MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Tentatives de suicide passées sous silence ?

40 ans 04 5576
Bonjour,

Je précise que je veux juste des experiences, pas de polémiques et pas d'inquiétude non plus à mon sujet.

Avez vous déjà tenté de vous suicider, mais vraiment tenté  
pas juste y avoir pensé, ne pas être allé jusqu'au bout et avoir gardé cela pour vous ? comment l'avez vous vécu . En avez vous finalement parlé un jour ? A qui et pourquoi ?

merci de vos réponses.
42 ans 4830
ben dis donc, voilà un sujet super gai dès le matin toad! ;)

je passe mon tour, jamais arrivée pour ma part.
35 ans Baiona City 876
Juste une fois vers 15 ans et demi, résultat d'une crise de nerfs ou je sais pas trop quoi, j'ai avalé des médocs dans la pharmacie sans penser à ce que je faisais... Rien de grave, j'ai juste gerber ma race et était malade quelques jours. J'avais pourtant vraiment envie de crever mais j'ai pas du prendre les bons médicaments, ou peut-être qu'inconsciemment je sais pas...Bref j'aime pas trop y repenser. J'en ai parlé une seule fois, à mon chéri actuel. Aujourd'hui je vois un psy et j'en ai pas parlé non plus
66 ans 205
et bien moi aussi il y a 5 ans j ai avaler des medicaments et bu en meme temps j avais fait ca car je venais d avoir un accident de voiture avec la voiture de mes parents et je m en vouler trop enplus mon ex etait trop con et m avait fait de sales remarques ... resultat mes parents m ont trouver et donc sejour a l hopital avec nettoyage de l estomac hummm mauvaise experience... j en ai parler oui a mes vrai ami et a mon homme car c est une phase de ma vie qui ma longtemps perturbée
R
35 ans 15384
Après la mort de mon père,il y a 3 ans,j'ai failli me jeter sous une voiture tant j'étais sous le choc. J'ai été sauvée par un ami de la famille in extremis,parce que vraiment j'étais a deux doigts d'y passer ...
3431
Déjà fait une tentative de suicide à 20 ans.
Ça allait mal chez moi. Je vivais encore chez mes parents. Mon frère était infecte avec moi, ma mère aussi et elle n'arrêtait pas de me dire qu'elle voulait que je me barre de la maison.
Un soir j'en ai eu raz-le-bol. J'ai avalé plusieurs médocs de ma mère.
Je me suis sentie bizarre ensuite. J'ai sombré dans un sommeil lourd et sans rêves. Bizarrement dans la nuit j'ai ressenti le besoin d'aller aux toilettes. Je me suis donc levée mais j'avais beaucoup de mal à me tenir debout. Avant même d'arriver aux toilettes, j'ai commencé à me sentir très mal, ma vue s'est noircie, mes jambes ne me portaient plus, j'étais en sueur et pourtant j'avais très froid. J'ai eu le réflexe de m'asseoir directement sur le sol et j'ai attendu que le malaise passe. J'ai été aux toilettes puis suis retournée me coucher. J'ai sombré à nouveaux dans un sommeil lourd et sans rêves. Le lendemain vers midi, ma mère a eu beaucoup de mal à me réveiller. Finalement elle a compris ce que j'avais fait et elle m'a menacé de me faire conduire aux urgences pour avoir un lavage d'estomac. Comme je ne voulais pas en arriver là, j'ai dit à ma mère que je m'en sortirais toute seule. Peu de temps après j'ai commencé à vomir et ça s'est répété une dizaine de fois jusqu'à tard le soir. J'étais seule et tout le monde à la maison s'en foutait alors qu'ils étaient tous au courant.
Cette histoire m'a tout de même servie de leçon et j'ai juré que je ne recommencerais plus.
48 ans strasbourg 6049
j'ai tenté de me couper les veines à 16 ou 17 ans. parce que j'en aie marre de la vie, que j'ai pas demandé à être là, que j'en aie marre de pas avoir de considérations, qu'untel m'a rejetté et que c trop trop trop injuste (calimero inside).

