MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

RA, vie sociale et vie de famille

49 ans vigo Espagne 195
vous gerer ça comment? les repas par exemple, quand vous avez faim vers 11h, vs mangez? et après si à l'heure du repas vs n'avez pas faim, vs regarder les  
autres manger?

pour le moment, meme si je n'ai pas faim, je reste à table, je mange un peu, pr ne pas avoir de qustion.

en fait, je pense que la ra, c'est MA ra, et j'ai encore des mecanismes d'avant avec mes enfantsÇ: si une heure apres le repas, ils viennent en me disant avoir faim, je leur dis qu'ils doivent attendre le gouter. Je n'ai aps envie qu'il grignotte n'importe quand, et je préfère qu'ils mangent bien aux repas pour attendre le suivant. Et pourtant je suis consciente que c'est anti-ra ça... Ms jie ne m'imagine pas leur donner à manger dès qu'ils me disent j'ai faim (surtt que parfois, ça semble lié à l'ennui...)

vs gerez ça comment chez vous? et les sorties restau ou invit chez les amis?
54 ans 251
C'est mon grand problème !
J'avais commencé ma RA avant les vacances. Je vis seule, c'était facile (presque ...). Et puis sont arrivées les vacances, en famille ou entre amis : faire à manger pour tout le monde, à heures fixes, ouhla mais je n'écoute plus mon corps là ! Bref j'ai mis la RA entre parenthèses.
Fin des vacances, je reprends. Mais je ne sais pas gérer les invitations à des repas, ça me décale complètement.
Bref j'attends comme toi les bonnes idées et conseils des vlriens expérimentés.
70 ans 3528
Pour ce qui est de la vie de famille je ne saurai pas trop conseiller car quand j'ai fait ma RA je vivais seule (enfin, en coloc, mais on ne prenait pas forcement nos repas ensemble) et aujourd'hui encore avec zhom, on mange chacun quand on a faim, meme si au final on partage naturellement un ou deux repas par jour (on a pas du tout le meme rythme de vie de toutes facons... :roll: )

Pour la vie sociale (invitation chez des amis, au restaurant etc.) je respecte betement le principe de la RA (j'ai faim: je mange et je m'arrete de manger quand je n'ai plus faim) mais je m'adapte un tout petit chouilla. Par exemple, si je suis invitee a manger a 20h, et que j'ai faim a 18h et bien j'adapte en fonction de ma faim. Si c'est juste un ptit creux, je laisse passer pour avoir le plaisir d'arriver au repas avec une faim de loup. Si par contre j'ai vraiment faim je me fais une petite collation histoire de ne couper ma faim que pour 1h ou 2h.

J'ai aussi un petit appetit, donc si c'est un repas "entree/plat/dessert" je ne me sert que de toutes petites quantites que je mange lentement (histoire de pas avoir mon assiette vide quand tout le monde mange encore) j'arrive ainsi a la fin du repas sans avoir depasser ma satiete et en ayant mange (presque) de tout (donc en ayant epargne la sensibilite de mes hotes ;) )

Le plus difficile en fait, pour moi, ce sont vraiment les quantites... je me souviens au Nigeria avec mon homme, partout ou on allait les gens cuisinaient pour nous. C'est genial car ca m'a permis de decouvrir plein de nouveaux plats mais... une enorme assiette a chaque fois! :shock: evidemment je ne pouvais manger que quelques cuilleres et c'est vrai que ca la fout un peu mal... donc je faisais manger mon homme en cachette :lol:

Sinon, il faut aussi savoir qu'avec le temps ces sensations de faim/satiete ainsi qu'un rythme regulier deviennent assez naturels. Il devient donc de plus en plus facile de s'adapter a des rythmes de repas differents ou a des invitations ponctuelles tout en respectant sa faim/satiete et sans mettre en l'air tous les efforts precedents.

Pour la famille, quand j'y retourne, je leur ai carrement explique sur quelle base je me nourrissais (ma faim) et que ca n'etait pas negociable. Tellement de gens ont des regimes bizarres aujourd'hui que finalement expliquer sa maniere de se nourrir (voire, s'ils sont receptifs, la raison pour laquelle on le fait) est devenu quelque chose d'assez commun. ;)
36 ans Paris 1810
Je ne pense pas forcément faire une RA au sens strict, mais j'ai pris l'habitude depuis un an ou deux de manger quand j'ai faim, et ce quelque soit l'heure. Ce qui effectivement n'est ni courant, ni forcément bien vu.

Mon chéri, qui sait que j'ai souffert pendant des années d'anorexie et boulimie, est plutôt très content de ça, car dès qu'il me voit manger en fait, il est content :lol: Donc ça ne pose pas de problème. Il était un peu triste, au début, qu'on ne mange pas ensemble le soir (souvent, le soir, je n'ai pas faim du tout, ou ça me prend vers 22h ; bref, ce ne sont pas ses horaires à lui quoi!) mais il s'y est fait. Le weekend, comme il n'a pas des horaires stricts comme en semaine, souvent il s'adapte à mon rythme et mange quand j'ai faim. En bref c'est un amour, il n'est vraiment pas chiant.

Pour la famille, c'est moins facile. Je vais environ 2 fois par mois voir ma mère, ou mon père, ou les deux... Et ils tiennent beaucoup, l'un comme l'autre, à faire des "vrais" repas quand je viens : entrée, plat, dessert ; et à heure fixe siouplé! :)
Comme je sais que ça leur fait plaisir, que ce n'est pas fréquent, et comme j'ai été trop longtemps désociabilisée par le passé à cause de mes tca, je fais en sorte de me plier à ce rituel. En gérant de manière à "provoquer" ma faim pour l'heure juste.
56 ans Région parisienne 2154
Même question et pas de réponse :?
Surtout que je travaille avec des enfants et que je mange avec eux le midi. Quant aux vacances en famille, aïe aïe aïe.

Quand je vais bien, je joue sur les quantités : minimes quand j'ai pas trop faim. Quand je vais bien... Les réflexes compulsifs reviennent vite...

Quant à mon fiston de presque 3 ans, J'essaye d'avancer l'heure des repas quand il a faim, ou de lui proposer des mini-collations. Surtout que s'il me voit manger, il veut aussi. Pas simple !

C'est pour ça que je pensais acheter le dernier livre d'Apfeldorfer. Mais 22 € :shock: ça attendra Noël :D

Juste, je me dis que la RA c'est réapprendre, et que si mon fiston apprend tout court, ben il aura peut-être jamais besoin de passer par la RA ! Enfin, j'espère...

Quant au resto, selon les convives je gère (y a des gens comme moi) soit je me laisse entraîner, et alors je me rassure en pensant que j'attendrai d'avoir faim...

Mais c'est aussi vrai que j'attends aussi les rares jours où je suis seule pour enfin m'offrir un repas gâteau au chocolat !
B I U