MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Adieu

C
49 ans 1965
Ce samedi matin, ma mamie est morte d'une crise cardiaque à 85 ans. Elle avait perdu son mari voilà trois ans... mon grand-père a vu le cancer le ronger et  
sa mort nous avait bouleversée.

Ils m'ont élevée quand j'étais petite... je lui disait "maman", je lui disais "mamie", je lui disais "je t'aime". J'étais sa petite fille, sa chérie, son amour... Elle était mon souffle... et avec elle s'en va une part de moi.

Aujourd'hui... je n'entendrai plus sa voix... on ne pourra plus chanter ensemble les chansons d'Edith Piaf, je ne sentirai plus ses bisous... Et je ne pourrai pas lui dire à quel point je l'aime... je ne peux plus.
M
36 ans Lille 35
Je ne sais pas si tu attends forcément une réponse...

Mais j'avais envie de t'apporter mon soutien

Je suis très proche de ma grand-mère, elle m'a aussi élevée et je l'appelle aussi maman

Bien que je ne comprenne pas ta douleur, je l'imagine très bien, moi qui ai les larmes aux yeux rien qu'en pensant qu'au fait qu'un jour elle me quittera

Je t'envoie plein de courage pour cette épreuve difficile
54 ans strasbourg 2204
Salut Cornflakegirl,

Pour le moment c'est la douleur, la colère, l'incompréhension devant cette injustice de la vie.

Puis bientôt viendra la nostalgie, les regrets des choses que vous auriez pu faire encore ensemble.

Puis après, bien après, il y aura l'apaisement, la tendresse, le sourire que tu feras lorsque tu repenseras à elle.

Un détail, un geste, un mot, une couleur, un parfum, pleins de petites choses qui te feront comprendre qu'elle n'est pas partie loin.

Ta mamie est et sera toujours près de toi, à t'accompagner dans tous les instants de ta vie, mais cela tu le comprendra et l'acceptera bien plus tard.

Je te présente toutes mes condoléances et te fais de gros gros gros bisous.
C
49 ans 1965
Merci pour vos doux mots... je ne sais quelles réponses, mais je voulais juste crier qu'un ange est mort.

Un ange... c'est bien cela... un amour... remplie de générosité, pas une once de méchanceté... et avec une pointe de folie et d'humour...

Heureusement, elle est morte sans souffrir m'a t on affirmé... elle s'est endormie sans se relever.... et son visage était serein... Mais je n'arrive pas à conscientiser que je ne la reverai plus... je la pensais invincible avec tout ce qu'elle avait déjà vécu et les frayeurs qu'elle nous a déjà faites... Elle est partie rejoindre son époux et son fils qu'elle a perdu lorsqu'il avait 20 ans... J'aime me dire cela même si je ne suis pas chrétienne...

Elle me disait avec humour : "je voudrais bien rencontrer ton amoureux avant que je meure"... et ils se sont rencontrés à Noël...presque par hasard... Et j'ai les larmes qui coulent parceque elle avait encore droit à encore d'autres bonheurs...
C
31 ans france, Grenoble, isére 815
Bonsoir,

on peu pas dire grand chose dans ces moments la juste qu'on est la et comprend, je suis moi même encors dans le deuil de ma grand-mére aprés 9 mois aujourd'hui, donc difficile de dire quoi que se soit alors quand même bon courage t'en aura besoin ...
amicalement, lolane
36 ans 5932
Comme je te comprends.
Je te soutiens de tout mon coeur.

Mon ange à moi, ma grand-mère maternelle, est morte il y a plus de dix ans... je ne m'en suis toujours pas remise.

Le cancer m'a pris trois de mes cinq grands-parents (dont mon grand-père de cœur). Quelle saleté !

On s'en remet, petit à petit, mais le manque reste.

Bon courage.
40 ans Nord 717
de tout mon coeur je te souhaite plein de courage.
J'ai perdu ma grand-mère il a quelques années, soudainement (elle était malade mais nous l'avait caché), et aujourd'hui encore je ne peux pas parler d'elle sans avoir les larmes aux yeux.

Si je dois te donner un conseil, c'est de participer à la préparation de l'enterrement autant que possible, ça permet de faire une partie de son deuil et de lui dire adieu. Moi j'avais choisi de dire un poème, et j'ai tenu bon le temps de le lire, puis je me suis effondrée. Mais j'ai pu lui dire adieu, et c'était d'autant plus important pour moi que j'habite dans le Nord et qu'elle est enterrée à Toulouse, donc je ne peux pas me rendre sur sa tombe autant que je le veux.

