MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

comment agir avec l'amie de mon fils

62 ans france 455
Voilà, je vous explique mon petit soucis. L'amie de mon fils agée de 19ans est bien rondellette! Ce poids ne pose aucun soucis à mon fils , ni à notre  
famille.

Mais dans son milieu familial le poids est un réel problême, cette gamine vit les sarcasmes de ses parents depuis toujours.Regime draconnien,chantage,(tu perds un kg tu auras un cadeau etc...). Elle est souvent vétu tres garçon pour masquer ses rondeurs,et par la même ses formes généreuses (quel dommage!!)

Chez nous la bouffe est libre , ce qui fait que lorsqu'elle est à la maison elle ne mange pas elle se remplit!!
Elle attend les repas avec impatience, et ingère tout ce qui passe devant elle.

Franchement je ne sais pas comment l'aider à se prendre en main , car elle vit tres mal son poids,et pour cause!!

Je n'ai nullement l'intention de revoir l'éducation de ses parents , mais je sens tellement de souffrance chez cette jeune fille .

Comment feriez vous ? Lui dire de faire attention à table ou la laisser manger . Pour le moment nous agissons ainsi , mon fils lui donne mille raisons de rester telle quel car elle est tres belle.

Arffff pas evident à gérer quand on a une vision si négative des rondeurs!!

lou
41 ans Bas Rhin 2894
Ce genre de situation est toujours très délicate...

Peut être pourrais tu lui parler de ce site, de la RA, ou encore si vous êtes assez proches l'emmener faire une petite séance de shopping....
62 ans france 455
J'ai déjà fait des achats avec elle, ou alors je lui propose des sites , mais pas vrl car elle refuse son poids!

Son comportement alimentaire est un peu inquiétant , elle peut manger sans aucun taux de satieté.

Exemple: salade composée,chacuterie,une paella,deux desserts , arrosé de boisson sucrée.Et comme les entrées étaient à volonté elle se resservait plusieurs fois.

Personne n'ose lui dire quoi que ce soit mais es ce le bon choix?

lou
38 ans On my black cloud in a white heaven 7469
Arf oui la situation n'est pas facile. Elle est en pleine restriction chez ses parents donc dès qu'elle est "libre", elle tombe dans la compulsion ...

Si elle refuse son poids, elle refuse donc de parler de tout ça ? Compulsion, alimentation ? Si elle n'est pas contre, il faudrait peut-être commencer par là, que ce serait bien qu'elle travaille sur son sentiment de restriction, ça lui éviterait ses phases "hyperphagique".
41 ans Bas Rhin 2894
louane a écrit:

Son comportement alimentaire est un peu inquiétant , elle peut manger sans aucun taux de satieté.

Exemple: salade composée,chacuterie,une paella,deux desserts , arrosé de boisson sucrée.Et comme les entrées étaient à volonté elle se resservait plusieurs fois.




On dirait moi au même age, sauf que moi mon poids ne me gènait pas!
Je n'avais aucune idée de ce qu'était la satiété.
Je pouvais manger 2 assiettes de spaghetti carbonora sans problème.
On m'en a parlé, on m'a parlé régime... Résultat j'ai perdu x kg pour les reprendre plus un petit bonus !
Et le pire c'est qu'après ça je me suis ruée sur les aliments "tabous".
Ce qui m'a "sauvé" la RA et la lecture de maigrir sans régime du Docteur Zermatti, ce bouquin a été une véritable révélation!
Grâce à la RA j'ai appris à reconnaitre la faim et surtout la satiété. La nourriture a repris sa place et n'est plus un refuge à tous mes maux.

Chaque cas est différent...
37 ans Bruxelles 7458
Je me vois revenir 8ans en arrière avec ton histoire!

Chez moi j'avais faim, perpétuellement.
On me surveillait, on me dénigrait et je mangeais tout ce que je pouvais dès que j'en avais l'occasion en dépassant largement la satiété parce que cette faim était absolument insupportable.
(Je faisais une taille 42 se dirigeant vers le 44 quand j'ai connu Monsieur.)

Dans la famille de Monsieur, sa mère a tout de suite commencé à me parler d'exercices de gym "pour raffermir tout ça" tout en me malaxant le gras... L'horreur! Mais il parait que c'était pour mon bien.

Enfin, tout ça pour dire que du coup l'agression je l'ai sentie passer de ce côté-là aussi.

J'ai commencé des régimes de mon propre gré (puisqu'avant on me les imposait) et là les kilos se sont accumulés à une vitesse vertigineuse. Je suis arrivée à la taille 56 et là j'ai eu une prise de conscience, pour une raison futile mais heureusement qu'elle était là: Je n'allais plus pouvoir m'habiller dans les magasins au-delà de cette taille.
La prise de conscience a fait que j'ai stoppé net les régimes et du même coup les séances de gavage. J'ai encore des TCA, c'est indéniable. On ne s'en débarrasse pas comme ça! Mais je suis redescendue à la taille 52 alors je pense que j'ai eu raison de vouloir cesser tout ceci.


Alors, j'aurais plusieurs questions à te poser.
Depuis combien de temps vient-elle chez vous?
En plus des brimades, suit-elle des régimes?
62 ans france 455
Elle vient regulierement chez nous depuis 2ans et un peu plus. Tous les week end ,et les vacances scolaire.

Je ne cherche pas à parler de son poids je voudrais qu'elle arrive déjà à accepter son physique.. Mais c rude , car chez nous ce n'est pas un soucis et chez ses parents c'est un problême(elle est pesée des son retour à la maison).

