MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Nouvelle campagne contre les violences conjugales

47 ans 76 10598
Aujourd'hui, on peut voir le dernier spot contre les violences conjugales sur nos petits écrans.

Cette fois-ci, l'angle choisi est celui de la violence verbale et psychologique.

Selon l'expression de Valérie Létard,  
la secrétaire d’Etat à la Solidarité, les violences verbales et psychologiques sont "le dernier des tabous". Elle explique que “bien souvent, quand ces violences s’installent dans un couple, elles sont le point de départ de violences physiques conduisant à l’irréparable, c’est-à-dire la mort”.
D’ailleurs, elle souhaite aller plus loin : introduire dans le Code pénal la notion de violences psychologiques.

Vous pouvez visionner le spot ICI.

Votre avis?
1910
Je trouve que cette fois, en ne mettant pas l'accent sur les violences physiques (qui sont tout aussi graves, rappelons le!), on peut faire prendre conscience que la violence peut prendre forme par les mots.....qu'une personne-homme ou femme- qui rabaisse psychologiquement son ou sa partenaire, la maltraite autant qu'en pratiquant la violence physique....

Personnellement, je trouve cette campagne bien faite.
109 ans 2475
Il était temps que l'on parle également de la violence verbale. Elle est toute aussi destructrice.
A
36 ans Nice 21965
je l'ai trouvé tres bien faite comme pub, j'espere que le message va passer
33 ans 4879
Ma femme c'est qu'une m*rde, une br*nleuse qui a jamais rien foutu de sa vie, incapable de quoi que ce soit, une vicieuse, une sal*pe, une grace, infoutue d'élever correctement sa fille d'ailleurs "t'as vu ce que t'en a fait de ta fille, t'as vu ce qu'elle est devenue grace à toi"...la fille c'est moi...et moi aussi ces insultes j'y ai doit, tous les jours...les "tas de gras", les "pauvre m*rde t'arrivera jamais à rien dans ta vie" ou les "t'es qu'une gavée, une nantie", les "si j'avais su que tu deviendrais ça j'aurais jamais décidé de te faire" ou encore les " bens vas y , vas au bout de ton truc gothique, suicide toi, ça nous fera moins ch*er"...

Mais le problême dans l'histoire c'est pas uniquements ces moments la, c'est le contraste avec les moments ou il est gentil, adorable, à l'écoute, le matin, quand il a pas encore bu ou quand il sent que ma mère va franchir le pas et partir, ou que moi je prends de plus en plus de distance... Le drame c'est qu'un vrai monstre n'est jamais totalement méchant ou plutot n'apparait jamais totalement méchant...

La manipulation, le chaud et le froid, l'intelligence machiavélique, la violence morale, le harcèlement ce sont des choses dont une simple campagne ne font pas sortir, ils font prendre conscience aux autres que ça existe, que les victimes souffrent...mais les victimes du harcèmement moral très peu s'en sortent...

Et si un jour on se détache d'un tyran il y a quasi toutes les chances de retomber dans les bras d'un autre, que le tyran soit père, mari ou conjoint...

Alors ces pubs elles sont bien mais ce qu'il faudrait c'est peut être plus d'aide, de soutien, financier, psychologique, social, de la part de l'état, et aussi une VRAIE reconaissance des violences morales, une possibilité d'apporter des preuves tangibles, des enregistements vocaux, des scènes filmées...tout ça ne vaut rien à l'heure actuelle, voila pourquoi il est si dur de sortir de ça... car qu'est ce qui nous guette à la porte à 60 ans après 30 ans d'humiliations, une confiance en soi réduite à néan, plus aucune force de volonté, pas de retraite (puisque il nous a demandé d'arréter de travailler y'a 20 ans), pas d'argent, nulle part ou aller, le constat de l'échec d'une vie...
Voila ce que je vois de ma mère au quotidien, une femme blessée, vidée, aigrie, triste et qui n'a aucun moyen de partir et n'en a surtout plus la force...

Alors oui c'est bien ce genre de campagnes mais donner de vrais moyens à ces femmes, à ces filles, à ces conjointes de partir de chez elle dans la dignité et sans se retrouver à mendier, leur donner la possibilité de prouver ce qu'elles ont subi, leur donner la possibilité d faire condamner leur mari, leur conjoint ça se serait une vraie avancée...

Pour information, beaucoup d'hommes subissent ça aussi, mais on en parle moins également, la tyrannie n'a pas de sexe...

