MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Hyperphagie ... à bout

33 ans 1
Bonjour

Je suis nouvelle, j'ai 23 ans
Je fais des crises de boulimie sans me faire vomir depuis plusieurs années, je n'en peux plus

Depuis jeudi j'ai un traitement qui devrait m'aider à  
diminuer les crises et je vais bientôt avoir un suivi psy

Besoin de votre soutien si vous voulez bien
L
50 ans 37
Pas évident, ça dépend de ton emploi du temps et du contexte...
Vis tu seule ? A quelle heure as tu ces crises ?
Quels types d'aliments ?
As tu des activités à coté ?
Est-ce ritualisé ?
Si oui, il faut changer d'aliments, prendre des choses qui te font toujours plaisir mais établit à l'avance une quantité mesurée. Puis mange dans un contexte différent de celui des crises. Si possible en ne faisant rien d'autre et en prenant le temps de déguster.
Le faire 3 jours (plus ça peut être dur à tenir), puis constater les bénéfices. Une expérience positive donne de la motivation pour la suite et éclairci les idées, même si on retombe dans de mauvaises habitudes, on commence à progresser.
L'hyperphagie provoque un mal-être physique car la digestion devient difficile, cela pompe les forces plutôt que cela en ajoute (même si on mange plus). C'est pour cela que s'arrêter même temporairement, permet de reprendre pied avec la réalité et une légère santé retrouvée. Ca donne envie de stopper petit à petit pour rester dans cet état de santé. Le moral suit. Ne pas tenir compte du poids, ça n'a aucun rapport.
2812
lorange a écrit:
Pas évident, ça dépend de ton emploi du temps et du contexte...
Vis tu seule ? A quelle heure as tu ces crises ?
Quels types d'aliments ?
As tu des activités à coté ?
Est-ce ritualisé ?
Si oui, il faut changer d'aliments, prendre des choses qui te font toujours plaisir mais établit à l'avance une quantité mesurée. Puis mange dans un contexte différent de celui des crises. Si possible en ne faisant rien d'autre et en prenant le temps de déguster.
Le faire 3 jours (plus ça peut être dur à tenir), puis constater les bénéfices. Une expérience positive donne de la motivation pour la suite et éclairci les idées, même si on retombe dans de mauvaises habitudes, on commence à progresser.
L'hyperphagie provoque un mal-être physique car la digestion devient difficile, cela pompe les forces plutôt que cela en ajoute (même si on mange plus). C'est pour cela que s'arrêter même temporairement, permet de reprendre pied avec la réalité et une légère santé retrouvée. Ca donne envie de stopper petit à petit pour rester dans cet état de santé. Le moral suit. Ne pas tenir compte du poids, ça n'a aucun rapport.


L'arrêt des crises ne se décrète pas. C'est un long travail sur soi-même et trouver la ou les causes des crises. C'est une fois, la cause trouvée qu'on peut travailler sur celle-ci et vaincre peu à peu ces crises.
L
50 ans 37
Calista09 a écrit:

L'arrêt des crises ne se décrète pas. C'est un long travail sur soi-même et trouver la ou les causes des crises. C'est une fois, la cause trouvée qu'on peut travailler sur celle-ci et vaincre peu à peu ces crises.


C'est pour cela que j'ai écris "Temporairement". Car les crises ne vont probablement pas s'arrêter du jour au lendemain. Mais les "breaks" aident peu à peu. Quand je dis "le moral suit", c'est que le travail sur soi agit au fil de ces temps de repos qui deviennent de plus en plus long. Chercher les causes n'est pas toujours indispensable, on peut guérir aussi par un changement de comportement. Cela dépend des personnes. Moi ça ne m'a jamais servi.
52 ans strasbourg 15
bonjour,
Moi aussi je souffre d'hyperphagie depuis l'enfance. D'aussi loin que je me souvienne, j'étais prise d'une pulsion vers la nourriture avec un rituel sucré/salé jusqu'à être "pleine" au point d'avoir mal au ventre. Je suis devenue obèse évidemment car je ne me fais pas vomir. J'ai fait ts les régimes, avec effet yoyo forcément,je me suis fait posé un anneau il y a 8 ans, que j'ai fait enlevé en septembre car évidemment sans résultat sur moi. j'ai fait une thérapie avec un psychiatre 8 ans... ça m'a aidé mais je n'y allais pas pour ce pb. D'ailleurs j'ai longtemps cru que c'est parce que j'étais gourmande sans vouloir trop me pencher sur la question. Je ne sais plus du tout vers qui me tourner et est ce qu'on s'en sort vraiment un jour ???? je désespère ... A 42 ans et 135 kilos, que puis-je attendre de l'avenir si je me laisse tjs guider par mes pulsions sans pouvoir me controler, il faut ajouter à ça, les pb de santé, le regard sur soi, la dépression qui s'installe....
Quelle est votre expérience ou vos conseils ???
Merci
orange
S
49 ans suisse 993
POur avoir un parcours moi aussi complexe, yoyo et thérapies dieverses, je pense que finalement la prise en charge spécifique, par des personnes très expérimentées est efficace. Enfin sur moi la thérapie cognitivo comportementale a vraiment changé mon point de vue sur le côté "foutu" de ma prise de poids.

