MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Obésité, caprice ou maladie ?!

30 ans 2
Bonsoir à toutes !

Voilà, je vous écris parce que j'ai besoin de comprendre ma soeur qui est dans une période de crise. J'ai 18 ans, elle en a 20, et  
elle pèse près de 100 kilos pour 1m60.
Elle ne sort jamais de la maison (elle habite toujours avec mes parents), n'a pas ou peu d'amis et a une "relation" très très particulière avec la nourriture.
Par exemple quand je vais déjeuner chez mes parents, elle ne mange pas comme nous, elle ne mange qu'une salade, ou des fruits ... et après je la surprends en train de se goinfrer de gâteaux.
J'ai essayé de lui parler, de lui dire qu'elle devrait être plus raisonnable, mais elle me dit que son obésité n'est pas un caprice, qu'elle grossit sans rien manger, que la fois où je l'ai surprise c'était une exception ... alors je ne sais pas quoi croire, dit elle vrai, ou nie t'elle pour se cacher la réalité à elle même ?
Dans ma famille nous sommes très minces de nature, c'est aussi pour ca que je me pose des questions. Mon copain dit qu'elle n'a qu'à faire attention à ce qu'elle mange ...
J'aimerais avoir votre avis et savoir comment je peux l'aider ?

Merci !
37 ans Bruxelles 7458
Le déni des crises de boulimie est quelque chose de courant.
Le véritable problème n'est évidemment pas son obésité mais ce qui la pousse à manger déraisonnablement.
Il est même probable qu'elle ne le sache pas elle-même!

J'ai eu le même comportement que ta soeur il y a quelques années et quand je disais ne pas comprendre pourquoi je grossissais, j'étais honnête.
Les privations je m'en rappelais très bien, les comportements compensatoires passaient à la trappe, ils n'existaient tout simplement pas!
Un peu comme quand on se mutile, on se "réveille" avec les marques. Certains se souviennent les avoir faites, d'autres pas.

Alors, plutôt que de s'en faire pour son poids, il vaudrait mieux s'inquiéter du mal-être qui la ronge.
Cependant, tu es sa soeur et toute tentative d'exploration du problème pourrait être vécue comme une intrusion.
L'idéal serait vraiment qu'elle décide d'elle-même de faire la démarche, de tenter de comprendre.
Ça peut prendre des années, malheureusement, mais on ne peut pas aider les gens en les forçant à agir.
Tout au plus, dis-lui que tu es là pour elle si elle en ressent le besoin.
28 ans Créteil 102
Je plussoie : ) Je pense qu'elle devrait agir par elle même après tes conseils ^^ Et comme l'a dit oxymore, autant prendre le problème à sa source : )

Ta soeur me rappelle un peu mon cas ^^" Je pense que plus que des crises de boulimie, elle souffre d'hyperphagie. Essaye de te renseigner sur le sujet. (en fait c'est de la boulimie sans vomissement)
32 ans Cahors (46) 620
Peut être que le fait de manger de la salade et des fruits veut juste vous montrer qu'elle essaie de faire attention à elle, peut être qu'elle se sens mal à l'aise de manger comme vous pendant les repas...
Mais je pense aussi comme les filles, les crises de boulimie...
37 ans 5932
Soit elle se cache à elle-même son problème (boulimie ou hyperphagie ?) et dans ce cas c'est à elle de prendre conscience de ce qu'elle se fait subir.
Soit c'est à vous qu'elle veut le cacher, mais elle est consciente de ce qui lui arrive. D'ailleurs il ne s'agit peut-être même pas de crises. En effet, elle se sent peut-être fliquée lorsqu'elle mange, du coup elle mange devant vous des choses que vous ne pourrez pas lui reprocher (par des mots et/ou simplement par des regards, etc) mais elle a encore faim et/ou elle compense sa frustration quand elle est seule. C'est humain.

Je pense que le mieux que tu puisses faire c'est de lui montrer que tu es là si elle a envie ou besoin de discuter, sans la juger. Qu'elle se sente à l'aise et moins frustrée, en quelque sorte.
Pour le reste, c'est à elle de le faire, seule. Ce n'est pas une démarche (longue et douloureuse, qui plus est) que l'on peut faire pour nous, ni quelque chose que l'on peut "forcer".

