MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de vider mon sac...

S
70 ans 7
Je suis une habituée du forum, mais voulant garder un certain anonymat, j'ai créé un nouveau compte pour vider mon sac...

Je ne sais pas par quoi commencer, je vais tenter  
d'être claire mais je ne peux vous l'assurer...

Mon père est à la rue.

Mon père a quitté sa région natale pour la Belgique il y a près de 30 ans, s'est installé avec ma mère et m'a eu.
J'ai passé une enfance plutôt tranquille, sans trop comprendre ce qu'il se passait autour de moi.
J'ai vécu une adolescence difficile, mal dans ma peau au point de vouloir mourir, sans personne vers qui me tourner, avec une famille sans dialogue, et un père... bi-polaire.

Il alternait des périodes sages et dépressives (voiture - boulot - tv - dodo) et des périodes de folies (voiture - boulot - alcool au café - boîte de nuit - boulot - invention d'un personnage - alcool)
Il rentrait à pas d'heure, ou ne rentrait pas du tout. Il dépensait tout son argent en sorties, et s'arrêtait quand tous les comptes étaient vides.

J'ai quitté la Belgique pour Paris, je me suis mise en ménage, je me suis construite sur le tard, loin de tout ça.

Un an après mon départ, il a piqué les plombs comme jamais.
Il a été hospitalisé pour des problèmes de diabète, cholestérol, foie, jaunisse, ... enfin tout.
Il devait se faire hospitaliser en hôpital psychiatrique, il n'a jamais voulu...
Il a cessé d'aller au travail, et a donc été licencié pour abandon de poste.

Sa grande folie c'est les voitures et les motos, il a acheté une mercedes super cher à crédit, qui consommait énormément et avec la hausse du carburant, il y a eu un point de non retour et sa période dépressive est revenue.
Mais en pire.
Il passait ses journées devant la tv, sans rien faire, sans rien dire.

Ma mère est devenue alcoolique, ne sachant pas comment ça allait se terminer, les crédits courants toujours, l'argent ne rentrant plus.
Elle avait peur que les huissiers viennent prendre la maison, alors que c'est elle qui l'a toujours payée... j'ai demandé à mon père d'aller chez le notaire pour donner sa part à ma mère, pour éviter que cela arrive. Il a fini par accepter.

Mais avec la voiture non payée, les cartes de crédits pareil, et tout le reste... un huissier a fini par arriver, voulant faire une estimation des meubles (qui appartiennent tous à ma mère, bien sûr).
Et là, ma mère a fouillé dans les papiers, pour connaître enfin l'ampleur des dégâts et éviter que ça aille aussi loin.
Elle a tout payé, et ma grand-mère (la mère de mon père) l'a remboursé.

Plus de dettes, mon père a commencé à "remonter la pente"... son côté dépressif à laissé place à son côté folie.

Il a mis en vente sa mercedes, et a acheté une Range Rover à la place...
Ma mère n'a pas toléré, ce fut la goûte d'eau qui a fait débordé le vase, elle lui a fait comprendre qu'il était temps qu'il parte.

Il est parti... en France, chez sa mère.
Il a fait immatriculé son 4x4, a pris une assurance et bien sûr, tout ça c'est sa mère qui a payé.
Il veut s'inscrire aux ASSEDIC, chercher du boulot en France, s'installer ici.
Il est resté une semaine chez sa mère, et elle l'a mis dehors.
Il a 50 ans, elle en a 75, il se comporte comme un adolescent de 15 ans.

Il est odieux avec elle, il l'a toujours été, il ne lui a jamais rien pardonné, leur passif est lourd, mais je ne le connais pas beaucoup.
Je sais juste que son père est mort quand il avait 7 ans, que ma grand-mère est de nature dépressive aussi, et qu'elle a passé beaucoup de temps à rester couchée dans son lit.
Je sais aussi qu'elle est incapable de se remettre en question et de reconnaître ses erreurs, pour elle, elle a tout fait comme il faut et ce sont les parents de son mari qui ont corrompus son fils...

