également pour ton compagnon,qui lui non plusne mérite pas de te voir malheureuse et gâcher ta vie,votre vie.
Et puis,une dernière chose,les anti_dépresseurs t'aideront juste un temps,à oublier mais ils ne font que repousser l'échéance de ta guérison.
Alors prends toi en main et dis toi que la vie vaut d'être vécue et que chaque jour qui passe,n'a pas de prix ,alors courage,gros bisous et j'espère à bientôt.
48 ans dans la lune 1661
Lithenessa :kiss:
56 ans Out of Africa... 4355
Bonjour Lithanessa,

Tu te rends compte du poids sur tes épaules de petite fille ? L'abandon de ton père, la dépression de ta mère à qui tu dois servir d'objet pour la maintenir en vie.

Et qui a pris soin de toi durant toutes ces années ? Quand as tu pu vivre ta vie d'enfant ? Qui a répondu à tes besoins à toi ? Qui a fait attention à la petite fille que tu étais ? Qui t'a protégé toi ? Qui t'a aimé durant toutes ces années ?
Je ne m'étonne pas que tu te sente si vide, si malheureuse. Ce n'était pas une vie de petite fille que tu as vécu là.

Si je puis me permettre trouve toi un très bon thérapeute qui saura t'aider à remonter la pente. Tu vas apprendre à prendre soin de toi, à répondre à tes besoins, à consoler la petite fille en toi qui a du être bien seule trop souvent.
Les anti dépresseurs m'ont fait le même effet que toi, et j'ai commencé à vraiment m'en sortir quand j'ai cessé d'en prendre, avec l'aide d'un bon thérapeute. Chacun son choix
Bon courage et prends bien soin de toi
L
39 ans Bruxelles 1086
ladybel a écrit:
Lithenessa
je crois que mettre fin à tes jours n'est pas la meilleure solution,il faut que tu trouves les petites choses de la vie qui font que tu as envie de te battre et de te lever la matin.


Je sais bien que ce n'est pas la bonne solution, techniquement ce n'est pas une solution mais une fin. Je suis pas prête à faire cette fin, même si elle me donne envie, je sais que beaucoup de personnes tiennent à moi.

Les petits bonheur j'ai du mal à les voir.


Caline: mon frére et ma soeur ont fait ce qu'ils ont pu mais bon c'était aussi des enfants. J'ai encore des contacts avec mon pére. C'est un phare dans le lointain comme on dit.
56 ans Out of Africa... 4355
J'ai connu aussi ce vide vertigineux, cet appel de la mort, cette sensation de gouffre, d'inutilité... Les livres d'Alice Milller m'ont été d'un grand secours et les membres de son équipes sont formidables.
Prends bien le temps d'aller sur son site, de lire ses articles sur la dépression, sur la colère. Tu vas trouver des réponses.

Quant aux thérapeutes, il m'a fallu du temps et pas mal d'essai avant d'en trouver un relativement bon : comme dans tous corps de métier, il y en a des mauvais, des plus ou moins bon et, plus rares, des exceptionnels..

Accroches toi

Bises
57 ans 560
ladybel a écrit:
Et puis,une dernière chose,les anti_dépresseurs t'aideront juste un temps,à oublier mais ils ne font que repousser l'échéance de ta guérison.

Dans le cas d'une question aussi délicate, les commentaires se doivent d'être soigneusement pesés et cette partie est totalement fausse.
Les anti dépresseurs (AD) sont à utilisés avec précaution certes mais un médecin et/ou un thérapeute est plus à même que le commun des mortels pour expliquer le pourquoi et le comment le combien de temps. Il appartient au patient de faire part de son resentit très rapidement pour que la molécule puisse être correctement choisie et correctement dosée.
Il y a des exceptions en toute chose mais les en régle gle les AD ne repoussent pas la guérison!
Caline a écrit:
Si je puis me permettre trouve toi un très bon thérapeute qui saura t'aider à remonter la pente. Tu vas apprendre à prendre soin de toi, à répondre à tes besoins, à consoler la petite fille en toi qui a du être bien seule trop souvent. Bon courage et prends bien soin de toi

Je ne saurai mieux dire
Courage
39 ans sud ouest 1026
je répète juste ce que m'a dit mon psy point barre!!!
58 ans 251
Ce psy voulait sans doute dire que les AD ne font pas tout. Sans une aide thérapeutique il est difficile de s'en sortir, la dépression recommence qlqs années plus tard.
Lithanessa, prends soin de TOI, pense à te faire du bien, à te faire plaisir, tu as le droit au bonheur, toi, pour toi, pas pour faire plaisir à d'autres. Tu as le droit de dire je et d'exister par toi même.
Enfin, je dis ça car il me semble que tu ne te l'autorises pas. Même pour le suicide, tu dis que ça ferait trop de peine à trop de personnes. C'est surtout parce qu'il y a d'autres issus pour toi, parce que tu peux retrouver (ou trouver ...) le bonheur, il faut y croire.
Tu n'avances pas avec ton thérapeute ? Il parle ? Il faut trouver le bon, ce n'est pas facile.
Bon courage en tout cas.
52 ans 92 746
Bonsoir Lithanessa,

J'ai également été très touchée par tes mots.
J'aurais pu en écrire certains il y a plusieurs années...

Tu écris que personne n'a de solution, pourtant si tu es venue écrire ici, ne serait-ce pas que quelque part tu espères tout de même qu'il peut y en avoir une, de solution ?
Maintenant, c'est certain, c'est épuisant de lutter, surtout contre soi-même, et de tenter de faire illusion.

N'oublies pas à quel point tu es forte, puisque tu es bel et bien là aujourd'hui, malgré toutes les épreuves traversées.
Gardes espoir, cela vaut la peine, même si le chemin semble long et difficile.
Prends bien soin de toi. :)
L
39 ans Bruxelles 1086
Citation:
Tu n'avances pas avec ton thérapeute ? Il parle ? Il faut trouver le bon, ce n'est pas facile.


En effet c'est pas facile j'en ai vu au moins une 20 aine depuis mes 14 ans. Celle-ci est bien mais c'est long comme travaille et comme elle voit que je suis en pente descendente elle veut me voir deux fois par semaine au lieu d'une fois.

Citation:
Tu écris que personne n'a de solution, pourtant si tu es venue écrire ici, ne serait-ce pas que quelque part tu espères tout de même qu'il peut y en avoir une, de solution ?
Maintenant, c'est certain, c'est épuisant de lutter, surtout contre soi-même, et de tenter de faire illusion.


Je crois que j'ai écris pour pouvoir le dire à quelqu'un autre qu'il ne soit payer pour m'entendre.¨Pour mettre des mots sur ce ressenti, pour prendre un peu de votre courage.
B I U