MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Chéri, et si on changeait de vie ?

S
109 ans 3793
Ce matin, je regardais l'émission "On n'est pas que des parents" sur France 5 et une des chroniqueuses de nationalité américaine a fait un sujet sur les changements de carrière  
à tout âge là bas. Elle citait l'exemple de sa soeur styliste et qui à 38 ans, a repris le chemin de l'école car elle souhaitait devenir institutrice et s'épanouir dans une nouvelle activité qui lui correspondait mieux.

Apparemment c'est commun chez eux ces changements de carrière, cela ne choque personne et ça arrive même souvent à des gens plus âgé.

Alors loin de moi, l'idée de vouloir glorifier le modèle américain parce qu'elle aurait pu être laponne ou martienne c'est pareil, ce n'est PAS le sujet de mon postque se soit bien clair ;)

Mais j'ai remarqué qu'en France, à part accident de la vie (chômage, maladie, divorce, etc...), cela arrivait peu et surtout que c'était mal vu parfois.
Dans le style : "elle est folle risquer de tout perdre pour réaliser un rêve de gamine !" ou "il est inconscient, à son âge !" patati et patata... :roll:

On le tolère et même on l'encourage pour des personnes jeunes mais passer la trentaine, c'est mal perçu par l'entourage. :roll:

Comme si passé 30 ans, on devait être sur les rails qui nous mène à la sacro sainte retraite et qu'on avait plus le droit de vouloir autre chose...

Bref, oseriez-vous, vous changer de carrière, de style de vie comme ça, parce que vous ne seriez plus épanouis à un âge qu'on qualifie comme celui de la raison, la quarantaine par exemple ou même plus tard ?

Et si demain, votre compagne ou compagnon, vous annonçait qu'il ou elle pense très sérieusement à se lancer dans une nouvelle carrière, quelle serait votre réaction ?

Et qu'est ce que vous pensez des gens qui ont le courage ou la folie de se lancer ? :oops:
49 ans strasbourg 6049
mon homme m'exhorte à faire des choses dans ce genre. mais je ne veux pas. je n'ai pas envie de tout risquer pour quelque chose qui a toutes les chances de foirer, je déteste échouer... donc personnellement c'est simple : quand je change, je le fais, radicalement. mais par contre ca sera toujours assuré et calculé. parce que je n'ai plus l'intention de me mettre inutilement en danger et encore moins ma fille. quand elle sera adulte on pourra reprendre les sacs à dos :pas avant. donc changement oui, avec plaisir, n'importe comment et avec un max de risques, non certainement pas...
34 ans Plus loin vers l'ouest 3057
j'étais couturière et j'ai plaquer ce job pour être Aide Médico Psychologique mais bon je n'ai que 22 ans donc je sais pas si ça compte pour ce post. Je regrette pas du tout d'avoir changé de voie, je suis pleinement épanouit dans ce travail mais je ne pense pas être AMP toute ma vie mais évoluer pour être Educ Spé (cela dit ça reste dans le même secteur).

Si je viens à ne plus m'épanouir dans ce travail, oui je serais capable de tout plaqué, pour moi le travail est un équilibre et il est bon d'être content de se lever le matin pour y aller.

Si demain, mon homme me dis qu'il veut tout plaqué pour changer de voie, pas de soucis je le soutiendrais du mieux que je peux.

Le changement ne m'effraie pas, après il est peut être possible qu'à 40 ans je n'ai pas la même vision des choses.
46 ans à côté de Rouen ;-) 5361
C'est une chose à laquelle pense zhom mais comme tu le dis dans ton message, ce n'est que si ça boite ferme et qu'il se retrouve au chômage... (même si ça lui trotte sérieusement dans la tête)

Moi, je suis comme louis_cyfer, avant de changer quoi que ce soit, il faudrait que je calcule les risques pour être à peu près sûre de la suite.

Parce que quand tu es chargé de famille, il y a certains risques que tu ne peux plus prendre, il faut quand même un peu penser à l'avenir et assurer ses arrières...

Changer oui, pourquoi pas mais pas sur un coup de tête ;)
34 ans Orgrimmar 6511
Ma mère a changé de boulot et de région par ras le bol.
Aujourd'hui, à presque 50ans, elle a démissionné, va encore déménager, par amour.
Elle veut encore changer de métier, et je suis sure qu'elle y arrivera.