je me suis faite choppée par ma mère avec ma lame de rasoir en main. à la question : "qu'est ce que tu fais là???"
la réponse : "ben je m'épile" était totalement stupide je m'en rends compte, mais elle m'a foutu la paix. puis... mon grand père est mort et là mon monde est tombé en lambeaux. et j'ai décidé que se tuer était trop lâche pourque je le fasse.

j'en aie pas parlé, des années plus tard chez le psy je l'ai fait rire avec ce récit et en fait il m'a dit que ca ct vraiment que de l'appel au secours. et que j'avais pas vraiment une réaction féminine. les filles veulent être sauvées parait il c'est pour ca qu'elles mangent des médicaments en priorité. le sang et les armes c'est plus "sale" et plus violent. donc plus masculin.

en tous les cas une chose est sure. si je voulais vraiment me tuer, je m'arrangerais 1, pourque personne ne s'en doute, 2, de pas me louper, 3, que personne ne me trouve avant que je sois morte.
54 ans 251
Y'en a eu pas mal ...
Mais une seule fois une vrai en fait, c'est à dire où je suis allée jusqu'au bout : j'ai avalé toute ma pharmacie, tout ce qui me semblait dangereux dedans (pas les pastilles pour la gorge par exemple !), avec du pastis pour faire passer.
J'ai même pas eu mal au ventre, ni vomi, ni rien. Que dalle.
J'en ai parlé longtemps longtemps après. A mon psy d'abord. Je ne lui ai pas raconté tout de suite, j'avais trop honte de même pas être foutue de faire ça. Je ne parlais pas, au début, avec mon psy.
Puis encore plus tard à deux amis, j'ai parlé un peu de mes essais de TS, sans rentrer dans les détails.
Maintenant que tout ça est loin, je pourrais en reparler.
Quand c'était trop frais je ne pouvais pas. Ca me déclenchait des crises de haine de moi dès que j'y pensais.
47 ans Luxembourg 31390
Toad a écrit:
Bonjour,

Je précise que je veux juste des experiences, pas de polémiques et pas d'inquiétude non plus à mon sujet.

Avez vous déjà tenté de vous suicider, mais vraiment tenté pas juste y avoir pensé, ne pas être allé jusqu'au bout et avoir gardé cela pour vous ? comment l'avez vous vécu . En avez vous finalement parlé un jour ? A qui et pourquoi ?

merci de vos réponses.


une fois c etait un an apres le suicide de ma mere en 89.on m avait sortie de l orphelinat pour me remettre chez un de mes ex beau pere maltraitant...

le plus dur etant les humiliations que les coups...

du coups ne voyant pas de solution j ai avalee tout se qu on m avait donnee pour tenir apres le suicide de ma mere et que je prennais aussi pour tenir ou j etais retombee...

mon beau pere m a trouvee inconsciente,ma mise une belle trempe et voyant que je ne me reveillais pas,m a emmene a l hospital militaire ou sa nouvelle copine etait infirmiere pour que personne dans la ville ne le sache...

lavage d estomac au charbon,je ne me rappelle qu un long tuyau orange,et l impression de pouvoir explosee tellemtn j etais remplie...

puis convalescence,police car j etais en mauvais etat a mon arrivee (en sang a cause de la trempe...),internat,w end chez la mere de ma mere tres agee...

qui n a plus pu s occupee de moi,soit w end chez mon b pere maltraitant...pour finir,depart pour la gare avec mon sac a dos une journee avant mes 18 ans direction la gare...

et le premier train...le Luxembourg...pkoi pas...

en y reflechissant maintenant,je choissirais,mais tjr pareil c etait la premiere issus...
37 ans Kenmare 5649
J'ai fait 2 TS en fait; la première à 17 ans ou j'ai tenté de me défenestrer, j'étais dans un centre d'amaigrissement ou cela ne se passait pas bien du tout avec les pseudo éducatrices, je ne pouvais pas retourner chez mes parents... bref, je suis montée en haut de l'internat, j'ai passé la rambarde, et une copine qui m'avait suivi, un peu inquiète de mon comportement (trop calme apparemment), m'a attrapée par le pull et les cheveux et m'a fait repasser la rembarde.