Il est pareil, il ne se remet pas en question, ne met jamais d'eau dans son vin...
Bref, ils passent leur temps à se taper dessus, et depuis qu'il est revenu en France, ma grand-mère retombe dans la dépression (alors qu'elle a mis près de deux ans à en sortir la dernière fois)

Bref, toujours est-il qu'elle n'arrête pas de dire que s'il restait chez elle, elle finirait par mourir.
Alors il est parti, avec son énorme 4x4 débile et... il n'avait nulle part où aller.
Ca, c'était hier.

J'ai appelé ma mère pour lui en parler, elle veut bien qu'il retourne en Belgique, elle n'est pas sans coeur mais tout ce qu'elle désire c'est que la situation ne perdure pas, elle est en retraite dans deux ans et ne veut pas avoir un autre gosse à gérer (car oui, c'est bien un gosse)

Mon mari m'a dit de le rappeler et de lui dire de venir dormir chez nous, ce qu'il a fait. Mais nous habitons un studio, pas de pièce séparée. Et puis il est tellement sur la lune, ce sont tous mes démons qui reviennent, je ne peux pas le gérer...

Mon mari a voulu lui donner 100 euros, qu'il puisse payer les péages, mais il n'a pas voulu, il a eu les larmes aux yeux quand il les a vu...

Je suis la seule personne qui le maintienne en vie, sans moi il se suiciderait...

Dans son esprit, il veut trouver du travail sur Compiègne, trouver un logement et refaire sa vie là.
Mais il fait tout à l'envers.

Une grosse voiture, pas de logement, pas de sécurité sociale, pas d'argent.
Il ne sait pas où il va dormir cette nuit, il est persuadé que l'aide sociale va lui trouver un logement d'ici ce soir...
Il pense que tout est aussi facile que quand il avait 20 ans... il en a 50 et ne comprend pas que le marché du travail à changé.
Il a toujours 20 ans dans sa tête.

Je ne sais pas quoi faire pour l'aider, il lui faudrait au moins une chambre, mais tout est si cher...

Et le pire de tout, le plus douloureux, le plus honteux, c'est que je commence à penser que tout serait plus simple s'il n'était plus de ce monde....
60 ans Au bord de la mer 15536
J'ai un frère qui fait le même genre de conneries. Actuellement on a plus de nouvelles, on ne sait pas où il vit.

Je voulais juste te dire une chose : tu n'es pas responsable de ton père. Dire que sans toi il te suiciderait c'est te mettre sur le dos un fardeau que tu ne peux pas, que tu ne dois pas porter.
Tu fais ce que tu peux, mais il arrive un moment où on ne peux plus prendre en charge un autre adulte même si c'est quelqu'un à qui on tient.

Tourne-toi vers une assistante sociale, on ne sait jamais....

Bon courage.
60 ans Au bord de la mer 15536
Ah oui je voulais ajouter ceci :
Ne culpabilise pas pour tes "mauvaises" pensées. Je crois qu'elles sont tout à fait normales.... je les ai eues aussi :oops:
53 ans Out of Africa... 4355
Ton père est adulte et s'il veut s'en sortir c'est à lui de faire la démarche . Tu n'es pas sa mère, il n'est pas ton fils. Et surtout tu risque de perdre bcp d'énergie et de te trimballer une culpabilité qui n'a pas lieu d'être !

Après si tu veux l'aider financièrement fais le en fonction de TES moyens et surtout, ne te sens pas responsable de lui.
Chaque adulte est responsable de SA vie et de ce qu'il en fait.
Ca parle aussi d'impuissance puisque bien évidemment, j'imagine que tu aimerais sauver ton père : mais s'il ne fait pas le moindre pas, s'il ne fait pas la démarche lui, de sauver sa vie, comment veux tu y parvenir toi ?
Tu n'a pas à avoir honte de ce que tu ressens, qui supporterait indéfiniment d'avoir un tel "boulet" comme parent ? C'est un lourd fardeau et tu as le droit de refuser de le porter sans te sentir coupable.

Bon courage
53 ans Out of Africa... 4355
... Et puis il est tellement sur la lune, ce sont tous mes démons qui reviennent, je ne peux pas le gérer...


Ces démons, ce ne serait pas une immense colère envers ce père immature qui ne se serait jamais comporté comme un père responsable et aimant
S
70 ans 7
Provence a écrit:
Je voulais juste te dire une chose : tu n'es pas responsable de ton père. Dire que sans toi il te suiciderait c'est te mettre sur le dos un fardeau que tu ne peux pas, que tu ne dois pas porter.


