MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quelles situations vous incitent à manger sans faim?

32 ans Au Québec! 119
Bonjour!

Je suis présentement en train de lire le livre Maigrir sans régime de Zermati et j'ai pensé que ça serait bien qu'on puisse partager les situations qui nous poussent à  
manger sans faim ou au-delà de notre faim.

J'avais déja fait ce travail en thérapie, mais avec les exemples de Zermati, j'ai découvert de nouvelles situations qui m'incite à manger sans faim auxquelles je n'avais pas pensé auparavant.

Je me suis donc dis que de partager ces différentes situations entre nous pourraient nous aider à voir celles qui nous correspondent et auxquelles on n'avaient pas penser.

Alors quelles sont les situations qui vous incitent à manger sans faim ou au delà de votre faim?
108 ans Bretagne 1920
Malheureusement pour moi, beaucoup de choses me font manger sans faim : l'ennui, la fatigue, la contrariété, le stress... J'ai même remarqué que les jours où je ne ressentais rien de tout cela, je me sentais encore mieux avec l'estomac bien plein, après avoir mangé au delà de ma faim :? . Manger, ça me rend heureuse, c'est dingue non ?
O
99 ans 10517
quand je bosse le soir/la nuit en plus de ma journée, pour tenir le choc :roll: comme hier soir, chocolat, j'ai fini de travailler à 23h45 :shock:
4467
heu stress, ennui, frustration ...
40 ans 04 5576
arf...

en ce moment je n'arrête pas. Je me demande si ce n'est^pas l'huver (ici, j'ai gratté pour la première fois mon pare brise hier et c'est aujourd'hui la première pluie torrentielle sans discontinuer :roll:).

J'ai une foule de choses à faire le soir mais incapable de m'y mettre, à la place je mange... du coup je dors mal, je suis fatiguée, et rebelotte...
Alors pour moi c'est plutôt l'ennui, je suis au chômage et mon chéri ne rentre qu'à 17h30, donc pour compenser je mange... enfin je mangeais parce que depuis que je suis inscrite à vlr, je me suis beaucoup renseignée sur la RA et j'essaye d'appliquer, et depuis que je m'écoute, je mange ce que je veux quand j'ai faim et le reste du temps je ne pense même plus à manger, alors certes c'est encore anarchique et je "rattrape" mes années d'interdiction du sucré, mais je me sens beaucoup mieux et je n'ai pas repris de poids, et d'ailleurs je me rends compte que si j'en reprenais je m'en ficherais :lol:

Quand je suis avec des amis pour diner, j'ai encore un peu de mal à ressentir la satiété, mais j'ai pris l'habitude de me faire des mini portions quitte à me resservir si j'ai faim, et je ne complexe plus en me resservant, alors qu'il y a quelque temps, je "faisais honneur" à la nourriture, et je mangeais comme une ogresse, j'avais même peur de ne pas pouvoir me resservir quand je voyais qu'il en restait peu dans le plat et que mon assiette était encore à moitié pleine et que les autres commençaient à penser à se resservir, après tout je ne me donnais pas le droit de manger à la maison alors ça me revenait de droit, non? :roll:

Et le pire c'est quand je suis chez mes parents, je suis fumeuse, je respecte les non-fumeurs, je sors toujours pour ne pas enfumer chez les gens, je fais attention à ne pas envoyer ma fumée sur les gens, etc. Mais ma mère est une "terroriste anti-tabac", à toujours faire un commentaire quand elle voit quelqu'un s'allumer une cigarette, à râler quand quelqu'un sent la clope, par exemple une fois elle avait une radio à faire, on était dans la salle d'attente et une technicienne est partie prendre sa pause, quand elle est revenue, elle est passée devant nous et là ma mère sort super fort "Haa! Ca pue la cigarette!", je l'ai sermonnée en lui disant que ça ne la regardait pas si elle fumait, qu'elle avait sûrement un métier stressant et que si elle avait envie de fumer sa cigarette à sa pause c'était son droit le plus strict, et qu'elle n'était pas venue lui souffler sa fumée sous le nez, alors elle pouvait bien supporter l'odeur une demi-seconde sans faire de commentaire...
Bref tout ça pour dire que quand je suis chez mes parents, j'évite le sujet de la clope et je ne vais surtout pas dehors m'en griller une petite... Donc je mange... :evil:
43 ans 93 1174
Alors avant, l'ennui, le stress et la fatigue.

Maintenant, je mange sans faim au resto (je paye et je me dois de tout finir) ou chez les amis quand on est invités (je ne sais pas dire non). Généralement quand on me donne à manger je ne dis jamais non .... mais sinon je contrôle mes pulsions d'ennui et j'ai une autre addiction (quand je m'ennuie, quand je suis stressée je fume).
A
34 ans Caen 6651
bon alors du coup j'ai pas l'impression d'être "normale" par rapport à vos témoignages

car moi je mange sans faim... par gourmandise

je vous explique, ce week end, on a commencé les prépas de Noël chez ma maman donc avec mon frère, ma soeur, ma nièce, les "conjoints", etc. donc y avait du chocolat à volonté pendant 4 jours (oui j'ai de très longs week end c'est la fac ça haha)

alors voilà je ne m'ennuyais carrément pas mais c'était convivial, on a fait des gâteaux pour le goûté (bah vi la nièce de 3 ans elle a faim à 16h30 elle ^^) et puis pour le désert je prenais un ptit chocolat ou bien 4 carrés d'une tablette... parce que ça me faisait plaisir c'était dans l'air/ dans l'ambiance

donc est-ce que c'est écrit dans ton livre ça ? manger pour le plaisir ? ou bien est-ce que c'est expliqué qu'en fait, je sais pas, c'est un faux plaisir pour se punir d'être heureux ou je sais pas quel truc tordu ??