Personne ne peut jamais dire que c'est foutu et qu'il n'y aura pas d'issue.
M
35 ans 3802
pour ma part, j'ai trouvé un diététicien-coach en nutrion spécialisé en tca, alimentation des maladies et des sportifs... avec un titre pareil, ça pouvait être tout et n'importe quoi et en fait, ce 100ème spécialiste consulté est LE BON!

on a longuement parlé, on a analysé mon comportement alimentaire, les crises, les causes, les angoisses en dehors, ce que ça représentait etc. et au bout d'un an et demi de suivi et bien je maigris lentement...

7kg c'est peu comparé aux méthodes miracles dangereuses mais dans ma tête c'est une révolution, je vois enfin des alternatives à l'hyperphagie, j'apprends, je m'adapte à d'autres façons de souffrir et de vivre mon stress

donc je pense qu'il te faut trouver ta méthode... la rééducation alimentaire, un psy spécialisé, peut importe, mais de l'aide extérieure sera nécessaire pour toi détricoter ton propre schéma avec la bouffe!
52 ans strasbourg 15
coucou les filles,

ça fait du bien de ne pas se sentir seule et de voir que certaines thérapies peuvent avoir une réelle influence sur le poids. Je ne peux pas dire que je sois optimiste car j'ai déjà essayé tellement de choses mais j'ai encore un peu de force pour continuer à espérer.
je me suis acheté un livre "les kilos émotionnels", c'est intéressant mais ça reste des généralités,il faut effectivement que je rattache mes pulsions à mon histoire, à mon enfance et tous ses traumatismes (et il y en a eu). Dire que j'ai tout pour être heureuse aujourd'hui et que je me traine encore les "boulets" du passé !!!
En tout cas, encore un grand merci pour vos témoignages, c'est par vous que j'apprends aussi.
Bisous
orange
Z
32 ans 2
Salut à toutes !! (j'suis nouvelle)

Si ca peut vous rassurez, je souhaite vous faire partager mon "expérience".

Voilà, il y a un peu plus de 5 mois que je suis "guérie" de tous ces TCA qui ont duré plusieurs années et cela sans aide extérieur. J'ai fait un travail sur moi-même.
D'ailleurs, personne n'a jamais su ce dont je souffrais, je n'ai d'ailleurs jamais cherché à en parler.

Tout d'abord, j'ai commencé à prendre un peu de poids à l'adolescence, ca s'est déclenché peu apres de violentes disputes avec mes parents... je ne sais pas d'où provenaient mes troubles (passe anorexique, puis boulimique en passant par des vomissements volontaires etc...) je me détruisais physiquement et moralement, meme si je n'ai jamais été "grosse" juste un peu ronde à un certain momment mais je souffrais quand meme de mon physique.

Bref, passons les détails de ma vie.
Lorsque j'ai changé de vie, j'ai déménagé, je me suis retrouvée seule dans une ville inconnue. J'ai donc décidée de me prendre en main et notamment au niveau alimentaire, alors ca n'a pas été facile, j'ai eu des rechutes qui m'ont fait douté de ma volonté. Mais j'ai réussi et aujourd'hui je peux dire que toutes ces années de souffrances sont derrière moi. Bien sur j'ai peur de retomber dedans le jour ou je serais pas bien etc...

Enfin, j'espère vous avoir donné un peu d'espoir RIEN N'EST IMPOSSIBLE AVEC BEAUCOUP DE VOLONTE

Bonne continuation
37 ans Montréal 1666
Si je peux me permettre Zalie, ça a peu a voir avec la volonté...

