MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

les dons de sperme

10361
je tombe un peu des nues, car je viens d'apprendre un truc.
en ce moment il ya une campagne de sensibilisation pour les dons de sperme, car selon cette campagne on  
en manque enormement, pour pouvoir satisfaire a toute les demandes.

Ce que je ne savais pas par contre, c'est que pour faire un don de sperme, il fallait etre agé de moins de 48 ans, mais surtout, que si on est marié avoir l'accord de l'épouse ( ça bon ca me choque moins que le reste ..) MAIS, etre déja père.. Ca franchement ca me scie un peu ..
Pourquoi cette barrière supplémentaire ?
39 ans mantes la ville(78) 4522
moi aussi je trouve cette dernière information bizarre car en belgique le don n 'est pas soumis au meme conditions.
56 ans 91 25732
C'est pareil pour les dons d'ovocytes ou les dons d'embryons, il faut être parent pour le faire.

Je pense qu'en mettant cette mesure en place, le législateur a voulu que les personnes qui font un don le fassent vraiment pour aider des personnes qui, sans aide, ne pourraient pas procréer et être parents.

Et je pense aussi qu'il a du vouloir éviter que des personnes qui n'ont pas pu ou voulu avoir d'enfant après don ne regrettent pas leur geste par la suite en se disant que quelque part, se trouve peut-être le ou les enfants qu'ils auraient pu avoir.

Je vais prendre notre exemple. Il nous est resté, après que nous ayons été obligés d'arrêter les traitements, deux embryons congelés qu'on ne pouvait pas me réimplanter pour raisons médicales (le traitement serait trop dangereux pour moi, voire mortel).

Je n'ai pas eu le droit d'en faire don à un couple (il faut être parent pour faire un don d'embryon) et je pense que c'est mieux. Je ne sais pas si je supporterais l'idée que, quelque part, "notre" enfant vive avec d'autres parents, alors que nous n'avons rien et aucun espoir d'en avoir un jour. :( Il me semble que je le chercherais dans tous les enfants que je verrais...

C'est la même chose pour les dons. Ca doit être très difficile de penser que peut-être quelque part se trouve l'enfant qu'on n'a pa pu avoir.

Au moins quand on est déjà parent, on n'a plus à se réaliser dans ce désir : il existe. Le don devient désintéressé et est certainement vécu différemment.
56 ans 91 25732
De la même façon, si mon mari avait eu le droit de faire un don de sperme, je ne sais pas si je supporterais bien l'idée que quelque part une femme a peut-être un enfant de lui alors que moi non. :(

Et je pense que pour lui c'est pareil. Il avait envie d'un enfant à élever, pas d'un enfant dont il ne saurait jamais rien. Si nous avions eu des enfants ensemble, ça n'aurait pas été pareil. ;)
10361
enfin je trouve cela choquant pour ma part (enfin de mon coté mec paty mais je comprends bien ton point de vue) je m'explique. prennons le cas d'un homme qui ne désire pas se marier ou qu'il soit gay. Mais quand même avec le désir de donner la vie. L'on doit lui faire " payer" ces choix, en lui interdisant de donner la vie ? enfin moi je me choque.. mais bon ..;
56 ans 91 25732
Je comprends bien qu'on puisse avoir envie de donner la vie.

Mais donner la vie à quelqu'un dont on n'est pas sûr qu'il existera et qu'on ne verra jamais ? (car le don est anonyme et jamais on ne sait qui a reçu le don).

Dans le don de gamètes il y a justement l'idée qu'on ne sera pas parent dans le sens total du terme, mais uniquememnt géniteur d'un enfant qu'on ne connaîtra jamais. Tu crois que ça peut suffire cette idée là ?
108 ans 6176
Effectivement dans de nombreux pays, ces conditions ne sont pas requises, pour pouvoir effectuer un don ( encore que dans des pays comme la suisse ou la belgique c'est plutot de la vente de sperme) mais à l'inverse, dans d'autres pays le don n'existe même pas alors certes la loi francaise peut sembler strict mais le don est permis et ça, c'est déjà formidable, pour les quelques milliers,chaque année, de receveurs qui, comme nous,peuvent bénéficier d'un don.