C'est possible, et je l'ai toujours encouragée; il suffit juste de prendre conscience de ce que l'on veut, et que
ça ne sera pas forcément simple.

Je l'admire ma moman :)
45 ans derrière toi!! 3399
nous avons décidé de déménager et changer de région quasiment sur un coup de tête; en Août dernier,nous ne prévoyons pas de bouger, en septembre, la décision était prise en un après-midi, et en novembre, notre nouvelle maison était choisie, tout a été bon train.

Nous avons emmenagé en janver, et Mister a trouvé un job dans sa branche en février.

Sur ce coup là tout s'est bien emboîté pour nous; nous avons quelques économies qui nous ont permis de le faire.

Vraiment c'est sans regret.
49 ans strasbourg 6049
hum... pour moi le changement de vie c'est pas un changement de région (que j'ai déjà fait sans aucun soucis), là je parlais plutot de tout remettre en cause genre : on a un taf, et on laisse tout tomber pour faire un truc qu'on aimerait faire, changer de pays sans aucune garantie derrière de taf etc... je considère que c pas pareil. changer de région c'est assez "facile" si on excepte le fait qu'on laisse des gens derrière soi, changer d'un taf payé à ouvrir un commerce, une entreprise ou n'importe quoi du genre en ayant en plus un prêt sur le dos (pour le financement du projet) quand on a des enfants, c'est tout à fait autre chose. surtout si le virage se fait mal et que la boite périclite... pareil, partir du jour au lendemain dans un autre pays sachant les soucis de santé et ne sachant pas comment on va manger car on a pas de taf, ca n'est pas envisageable à mon avis avec un enfant... trop de risques, trop d'echec...
39 ans 2087
Mon zhom l'a fait : en janvier dernier, il a officiellement démissionné de la gendarmerie. Il était gendarme depuis dix ans, affecté aux cuisines du mess et il n'en pouvait plus de la caserne, des grades, etc. Il a voulu changer de vie, je l'ai soutenu. Depuis on vit sur mon salaire, ça se passe pas trop mal. Le seul conseil que je donnerais au gens, au vue de cette expérience, c'est de bien préparer son changement de vie. Ce n'est pas tout de se dire "je ne suis pas heureux dans mon boulot, j'en veux un autre", encore faut-il avoir réfléchit à l'autre. Zhom lui s'est lancé la tête la première sans avoir trop bien pensé à ce qu'il voulait faire ensuite, ou en tout cas vaguement, et aujourd'hui, il se retrouve confronter au trop-plein de possibilités qui s'offrent à lui (oui, parce que c'est fou ce que la gendarmerie ouvre comme porte). Au début je l'ai laissé réfléchir, pensant <qu'il finirais par découvrir ce qui lui convenait, mais aujourd'hui, j'avoue que je commence à tiquer : ça fait presque six mois, ça fait un peu long...
36 ans quelque part... 3178
Je rejoins louis_cyfer...
Changer de vie ok, mais pas n'importe comment...
Cependant, mon mari s'est lancé juste avant ses 30 ans...Changement de metier, il a quitté un CDI pour de l'interim , contrat d'un mois, renouvellé chaque mois pendant 1 an....
Sachant que je ne travaille pas à temps plein,que nous avons un crédit immo et que nous n'avions quasi rien d'avance, c'était plus que l'aventure!
J'ai pas mal flippé, bien que je n'ai jamais douté des capacités de mon homme...
Je l'admire d'avoir tenter le coup... Et même si j'avais la crainte que tout foire, je l'ai encouragé, car ce changement était pour son bien être mental, et du coup pour la santé de notre couple aussi...
Avec le recul, je me dis qu'on était inconscients!
45 ans derrière toi!! 3399
Je ne pense pas que changer de région soit aussi facile que tu le dis Louis-Cyfer, quand tu n'as pas de job prévu et que tu démissionnes pour ça (alors que tu es partenaire dans la boîte et donc un prêt à la banque), ni de location en vue, et des enfants ; mais bon, j'ai compris ce que tu voulais dire.
5031
j'etais manager junior dans la distribution (chef de rayon pour le groupe G****) pdt 3 ans (en tout) et quand j ai changé de pays j'ai aussi repris mes etudes pour etre coiffeuse... me voila au bout de mes deux années de formation je passe actuellement mon cap.