Ceci dit, je ne vois pas où pourrait se situer le "caprice". Qu'elle soit malade ou qu'elle se sente simplement mal à l'aise face à vous, ce n'est certainement pas un plaisir pour elle que d'agir ainsi. D'ailleurs, peut-être avez-vous une part de responsabilité dans ce qui lui arrive. Alors plutôt que d'agir sur elle, il faudrait peut-être agir sur ce qui est à votre portée : vous-mêmes. Enfin, je ne sais pas, ce n'est qu'une supposition : dans sa tête il n'y a qu'elle.
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
Si jamais un jour tu as l'occasion, laisse la page d'accueil du forum ouverte devant elle si tu dois quitter la pièce. Aevc un peu de chance, elle se rendra compte qu'elle n'est pas seule à avoir ce soucis et ça l'aidera. ;)
150
MaryMorgane a écrit:
Si jamais un jour tu as l'occasion, laisse la page d'accueil du forum ouverte devant elle si tu dois quitter la pièce. Aevc un peu de chance, elle se rendra compte qu'elle n'est pas seule à avoir ce soucis et ça l'aidera. ;)


+1 subtile et qui peut s'avérer efficacce pour lui faire prendre conscience qu'elle n'est pas seule!
50 ans chantilly 290
je pense que pour commencer les propos du genre "elle n'a qu'à faire attention à ce qu'elle mange," vous oubliez. Complètement. A mon avis, l'explication est bien plus bête que tu penses : ta soeur ne mange pas assez à table pour ne pas être jugée (comme l'ont fort bien dit les vlr du dessus) et a tout simplement...faim en sortant de table.
Alors, commencez par ne pas la culpabiliser, laissez la manger à sa faim. L'obésité (si tant est qu'elle le soit) est une maladie et les obèses ont plus besoin de manger que les autres. C'est très bien expliqué dans "obésité infantile, on fait fausse route," livre qui se fâche aussi contre la tendance qu'ont tous les gens autour de se prendre pour des nutritionnistes...je connais bien le problème actuellement !!!
Alors, laissez la manger à sa faim même si ça vous parait énorme.
53 ans Out of Africa... 4355
L'obésité un caprice ? Caprice de quoi ?
Maladie peut être, mais pas toujours. Parfois un trouble du comportement alimentaire (que je ne considère pas pour ma part comme une maladie mais comme un système de défense) pour masquer une autre souffrance.
A t'elle toujours été grosse ? S'est elle mise à manger à un moment donné ? Te semble t'elle dépressive ?
Il est aussi possible, comme le dit une personne ici, qu'elle n'ai pas conscience de ses crises ou qu'elle ne veuille pas t'en parler par honte.

Si tu lui fais un discours moralisateur, tu ne pourras pas l'aider et surtout, elle n'aura pas envie de te parler ! Il n'y a rien de plus chiant que ces gens qui vous pondent leurs discours tout fait (comme ceux de ton copain !!) Montres toi prête à l'écouter, sans aucun jugement et peut être aura t'elle envie de te parler
F
37 ans Lorraine 791
Je vais utiliser une autre méthode pour te faire comprendre qu'on ne peut pas faire un caprice d'obésité, j'espère que ça vous fera rire.

"Tiens mais que vais-je faire? :-k... Je m'ennuie... :bday: faire la fête? Rire avec les autres? :lol: non, ce n'est pas assez bien pour moi.#-o... Lire un livre? Non, il n'y a pas assez de défi... :idea:
Mais bien sûr! Je vais devenir grosse... bon je sais, je ne vais pas y arriver en un jour, mais avec du temps et de la patience, je sais que je peux y arriver. Enfin, oh! joie! Oh! bonheur! On va me dévisager dans la rue, on va me regarder avec dégoût! :D Ma famille ne va pas comprendre, je vais devoir me cacher, m'alimenter en cachette! génial! Les enfants vont se moquer de moi dans la rue! Leurs parents les soutiendront! :D Quelle merveilleuse idée: je vais me faire juger sur mon physique, quand j'aurai le dos tourné, je sais qu'on me traitera de pauvre fille sans aucune volonté, je sais qu'on dira de moi que je pue la transpiration, sans même me sentir. Mais pourquoi n'y ai-je pas pensé plutôt? Quelle merveilleuse idée: on va me juger, me conspuer, m'insulter, me regarder avec dégoût. Et quand je verrai ma chaire bloblotante, je penserai à tous ceux qui m'expliquent que tant que je serai une grosse vache, un énorme tas de gras informe, un dépôts d'immondices difforme, je ne trouverai personne. Oui, si je mange comme il faut pour devenir grosse, tout le monde me rassurera: je finirai ma vie seule et triste dans la déchéance la plus totale."