Ca peut sembler bizarre mais on demande aux donneurs d'etre déjà père pour éviter, si par la suite le donneur n'a pas d'enfant ou que par maladie ou accident, qu'il ne puisse pas en avoir, qu'il n'ait le désir de réclamer un droit sur les enfants issus de son don ( même si légalement il ne le peut pas). Demander à un donneur d'etre déjà père, c'est comme demander à un homme qui va donner un rein, d'avoir un 2nd en parfait état de fonctionner seul.

Donner ses gamètes, ce n'est pas comme donner du sang ( même si ces messieurs en produisent des millions et des millions tout au long de leur vie). Moralement, c'est bien plus délicat. De mon point de vue personnel de receveur, je pense qu'un homme déjà père est plus à même de comprendre la portée de son acte, tant dans le don que ,surtout, dans l'abandon des droits à paternité qu'il doit effectuer au profit du père receveur. Je ne dis pas qu'un homme sans enfant ne ferait pas un bon donneur ou qu'il n'aurait suffisament de sensibilité pour le faire mais renoncer à des droits parentaux alors cet enfant issu de notre don est peut-etre le seul enfant biologique qu'on aura, ça me semble plus délicat à faire pour les hommes pas encore non pères.

A titre personnel, je pense que la loi est plutot bien faite. Elle protège au mieux les interêts des enfants issus de ces dons, tout en privilégiant les liens avec les parents receveurs: les parents sont reconnus comme tel avant même l'attribution du don, et le donneur renonce à tout droit sur ce qui pourrait naitre de ses gamètes. Il conserve le droit tout de même de pouvoir retirer ses gamètes des dons attribuables s'il en a envie ( sauf pour les paillettes de sperme déjà attribuées qui restent la propriété du couple receveur). Certains trouveront peut-etre que le donneur est vite oublié, c'est vrai, mais c'est aussi grâce à cette condition d'éviction du donneur( même si on le remerciera jamais assez) que le couple receveur peut se sentir pleinement parents de l'enfant. Un 2eme homme dans un couple, c'est un de trop, ça risque de déséquilibrer la cellule familiale. Je ne sais pas si je suis bien claire, j'ai beau etre directement concernée, c'est difficile de mettre des mots sur ce que je pense et ressens :D.

J'ajouterai pour finir, mais là aussi c'est un ressenti très perso, que savoir le donneur, déjà père, me permet de ne pas avoir l'impression qu'on s'est attribué une parentalité qui n'est pas la nôtre ( même si biologiquement cet enfant à venir est le mien).

Quand aux hommes non désireux de se marier ou gays, s'ils veulent donner la vie,rien ne les empêche de devenir père ( la gestion pour autrui est autorisé dans plusieurs pays étrangers). Mais s'ils veulent juste effectuer un don pour donner la vie, je ne pense pas qu'ils soient dans la bonne démarche psychologique. Effectuer un don de sperme, ce n'est pas donner la vie ( un don d'ailleurs ne donne pas forcement naissance a un enfant), c'est simplement donner un espoir à un couple de fonder une famille, et non pas se donner un espoir d'avoir une descendance biologique, même inconnue.
56 ans 91 25732
trisss a écrit:
J'ajouterai pour finir, mais là aussi c'est un ressenti très perso, que savoir le donneur, déjà père, me permet de ne pas avoir l'impression qu'on s'est attribué une parentalité qui n'est pas la nôtre ( même si biologiquement cet enfant à venir est le mien).


Je viens de poser la question à une collègue qui a bénéficié d'un don de sperme et a eu un petit garçon.