j'ai changé de vie, de pays, de mentalité. et d'homme. bon j'ai que 23 ans. mais bon j'ai pas mal d'experiences au compteur :lol:
avec le recul, je me rends compte que ma vie d'avant ne m'allait pas et qu'elle ne m'aurait mené a rien.
En coiffure je créé, j'ai un contact avec les gens, je booste ma sensibilité, je voyage...
on m'a on va dire "aidée" pour trouver un job, et j'avoue que si je suis engagée mon but c'est Cannes 2010 :oops: et travail a fond (enfin passion a fond)

que de chemin parcouru
51 ans 9077
Nous on a changé de vie quand zom a monté sa boite il y a quelques années (j'avais 6 ans auparavant ouvert la voie...j'ai abandonné mon boulot pour qui j'avais fait des études pour devenir nounou...)
Nous avons moins de fric maintenant (bien moins :lol: ) mais franchement je ne regrette pas !
Notre qualité de vie s'est amélioré, zom profite de ses filles alors qu'avant il était tellement "la tête dans le guidon" qu'il avoue être passé à côté de plein de choses avec notre première puce...

Il est possible qu'on change encore... l'avenir nous le dira !
42 ans 4830
chon_chon a écrit:
On le tolère et même on l'encourage pour des personnes jeunes mais passer la trentaine, c'est mal perçu par l'entourage. :roll:

Comme si passé 30 ans, on devait être sur les rails qui nous mène à la sacro sainte retraite et qu'on avait plus le droit de vouloir autre chose...

Bref, oseriez-vous, vous changer de carrière, de style de vie comme ça, parce que vous ne seriez plus épanouis à un âge qu'on qualifie comme celui de la raison, la quarantaine par exemple ou même plus tard ?

Et si demain, votre compagne ou compagnon, vous annonçait qu'il ou elle pense très sérieusement à se lancer dans une nouvelle carrière, quelle serait votre réaction ?

Et qu'est ce que vous pensez des gens qui ont le courage ou la folie de se lancer ? :oops:


je ne suis pas sûre qu'on l'encourage pour les jeunes.. y'a qu'à voir le nombre de filières scolaires qui existent en france et pour lesquelles il est assez difficile de changer en cours de route si on s'est "trompé"...alors que le choix doit être fait super tôt (à mon gout du moins...)

je ne sais pas si c'est une spécificité française, cet immobilisme, mais en tous cas.. je le partage un peu.
j'aime pas le changement, et je suis du genre trouillarde. je n'aime pas prendre de décisions à la légère,et il est sûre qu'une décision comme ça est difficile à prendre!! après tout dépend des circonstances... si on a une opportunité, des gens qui comptent sur nous et notre salaire, du mal-être subi à cause de cette envie de changement ect...quelquefois on passe avant les autres, et on ne fait pas toujours ce qu'on veut...

si demain mon homme me dirait un truc pareil? je lui prends la température, il doit être malade... on a déjà un métier formidable, pourquoi on en changerait??

je pense que ceux qui font ce pari sont ou très courageux d'aller au bout de leur envie, ou bien complètement barrés et égoistes.. tout dépend des circonstances!
60 ans Au bord de la mer 15536
C'est une idée qui nous fait envie depuis longtemps.

Mais en effet, face à la sécurité de l'emploi (mon homme travaille pour Etablissement Public) et à une paye correcte et pas mal d'avantages sociaux, on y réfléchit à 2 fois :roll:

Je crois que pour sauter le pas, il faudrait y être poussé par quelque chose d'impératif.
38 ans Normandie 309
chon_chon a écrit:
Comme si passé 30 ans, on devait être sur les rails qui nous mène à la sacro sainte retraite et qu'on avait plus le droit de vouloir autre chose...
[...]
Et qu'est ce que vous pensez des gens qui ont le courage ou la folie de se lancer ? :oops:

Ma douce est dans ce cas et je ne l'ai aimé que davantage pour ses choix. :kiss:
Je trouve fabuleux d'avoir autant de courage, de réussir à se remettre en question et oser se donner les moyens de passer à autre chose. Il faut une sacré volonté et je reste admiratif... car de mon côté j'ai tendance à ne pas assez me donner les moyens de réussir. :oops:

Et dans le cas présent, comme l'a dit Provence:
Provence a écrit:
Je crois que pour sauter le pas, il faudrait y être poussé par quelque chose d'impératif.

Il a fallu un gros ras-le-bol et aussi une occasion qu'elle n'a pas laissé passer.
B I U


Discussions liées