La nourriture n'est pas le problème, c'est ce qu'il y a derrière qu'il faut découvrir et guérir et ça, ça peut être un long parcours, mais c'est possible...
52 ans strasbourg 15
je suis d'accord avec Vertige, ce n'est pas une question de volonté. D'ailleurs ça serait ajouter de la culpabilité là où il y en a déjà pas mal dans ces troubles du comportement. Je pense qu'on ne peut changer les choses que par un travail psychologique avec un spécialiste et un long travail sur soi. les TCA sont bien souvent devenus des "remèdes" aux angoisses, angoisses qui peuvent venir de l'enfance et qu'on se trimbale durant des années et on "fait avec" ou "fait semblant" de ne pas les voir.
Tant mieux pour ceux et celles pour qui la solution était simple mais je pense aux autres, ceux et celles qui souffrent depuis des années (et j'en fais partie) et qui perdent énormément d'énergie à essayer de comprendre pourquoi et comment se sortir de ce cercle infernal.
bizz
orange38
Z
32 ans 2
Oui, c'est vrai j'ai mal utilisé ce mot "volonté" car qui veut vraiment être malade? personne je pense. Désolé.

C'est vrai aussi que je ne sais pas d'ou venait ce problème, je sais juste que je m'en suis sortie et bien sur j'ai peur le jour je me retrouverais seule de retomber dedans.Ou pas!!
32 ans Au Québec! 119
Bonjour!

Moi aussi j'ai longtemps soufert d'hyperphagie boulimique.

Heureusement depuis juillet ça va beaucoup mieux!

En juillet j'ai passé 2 semaines dans une clinique spécialisé en TCA. J'ai fait deux semaines intensives de thérapie là-bas. Je voyais régulièrement un psy, une éducatrice spécialisé et une nutristionniste. On a travaillé énormément de chose sur moi. On a analysé mes relations sociales, mon affirmation de moi, ma confiance en moi, ma relation avec nourriture et plusieurs autres choses. Le travail est pas facile, mais vraiment ça en vaut la peine!

Pour moi la thérapie a vraiment bien fonctionné, je n'ai plus de crise et j'ai une bien meilleure estime de moi. Par contre, j'ai encore tendance à manger trop, j'ai de la misère avec mes signaux de satiété, mais bon je travaille là dessus!

Et tulipe 456 je te conseille vraiment de voir une psy spécialisée dans les TCA.

J'ai vue une psy avant d'aller à cette clinique là et elle n'était pas spécialisée en TCA et j'ai pas appris grand chose avec elle.

Aussi ne vous découragez pas même si vous avez encore des crises au début de la thérapie, c'est normal. C'est un long travail ce sortir d'un TCA.
A
31 ans Nantes 11
Thalia a écrit:
pour ma part, j'ai trouvé un diététicien-coach en nutrion spécialisé en tca, alimentation des maladies et des sportifs... avec un titre pareil, ça pouvait être tout et n'importe quoi et en fait, ce 100ème spécialiste consulté est LE BON!

on a longuement parlé, on a analysé mon comportement alimentaire, les crises, les causes, les angoisses en dehors, ce que ça représentait etc. et au bout d'un an et demi de suivi et bien je maigris lentement...

7kg c'est peu comparé aux méthodes miracles dangereuses mais dans ma tête c'est une révolution, je vois enfin des alternatives à l'hyperphagie, j'apprends, je m'adapte à d'autres façons de souffrir et de vivre mon stress

donc je pense qu'il te faut trouver ta méthode... la rééducation alimentaire, un psy spécialisé, peut importe, mais de l'aide extérieure sera nécessaire pour toi détricoter ton propre schéma avec la bouffe!


J'ai 20 ans et je suis hyperphagique et je cherche une aide pour sortir de cette situation, j'ai vu quelques psy incompétents il y a quelques années puis j'ai arrêté de chercher car c'est plus destructeur qu'autre chose de raconter ses malheurs pendant des heures et des heures pour se rendre compte au bout du compte que la personne en face de toi ne peut pas t'aider...
Je suis en Belgique mais je ne connais personne qui puisse vraiment m'aider, et je n'ai pas le courage comme toi Thalie d'en faire 100 avant de trouver le bon, donc est-ce que tu pourrais me donner les coordonnées de ton diététicien stp??
Un grand merci d'avance...
39 ans nord 26
Je souhaite juste te dire bon courage car la route est longue. Je pense que déjà écrire ici ou mettre un mot sur notre mal c'est déjà avancé.

perso jai un peu peur de franchir la porte d'un spé, faut déjà en trouver un, car dans mon coin je bosse avec des psychiatres, des fois tu te demandes qui est le fou?
B I U


Discussions liées