Je suis vraiment contre cette façon de faire et je sais que cette gamine sera un jour véritablement obèse , mais chaque parent fait comme il peu et comme il le juge.Sa maman est une jeune femme tres fine,et tres féminine ce qui accentue les complexes de sa fille.
Il y a deux façons de pensées totalement différentes dans nos familles respectives.

Elle fait un régime perpetuel ,mais elle mange en cachette ! et là on ne parle plus de manger elle se gave!
Surtout quand elle est confrontée à un changement,sorties , arrivée d'une personne étrangère à la famille,repas de famille noel,anniversaire etc..

lou
62 ans france 455
Ah oui aussi: parler de poids avec elle revient à déclancher des colères et surtout des larmes
lou
37 ans Bruxelles 7458
Plutôt que de parler de son poids, serait-il possible de parler de son mal-être?

Ou tout du moins de lui suggérer de se diriger vers quelqu'un qui pourra l'aider.
(Parce que se confier à quelqu'un que l'on connait est rarement suffisant et salvateur puisqu'il y a toujours un enjeu relationnel à côté.)

Pense-tu que ses parents s'opposeraient à l'éventualité d'entamer des séances chez un psy?
Familial ce serait l'idéal mais il s'agit d'un message généralement difficile à faire passer alors ce serait bien si elle pouvait déjà être aidée de manière individuelle.
53 ans Out of Africa... 4355
louane a écrit:
, mais chaque parent fait comme il peu


Pas tous, non malheureusement !
Tu peux très bien lui dire que tu n'es pas d'accord avec ce que lui font subir ses parents (être pesée dès son retour à la maison, c'est franchement ignoble !). De quoi as tu peur ?

Et comme le dit Oxymore, tout doucement, lui faire comprendre qu'ils existent des professionnels qui peuvent l'aider
Ou aussi laisser trainer, "par hasard" un livre de Zermatti... ;)
62 ans france 455
Je ne ressens pas de peur , vis à vis de ses parents.Je suis plutôt dans une logique de respect. Bien sur que cette attidude est ignoble , mais elle a toujours entendu que ce discours. Le poids est un manque de volonté et de caractère!

Je vais essayé d'aborder avec elle son comportement alimentaire , mais ce n'est pas gagné :roll:

Quand aux régimes pas la peine pour le moment,elle est trop en conflit contre elle.

A voir si il existe un bouquin sur le langage et la nourriture moi je connais pas? Elle lit beaucoup , des idées?

lou

Merci les filles de m'aider , :?: :kiss:
53 ans Out of Africa... 4355
Dire que tu n'es pas d'accord n'est pas, à mon sens, une marque d'irrespect. Tu peux lui offrir un autre son de cloche, lui montrer que tout le monde ne pense pas comme ses parents, lui démontrer ce que ce discours parental a, à tes yeux, d'abherrant comme tu le fais ici.

Ensuite, tu verras selon sa réaction comment aborder le sujet.

Les livres de Zermatti ne parle pas de régime
F
37 ans Lorraine 791
Câline a écrit:


Et comme le dit Oxymore, tout doucement, lui faire comprendre qu'ils existent des professionnels qui peuvent l'aider
Ou aussi laisser trainer, "par hasard" un livre de Zermatti... ;)


+1, l'idée de laisser trainer innocement un bonquin est une très bonne idée (avec un maque page ou est marquée www.vivelesrondes.com).
Quand ils viennent, ils ont une chambre pour eux?
Si oui, alors tu peux discrétement en parler à ton fils et poser le livre sur son lit. Ainsi elle pourra regarder, elle comprendra que c'est pour elle, mais sans se sentir obligée d'en parler.

J'ai un peu vécu la situation de la copine de ton fils. Je n'ai pas de compulsions alimentaires, mais je mange beaucoup, je viens d'une famille où l'on pense comme sa famille à elle et je ne supportai pas qu'on me parle de mon poids (crise de larmes et fuite) car c'était une agression terrible pour moi. Heureusment ça c'est arrangé avec que je rencontre celle qui devait devenir ma belle-mère. Au début ça s'est très mal passé entre nous, les deux choses qu'elle déteste le plus c'est qu'on fume et qu'on soit gros (moi: obèse fumeuse)... et ainsi de suite. Elle est très tactile (elle m'a quand même foutu la main au cul et à l'entrejambe), je ne supporte pas qu'on me touche et elle se permet des choses... :shock: (C'est chiant les belles-mères comme ça, hein Oxymore ;) ).

Je te conseille d'avancer sur des oeufs en évitant l'approche directe qui risquerait de la braquer.

Tu peux utiliser le bouquin (sans en parler avec elle, il faut qu'elle décante tout ça par elle même).
Ou alors, au cours d'un repas parler de quelqu'un qui t'a ennervé en parlant régime (une personne inventée) et commencer à dire que les régimes conduisent à la restriction cognitive qui conduit à se sentir mal, à avoir une mauvaise image de soi, à grossir et que si on arrêtai de faire des régimes on se sentirai mieux... tu sais parler sur le ton de la conversation, comme si de rien n'était. :sifl:
49 ans strasbourg 6049
louane a écrit:
Ah oui aussi: parler de poids avec elle revient à déclancher des colères et surtout des larmes
lou


c'est normal, c'est dur, on la juge sans arrêt et donc forcément ca lui fait mal donc elle se défend.

je comprends le soucis si la nourriture n'est pas un soucis dans votre famille ca doit lui faire tout drole de pouvoir manger sans être jugée. le bouquin me semble une bonne idée. sinon y'a l'option personne inconnue qui lui parle franchement et par qui elle ne se sentira pas agressée (une de tes soeurs, une amie...)
B I U