Pour mieux visualiser ce que peut être le fonctionnement du tyran, pour mieux comprendre et aider une victime voila un site très instructif, celui de l'association AJC qui lutte contre ces violences: http://www.ajc-violenc...ip/rubrique.php3?id_rubrique=2
39 ans 77 5703
j ai apprecié la pub.


elle est différente.

la violence etant tristement banalisée, là, au premier visionage, elle nous fait nous poser des questions.
S
109 ans 3793
:oops: :oops: Il était temps que ces violences verbales soient dénoncées, elles sont aussi destructrices que les violences physiques... :(

Ca me parle terriblement ce spot, j'ai l'impression de me voir, il y a quelques mois encore... :cry:
chloeecamille a écrit:
Cette fois-ci, l'angle choisi est celui de la violence verbale et psychologique./quote]

Dès que j'ai vu ce spot j'ai compris qu'enfin il y aurait des mots sur ces violences de tous les jours dont sont victimes certaines femmes et certains hommes. Les mots s'est bien mais au-delà ?

La violence conjugale n'est déjà pas facile à prouver, alors les violences verbales ? Comment apporter la preuve que le dénigrement systématique, les reproches permanents, les insultes, voire les injures sont subis ?

Et si l'on part de chez soi, où aller, comment survivre dans les premiers mois de ce nouveau départ ?

Il faut de vraies structures d'accueil pour les femmes et les hommes qui sont victimes de toutes ces sortes de violences, une aide psychologique pour leur faire croire en eux après toutes ces pressions subies, une aide financière pour leur permettre une vie décente.

Alors, si les politiques de tout bord veulent vraiment apporter leur aide à ces femmes et ces hommes, il faut une loi qui leur attribue, en cas de départ obligatoire pour sauver leur peau, une aide substantielle pour continuer à vivre décemment
37 ans Montréal 1666
Vous allez me trouver dure mais je crois que pour sortir du statut de victime, il ne faut pas attendre d'être sauvée par l'état ou quelqu'un d'autre. Il faut prendre en main sa propre vie, agir!

Je sais que c'est un cercle vicieux qui rend plus difficile de jours en jours de s'en sortir, mais la personne violentée doit mettre un stop elle même, pour elle, pour ses enfants, en attendant pas le messie et la situation parfaite pour partir.

On ne choisit pas d'être victime mais jusqu'à un certain point, on le permet. J'ai travaillé pour une association de femmes victimes de violence conjugale et j'ai trouvé très triste de constater qu'après être allées chercher de l'aide, plusieurs victimes retournent, parfois par amour mais parfois aussi parce que cette violence leur donne un statut, de l'attention. Les femmes qui s'en sortent l'auraient fait qu'on soit là ou pas, par tous les moyens. Ça parait dur et choquant mais c'est la vision que j'en ai.

Ma mère a été longtemps violentée par son mari et elle est toujours avec lui, soumise et pratiquement inexistante. Je trouve ça triste, mais bien plus triste encore de voir mon petit frère, qui était trop petit pour pouvoir réagir ou voir que ce n'était pas normal, être devenu schizophrène, dépressif et mysogine... C'est bien ces spots publicitaires, mais il faut aussi dire aux mamans après un certain temps qu'elles ont une responsabilité envers leurs enfants si elles ne partent pas pour elle.

Je sais que je ne serai jamais une victime à long terme et je pense qu'on peut toutes le décider.
109 ans 2475
Depuis que j'ai regardé le spot, j'avoue que je me pose pas mal de questions.

La violence psychologique... Quand commence-t-elle vraiment ? Comment fait-on pour vraiment s'en rendre compte ?

Je demande ça, parce qu'avec mon ex, c'était un jour je te dis des trucs super gentils et le lendemain je te casse le moral... Oh pas par des attaques directes, hein, jamais des trucs genre t'es grosse ou moche, lui c'était plus en me parlant d'autres filles, belles, intelligentes... Bref.

Est-ce qu'on peut considérer ça comme de la violence morale ? Je m'interroge...
A
36 ans Nice 21965
le probleme Vertige c'est que quand on vis on s'en rend pas compte (et je peux l'attester pour l'avoir vecu) et ce genre de spot peux ouvrir les yeux et faire réagir
69 ans 3528
Je rejoins Vertige sur une partie de son discours, et je ne crois pas non plus que fournir plus de foyer ou d'aides financieres soit la solution. Moi je me demande surtout quand est-ce que la communication non violente, des regles pour des relations saines et equilibrees seront enseignees a l'ecole. Car il s'agit a mon avis d'education afin de reconnaitre et eviter le piege de la violence, que ca soit en tant que "bourreau" ou "victime", car il faut bien se dire que les personnes violentes (que ca soit physique ou psychique) ont autant besoin d'aide que leurs victimes.

Je crois que c'est Jacques Salome qui "milite" en faveur d'une telle education.
36 ans 5932
Ma grand-mère était une victime. Elle a vécu toute sa vie en victime de violences physiques et psychologiques. C'était une femme géniale. Je n'ai toujours pas avalé la pilule (et pourtant je n'ai pas vu grand chose par rapport à ce que ma mère a vu) alors je ne m'étendrai pas sur le sujet.