Moi? Exagérer? Si peu. J'ai voulu te faire comprendre ce qu'on peut se prendre dans la gue*le quand on gros/obèse, non cela ne résulte pas d'un choix conscient et délibéré, devenir une cible n'est pas et ne peut pas être un vrai choix, ce n'est pas un caprice.
ça va également au delà de la maladie, c'est plus un symptôme, c'est le signal que quelque chose cloche, c'est pour ça, qu'il ne sert à rien de multiplier les régimes: c'est mettre un sparadra sur une hémorragie, il faut chercher la cause profonde et réelle de la souffrance de la personne et ça ce n'est pas vraiment (certains de mes profs diraient en aucun cas, je suis étudiante en psycho) à la famille de le faire mais à des professionnels (ceci dit je considère que la plupart des professionnels ne sont pas compétents pour ce genre de choses... no comment) qui d'ailleurs ne doivent pas chercher la cause mais aider la personne à la trouver et à vivre autrement avec.
30 ans 2
Tout d'abord merci à tous pour vos réponses. J'ai quelques réponses à apporter à certaines demandes/remarques.
Tout d'abord je tiens à dire que mes parents et moi n'avons jamais eu un comportement "accusateur" à son égard, nous ne lui faisons jamais de reproche mais il est vrai que la voir dans cet état nous fait du mal.
En fait, on trouverai beaucoup plus sain qu'elle mange devant nous, même de grosses quantités, plutot que se cacher pour manger des bêtises, ca serait beaucoup moins ridicule et se serait aussi arrêter de se mentir à elle même.
D'après le peu qu'elle m'ai dit, la nourriture la rassure, comble un vide. Elle me dit manger jusqu'à l'écoeurement. Mais je ne comprends pas du tout, parce que s'écoeurer ce n'est plus combler un vide c'est le boucher !! Moi aussi il m'arrive de grignoter quand je suis stressée, mais je m'arrête, je me contrôle, je ne comprends pas pourquoi elle n'y arrive pas.
Je pense que c'est un manque de volonté, qu'elle se complait la dedans pour fuir les vrais problèmes de la vie réelle.
Je lui ai donné directement l'adresse de ce site, ca lui a fait plaisir :)
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
Tu as bien fait de lui donner l'adresse du site et j'espère qu'on pourra s'adresser à elle directement bientot. Tu sais, le fait de ne pas se controler ne vient pas forcément d'un manque de volonté mais plutôt d'un besoin maladif et presque vital et d'un manque de confiance en soit. S'accepter quand le monde entier nous fait comprendre qu'on ne correspond pas à ses critères de normalité et de beauté n'est pas évident et parfois, se réfugié dans la nourriture à s'en rendre malade peut aider à oublier ça l'espace d'un gavage.

C'est ce qu'on appelle des crises d'hyperphagie. Beaucoup de personnes ici ont connu ça, moi y compris (jusqu'à avaler tout ce qui me tombait sous la main parfois et finir par vomir tellement j'avais mangé vite et d'un coup) et je t'assure que ce n'est pas un manque de volonté. Le tout est de réussir à s'accepter et à se dire qu'on est comme ça et que ce n'est pas nous qui ne sommes pas normaux mais le monde qui est obtu parfois. C'est difficile surtout seul et ce forum est un très bon moyen d'y arriver. Une fois cette partie faite, tu verras, ses crises se calmeront petit à petit jusqu'à ce que finalement, elle se mette, sans s'en rendre compte, à perdre du poids et à s'affirmer non plus en temps que "grosse" ou "bouffeuse" mais comme une femme qui a des formes et qui ne doit pas en avoir honte et même en jouer.

Elle a déjà la chance d'avoir une soeur qui s'inquiètes pour elle et essaye de la comprendre et je t'assure que c'est déjà un cadeau inestimable que tu lui fais que d'être là.
F
37 ans Lorraine 791
Je plussoie à fond la réponse de MaryMorgane.