Quant à prendre conscience de sa disparition, ça viendra avec le temps, l'enterrement sera le premier pas, mais ensuite de toute façon tu ne pourras pas t'empêcher d epenser à elle, et c'est tout à fait normal.

Encore plein de courage pour le jours qui viennent.
35 ans Paris 2114
Malheureusement, j'ai également vécu cette situation...et j'essaie de ne pas y penser pour mon autre GM.

Tu as tout notre soutien.
F
37 ans Lorraine 791
Condoléances.
C
49 ans 1965
Je n'ai pas pu lui écrire un poème... j'étais en larmes... tout du long de la messe... Je n'aurais pas pu contenir autant d'amour dans des mots...

Et ce soir... et ce n'est pas la première fois quand je me retrouve seule... je les pleure...

Je porte la bague que sa mère lui a offerte... tous les jours je pense à elle...

Et ce soir, elle me manque beaucoup...

Je trouve tout ça injuste.
C
49 ans 1965
Le pire dans ces moments−là... c'est l'inévitable fait... j'ai beau me dire que j'irai sur leur tombe, je sais ce qu'il y a dessous... et ce n'est plus eux...

On a juste les souvenirs... pauvres choses auxquelles je m'accroche...

Il n'y a rien à faire... c'est bien le pire à conscientiser.
L
71 ans 7508
Il n'y a pas que les souvenirs, il y a tout ce qu'ils ont mis en nous. Ma grand-mère a beaucoup fait pour nous et il n'y a pas un jour où je ne fais quelque chose qui me vient d'elle comme par exemple de cuisiner, ce n'est pas le for de ma mère, ça me vient d'elle même si je ne suis pas aussi doué qu'elle, elle m'en a donné le goût. Des tis trucs comme des petites habitudes par ici par là.
Elle n'est peut-être plus mais elle est en moi et chaque jour c'est comme ça que je sens sa présence.
Puis ce qui m'est aussi important c'est que elle a été une grand-mère formidable jusqu'au dernier moment il y a toujours eu du respect et de l'amour entre nous.
Enfin cela ne veut pas dire que je ne pleure pas parfois son absence.
Courage.
43 ans Bordeaux, Paris 29
Une pensée, puis de la nostalgie

Les larmes se succèdent, malgré tout les efforts.
On dit que la vie est injuste ... Alors que personne n'a prétendu qu'elle était juste ...
C'est la vie ... Il faut juste avoir au moins du courage pour l'accepter ou même le penser ...
Plus le temps passe plus la douleur se cicatrise mais elle ne partira jamais ! Car dans notre cœur a jamais elle sera gravée.
je ne te souhaite qu'une chose, qu'elle repose en paix.
Mes sincères condoléances.
R
35 ans 15384
Je n'ai pas encore perdu de grands parents ( enfin si,mon grand père paternel d'une crise cardiaque avant meme que je naisse ) mais je sais ce que ca fait de perdre un etre cher ... J'ai perdu mon père d'une crise cardiaque aussi,a l'age de 49 ans,il était encore jeune,il avait encore la vie devant lui,je n'avais que 13 ans et j'avais BESOIN de lui. C'est dur d'etre face a cette réalité si cruelle,car qu'est-on face a la mort ? Je sais que ca ne va pas te consoler,mais dit toi qu'elle aura tout de meme vécu 85 belles années de vie,qu'elle a été heureuse,qu'elle n'a pas souffert ( tout les médecins m'ont confirmé qu'une crise cardiaque ne faisait pas mal,c'est une mort très rapide ).

Ca va faire 4 ans le 1er mai et je ne suis pas encore tout a fait remise ... Mais avec le temps,on dépasse le choc et on apprends a vivre avec,a accepter le fait que le disparu ne reviendra pas,jamais.
Un conseil,ne reste pas seule face a ta douleur. Parle en,exteriorise comme tu peux,écris a propos d'elle ( je trouve que tu t'exprime très bien ) si ca peut t'aider,parle lui,car meme si elle n'est plus auprès de toi,ca rassure,pleure si tu en a envie,et si tu as besoin d'en parler nous sommes là.
Ce que tu vis est très dur,tu es encore sous le choc de sa mort et il te faudra du temps et beaucoup de courage pour surmonter ca. Mais tu y arrivera !
B I U