MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de parler et surtout besoin d'en parler.

S
109 ans 3793
C'est peut être parce que mon/mes changements de vie ont été assez radicaux que cela m'arrive encore aujourd'hui.

De temps à autre, ces derniers temps, j'ai des mini crises d'hyperfagie.  
J'arrive à les contrôler à reprendre le dessus sans trop de souci et rapidement. Donc ce n'est pas ingérable. Mais du coup, je culpabilise vraiment... je n'ose en parler à personne.
Moi, qui étais si fière d'avoir vaincu mon dragon, je m'aperçois qu'il se tapit encore dans l'ombre. :(

J'ai remarqué aussi une chose, parfois quand j'ai un gros choc ou un grand coup au moral, j'ai encore besoin de "nourriture qui réconforte". par exemple, quand j'ai raccompagné ma fille au train, j'ai eu ce besoin. Alors c'est UNE chose pas 50 mais, je pensais que ça aussi, j'avais réussi à le vaincre. Apparemment non... :cry:

Pourtant quand je regarde ma vie, il ne me manque que mes enfants, et encore ma fille va venir vivre avec nous, je vais les avoir pendant toutes les vacances scolaires plus des week end en attendant la fin de l'année scolaire... le reste, l'amour, le bonheur et tout et tout je l'ai ! Et je suis heureuse.

Alors, vu que tout va bien ou que tout ce qui cloche est en train de s'arranger, pourquoi cela m'arrive encore ?

J'ai même réussi à ne pas prendre de poids ou presque pendant ma grossesse, qui se passe bien aussi... j'ai un homme qui m'aime et que j'aime, des projets, une jolie vie et bientôt mes gremlins autour de moi tous les jours ou presque...

En a-t-on jamais fini avec ces fichus TCA ?? :cry:

Pardon pour le pavé mais, j'avais besoin de me lâcher un peu :oops: :oops:
44 ans Paris 105
Pas facile à comprendre, ce gouffre intérieur alors que l'essentiel est là. J'avoue que j'ai toujours du mal quelquefois...
L
71 ans 7508
Comme tout ce qui nous a construit, ça fera toujours un peu parti de toi mais cela peut aussi cacher autre chose. Sans oublier que même au quotidien les gens dits "normaux" eux même ont ces moments où ils ne s'écoutent pas forcément leurs sensations ou utilisent la nourriture comme moyen d'expression.
Donc à toi de voir par la suite. Tu t'observes donc écoute, c'est déjà un excellent réflexe.
39 ans 3006
on n'en est jamais sortis réellement, on est en rémission.. N'oublie pas (enfin, ça risque d'être compliqué :lol: ) que tu es enceinte, hormones exacerbées, émotions de même... Tu verras peut-être un changement après. Je te dis ça parceque pour ma part je mangeais mes émotions... C'est peut-être ce que tu as fait au départ de ta fille, tu n'as peut-être pas su l'exprimer autrement ?
60 ans Au bord de la mer 15536
Mais moi aussi ça m'arrive encore....
Je n'ai que très récemment mis un nom sur ce que je faisais depuis des années. Et c'est comme ça que j'ai pu tenter d'arrêter.
La RA fonctionne assez bien, même si je la fais un peu en dilettante ;)
Mais il suffit de peu de choses.... une émotion un peu forte, une injustice (ou ce que je ressens comme tel).... et je cherche refuge dans la nourriture. Parce que je ne peux pas exprimer mes problèmes, ou que je sais que si je le fais, je ne serais pas écoutée ou comprise.
La seule différence, c'est que je le fais consciemment. Avant, je ne savais pas pourquoi je mangeais.
Maintenant je le sais, et j'arrive à limiter les dégâts.

Peut-être aurait-il fallu que tu puisses dire à quel point tu souffrais de voir ta fille partir. Alors que j'imagine que tu as souri jusqu'au bout...

C'est bien que tu aies pu en parler ici... :kiss:
S
109 ans 3793
automate a écrit:
Pas facile à comprendre, ce gouffre intérieur alors que l'essentiel est là.


L'image du gouffre est vrai parfois quand il s'agit d'une grosse crise, là... non pas de gouffre juste quelque chose qu'on arrive pas à faire sortir à l'instant T.

Zeniba a écrit:
Tu t'observes donc écoute, c'est déjà un excellent réflexe.


Oui, mais ça, j'ai du apprendre à le faire et pour ça il m'a fallu l'aide d'une thérapie... mettre des mots sur mes maux. :oops:

Aspha a écrit:
on n'en est jamais sortis réellement, on est en rémission..


C'est ce dont je m'aperçois :(

Aspha a écrit:
N'oublie pas (enfin, ça risque d'être compliqué :lol: ) que tu es enceinte, hormones exacerbées, émotions de même... Tu verras peut-être un changement après.


C'est pas faux, c'est difficile de l'oublier ! :lol:
Peut être, je l'espère en tout cas.


Aspha a écrit:
C'est peut-être ce que tu as fait au départ de ta fille, tu n'as peut-être pas su l'exprimer autrement ?

Je pense surtout que je me suis empêchée de l'exprimer autrement... :oops:

Provence a écrit:
Peut-être aurait-il fallu que tu puisses dire à quel point tu souffrais de voir ta fille partir. Alors que j'imagine que tu as souri jusqu'au bout...