Il ne me l'a jamais dit, il a juste dit à ma grand-mère "heureusement que ma fille ne m'a pas laissé tomber..." et elle me l'a répété.
Mais je le savais déjà avant, je suis sa fille unique, la seule personne qu'il écoute sans envoyer bouler.

Il fait les démarches lui-même, il a pris rdv aux ASSEDIC, pour ouvrir un compte bancaire, mais rien ne va assez vite à son goût et il ne comprend pas qu'on lui demande autant de justificatifs, alors il s'énerve, il s'emporte...

Au fond, il fait ce qu'il faut pour s'en sortir, mais sans rien préparer à l'avance, sans marche à suivre, sans vraiment savoir ce qu'il veut... comme toujours.
40 ans 77 5703
hello

en effet il ne faut surtout pas que tu culpabilises de ne pas lui tendre "plus" la main et d avoir des "mauvaises pensées".

moi même je suis paumée avec ma Mère mais elle assure comme une bête. ton Papa agit comme un gosse trop gâté trop tout... tu n y es pour rien.
ta Maman est une personne trés courageuse apparamment.

ton Père bénéficie t il d un traitement médical?

je ne connais pas le problème de la bi polarité, mais j en ai entendu parler, c est trés compliqué à gerer pour les proches. c est même ingérable.il faudrait à la fois se substituer à la Mère, à la Femme, à l ange gardien de ton Papa...

s il est clair qu aucun appartement lui sera donné ce soir, il aura peut être une place en centre d hebergement d urgence. c est pas joyeux, mais c est au chaud.

il y a une possibilité juridique pour lui imposer une hospitalisation en hôpital psychiatrique? puisqu'apparamment il est un danger pour lui même la...


en tout cas, il faut du courage et il en a fallu pour que tu grandisses au milieu de toutes ces choses incompréhensibles de prime abord, n en porte pas le poids sur tes épaules. l inquiètude c 'est plus que normal, mais pas la culpabilité.
S
70 ans 7
Câline a écrit:
Ces démons, ce ne serait pas une immense colère envers ce père immature qui ne se serait jamais comporté comme un père responsable et aimant


Il m'a toujours aimé, mais n'a jamais su le montrer comme il aurait fallu.

Il a eu des mots plus que blessants envers moi, qui m'ont marqué à jamais.
Alors oui, bien sûr que je suis en colère envers lui, contre tout ce qu'il a fait, sans jamais prendre conscience de ses erreurs et de ses conneries, contre son égoïsme, son immaturité, contre tout ce qu'il est...

Mais malgré tout cela, je sais qu'il m'a toujours aimé, qu'il n'a toujours voulu que mon bonheur et que je suis la seule chose qu'il ait réussi dans sa vie.

Je sais aussi que c'est un être meurtri par son passé, qu'il a des démons bien pires que les miens, mais qu'il n'a jamais osé les affronter et les régler.
Et le pire que tout, je sais à quel point il est rancunier, et qu'il n'arrive pas à passer outre et à tourner la page.
Alors forcément, difficile d'avancer dans la vie quand on est resté coincer 40 ans en arrière...
53 ans Out of Africa... 4355
songeuZ a écrit:
Il m'a toujours aimé, mais n'a jamais su le montrer comme il aurait fallu.

Il a eu des mots plus que blessants envers moi, qui m'ont marqué à jamais.


Est-ce quelqu'un qui a des paroles blessantes (= cruelles ?) est une personne aimante ? N'es tu pas en train de l'idéaliser ?

Je ne sais pas, je me pose juste la question. Nous avons tellement besoin d'être aimé lorsque nous sommes enfants, que nous nous accrochons parfois à des miettes pour survivre.

Je pense aussi que cet homme a du beaucoup souffrir, mais tu n'en es pas responsable et tu ne peux rien pour lui. Si seulement il pouvait se trouver un bon psy, à 50 ans il n'est pas foutu, il a encore une bonne partie de sa vie devant lui. Mais cette décision, il n'y'a que lui qui peut la prendre. S'il ne le veut pas, les choses ne bougeront pas. On ne peut "sauver" que soi-même !