Elle dit à peu près la même chose que toi. Le psy du CECOS leur a dit que dans le cadre d'un don de gamètes, il faut bien comprendre justement que le but n'est pas de "donner la vie" mais d'offrir à un couple qui ne le peut pas la possibilité d'être parents et que c'est eux qui vont donner la vie. Un donneur ne doit pas vouloir être père pour donner son sperme, il doit vouloir donner la possibilité d'une paternité à un autre homme et pour cela, toujours d'après la psy, il vaut mieux être père soi-même car on n'a rien à se prouver et on prend mieux conscience de la portée du don.
10361
enfin ca c'est la vu d'un psy, c'est pas forcement parole d'évangile non plus hein ?
Parfois simplement donné cette possibilité a un autre couple ( et non pas penser que l'on est père par procuration hein ?) pour les raisons que j'invoque plus haut, hé bien parfois ca peut suffir. Dans mon esprit ce que je voulais dire, ce n'est pas tant donner pour se dire.. wééééé je suis un homme, j'ai un enfant quelque part. mais plutôt de donner simplement pour le plaisir de donner. De donner une possibilité a d'autres d'avoir un enfant ou pas.Simplement donné a titre purement désintéressé , et non pas pour faire une " couvade" par procuration et flatter son égo en donnant. non simplement offrir comme un cadeau une alternative a d'autres. enfin je m'égare ... Bon pas grave . :arrow:
L
42 ans Angers,49 1219
Bonjour!je comprends ce que tu veux dire,co_lette.Je pense qu'effectivement,quand on fait un don,quel qui soit,c'est désintéressé donc ce genre de restrictions n'est pas forcément justifiées.C'est aussi à cause de cela qu'il y a tout un réseau parallèle,où l'on peut monneyer son don, qui se met en place car,vu l'attente et le manque de dons,ben,on a pas trop le choix.Sachant quand début d'année prochaine, la loi de bioéthique va être revue et qu'il y a de fortes chances pour que le secret de l'identité du donneur soit révélé, à un moment donné,peut être quand l'enfant aura 18 ans,je doute fort que les dons feront légion! et ce sont des couples comme le mien qui allont trinqués!enfin,je sais même pas si je vais commencer un jour ou l'autre alors,désormais,je me suis fait une raison :roll: .
2812
leeloo30 a écrit:
Bonjour!je comprends ce que tu veux dire,co_lette.Je pense qu'effectivement,quand on fait un don,quel qui soit,c'est désintéressé donc ce genre de restrictions n'est pas forcément justifiées.C'est aussi à cause de cela qu'il y a tout un réseau parallèle,où l'on peut monneyer son don, qui se met en place car,vu l'attente et le manque de dons,ben,on a pas trop le choix.Sachant quand début d'année prochaine, la loi de bioéthique va être revue et qu'il y a de fortes chances pour que le secret de l'identité du donneur soit révélé, à un moment donné,peut être quand l'enfant aura 18 ans,je doute fort que les dons feront légion! et ce sont des couples comme le mien qui allont trinqués!enfin,je sais même pas si je vais commencer un jour ou l'autre alors,désormais,je me suis fait une raison :roll: .


Les premiers enfants issus de ces dons sont aujourd'hui adultes et certains souffrent de ne pas savoir d'où ils viennent.

