MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Devenir traductrice littéraire

Je crois que le titre est assez explicite :lol:
J'adore la littérature et je suis très douée en traduction (d'après mes différentes profs à la fac dont deux particulièrement  
exigeantes :D ), j'ai une licence en littérature et civilisations étrangères, spécialité anglais, et j'aimerais me lancer dans la traduction, malheureusement, malgré mes recherches, je ne sais pas comment m'y prendre :roll:

Alors si certaines d'entre vous ont la chance de faire ce métier, pourriez vous me faire part de votre expérience? Comment avez-vous commencé? Quelles difficultés avez-vous rencontré?
Les avis des personnes qui travaillent en maison d'édition m'intéressent également!

Merci!
45 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Bonjour !

C'était mon rêve aussi...Douée en trad, j'adorais ça...

Le souci c'est que c'est un peu comme devenir écrivain "tout court" et qu'il faut trimer sec pour se faire une place et un nom avant que les maisons d'éditions te donnent des traductions à faire.

Commencer par de petits articles etc etc.

J'avais un prof à la fac qui était traducteur mais niveau revenus ça ne lui suffisait pas (trop irréguliers) donc il était prof en plus. Il pensait qu'en passant une maîtrise (le master d'aujourd'hui) spécialisée, j'avais toutes mes chances.

C'est l'aspect aléatoire des revenus qui m'a fait "abandonner" ce rêve.

Maintenant, tout ça a sûrement changé encore, moi c'était au siècle dernier il y a plus de 10 ans... :lol:

J'espère que tu auras des témoignages plus encourageants.


Mais si c'est ton rêve, accroche toi. ;)
38 ans Thaïlande 1084
Je connais des traducteurs techniques, pas des littéraires, mais ce que j'ai entendu sur le métier rejoint ce que tu dis, Bouquet_de_Violettes. Je crois que peu de gens peuvent en vivre, beaucoup ont un autre métier à côté. Souvent des profs d'ailleurs.

Bon courage !
Merci à vous deux pour vos réponses!

Ca confirme ce que j'ai déjà pu entendre, mais bon je vais continuer mes recherches et m'accrocher ;)
39 ans Ici et là-bas 3402
Il y a un master de traduction à Lille, pour devenir traducteur littéraire, juridique, technique, etc.

Je connais quelqu'un qui l'a eu et aujourd'hui elle en vit... Mais elle ne fait pas seulement de la trad littéraire.
45 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
_C_ a écrit:
Il y a un master de traduction à Lille, pour devenir traducteur littéraire, juridique, technique, etc.

Je connais quelqu'un qui l'a eu et aujourd'hui elle en vit... Mais elle ne fait pas seulement de la trad littéraire.


En effet, si tu ne fais pas que de la trad littéraire tu peux peut être en vivre.

MAis je persiste à croire qu'il faut se faire un nom...

Et qu'avoir un master ne suffit pas, c'est comme tout, l'expérience fait la différence ! ;)
Le souci c'est que je n'ai pas les moyens de repartir pour 2 ans d'études :? et pour l'expérience... et bien, avant d'en avoir il faut bien débuter :)
45 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Ayorana a écrit:
Le souci c'est que je n'ai pas les moyens de repartir pour 2 ans d'études :? et pour l'expérience... et bien, avant d'en avoir il faut bien débuter :)


Une licence peut suffire peut être, je ne sais pas.

Maintenant, la concurrence est là et les CV avec un master spécialisé même sans expérience.

Tu en as conscience, tu es grande. Si tu es douée, ça marchera parce que tu as la jeunesse et l'envie.

Alors, accroche toi ! Essaye d'entrer en contact avec les maisons d'éditions, les grandes entreprises internationales (pour les traductions de notice par exemple, mais là c'est de l'anglais technique, pas toujours évident pour nous littéraire ;) ).

Bon courage en tout cas.

Quant aux sous pour le master, pas moyen d'avoir une bourse quelconque ? Ou de la passer en 3 ans en travaillant en parallèle ?
36 ans Zurich 179
Je suis traductrice spécialisée...
je n'avais aucune formation de traductrice quand j'ai commencé, juste un DEA de lettres modernes. L'avantage de la traduction technique, c'est que c'est plus facile de trouver des mandats et c'est bien mieux payé. Et puis, ça peut avoir un côté sympa... je traduis certes des contrats, mais aussi des articles pour l'intranet, les textes du calendrier, les magazines à la clientèle... c'est pas du Baudelaire, mais c'est pas trop aride non plus.

Les seules traductrices littéraires que je connais font aussi de la traduction technique à cote, sinon ce n'est pas tenable.

Personnellement, j'ai traduit un livre et des articles de journal à côté de mon travail, mais c'était du free lance.
Pour avoir ces piges et ce poste, j'ai simplement frappé à toutes les portes (petites et plus grandes) de plusieurs pays.
45 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Flooo a écrit:
Je suis traductrice spécialisée...
je n'avais aucune formation de traductrice quand j'ai commencé, juste un DEA de lettres modernes. L'avantage de la traduction technique, c'est que c'est plus facile de trouver des mandats et c'est bien mieux payé. Et puis, ça peut avoir un côté sympa... je traduis certes des contrats, mais aussi des articles pour l'intranet, les textes du calendrier, les magazines à la clientèle... c'est pas du Baudelaire, mais c'est pas trop aride non plus.

Les seules traductrices littéraires que je connais font aussi de la traduction technique à cote, sinon ce n'est pas tenable.

Personnellement, j'ai traduit un livre et des articles de journal à côté de mon travail, mais c'était du free lance.
Pour avoir ces piges et ce poste, j'ai simplement frappé à toutes les portes (petites et plus grandes) de plusieurs pays.


Et en toute indiscrétion, tu parles quelles langues ?

Bravo pour ce beau parcours à un si jeune âge ;)
Oui je me doute bien qu'il faut faire également d'autres types de traduction pour s'en sortir au début, et puis faire de la traduction technique ne me fait pas peur, j'apprends vite ;)
Flooo ça m'intéresse aussi de savoir quelles langues tu traduis :)
36 ans Zurich 179
de l'allemand principalement vers le français
(évidemment, vu qu'on traduit toujours vers sa langue maternelle)
et parfois de l'anglais

(je me suis exilée en Suisse, ça aide ;))
37 ans Montréal 1666
Mon beau père a fait de la traduction de brevet toute sa vie et il en a très très bien vécu. C'est sur qu'on est loin de la littérature, mais ça se combine peut-être?
B I U


Discussions liées