MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La première fois que je suis né...

S
109 ans 3793
Petit sujet qui nous sortira un peu des couches, biberons, tétées, des nuits agitées, etc... et qui concerne toutes les mamans et les papas ! ;)

Je regardais les Maternelles  
ce matin et Nathalie Lebreton présentait un livre, un livre pour enfant où une petite fille raconte ses premières fois, de la "première fois où elle est née" jusqu'à ce qu'elle même mette son premier bébé au monde et une phrase de ce livre m'a touché au plus au point...

"La première fois que tu es né, c'est la seconde fois que je suis née."

Je trouve cette phrase très belle et très vraie, j'ai ressenti cela exactement et pour la naissance de chacun de mes enfants. :oops:

Dans nos récits d'accouchement, on parle poids du bébé, fréquence des contractions, à quelle heure, qui, quoi, où. On parle technique, on parle médical. Mais.... qu'avez vous ressenti ? Nos émotions, nos sentiments, finalement on en parle peu.

Vous l'avez ressenti aussi cette impression de seconde naissance, cette vague d'amour inconditionnel et d'émotion ?
(Au moment de la naissance ou après selon les circonstances de celle-ci) ;)
108 ans 6176
on peut parler effectivement de renaissance et ça va même au delà puisque j'ai l'impression d'avoir enfin trouvé un sens à ma vie ( c'est peut-etre d'ailleurs ça qui fait cette impression de renaissance).

Je ne dis pas que ma vie ne va tourner désormais qu'autour de lui car je sais bien que bébé ne sera pas toujours avec nous puisqu'on l'élève pour qu'il quitte le nid le mieux équipé et le plus autonome possible mais ça donne vraiment un sens à notre existence. Assurément, le reste devient très relatif et ne prend plus grande importance par rapport à lui.
S
109 ans 3793
Voici les références du livre dont est extraite cette phrase :

"La Première Fois que je suis née"
Vincent Cuvellier, Charles Dutertre
Ed. Gallimard-Jeunesse, coll. Giboulées, 2006

;)
34 ans reims 725
Oui c'est un beau sujet.

La renaissance c'est bien le mot, jusque là on vit pour soi un peu egoistement, on se fout de se qui peut arriver, rien n'est prévu!

Puis ce jour ou bébé arrive, on prend une sacrée claque d'amour dans la tronche, une responsabilité, des peurs aussi!

On ne vit plus pour soi mais pour lui, il passe avant tout, on devient inquiets, une boule au ventre à la moindre anomalie!

Je sais que j'ai toujours eu du mal a me sentir aimée (cf ma mère) et quand j'ai vu pour la premiere fois le regard de mon fils, c'est comme si on m'avait injecté tout l'amour que j'ai pas eu et tout l'amour que je devrais recevoir.

Rien que d'en parler, j'ai les larmes qui montent aux yeux.

Il est la prunelle de mes yeux, l'amour de ma vie, quoi qu'il arrive je lui donnerais tout!
D
33 ans vendée (85) 2612
Oui un bien joli sujet...

Quand la sage femme ma posé bastien sur moi...ça m'a fais un tel effet que je ne peux même pas le décrire...il s'est blottis contre moi et c'était tellement... :oops: enfin émouvant quoi ! :oops:

Meme encore maintenant quand il pose la tété sur moi et qu'il me tiens ben j'suis toute emue :oops:

Comme le dit si bien sourisville : il est la prunelle de mes yeux et je rajouterais la cher de ma cher ;)
38 ans Marcq en Baroeul 1194
rien que de repenser au moment où on m'a posé nathan sur moi...oh la la...les larmes montent....
C'etait le plus beau jour de ma vie...je pensais plus à rien d'autre que lui...
Et c'est clair qu'on a une de ces vagues d'amour qui arrive d'un seul coup...waouh...c'est magique !

J'avoue que j'ai un peu d'appréhension pour le suivant...j'espere que ce sera aussi magique...mais bon...je vois pas pourquoi ce serait différent !
(plus que 3 semaines à attendre...je deviens impatiente !)
S
109 ans 3793
nonorobot a écrit:
(plus que 3 semaines à attendre...je deviens impatiente !)