Sinon toi, de quoi à tu envie ? Veux tu passer des journées entières à t'inquiéter pour cet homme qui étant adulte dispose de tout un arsenal pour s'en sortir ou as tu envie de vivre (enfin !) ta vie ?
J'ai lu quelque part "remplacez culpabilité par responsabilté et vous aurez votre réponse"
Ca te parle ?
53 ans Out of Africa... 4355
songeuZ a écrit:
Alors oui, bien sûr que je suis en colère envers lui, contre tout ce qu'il a fait, sans jamais prendre conscience de ses erreurs et de ses conneries, contre son égoïsme, son immaturité, contre tout ce qu'il est...



Ecoutes-là cette colère, elle a sûrement beaucoup de choses à te dire et elle t'aidera à prendre les bonnes décisions
S
70 ans 7
Câline a écrit:
Est-ce quelqu'un qui a des paroles blessantes (= cruelles ?) est une personne aimante ? N'es tu pas en train de l'idéaliser ?

Je ne sais pas, je me pose juste la question. Nous avons tellement besoin d'être aimé lorsque nous sommes enfants, que nous nous accrochons parfois à des miettes pour survivre.


Je ne l'idéalise pas, mais je comprend.
Moi aussi je peux dire des paroles blessantes lorsque je suis en colère ! Ca ne m'empêche pas au fond d'aimer la personne que j'ai pu "insulter"...

Et je ne veux pas m'attacher à ces paroles, sinon celui voudrait dire que je ne vaux pas mieux que lui, que je suis autant rancunière.

Il me dit de ne pas m'inquiéter pour lui, qu'il s'en sortira, que je ne dois pas m'en faire, mais c'est plus fort que moi, quand j'entend qu'il n'a nulle part où dormir, forcément je m'inquiète !
Pour ce soir, à priori, il ira chez sa mère... on verra demain pour la suite...
60 ans Au bord de la mer 15536
songeuZ a écrit:
Provence a écrit:
Je voulais juste te dire une chose : tu n'es pas responsable de ton père. Dire que sans toi il te suiciderait c'est te mettre sur le dos un fardeau que tu ne peux pas, que tu ne dois pas porter.


Il ne me l'a jamais dit, il a juste dit à ma grand-mère "heureusement que ma fille ne m'a pas laissé tomber..." et elle me l'a répété.
Mais je le savais déjà avant, je suis sa fille unique, la seule personne qu'il écoute sans envoyer bouler.

J'avais bien compris que c'était toi qui disait ça, pas lui. Mais ma réponse est la même. Ne te charge pas de cette responsabilité.
J'ai mis beaucoup de temps moi-même à arriver à ne plus me sentir responsable de mon frère.... déjà à l'école primaire, c'était moi qui le défendait parce qu'il se faisait taper dessus (il est plus âgé que moi pourtant).
C'est normal de s'inquiéter. En ce moment je suis inquiète pour mon frère. Lorsque j'ai su qu'il partait de chez lui, j'ai failli lui téléphoner pour lui dire de venir à la maison. Mais on serait retombés dans une situation infernale.
S'il me demandait mon aide, je serais là, bien sûr.

Je ne dis pas ça pour parler de moi. Simplement il me semble que mon expérience, si triste soit-elle, peut te servir.
S
70 ans 7
Es-tu en train de dire que je devrais le laisser se débrouiller, mais être présente et l'aider uniquement s'il me le demande ?
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
songeuZ a écrit:
Es-tu en train de dire que je devrais le laisser se débrouiller, mais être présente et l'aider uniquement s'il me le demande ?


c'est un adulte non?
tu fais bien ça avec tous les autres adultes de ton entourage alors fais la ça avec lui aussi
56 ans Région parisienne 2154
Tu devrais surtout t'adresser à une association d'aide aux familles de personnes malades mentales. Parce que la bipolarité, sans soins, c'est le tonneau des Danaïdes. Et tu ne pourras remplacer ni le psychiatre ni les médocs qu'il n'a pas.

Aussi, pense à vous protéger, toi et ton couple.

Excuse-moi si je suis brutale. J'ai connu une amie d'enfance qui a tout cassé autour d'elle, au sens imagé du terme. Y compris notre amitié. Parce qu'on ne peut pas toujours tout donner sans résultats. Même s'il s'agit de ton père.
B I U


Discussions liées