MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Anneau gastrique pour tendinite

25680
Hier soir assez tard, j'avais une douleur persistante dans le bras gauche, et aussi au niveau de la poitrine.
Rien d'insuportable mais suffisamment pour m'inquièter.

Direction les urgences de l'hôpital.
Après la reflexion  
sympathique à l'accueil, ben oui ils aiment pas qu'on les dérange le samedi soir, on me me fait attendre 1 heure (d'habitude c'est au moins 3 sur ce coup j'ai eu de la chance).

Donc j'entre dans le box, on me prend la tension (16-9 mais bon j'ai le syndrôme blouse blanche alors), le médecin arrive est me demande où j'ai mal, elle tate mon bras (pas la peine de raconter les détails) et me dis que j'ai une tendinite :o
Vue l'endroit je ne comprends toujours pas comment j'ai pu me faire ca ?

Enfin, elle me dit que le point sur la poitrine c'est juste de l'angoisse (ouf ...)

Me fait mon ordonnace et pose 2-3 questions.

Est-ce que j'ai un problème de cholesterol ou de diabète : je lui reponds que non.
Est-ce que je suis un régime : je lui explique que non (effet yoyo etc) elle me dit que j'ai raison

Evidemment, quand je lui ai posé des questions pour savoir d'où pouvez provenir cette tendinite, là aucune réponse :?

Alors elle repart à l'attaque "est-ce que je fais quelquechose pour mon poids ?" :? : Je lui parle de reeducation alimentaire, de la perte de 7 kg sans restriction alimentaire.

Elle me repond anneau gastrique et me dis que je devrais y penser
:shock: :
Je lui redis que ma santé va bien, et mon point de vue sur l'anneau, le fait que ce n'est qu'une aide et que je n'ai pas de problème de santé

Elle me dit que "c'est bien que vous soyez au courant, mais tout de même vous deviez y penser" :evil:

Non mais c'est fou ca, encourager une personne qui n'a pas de problème de santé et pas de comorbidité à se faire poser un anneau, comme ca sans rien savoir d'autres du patient, c'est vraiment du grand n'importe quoi :|

:snipersmile: Est-ce qu'ils se rendent compte de l'impact que leurs paroles peuvent avoir, de la pression vers la course à la minceur qui existe et de ce qu'un tel conseil balancer sans précaution peut entrainer !


Dernière modif par le 5676j; modifié 1 fois
51 ans Le Var en Provence 1034
Il y a fort à parier que "grâce" à la loi de lutte contre l'obésité, ça ne va pas s'arranger.
Du style "haro sur les gros"
Même mon père s'y met déjà : "je me fais beaucoup de souci pour ton diabète" m'a -t-il sorti la semaine dernière. Je précise que je n'ai ni cholestérol ni diabète à ce jour malgré une IMC de 34.
J'ai trouvé sa réflexion très mesquine et je lui ai répondu séchement que j'étais suivie médicalement.

On ne va pas tarder à mettre un bon nombre de pathologies sur le dos de l'obésité alors qu'elles n'ont rien à voir, histoire de justifier la nécéssité sanitaire de faire maigrir les gros au profit de la sécurité sociale.

Et zut, j'ai envie de bonbons!!!!!
56 ans 91 25732
J'ai aussi bien peur que ça ne soit qu'un début...

Quand je pense qu'ici on essaie de faire prendre conscience aux candidats aux gastroplasties des risques de l'intervention, qu'ils soient physiques ou psychologiques, et que des gens dont c'est le métier en viennent à les proposer comme une chose banale... Ca me dépasse ça...

Je me souviens qu'un jour que j'étais hospitalisée dans un service d'endocrino (mais spécialisé en diabéto) pour faire des tests relatifs à mon intervention sur l'hypophyse, tous les internes entraient en me demandant : "votre diabète a-t-il commencé avec votre surpoids" ? alors que je n'ai aucun problème de ce côté là.