Je rajoute juste une petite chose:
Saches que ce gavage pour calmer repose aussi sur une base bêtement biologique (tu connais la sensation de fatigue après le repas, la somnolence après les repas de famille où l'on a "bien"/beaucoup mangé). Après le repas, certaines hormones calmantes sont libérées dans l'organisme. J'espère que tu me pardonneras de ne pas les citer, mes cours de biologie sont loin et je ne me souviens plus des mécanismes ni des hormones en cause.

J'insisterai lourdement :lol: sur le fait que les crises d'hyperphagie sont totalement incontrolables, ce n'est absolument pas une question de volonté... je cherche un exemple, que j'ai du mal à trouver, mais disons que c'est comme si ton corps était pris de tremblement, tu n'y peux rien, c'est comme ça. En cas de stress, ta soeur, au lieu de se mettre à trembler comme une feuille, mange. Ce qui peut l'aider c'est une thérapie (TCC= Thérapie Cognitivo-Comportementale qui a fait ses preuves pour les TCA = Troubles du Comportement Alimentaire). La boulimie est une maladie, ce n'est pas un caprice, ni une question de volonté, pas plus que pour guérir d'un cancer.

Effectivement tu as bien fait de lui donner l'adresse du site, elle pourra parler avec des personnes qui vivent la même chose, lire des témoignages qui l'aideront à mieux comprendre ce qui lui arrive (Personnellement, lire des témoignages d'agoraphobes m'a beaucoup aidée, car je ne comprennais pas mon problème et je culpabilisais), pouvoir mettre un nom sur son problème, savoir que c'est une maladie permet de lutter contre.
37 ans 5932
Je n'en rajouterai pas une couche sur ce qu'ont dit les filles juste avant, je suis d'accord avec elles.

Toutefois, j'aimerais soulever quelque chose. Tu dis que tes parents ou toi n'avez jamais eu un comportement accusateur à son égard. Cependant, un regard suffit souvent à trahir le fond de la pensée même lorsqu'on ne veut que du bien à la personne concernée (et il ne fait aucun doute que tu veux l'aider). Alors il se peut que vous lui ayez inconsciemment transmis ce que vous ressentez vis à vis de son problème. J'entends par là que ton discours ici est parfois sévère sur ce qu'elle vit, par exemple : "J'ai essayé de lui parler, de lui dire qu'elle devrait être plus raisonnable", "ca serait beaucoup moins ridicule", "Je pense que c'est un manque de volonté, qu'elle se complait la dedans pour fuir les vrais problèmes de la vie réelle". Dans tout cela il y a des jugements. Et même si ce n'est pas fait pour blesser ou pour lui reprocher quoi que ce soit, ça reste des jugements. Et peut-être qu'elle perçoit ça. Or on ne peut pas être totalement à l'aise avec les gens si on se sent jugé. Est-ce que tu comprends ce que je veux dire ?

En tout cas, comme les autres, je pense que tu as bien fait de lui donner l'adresse de VLR. Comme beaucoup d'entre nous, ça lui fera probablement beaucoup de bien de pouvoir parler (ou peut-être juste de pouvoir lire, dans un premier temps) à des personnes qui savent ce qu'elle vit.
Et je trouve que c'est une superbe démarche que tu fais là, d'essayer de la comprendre.
53 ans Out of Africa... 4355
Raffaella a écrit:
qu'elle se complait la dedans pour fuir les vrais problèmes de la vie réelle.


Se complaire non, fuir oui. C'est une stratégie de survie. Oui le terme peut paraître fort, mais c'est bien de ça qu'il s'agit.
Si ta soeur ressent un vide, c'est que ce vide est bien réel et il n'y a rien de plus angoissant, de plus terrifiant que le vide. Donc, je ne pense pas que ta soeur se "mente à elle même". Elle a justement bien conscience de ce qu'elle vit sauf que, comme vous ne la comprenez pas (ce n'est pas une accusation, juste un constat) elle n'a pas, pour le moment, d'autre moyen à sa portée que de manger pour ne pas être "aspirée" par ce vide.


A t'elle pensé à consulter un thérapeute qui pourrait l'entendre, l'accompagner, donner des contours et du plein à ce vide ?

Et n'oublies jamais, tu n'es pas elle, elle n'est pas toi !
B I U


Discussions liées