Toutefois, je dirai que cette pub c'est bien. On peut juger que ce n'est pas assez, mais c'est déjà ça de pris. Ça fait réfléchir, ça oblige à reconsidérer les choses, à prendre conscience de choses qu'on vit parfois et/ou qu'on voit chez d'autres (amis, famille, voisins, collègues, etc). Ça oblige à voir qu'il n'y a pas que les marques physiques.
S
109 ans 3793
Vertige a écrit:
Vous allez me trouver dure mais je crois que pour sortir du statut de victime, il ne faut pas attendre d'être sauvée par l'état ou quelqu'un d'autre. Il faut prendre en main sa propre vie, agir!

Je sais que c'est un cercle vicieux qui rend plus difficile de jours en jours de s'en sortir, mais la personne violentée doit mettre un stop elle même, pour elle, pour ses enfants, en attendant pas le messie et la situation parfaite pour partir.


Je suis d'accord mais mon opinion est moins tranchée. J'ai été victime de violence verbale, ça s'est installé au cours des années : injures, insultes, reproches sans fin, aucune aide, rien, jamais... j'étais grosse moche et conne, il avait de mon physique, de moi tout simplement.

Quoique je fasse ça n'était jamais assez bien, quoique je dise ça n'était que des conneries... j'étais la bonne à tout faire. Pendant des années, je suis rentrée dans son jeu, ne me rendant compte de rien.
Je subissais, je me taisais, j'acceptais les humiliations, les cris, les insultes. Je me disais qu'après tout il avait sans doute raison... et plus je pensais ça, plus je plongeais, accumulant erreurs et problèmes à régler, plus je me détruisais.

Puis un jour le déclic! Un jour, j'ai commencé à me reprendre en main, j'ai commencé à devenir moins dépendante de lui... à ne plus être sous son emprise, à refuser certaines choses qu'il m'imposait. Et je me suis rebellée (pas de la bonne façon certes, mais je l'ai fait). Et puis j'ai tout envoyé en l'air, j'ai repris ma liberté, je suis partie. Maintenant quoiqu'il me dise, je répond du tac o tac ! Et je ne me laisse plus marcher sur les pieds.

Mais il m'a fallu du temps pour cela. Par contre c'est vrai, je n'ai pas attendu d'être dans une situation idéale, je n'ai demandé d'aide à personne. J'ai galère, je galère encore, mais au moins je suis libre et loin de lui ! Je vois le bout du tunnel et les choses se mettent en place pour moi.

J'ai eu de la chance, rapidement la vie m'a sourit et m'a donné l'opportunité de reprendre confiance en moi et de recommencer une histoire. J'ai pu tourner la page. Je ne pensais pas que j'y arriverai un jour. Mais j'ai réussi.

Il faut trouver la force en soi pour être autre chose qu'une victime, mais il faut avoir le déclic. Moi, j'ai mis des années à l'avoir, je comprends alors qu'on subisse cela pendant tant de temps sans rien dire. Ça n'est pas si facile que cela. ;)

Alors oui, ce n'est qu'un spot TV, mais c'est le début, au moins on en parle et ça c'est porteur d'espoir ! ;)
40 ans Nord 717
d'après ce que j'ai entendu à la radio, il s'agit tout d'abord de spots de sensibilisation, mais à terme la ministre aimerait faire passer une loi sur les violences psychologiques telle qu'il y en a une pour les violences physiques, car pour l'instant rien n'existe.
Ces spots, à mon avis, pourront aussi faire prendre conscience à des victimes qu'elles sont justement des victimes, que ce n'est pas normal ce qu'elles subissent.
Ce genre de violence peut être très vicieux, mes parents ont divorcé il y a deux ans après plus de 30ans de mariage, et je me suis rendue compte à ce moment-là qu'en fait mon père était un manipulateur, qu'il faisait passer toutes les décisions difficiles par ma mère, en la manipulant aussi, et du coup c'est ma mère que j'ai détesté à mon adolescence..alors que lui était derrière toutes les interdictions, et qu'il nous a isolés du reste de notre famille et même de nos amis.
Seulement je dois être devenue plus fine, ou lui moins fin, et quand il a essayé de me manipuler avant qu'il quitte ma mère, je l'ai vu e tj'ai eu du mal à l'avaler..

Ca a l'air de rien comme violence psychologique, comme ça, sauf que ça mène à ce qu'aujourd'hui je n'ai aucune amie proche et peu d'amies, donc personne à qui me confier, et c'est pareil pour ma mère qui se retrouve seule à 60 ans passés.

Désolée pour le pavé, mais je voulais juste vous montrer que la maltraitance est vraiment parfois très vicieuse en ce qu'on ne s'en rend pas compte quand on à affaire à u manipulateur.
B I U


Discussions liées