J'ai été aimable avec le premier, moins avec le second et j'ai envoyé bouler les autres. Forcément puisque j'étais là et que j'étais "grosse" j'avais du diabète ! En plus à l'époque, je sortais de maladie, je pesais 64 kg pour 1,67m... mais un des médecins m'avait bien parlé de "surpoids". Il me verrait maintenant, je filerais au by pass non ? :lol:

Je trouve dommage, pour ne pas dire grave, que même les médecins envisagent les interventions de cette façon, comme s'il ne s'agissait que d'une formalité... Et les suites ? Et la vie après ? Faut qu'on paye pour nos péchés c'est ça ? :evil:
K
42 ans Hettange Grande, Lorraine 5130
Ben c'est assez symptomatique de l'ignorance total des medecins. J'ai parlé à mon endocryno de ma belle-mère qui a un gros souci de poids, elle est montée jusqu'à 110 kilos pour 1m45 et une structure osseuse très fine à la base, tout simplement parce qu'elle ne fait rien de la journée et qu'elle mange n'importe comment (syndrome de "mon mari c'est dieu et je ne respire que s'il me dit de le faire")

Elle a ouvert de gros yeux, et m'a dit "une seule solution, la gastroplastie".

Quand on sait que le probleme principal de ma BM est qu'elle ne sait pas s'empecher de manger, qu'elle compense par la nouriture, en même pas une semaine, l'anneau gastrique avec le régime strict qu'il impose, elle l'aurait explosé !

Ahlalalala...
M
45 ans 1869
Patty a écrit:
J'ai aussi bien peur que ça ne soit qu'un début...

Quand je pense qu'ici on essaie de faire prendre conscience aux candidats aux gastroplasties des risques de l'intervention, qu'ils soient physiques ou psychologiques, et que des gens dont c'est le métier en viennent à les proposer comme une chose banale... Ca me dépasse ça...


:shock:

C'est effrayant! Anne le médecin que tu as rencontré me fait froid dans le dos.

il y a 17 ans, mon médecin que j'allais voir pour une angine, avait tenter de me mettre au régime parce que "C'est dommage, je serais mignonne"... :twisted: aujourd'hui... il m'aurait peut-être proposé la chirurgie...
35 ans Paris 2114
C'est chouette pour les medecins ça ! Maintenant quand ils n'auront pas de réponse à nos soucis de santé...bah voui c'est la faute au poids (après la faute à pas de chance),il faut maigrir !! :D
13610
Moi j'ai le droit à ce genres de phrases chaque fois que je vais chez le médecin, à force ils ne me disent plus rien tellement ils savent que je vais m'énerver...
44 ans IDF (94) 1547
Avant quand ils n'avaient pas de reponse ils disaient "c'est le stress", maintenant ils disent "c'est le poids" :lol:

Si ca peut vous rassurer ce n'est pas à la fac, ni pendant nos enseignements qu'on nous conditionne de cette façon. Cela signifie qu'il reste un peu d'espoir ;) . Bien sur on nous parle de l'obésité et des risques sur le plan médical, de la comorbidité et tout cela, mais jamais je n'ai entendu un professeur nous dire qu'il fallait absolument faire maigrir une personne en bonne santé et qui ne demande pas a maigrir. Et encore moins une personne qui est déjà en cours de rééquilibrage alimentaire.

Malheureusement les médecins, comme les autres, subissent les pressions médiatiques et le lourd poids culturel lié au culte de la minceur occidental :evil:

Je me souviens mon médecin actuel, la 1ere fois que je l'ai vu (je ne sais plus pourquoi...ce devait etre pour la mise à jour d'un vaccin je crois), après toutes les questions d'usage sur mes antécédents médicaux, il m'a demandé "vous comptez faire quelque chose pour votre poids?"
et moi, d'un air innocent "non. Pourquoi?"
il me demande "il y est des problèmes d'obésité dans votre famille?"
Moi "Oui, surtout chez les femmes" :twisted:
il m'a ensuite dit qu'il comprenait et que de toute façon il était mal placé pour me faire la morale à propos de mon poids (en il est légèrement enrobé lui aussi 8) ) et m'a laissé tranquille (vaut mieux sinon j'aurais changé de médecin)
Cependant il me demande régulièrement si je perds du poids depuis que je suis sous hormones thyroidiennes, mais je reponds que non et ca ne va pas plus loin. De toute façon il connait le rythme incensé de la fac de médecine et sait que c'est vraiment le pire moment pour faire quelque-chose de ce coté là, d'autant + qu'avec une famille je ne peux pas dire que je vais aller faire 1 h de sport tous les soirs :lol: (déjà que 24h dans une journée c'est pas assez pour tout faire.... )
B I U
☺


Discussions liées