Ce n'est pas différent ni pour le second, ni pour le troisième, ni pour les suivants ! :lol:

Sinon courage !! Tu tiens le bon bout, bientôt la fin et LA rencontre. :kiss:
69 ans 3528
Mais non, je ne viens pas casser l'ambiance ;) pourtant, je n'ai pas de souvenir d'une vague enorme ou d'une emotion si forte a la naissance de ma fille. J'avoue que j'etais surtout heureuse que ca se termine (l'accouchement, la grossesse). Notre relation a ete simple des le debut, c'est un etre magnifique que j'ai appris a connaitre, jour apres jour, et ce n'est qu'en la connaissant mieux et plus chaque jour que je l'ai aimee de plus en plus. Oui, c'est vraiment ca, comme une rencontre a partir de laquelle nous avons appris a nous connaitre. Cet etre inconnu est devenu Anita, ma fille, la communication qui s'installe des les premiers jours, ces decouvertes a deux, cet emerveillement, c'est ca qui change ma vie chaque jour. C'est vraiment dans cette relation que je m'epanouis comme jamais je ne me suis epanouie dans une relation. Par contre je ne pourrais pas definir un moment precis. Je n'ai rien ressenti de tel a la naissance ou apres. C'est quelque chose qui continue de grandir et je suis sure que je continuerai de m'emerveiller quand elle deviendra une enfant, une jeune fille, une femme :)
S
109 ans 3793
Tu ne casses pas l'ambiance du tout. :oops:
On a tous et toutes un ressenti différent (heureusement :lol: )

par contre , je suis d'accord, on s'émmerveille tout autant dans la relation qu'on construit avec notre enfant. Ca me fait pareil en fait, surtout quand je regarde les deux grands, puis leur petit frère en me disant que ce beau jeune homme et que cette jolie jeune fille, je les berçais eux aussi, il n'y a pas si longtemps que ça. ;)
44 ans 17521
Alors pour moi, le premier regard avec Amalia a été une sorte de révélation... J'ai eu une grossesse un peu compliquée dans ma tête, car cette grossesse était accidentelle au départ et j'ai longuement hésité à la poursuivre... Je n'ai pas aimé ma grossesse, mais je savais que je serais capable de m'occuper de ce bébé une fois qu'il serait là, mais en revanche j'ai longtemps douté que je serais capable de l'aimer... bref, c'était vraiment difficile dans ma tête, et j'avais hâte d'en finir avec cet état de grossesse qui me déplaisait, et de voir enfin ce qui allait se passer avec ce bébé.

J'ai été déclenchée à J+5 puisqu'il ne se passait rien, et ça s'est terminé par une césa en urgence... et quand on m'a posé le bébé en travers de la poitrine (le champs opératoire ne laisse pas trop de place) et que j'ai vu ces immenses yeux tout grands ouverts, à 5 cm des miens, je me suis pris ça en pleine face : "c'est ma fille, je suis maman"... c'était comme une grande claque, vraiment... je ne peux pas dire que j'étais émue, c'était plus... comme de la surprise en fait.

Puis on l'a emmené et elle est allée rejoindre son papa... Moi je suis restée longtemps en salle de réveil, j'ai eu le temps pour me faire à ma nouvelle "identité" de maman... et quand je suis rentrée dans ma chambre enfin, j'ai pris ma puce dans mes bras, on l'a mise au sein, puis elle s'est endormie... j'ai pris mon appareil photo et j'ai fait un autoportrait de nous, que j'ai appelé "Autoportrait du premier jour du reste de ma vie"... ce qui rejoint complétement cette idée de seconde naissance qui est évoquée dans le livre présenté ce matin aux Maternelles... :D