Ma fille ce jour là et mon fils deux jours avant....Oui, j'ai souri jusqu'au bout et même après pour donner le change alors que je n'avais qu'une envie qu'elle ne le prenne pas ce fichu train et que j'avais le coeur en mille morceaux d'avoir dû les laisser partir. Mais bon, c'est normal... que se serait-il passé si j'avais craqué devant elle, qui était déjà si triste de partir. :(


Provence a écrit:
Mais il suffit de peu de choses.... une émotion un peu forte, une injustice (ou ce que je ressens comme tel).... et je cherche refuge dans la nourriture. Parce que je ne peux pas exprimer mes problèmes, ou que je sais que si je le fais, je ne serais pas écoutée ou comprise.
La seule différence, c'est que je le fais consciemment. Avant, je ne savais pas pourquoi je mangeais.
Maintenant je le sais, et j'arrive à limiter les dégâts.


Oui, c'est exactement ça et c'est vrai que de le savoir, on arrive à se maitriser rapidement et à limiter les dégâts. Mais il en faut du temps, des efforts et du travail pour y arriver.

Mais bon... j'aurai tant aimé le vaincre complètement ce méchant dragon... :(
41 ans 04 5576
Ben tu sais je crois qu'on en guérit jamais...


Et être heureux ne suffit pas : même en étant heureux, tu peux accrocher sur une petit difficulté ou un petit rien, ou pire encore, avoir l'angoisse de la fin du bonheur.

Ca ne se maitrise pas, et...

N'essaie pas de vaincre le dragon... apprivoise le !
G
42 ans chez moi 1398
Ton post me rappelle moi- lorque j'ai changé radicalement de vie.,Changé de pays, donc de maison, m'installer avec celui qui deviendra mon mari,J'ai quitté la france étant déja enceinte.

Toujours est-il que les tca sont revenus.Pourtant j'avais derriere moi 1 an de ra.
Depuis, je sais que ces tca étaient du à la perte de repere due à ma nouvelle vie.Le fait de devoir changer ses habitudes, le fait de vivre quelque chose de tellement différent, mais si c'est encore plus beau m'avait complétement destabilisée.
Maintenant ,je vais mieux.j'ai accouché depuis Janvier 2008 et je viens d#avoir un fils au mois de juin 2009.

j'ai de nouveaux reperes et tout va mieux.
Je te souhaite pleins de belles choses
S
109 ans 3793
Oui, apprivoiser le dragon, pas si facile, je m'en rend compte. :roll:

Quant à mes repères, je les prends doucement. Petit à petit comme on dit... :oops:
31 ans 940
Comme Toad, selon ma (très) jeune expérience, je te conseille d'apprivoiser le dragon et non pas d'essayer de le vaincre.
En effet, tout au long de ma thérapie de groupe (pour se sortir des TCA donc), notre psy a toujours été très claire sur le fait qu'on ne guérirait jamais totalement des TCA, et que dans notre vie ils allaient ressurgir à certains moments "stratégiques".

Certes, dans un premier temps, je trouvais ça super déprimant, mais elle ajoutait toujours très judicieusement (je trouve) que c'était ma foi la façon dont on fonctionnait... Une fois celle-ci connue et apprivoisée, elle nous permettrait de savoir où on en était: "Ah tiens, une petite crise, une soudaine envie de perdre des tas de kilos? Que se passe-t-il donc dans ma vie pour que soudain ce genre de pensées reviennent?".
Finalement, les TCA, une fois qu'on commençait à apprendre à les "gérer", la psy nous faisait comprendre que ce serait une sorte de thermomètre, de jauge à vie, à l'image de ceux qui savent que lorsqu'ils ont mal au dos, c'est parce que quelque chose cloche dans leur vie. ;)
(Et je dois dire, entre parenthèse, que cela s'est plusieurs fois vérifié pour moi)

Donc si l'on part de ce principe, en l'occurrence je trouve que tu as très bien analysé la situation qui a provoqué cette crise, et personnellement je creuserais cette phrase-là, qui m'a frappée à la lecture:
Skyquest a écrit:
Aspha a écrit:
C'est peut-être ce que tu as fait au départ de ta fille, tu n'as peut-être pas su l'exprimer autrement ?

Je pense surtout que je me suis empêchée de l'exprimer autrement... :oops:


Et puis, je rejoins l'avis d'Aspha: même si je n'ai jamais été enceinte, je suppose que les hormones doivent te jouer quelques tours aussi ;)
S
109 ans 3793
Petite crise cet après midi à l'issue de mon rendez vous chez mon avocat pour le divorce...

J'ai cédé mais en contrôlant malgré tout. J'ai choisi LA chose qui me faisait envie, je me suis assise et j'ai dégusté lentement. Du coup, elle a cessé rapidement.

Doucement je reprends le contrôle, j'en parle et je n'ai même pas culpabilisé après. Il y a du mieux. :oops:
L
71 ans 7508
C'est même du très bon mieux je trouve surtout la phase culpabilisation après, c'est très difficile à vivre et à ne pas faire.
S
109 ans 3793
Je ne sais pas si c'est du très bon mieux mais... j'apprivoise à nouveau mon dragon, enfin j'essaie ! :oops:
31 ans 940
Rien que ça c'est déjà une bonne chose, non?
Après tout, on parle bien d'un gros dragon là! :D
S
109 ans 3793
Il est énorme ce dragon ! ;)
B I U