MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

bypass : quel recul a t on aujourd'hui?

L
42 ans Angers,49 1219
Bonjour!Je profite de l'intervention de yubaba,sur un autre post,qui disait que le bypass,contrairement,à l'anneau, se pratique depuis les années 60.
La question que je me pose,c'est que savons nous vraiment du  
bypass aujourd'hui?Il existe peu ou pas d'études sur le sujet et je trouve cela dommage.On entend bien des discours différents mais quel impact a t il sur nous,opérées,dans notre société actuelle? :roll:
M
36 ans 28
L'impact sur notre vie ?? la rendre meilleure, tout simplement...
40 ans Ici et là-bas 3402
megane2693 a écrit:
L'impact sur notre vie ?? la rendre meilleure, tout simplement...


Certes, m'enfin, ils te réorganisent tout le système digestif donc, bon, à long terme, est-ce que cela n'a pas d'impact négatif sur le corps? Ben ouais, je pense que ce serait intéressant de savoir....
M
36 ans 28
Des carences, si tu n'es pas suivie.

Tu peux perdre tes cheveux et meme tes dents. Faut vraiment prendre ses vitamunes religieusement !
67 ans Charente Maritime 3080
Voici un lien, certe en anglais, que j'ai déjà donné ici et qui répond bien à la question http://www.weightlosss.../en/news?id=334&archive=200707

Ou alors, on peut être pragmatique, et bassement matérialiste, comme la sécu française :
Citation:
Obésité : deux études de l'Assurance Maladie page 14.
Le montant moyen remboursé à un patient dans les six mois précédant le jour de son intervention s'élève à 2 471 euros ; il n'est plus que de 1 975 euros six mois après le jour de son intervention. Cette baisse est imputable à celle des dépenses d'hospitalisation (1 294 euros six mois avant, 592 euros six mois après). Les autres postes de dépenses dans leur ensemble sont à l'inverse en augmentation, le coût moyen d'un patient passant de 1 177euros six mois avant à 1 383 euros six mois après l'intervention.
L
71 ans 7508
Je pense que il y a plus d'études qu'on ne le croit à son sujet mais peut-être moins accessibles étant surtout en anglais.

Par contre pour ce qui est de l'impact sur notre vie sociale, je pensais que c'est seulement maintenant que devrait commencer les études, la chirurgie étant entré et devenu presque un peu commune dans nos mœurs depuis peu. De même pour les chirurgies esthétiques de plus en plus consommer à outrance.
56 ans 91 25732
C'est vrai que ce n'est pas facile de trouver des infos, surtout en français (et si possible dans un langage accessible).

Par exemple ce que j'aimerais savoir, c'est l'impact d'une chirurgie malabsorptive dans le cadre de l'absorption des médicaments.

Il serait également intéressant de savoir comment "vieillit" une chirurgie bariatrique, s'il y a des risques plus élevés d'avoir certaines maladies, puisque certaines substances de la digestion se retrouvent à des endroits où elles n'ont normalement rien à faire.

J'aimerais aussi savoir comment ça se passe dans le cadre des chimiothérapies, car malheureusement les chirurgies bariatriques ne protègent pas des cancers...

En fait ce n'est pas tellement l'impact à 5 ans qui m'intéresse, mais beaucoup plus tard. Et là je ne suis pas certaine de trouver beaucoup de choses.
56 ans 91 25732
Zut j'ai posté trop vite ! :evil: :lol:

Je me rends compte que beaucoup d'études s'attardent surtout sur le "coût" d'un patient ou sur les éventuelles incidences par rapport à certaines maladies. Mais là encore ce qui compte, c'est le coût !

J'aimerais des études plus humaines, plus basées sur ce qui attend réellement les personnes opérées sur 10 ans, 20 ans et plus et moins sur l'argent.

Là j'ai l'impression qu'on focalise sur ce que coûte un gros et ce qu'il coûte en moins quand il a maigri. Ensuite un peu sur les risques cardio vasculaires et le diabète essentiellement, puis dans une moindre part sur certaines pathologies associées à l'obésité.

Mais le reste ? On en parle où ? A moins qu'un patient qui a eu une chirurgie bariatrique ait une vie totalement normale après ? Le souci c'est que j'en doute, trop de mécanismes sont modifiés pour qu'il n'y ait pas quelques incidences. :?
40 ans Ici et là-bas 3402
megane2693 a écrit:
Des carences, si tu n'es pas suivie.

Tu peux perdre tes cheveux et meme tes dents. Faut vraiment prendre ses vitamunes religieusement !


Oui mais il n'y a pas que çà et je parle de ce dont parle Patty, à long terme, comment cela se passe t-il pour le corps, pour la "mécanique" interne??

Bref, Patty tu poses pile poil les questions que je me pose!
L
71 ans 7508
En plus c'est qu'en général ils attendent qu'il y ait un bin's quelque part pour se mettre à étudier donc pour les cas de by-pass je me demande ce qu'il leurs faudrait...
A
40 ans villeneuve la garenne 78
je pense quand meme que depuis les années soixante les probleme liés au by pass on ete decouvert que des precautions ont ete prise sinon il opererait en sachant que tot ou tard cela nous ferais du mal
ca serait pas logique

biz
56 ans 91 25732
Dans la plupart des traitements, il y a des inconvénient qui ne sont détectés que bien après le début de leur application.

