MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Homoparentalité...

109
Merci pour ta réponse, Belle_toute_nue.
En fait, je ne suis pas contre le don, je suis contre le côté anonyme, et le fait que l'enfant n'aura jamais les moyens, quelle que  
soit sa demande ou non, de savoir qui était son géniteur, ou sa génitrice.

De plus, pour clarifier, il est évident pour moi que même si la connaissance du géniteur doit être préservée, il ne s'agira pas d'un "parent", dans le sens où la société ne pourra pas lui octroyer des droits ou lui imputer des devoirs envers l'enfant.

Ce qui me fait penser à une histoire entendue à la radio (ce qui suit est une anecdote, elle n'illustre en rien un cas général et ne doit pas être prise pour autre chose, comme par exemple mon opinion) : deux lesbiennes en Suède ont demandé à un de leurs amis de les aider à concevoir, étant entendu ensuite qu'il n'interviendrait pas dans la vie de l'enfant. OK, sauf que 5 ans plus tard, le couple s'est séparé, et la mère biologique a attaqué le géniteur en reconnaissance de paternité pour qu'il verse une pension alimentaire. :shock:

Comme toutes les évolutions de la société, celle-ci doit mûrir, mais on y arrivera.
3923
Cela serait intéressant qu'un homme d'âge mûr se donne la peine de vous expliquer certaines choses au milieu de ce prosélytisme juvénile féminin...
30 ans 725
pashmlynn a écrit:
Merci pour ta réponse, Belle_toute_nue.
En fait, je ne suis pas contre le don, je suis contre le côté anonyme, et le fait que l'enfant n'aura jamais les moyens, quelle que soit sa demande ou non, de savoir qui était son géniteur, ou sa génitrice.

Derien! :)
Si je le peux, j'aimerais que mes enfants puissent savoir d'où ils viennent, je trouve que c'est important pour l'enfant de comprendre plus tard certains aspects de sa personnalités, d'où il vient etc...

De plus, pour clarifier, il est évident pour moi que même si la connaissance du géniteur doit être préservée, il ne s'agira pas d'un "parent", dans le sens où la société ne pourra pas lui octroyer des droits ou lui imputer des devoirs envers l'enfant.

Ce qui me fait penser à une histoire entendue à la radio (ce qui suit est une anecdote, elle n'illustre en rien un cas général et ne doit pas être prise pour autre chose, comme par exemple mon opinion) : deux lesbiennes en Suède ont demandé à un de leurs amis de les aider à concevoir, étant entendu ensuite qu'il n'interviendrait pas dans la vie de l'enfant. OK, sauf que 5 ans plus tard, le couple s'est séparé, et la mère biologique a attaqué le géniteur en reconnaissance de paternité pour qu'il verse une pension alimentaire. :shock:

Et ce sont des amies ça?
Il leur offre "la vie" et après elles lui demandent une pension?
C'est abject de faire ça! J'espère ne jamais devenir comme ces personnes! C'est pour ça qu'il faudrait des lois, un texte, l'adoption du deuxième parent, pour que tout ça soit encadré, pour préserver l'enfant!

Comme toutes les évolutions de la société, celle-ci doit mûrir, mais on y arrivera.


Je l'espère, je l'espère Pashmlynn... :)
44 ans 93 1174
C'est très intéressant comme débat.
Personnellement, je ne suis pas pour ou contre, mais je pense que la société doit évoluer avec les personnes qui la composent. A l'heure actuelle, une majorité de français se prononcent pour le mariage homo, donc c'est clair. Et pour moi qui dit mariage dit famille, certes tous les couples homos ou non ne désirent pas d'enfants forcément mais qu'ils puissent avoir la possibilité de l'être sans etre hors la loi, oui je suis pour.
Aujourd'hui notre société se voile la face sur cette question, car nombre de couples homos font des enfants, par insémination, par donneur, mais ils sont hors la loi. En gros tous les couples homos ont la capacité de faire un enfant (même si c'est évidemment plus simple pour les lesbiennes) mais ne peuvent pas être reconnus en tant que parents oou couples.
B I U