L'émerveillement a commencé dès ce retour dans la chambre, la découverte d'elle, apprendre à se connaitre, et bien sur la voir grandir, évoluer, vivre avec nous depuis sa naissance... c'est une vie totalement différente, qui prend du sens (je l'ai ressenti comme ça)...
42 ans 4830
je ne sais pas si j'ai le droit de poster, n'étant pas (encore!) maman, mais ton post m'a fait penser à une phrase que j'ai entendue un jour et qui disait en substance:

"on ne sait jamais vraiment ce qu'est l'amour tant qu'on a pas eu d'enfants"

je ne sais pas si c'est vrai, puisque je n'ai pas encore eu l'occasion de le constater, mais cette phrase m'a toujours interpellée... peut être que dans le fond je ne sais pas ce qu'est aimer?...
R
35 ans 15384
J'ai souvent entendu cette phrase aussi ..
J'ai une peur bete,stupide,mais je me demande si le jour ou j'aurais un enfant je l'aimerais :oops: ?
J'en ai envie depuis que je suis avec mon chéri,tant je l'aime... Mais pourquoi aime t-on cet enfant justement ? Je sais que c'est surement la question la plus conne jamais posée mais bon :oops:
S
109 ans 3793
Non, ce n'est pas une question conne. Et je ne sais pas s'il y a une réponse...

Le plus souvent, car parfois, l'amour ne vient pas même entre une mère et son enfant. Donc dans la majorité des cas, l'amour est là... c'est tout !

Et tu vois Cute... te poser cette question, c'est déjà un peu aimer cet enfant pas encore là/ en projet pour plus tard ( et tu as le temps, vu ton âge ! Profite, surtout profite ! ;) ).

Et je crois que toutes inconsciemment ou consciemment, nous nous sommes posées cette question, très légitime d'ailleurs.

Gurgle... je ne sais pas, l'amour a différentes formes et visages mais ce que je sais, c'est que l'amour pour son enfant est inconditionnel... qu'on le construise au fil du temps ou qu'on soit submergée par cette vague, on sait que quoi qu'il arrive on l'aimera toujours. :oops:
R
35 ans 15384
Oui,pour dans quelques années c'est sur ... Là je suis encore bien jeune,j'ai pas d'appartement,j'ai pas fini mes études,et surtout je reconnais ne pas avoir la maturité necessaire pour éléver un enfant,l'assumer tout simplement ...
108 ans 6176
Cute, j'ai beau avoir quelques (bon ok beaucoup :) ) d'années en plus, je me suis posée la même question pour alexandre et pourtant c'etait un bébé archivoulu, pour lequel on a bataillé des années. j'étais angoissée à l'idée de ne pas etre capable de l'aimer comme il fallait, de ne pas etre capable de le faire passer avant moi.

Et bien on te rassure, ça vient tout naturellement (chez certaines immédiatement, pour d'autres comme moi, au fur et a mesure). Effectivement, je n'ai pas eu ce coup de foudre au moment où on l'a posé sur moi, je me disais juste que ça y était enfin, notre long parcours du combattant était enfin fini, j'essayais de me persuader qu'il était là( d'ailleurs les 1eres semaines, je passais mon temps à le regarder pour etre sure que je l'avais pas rêver).J'en pleurais de soulagement ( pas de la délivrance,hein...juste du parcours pma, sans fausse couche cette fois, sans mauvaise surprise...). J'ai d'ailleurs beaucoup peiné à réaliser que nous devenions parents, c'est peut-etre ça qui fait que moi, je n'ai pas été submergée (ce fut le cas pour le papa en revanche ).

Pour la phrase "on ne sait jamais vraiment ce qu'est l'amour tant qu'on a pas eu d'enfants", je rejoins Chonchon l'amour peut prendre tellement de formes et de visages... perso, je trouve dommage de prétendre que, en dehors d'une relation parent-enfant, on ne peut pas reellement connaître l'amour. Et puis ce serait nier aussi que certain(e)s n'aiment pas leur enfants, ou les aiment très mal , car ça arrive malheureusement (on en a lu sur ce forum un certain nombre de témoignages ici sur le sujet de filles mal aimés de leurs mères).
B I U