La 2eme en 2004, suite a un harcèlement morale de la part de ma directrice pendant 1 an et demie, je suis rentrée chez moi, j'ai pris tout ce que j'avais comme anxiolytiques. Et j'ai tout vomi, mon anneau gastrique n'avait pas aimé le mélange.
29 ans La tete dans la lune, les pieds sur Terre 604
Pour ma part, j'ai fait 4 ts.
2 a la lame, les deux fois, ma grand mere chez qui je vivais ma "sauver" et n'en a parler a personne sauf mon medecin, venu apres qu'elle l'es appeller apres m'avoir trouver dans la chambre/salle de bain.
Et 2 aux antidepresseurs en grosses doses. La premiere etait d'ailleurs avec les antidepresseurs, les deux suivantes a la lame et la derniere encore au antidepresseurs.

Les facteurs de ses actes? Depression et phobie social.
Ce qui fait que je n'est jamais recommencer? Ma mere qui a fait une grosse depression dont elle vient tout juste de sortir, et je sais que si je ne suis plus la, elle ne s'en remmettras jamais. Puis le fait que je risque l'internement en hopital psy et ca, je trouve ca pire que de continuer comme je le fais maintenant, c'est a dire, me forcer a sourire, faire comme si tout aller bien dans le meilleur des mondes.
R
35 ans 15384
Si tu peux éviter l'internement,c'est clair que ce serait mieux ... La psychiatrie,c'est vraiment THE secteur médical sans moyens,complètement délaissé,je le sais,je l'ai déjà vu,je suis moi meme malade mentale ( Borderline ),donc la psychiatrie,je sais ce que c'est,c'est l'horreur.

Ne vis pas pour ta mère,vit pour toi ... T'a 19 ans,je sais que c'est facile a dire,mais t'a la vie devant toi.
Si t'a arreté les études,tu peux reprendre,t'a pas l'air moche vu ton avatar,reprends toi,reprend le cours de ta vie ;)
Tu peux t'en sortir,meme sans la psychiatrie.
29 ans La tete dans la lune, les pieds sur Terre 604
Owi l'internement je ferais tout pour l'eviter.

Les etudes, j'ai arreter en plein CAP car je n'y arriver vraiment plus et depuis plus rien, car sans diplome ni permis de conduire a l'heure actuel trouver un boulot c'est dur.

"t'a pas l'air moche vu ton avatar" Merci ^_^

Bah je suis entrain de me reprendre, je monte petit a petit mon projet boulot avec mon copain, un salon de peircing sur Avignon (bah oui c'est ma passion).

Mais je pense quand meme reprendre une petite therapie, car je sens que j'ai besoin de parler a quelqun d'exterieur a ma vie.
48 ans paris 928
Pour ma part j'en suis a 3 sure et une drôle de nuit
Deux en fin d'adolescence , une pendaison avec le nœud qui lâche et une autre a la lame de rasoir mais dans le mauvais sens une belle flaque de sang , une syncope mais pas de mort ... Je l'ai toujours caché et a mes parents je l'ai passé pour des accident :cry:
La troisième au printemps dernier grande dose de somnifère et de l'alcool , moralité 24 heures de sommeil , a mon réveil une grosse envie j'ai du tomber 7 fois entre le lit et les wc avec mon démon qui rigole de voir ma déchéance ...
A la même époque un réveil au urgence psy avec les dires des médecins que l'on ma récupérer sur un parapet de la Seine , mais là je ne m'en souvient pas c'est le noir total ; il y a d'autre réveil bizarre bref ...
Presque personne n'est au courant , voila c'est dit
La cause est la même , mon "étouffement" de la vie .
Je suis suivi ,petit et grand séjour en psy ,et mes petit bonbon ...
Mon équilibre est trop précaire pour ne pas dire que je ne recommencerai pas ... :cry:
1722
Pour ma part, j'ai tenté de me suicider lorsque j'avais 18 ans (finalement pas longtemps avant de rencontrer mon homme)...Mes parents l'ont su car on les a prévenus...du coups c'est pas moi mais eux qui ont mis ça sous silence...ils m'ont interdit de toucher aux médicaments sans leurs autorisations pendant longtemps...bref...ils ne se sont posés la question de savoir "pourquoi" que le premier soir après ils m'ont laissée tranquille...

Voilà...
B I U