perso je ne lirai jamais un seul livre sur la bouffe (à part les livres de recettes) donc voilà ça m'intéresse vraiment ton sujet :lol:
32 ans Au Québec! 119
Almarita a écrit:

donc est-ce que c'est écrit dans ton livre ça ? manger pour le plaisir ? ou bien est-ce que c'est expliqué qu'en fait, je sais pas, c'est un faux plaisir pour se punir d'être heureux ou je sais pas quel truc tordu ??


J'ai pas encore terminé le livre mais si je trouve un extrait sur le fait de manger par plaisir, je t'en parle, c'est certain!

Ton témoignage me fait pensé au fait que les fêtes approchent et ohlalala il va avoir toujours des petits bonbons et chocolats qui va trainer sur les tables. C'est vrai que c'est difficile à gèrer ces situations là! On a pas nécessairement faim, mais ça l'air bon ces friandises là qui trainent sur la table!
A
34 ans Caen 6651
ah bah ça a l'air bon et c'est bon hihi

vraiment comment résister ? est-ce que c'est bien de résister d'ailleurs ? le sapin (oui il est déjà fait j'aime trop Noël lol) chez ma maman a carrément des boules en chocolat à l'intérieur... hors de question qu'on les laisse pourrir ou fondre

et puis mon ptit calendrier de l'avant je ne l'ai pas acheté pour faire joli (non non j'ai pas 6 ans lol)

de retour à l'appart je n'ai plus que le calendrier de l'avant alors je mange mon ptit chocolat le matin et j'ai aucune envie de dévorer le calendrier d'un seul coup... mais si, comme chez ma maman, j'avais une bonbonnière remplie de chocolat devant moi en permanence, elle ne durerait pas bien longtemps et ça serait bien plus qu'un chocolat par jour (si y a une "ruse" dans ton bouquin pour éviter de voir les bonbonnières je suis toute ouïe aussi haha)
44 ans Dans le Tarn 413
Pour ma part c'est à présent essentiellement l'"occasion sociale" : Je me retrouve à avoir l'occasion de manger des choses que j'adore à un moment où j'ai pas faim. EX Un collegue vient me chercher le matin dans mon bureau: " J'ai fait un gateau pour mon anniv, tu viens en manger un morceau ?", ou sinon dans certaines réunions , y a des pauses café agrémentée de mini croissants ou pains au chocolat :-p maim miam tout en parlant avec les autres participants!

SAns voir de bonnes petites choses à manger, l'idée de manger ne me viendrait meme pas à l'esprit, mais de les voir à disposition, j'ai déjà leur gout en bouche et là je me laisse aller :-)

Pour le reste, ennui, colère/contrariété, ça ne m'arrive pratiquement plus de manger sans faim à ces moments là! (ouf)
32 ans Au Québec! 119
Je vous cite un extrait du livre de Zermati pour revenir sur le fait de manger par plaisir d'Almarita.

«Le mangeur régulé mange généralement au-delà de sa faim dans les occasions inhabituelles ou festives. La diminution de sa faim lors des repas suivants lui permettra de compenser son excès.»

Par contre, Zermati explique également que le mangeur régulé (c'est à dire le mangeur normal qui écoute ces signaux de faim et satiété) n'a pas l'habitude de manger lorsqu'il n'a pas faim parce que le plaisir gustatif n'y est pas. Il explique que le plaisir gustatif est seulement présent lorsque la faim est présente. Le mangeur régulé préfère donc attendre d'avoir faim pour manger puisque le plaisir gustatif sera présent.

Donc, bref, on est mieux d'attendre d'avoir faim pour manger les friandises qui traînent sur la table pendant le temps des fêtes comme ça elle vont nous paraitre encore meilleures! Et si on en mange sans faim on doit écouter nos signaux de faim et satiété au prochain repas!
R
35 ans 15384
Après une contrariété dans la journée,peux pas m'empecher de manger un petit truc sans vraiment en avoir envie ... C'est agacant :oops:
Ca va que c'est pas trop souvent mais bon ...
37 ans Normandie 12374
J'ai commencé la RA lundi et j'attends le livre de Zermati . Quand je suis stressée , je suis contrariée : une seule phrase vexante d'un inconnu auquel je n'ai pas su rétorqué et je peux manger sans arriver à m'arrêter ou un membre de ma famille qui me vexe . Au lieu de pleurer ou dire que ça va pas , je mange quelque chose .

Parfois aussi je sais pas m'arrêter par gourmandise comme avec les chocolats mais là aucun remord :lol:

Par contre quand je mange chez quelqu'un ( soeur , amie ou autre ) je ne mange jamais si j'ai pas faim et je sais m'arrêter ... Bizarre .
53 ans Franche-Comté 1433
Le fait de faire les courses, de faire à manger pour ma fille que je ne veux pas laisser à table toute seule parce qu'après je me dirai en + que je suis une "mauvaise Maman", la nuit pour une irrésistible envie de chocolat, parce qu'en fait quand ma fille n'est pas là, un seul repas par jour me suffit ! :shock:
B I U


Discussions liées