A lire : http://www.liberation....iete/0101268328-au-don-du-pere
L
42 ans Angers,49 1219
Ceci est un autre débat,soleilmoon.Je n'ai rien contre le fait de la recherche de parentalité.Les enfants adoptés sont aussi dans une démarche similaire et il est vrai que,pour eux,on les autorise à chercher leurs parents mais dans le cadre de la pma,ce n'est déjà pas facile à accepter de recevoir un don de sperme ou d'ovule d'une tierce personne donc ce sera d'autant plus dur si on sait que l'enfant que l'on va porter,pourra un jour nous claquer la porte au nez,en disant qu'il veut retrouver son père ou sa mère d'origine! C'est pour cela qu'il faut ne rien cacher à cet enfant et lui expliquer dès qu'il est en âge de comprendre ses véritables origines.Perso,je trouve que c'est le mieux.Après,il sera toujours temps d'aviser mais les choses seront claires.
Ce que je crains le plus,c'est qu'avec la levée du secret médical,c'est la mise en place d'un autre réseau,plus malsain celui-ci (ex: don de sperme artisanal,mère porteuse etc...)parceque,faut pas se leurrer,cela va forcément ralentir les dons.Déjà qu'on est à la traîne,à ce niveau-là,en France! Et puis, comme je le disais, ça reste un don qui,à la base,est anonyme et gratuit.Pense tu que le papa ou la maman qui a fait ce don,a réellement envi de voir une tierce personne,un jour,pointée le bout de son nez,en lui disant "bonjour,vous vous souvenez de tel jour,à telle heure,vous avez un don de sperme ou d'ovule?Ben le bébé,né de ce don,c'est moi!"Bonjour l'angoisse!
Je suis d'accord pour les enfants qui ont de réels problèmes d'identité ou des problèmes de santé mais pour tous ceux et celles qui le vivent bien,ce n'est peut être pas utile.Et puis,mets toi deux minutes à la place de gens comme nous.On en chie(excuse mais y a pas d'autres termes plus explicites) bien assez,entre le poids,le psy,la santé etc...sans compter le manque de communication entre médecins,pour ne pas avoir en plus la crainte de voir cet enfant partir à tout jamais.Je sais pas si tu as lu les autres témoignages mais faut pas croire que c'est gagné d'avance.C'est un problème très délicat à résoudre et avec la ministre de la santé à la c** que l'on a,j'ai bien peur que cela n'empire!enfin bref,on verra bien.Merci. ;)
L
42 ans Angers,49 1219
Au passage,merci co_lette d'avoir posé la question car j'y pensais! ;)
2812
leeloo30 a écrit:
Ceci est un autre débat,soleilmoon.Je n'ai rien contre le fait de la recherche de parentalité.Les enfants adoptés sont aussi dans une démarche similaire et il est vrai que,pour eux,on les autorise à chercher leurs parents mais dans le cadre de la pma,ce n'est déjà pas facile à accepter de recevoir un don de sperme ou d'ovule d'une tierce personne donc ce sera d'autant plus dur si on sait que l'enfant que l'on va porter,pourra un jour nous claquer la porte au nez,en disant qu'il veut retrouver son père ou sa mère d'origine! C'est pour cela qu'il faut ne rien cacher à cet enfant et lui expliquer dès qu'il est en âge de comprendre ses véritables origines.Perso,je trouve que c'est le mieux.Après,il sera toujours temps d'aviser mais les choses seront claires.
Ce que je crains le plus,c'est qu'avec la levée du secret médical,c'est la mise en place d'un autre réseau,plus malsain celui-ci (ex: don de sperme artisanal,mère porteuse etc...)parceque,faut pas se leurrer,cela va forcément ralentir les dons.Déjà qu'on est à la traîne,à ce niveau-là,en France! Et puis, comme je le disais, ça reste un don qui,à la base,est anonyme et gratuit.Pense tu que le papa ou la maman qui a fait ce don,a réellement envi de voir une tierce personne,un jour,pointée le bout de son nez,en lui disant "bonjour,vous vous souvenez de tel jour,à telle heure,vous avez un don de sperme ou d'ovule?Ben le bébé,né de ce don,c'est moi!"Bonjour l'angoisse!
Je suis d'accord pour les enfants qui ont de réels problèmes d'identité ou des problèmes de santé mais pour tous ceux et celles qui le vivent bien,ce n'est peut être pas utile.Et puis,mets toi deux minutes à la place de gens comme nous.On en chie(excuse mais y a pas d'autres termes plus explicites) bien assez,entre le poids,le psy,la santé etc...sans compter le manque de communication entre médecins,pour ne pas avoir en plus la crainte de voir cet enfant partir à tout jamais.Je sais pas si tu as lu les autres témoignages mais faut pas croire que c'est gagné d'avance.C'est un problème très délicat à résoudre et avec la ministre de la santé à la c** que l'on a,j'ai bien peur que cela n'empire!enfin bref,on verra bien.Merci. ;)


Rien ne dit qu'un enfant, même génétiquement le sien, ne claque pas un jour la porte au nez. Si tu as cette peur, peut-être faut-il renoncer à avoir un enfant. Je suis très dure mais je me pose de plus en plus de question sur cette société où règne cette idée "d'enfant à tout prix". Je trouve que les grands oubliés dans tout ça, ce sont les enfants. On pourra me répondre qu'il y a l'amour qu'on apportera à ses enfants. Mais l'amour ne fait pas tout.
52 ans 9077
SoleilMoon a écrit:
Je suis très dure mais je me pose de plus en plus de question sur cette société où règne cette idée "d'enfant à tout prix". Je trouve que les grands oubliés dans tout ça, ce sont les enfants. On pourra me répondre qu'il y a l'amour qu'on apportera à ses enfants. Mais l'amour ne fait pas tout.


ça c'est typiquement des paroles que j'ai entendu venant de personnes n'ayant eu aucun problème pour avoir des mômes...

Je ne vois pas en quoi les enfants sont les grands oubliés dans l'histoire :roll:

Ma première fille est née grace à une fiv et un jour elle m'a dit "vous vouliez avoir sacrément envie de moi pour faire tout ce que vous avez fait"

Elle a tout compris...elle....
B I U


Discussions liées