Si on devait attendre d'être certain de tout connaître sur un traitement ou une intervention sur le long terme, on ne ferait plus grand chose...

Par exemple, il y a quelques années encore, on donnait un médicament pour la douleur, le Glifanan, comme on aurait donné de l'aspirine, ou du paracétamol actuellement. C'est très tard qu'on a découvert la toxicité de ce médicament pour les reins et qu'on l'a retiré du marché. Idem pour certaines spécialités qui font maigrir. Il en a fallu des années, et des morts, pour qu'on comprenne enfin la dangerosité des extraits thyroïdiens !

Dans le cadre des FIV pratiquées avec des spermatides, on ignore toujours si les petits garçons nés de cette façon n'auront pas de graves problèmes de fertilité. Quant aux petites filles, on ne sait pas du tout non plus si elles peuvent être porteuses d'une anomalie. Pourtant on continue ces traitements.

Dans les FIV en général, avec les quantités astronomiques d'hormones qu'on donne aux femmes, le développement des traitements et le nombre accru de couples qui y ont accès, il est fort probable qu'on va assister à un développement des cancers génitaux et du sein dans les années à venir. Mais ça on ne le dit pas, on vous pique c'est tout parce qu'on n'est pour le moment sûrs de rien. C'est mon gynéco qui m'a avertie du risque et m'a conseillé un suivi plus pointu. Jamais on ne m'avait laissé entendre en PMA qu'il pourrait y avoir ce type de risque, ce qui parait logique quand on y pense... :?

Et ce ne sont que des exemples. On peut commencer à détecter les problèmes quand ils se passent à une échelle assez grande, tant que ça reste isolé, on pense que le cas est isolé. Le bypass a commencé à être très employé en France depuis les années 90 (surtout à partir de 2000), un peu plus tôt aux USA. Avant c'était encore une intervention marginale, donc s'il y a eu des complications ou problèmes, on n'a pas pu les rapprocher des interventions, le nombre était trop faible.

Mais dans une vingtaine d'années, je pense qu'on aura un recul suffisant pour se rendre compte des soucis que peut provoquer le vieillissement d'un bypass, s'il y a des soucis. Peut-être qu'au contraire on n'y trouvera que des avantages, c'est en tout cas ce que je souhaite. ;)
A
40 ans villeneuve la garenne 78
bonsoir patty
je pense qu on a pas les meme information
aparament pres de chez moi il y a un hopital qui a pratiqué ca premiere intervention en 1969
c est pour cela que je pense que si des cas revenait a repetition on pourrait en etre avertie

comme pour l anneau qui a ete pratiqué bien plus tard il y a eu beaucoup de souci au depard mais le materiel a ete adapté avec le temps

aujourd hui je pense qu un by passé n a pas plus de risque qu un autre d avoir des maladie grave avec les année a condition d etre suivi bien entendu

c est mes opignon

biz
56 ans 91 25732
Je n'ai jamais dit que les bypass n'avaient pas été pratiqués dans les années 60, je dis que jusque dans les années 90, c'est une intervention qui est restée très marginale et que si, par exemple, des bypassés ont eu des cancers de l'estomac, il y avait trop peu de bypassés pour qu'on puisse faire des statistiques et conclure que le bypass élevait le risque de cancer de l'estomac.

Par contre maintenant que cette intervention est plus pratiquée, on va pouvoir commencer à voir si elle pose des problèmes et à quel niveau (peut-être qu'elle n'en pose pas !).

C'est le même problème qu'avec la vaccination de l'hépatite B et la Sclérose En Plaques (SEP). Tant que la vaccination était pratiquée sur une petite partie de la population, personne n'a pensé à faire le lien entre les vaccinés et la SEP. Il y avait des SEP, mais les statistiques restaient dans la normale, donc on n'avait aucune raison d'aller chercher une explication. Mais depuis que la vaccintation se pratique à une plus grande échelle, et qu'on a constaté une augmentation de la SEP, notamment chez les personnes vaccinées, on a pu faire un rapprochement entre le vaccin et la maladie (même si rien n'est encore certain).

Pour avoir des statistiques fiables sur le long terme, il faut avoir un échantillon de personnes suffisant et pour le bypass, l'échantillon (interventions faites entre 1970 et 2000 à peu près) est encore trop faible pour savoir si on peut rapprocher ou pas certaines pathologies de l'intervention.

Dans 20 ans (peut-être un peu avant si on se base sur les stats des USA, mais encore faudrait-il qu'on ait les mêmes critères qu'eux...), avec l'augmentation du bypass ces dernières années, on aura un échantillon suffisant pour savoir s'il y a des risques. Et encore faudra-t-il contrebalancer ces risques avec les avantages de l'intervention ! ;)
B I U


Discussions liées